Lisez! icon: Search engine
Les Escales
EAN : 9782365694186
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 312
Format : 140 x 225 mm

La Fille au sourire de perles

Julie GROLEAU (Traducteur)
Date de parution : 10/01/2019
Un témoignage nécessaire qui nous incite à regarder au-delà du statut de victime. Clemantine Wamariya livre une histoire poignante et inspirante qui révèle l’importance de chaque existence et la puissance du récit.
Rwanda, 1994. Clemantine a six ans lorsqu’elle doit fuir les massacres avec sa grande soeur Claire. Sans nouvelles de leur famille, déplacées de camps de réfugiés en camps de réfugiés, elles affrontent la faim, la soif, la misère et la cruauté pendant six ans avant d’arriver aux États-Unis.
À Chicago, Clemantine...
Rwanda, 1994. Clemantine a six ans lorsqu’elle doit fuir les massacres avec sa grande soeur Claire. Sans nouvelles de leur famille, déplacées de camps de réfugiés en camps de réfugiés, elles affrontent la faim, la soif, la misère et la cruauté pendant six ans avant d’arriver aux États-Unis.
À Chicago, Clemantine est recueillie par un couple aisé et découvre soudain une toute autre réalité. Projetée dans un véritable rêve américain, l’adolescente est pourtant plus perdue que jamais. Une question s’impose alors : comment se reconstruire et donner un sens à son histoire après avoir vécu l’enfer ?

Sincère, urgent et bouleversant, La Fille au sourire de perles examine la question de l’identité et de l’appartenance, des cicatrices laissées par un traumatisme, mais aussi du rapport à l’autre quand celui-ci ne voit en vous qu’une victime.
Un témoignage actuel et plus que jamais nécessaire.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365694186
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 312
Format : 140 x 225 mm
Les Escales

Ils en parlent

"Elle a fui le génocide rwandais à 6 ans. Aujourd'hui installée dans la Solicon Valley, elle transmet son histoire dans un bestseller poignant."
Clementine Goldszal / ELLE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • biribi Posté le 2 Septembre 2020
    Rescapée du génocide rwandais, Clemantine avait 6 ans quand elle a dû fuir avec sa sœur Claire, âgée de 15 ans. Clemantine nous raconte, 20 ans plus tard, la vie traumatisante d'une très jeune réfugiée qui traversera 7 pays d'Afrique et arrivera aux Etas-Unis. Comment survivre dans ces camps où la misère est omniprésente, la faim constante ? En tant que femme, comment résister, garder sa dignité, ne jamais faire confiance à personne, surtout si on vous offre la moindre chose ? Un jour ou l'autre on vous en demandera des comptes. Claire se débrouille pour gagner un peu d'argent, a de l'énergie à revendre. Mais Clemantine est un poids pour elle, une entrave. Elle n'a aucune affection pour sa jeune sœur qui n'ayant plus ses parents et étant sans aucunes nouvelles d'eux, souhaiterait être aimée. La difficile reconstruction aux Etats-Unis, pays qui regorge de biens alimentaires alors que pas loin de là, d'autres meurent de faim. La lecture n'est pas aisée à cause d'un va et vient entre les années actuelles et ses souvenirs de réfugiée. Mais c'est un témoignage qui nous ouvre les yeux sur ce que ne peuvent dire ceux qui ont fui leur... Rescapée du génocide rwandais, Clemantine avait 6 ans quand elle a dû fuir avec sa sœur Claire, âgée de 15 ans. Clemantine nous raconte, 20 ans plus tard, la vie traumatisante d'une très jeune réfugiée qui traversera 7 pays d'Afrique et arrivera aux Etas-Unis. Comment survivre dans ces camps où la misère est omniprésente, la faim constante ? En tant que femme, comment résister, garder sa dignité, ne jamais faire confiance à personne, surtout si on vous offre la moindre chose ? Un jour ou l'autre on vous en demandera des comptes. Claire se débrouille pour gagner un peu d'argent, a de l'énergie à revendre. Mais Clemantine est un poids pour elle, une entrave. Elle n'a aucune affection pour sa jeune sœur qui n'ayant plus ses parents et étant sans aucunes nouvelles d'eux, souhaiterait être aimée. La difficile reconstruction aux Etats-Unis, pays qui regorge de biens alimentaires alors que pas loin de là, d'autres meurent de faim. La lecture n'est pas aisée à cause d'un va et vient entre les années actuelles et ses souvenirs de réfugiée. Mais c'est un témoignage qui nous ouvre les yeux sur ce que ne peuvent dire ceux qui ont fui leur pays, leur famille. Il n'y a pas de mots pour le dire et il est quasi impossible que ceux qui n'ont pas vécu ce calvaire puissent comprendre. La reconstruction est longue et très difficile. Ce n'est pas de la belle littérature mais ce livre vaut par son témoignage.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Charlotte89 Posté le 31 Juillet 2020
    Clemantine Waramiya : son nom ne vous dit rien ? Moi non plus ! Pourtant, elle gagne à être connue. Désormais conférencière et militante des droits humains aux Etats-Unis, elle a fui le génocide rwandais avec sa sœur Claire à l'âge de 6 ans. S'en est suivi 6 années de pérégrinations à travers différents pays du continent africain. Elle a survécu à la guerre et à la misère des camps de réfugiés pour enfin arriver aux Etats-Unis où elle est accueillie dans une famille d'adoption. Dotée d'une grande force de caractère, elle reprend des études à Yale. Bouleversée par le récit "La nuit" d'Elie Wiesel, elle se retrouve sur le plateau d'Oprah Winfrey en compagnie de l'auteur et sa famille rwandaise qu'elle n'a pas revue depuis 12 ans. Elle décide d'écrire son récit avec l'aide d'une journaliste afin de mettre de l'ordre dans ses pensées. Le résultat est un témoignage poignant sur le destin de cette jeune femme brillante qui jamais ne tombe dans le pathos ou le voyeurisme. J'ai particulièrement aimé le fait qu'elle évoque le regard souvent condescendant que l'on porte sur les réfugié.e.s, comme si nous avions tout à leur donner et à leur apprendre. Pourtant, face à... Clemantine Waramiya : son nom ne vous dit rien ? Moi non plus ! Pourtant, elle gagne à être connue. Désormais conférencière et militante des droits humains aux Etats-Unis, elle a fui le génocide rwandais avec sa sœur Claire à l'âge de 6 ans. S'en est suivi 6 années de pérégrinations à travers différents pays du continent africain. Elle a survécu à la guerre et à la misère des camps de réfugiés pour enfin arriver aux Etats-Unis où elle est accueillie dans une famille d'adoption. Dotée d'une grande force de caractère, elle reprend des études à Yale. Bouleversée par le récit "La nuit" d'Elie Wiesel, elle se retrouve sur le plateau d'Oprah Winfrey en compagnie de l'auteur et sa famille rwandaise qu'elle n'a pas revue depuis 12 ans. Elle décide d'écrire son récit avec l'aide d'une journaliste afin de mettre de l'ordre dans ses pensées. Le résultat est un témoignage poignant sur le destin de cette jeune femme brillante qui jamais ne tombe dans le pathos ou le voyeurisme. J'ai particulièrement aimé le fait qu'elle évoque le regard souvent condescendant que l'on porte sur les réfugié.e.s, comme si nous avions tout à leur donner et à leur apprendre. Pourtant, face à un.e exilé.e qui ne possède aucun bien matériel et qui vit dans la misère, se trouve peut-être un.e brillant.e scientifique ou artiste qui aurait beaucoup à nous transmettre. Plutôt que d'être dans la logique "donner-recevoir" qui implique un rapport de pouvoir, elle propose plutôt d'entrer dans une dynamique de "partage". Ainsi, on sort du schéma "sauveur-victime" et le rapport est rééquilibré. Dans ce récit, l’autrice dénonce à plusieurs reprises les conséquences désastreuses de la colonisation belge dans son pays. A leur arrivée il y a plusieurs décennies, les colons ont divisé la population en plusieurs ethnies alors qu’elle vivait en paix jusqu’alors et sans distinction ethnique. Est-ce que le génocide rwandais aurait eu lieu sans cette colonisation ? La question est posée. Un récit qui raconte également l’exil, la résilience et l’intégration dans la société occidentale après des épisodes de guerre traumatisants.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Fleitour Posté le 5 Juillet 2020
    "La Fille au ­sourire de perles" n'est pas le récit de vacances polynésiennes. Ces perles sont amères, et ce titre évoque bien un génocide. Livre témoignage capital, d'une puissance prodigieuse, sur un théâtre qui hante notre mémoire. Le récit de Clémentine Wamariya est une immersion dans les abîmes de la condition humaine. Le génocide des tutsis au Rwanda. Il y a un moment où la dernière limite est franchie, la seconde suivante c'est la chute vertigineuse où tout ce que vous saviez de la vie s'efface. A ce point de non retour, s'il vous reste encore quelques miettes de cet instinct de survie, vous vivrez, sinon c'est la mort. Ce livre est fabuleux de lucidité, de spontanéité, il met en lumière l'ingéniosité, de 2 filles de 6 et 15 ans, l'attachement viscéral qui les unit, la complicité indéfectible qui à tous moments, par ruse et par flair assurent leur capacités instinctives de se retrouver. Après la disparition des parents devenus introuvables, une autre logique s'imposait. Plus qu'un manuel de survie, c'est un manuel pour espèces menacées. Elles développent une pratique de l'hygiène, et observent des rites précis pour les pieds et les mains. Extraire des larves sous la peau, conserver des... "La Fille au ­sourire de perles" n'est pas le récit de vacances polynésiennes. Ces perles sont amères, et ce titre évoque bien un génocide. Livre témoignage capital, d'une puissance prodigieuse, sur un théâtre qui hante notre mémoire. Le récit de Clémentine Wamariya est une immersion dans les abîmes de la condition humaine. Le génocide des tutsis au Rwanda. Il y a un moment où la dernière limite est franchie, la seconde suivante c'est la chute vertigineuse où tout ce que vous saviez de la vie s'efface. A ce point de non retour, s'il vous reste encore quelques miettes de cet instinct de survie, vous vivrez, sinon c'est la mort. Ce livre est fabuleux de lucidité, de spontanéité, il met en lumière l'ingéniosité, de 2 filles de 6 et 15 ans, l'attachement viscéral qui les unit, la complicité indéfectible qui à tous moments, par ruse et par flair assurent leur capacités instinctives de se retrouver. Après la disparition des parents devenus introuvables, une autre logique s'imposait. Plus qu'un manuel de survie, c'est un manuel pour espèces menacées. Elles développent une pratique de l'hygiène, et observent des rites précis pour les pieds et les mains. Extraire des larves sous la peau, conserver des vêtements propres passent avant le reste. Le reste ? La confiance zéro, la méfiance maximum, l'anticipation menée comme par des agents secrets. Traverser autant de pays, c'est possible si vous avez de l'argent. Leur petite entreprise est l'observation du prix de quelques denrées. Acheter et revendre, puis faire disparaître la différence sur soi, toujours sur soi. Au fil des pages on jubile de voir la débrouillardise gagner en intensité, et se convertir en déplacements obstinés vers le sud, toujours l'Afrique du sud. Après 4 à 5 années passées à mener cette évasion, méticuleuse, je suis absolument certain que vos capacités intellectuelles seront au beau fixe. Les portes de Yale, oui les portes de la meilleure université est possible, l'intelligence exécutive harcelée est le meilleur carburant pour l'esprit. Combien a t-elle appris de langues 6 ou 7 , indispensables pour sa survie, mais quel atout dans ce monde si diversifié. Incroyable, impensable, avec en prime un zeste de réussite de ses neveux et nièces. Vivre avec ses souvenirs, apprendre à faire confiance, montrer qu'on ne dédaigne pas l'aide des autres, découvrir le plaisir de recevoir, est le chemin douloureux que nos deux héroïnes vont devoir inventer. Devenir autonome à 6 ans, c'est une réalité qui existe, s'obstiner à grimper dans cet environnement rude à majorité blanche est une autre paire de manche. Merci Oprah Winfrey et merci à Clemantine Wamariya et à votre sœur Claire, pour ce voyage hallucinant, raconté sans excès de noirceur, en livrant un vibrant hommage à votre communauté brisée.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Darjeelingdo Posté le 9 Mai 2020
    Un livre témoignage de Clémentine Wamariya qui, a 6 ans, a dû fuir les massacres du Rwanda avec sa sœur âgée de 15 ans. De 1994 à 2000, elles vont traverser 8 pays, d’un camp de réfugiés à l’autre avant de finalement arriver aux États Unis et se retrouver plongée en plein rêve américain. Le récit alterne les deux périodes : l’errance à travers le continent africain et la difficile adaptation à la vie américaine, avec les séquelles du traumatisme subi, la question de l’identité et du rapport aux autres, et celle du témoignage. Le portrait de la sœur est très fort , c’est vraiment grâce à son intelligence et sa force de caractère que les filles s’en sortent malgré tout , même si Clémentine ne semble pas vraiment lui rendre justice tout le long du récit. C’est bien sûr un témoignage nécessaire mais je ne sais pas pourquoi il m’a semblé « froid », un peu trop « journalistique »..je ne sais pas trop comment l’exprimer. J’avais en tête le très beau « Petit pays » de Gaël Faye qui , lui , m’avait beaucoup ému et je n’ai pas retrouvé cette émotion ici.
  • TheReadingBee Posté le 21 Août 2019
    Il est extrêmement difficile de critiquer un tel livre. Non seulement parce qu'il s'agit du récit d'une (de nombreuses) vie(s) réelle(s), mais également parce que l'auteure principale s'y dévoile en profondeur. Ce récit est dramatique et bouleversant, dans son infini malheur l'auteure qui est aussi la narratrice, exprime la chance qu'elle a eue de rencontrer certaines personnes mais aussi d'avoir une sœur dont la force de caractère leur a permis de sortir du cercle vicieux de la vie de réfugiées rwandaises. Ce récit est d'autant plus bouleversant qu'il dénonce le rôle, non seulement de la Belgique dans le massacre/génocide auquel elle a échappé (bien qu'elle n'en sorte pas indemne), mais aussi de tous les pays qui ont fermé les yeux sur cette horreur. C'est également le récit d'une petite fille caméléon, d'une petite sœur en mal d'amour et de reconnaissance, d'un corps meurtri, d'une âme écorchée, d'une enfance volée, d'une adolescence empruntée, d'une femme qui ne veut pas rester victime... C'est un récit à lire, à penser, à partager, pour conscientiser, pour faire agir, pour faire réfléchir et pour qu'enfin on puisse dire "plus jamais ça" avec la force de la vérité.
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !

Lisez maintenant, tout de suite !