Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714479587
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 544
Format : 140 x 225 mm

La Fin des temps

Corinne ATLAN (Traducteur)
Date de parution : 07/11/2019
Quand on est brusquement jeté dans les ténèbres totales sans y être préparé, on perd tous ses moyens pendant un moment.
Couronné par le prestigieux prix Tanizaki, La Fin des temps est le quatrième roman de Haruki Murakami, où se mêlent délicieusement deux mondes entre réel et merveilleux, le « Pays des merveilles sans merci » et la « Fin du monde »…

La redécouverte événement de l’un des chefs-d’œuvre du maître de la littérature japonaise !

 
EAN : 9782714479587
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 544
Format : 140 x 225 mm
Belfond

Ils en parlent

« L’empressement audacieux de Haruki Murakami à vouloir repousser les limites a toujours été un signe de son génie. Si Murakami est la "voix d’une génération", comme c’est souvent proclamé au Japon, il s’agit de la génération de Thomas Pynchon et de Don De Lillo. »
The Independent
« Une abondante imagination. »
The Sunday Times

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • JeromeD Posté le 14 Mai 2020
    Je suis fan de cet auteur. Je reste convaincu que c'est l'un des grands auteurs de cet époque - et je ne suis pas le seul - le prix nobel l'ayant récompensé. Je me suis plongé dans la fin des temps comme dans tous ses romans, en me laissant guider, en me laissant aller. L'histoire est étrange, écrit ou raconté par n'importe qui d'autre, cela n'aurait probablement aucun sens et aucun intérêt. Mais lui, par sa prose, le rythme, la façon d'exposé le sujet, de parler des personnages, nous emmène dans un monde imaginaire ou réel, ou la frontière entre le songe et la réalité s'efface. C'est une histoire des temps modernes, c'est une histoire sur la réalité de notre réalité, sur l'amour, sur notre relation au monde, sur un certain détachement. On retrouve chez Murakami toujours les mêmes éléments - un peu de surnaturel, beaucoup de poésie, des personnages qui se laissent aller, des gens normaux qui sont plongés dans des circonstances incroyables et l'incroyable qui est décrit comme normal - je ne veux pas en dire plus, mais la ballade dans les souterrains de Tokyo est incroyable et semble tellement réelle... Voilà, j'ai adoré
  • Marc45 Posté le 21 Avril 2020
    J'ai commencé ce livre en l'empruntant chez mon frère en vacances. Je suis reparti sans l'achever. J'avais tellement aimé le premier tiers que je m'étais promis de l'acheter le plus vite possible. En remontant, je m'arrête quelques jours à Arcachon et je vais chez le libraire sous les arcades. Il connaît bien Murakami, m'en parle pendant plus d'un quart d'heure mais le livre est en rupture et finalement il me convainc d'acheter Kafka sur le rivage. Coup de foudre. Puis finalement je trouve La fin des temps. Déçu ? Non mais Kafka est un tel coup de pied aux fesses que, inévitablement, je trouve que la fin des temps n'est pas au même niveau. Cela étant dit, il s'agit bien sur d'un ouvrage à savourer même si la technique littéraire est aussi celle utilisée dans Kafka. C'est un roman super bien construit, haletant dans un univers de sciences fiction moitié Jules Vernes moitié Tintin. Et puis la fin nous prend par la main et nous'promène gentiment dans un surprenant conte philosophique. Génial au final. J'ai beaucoup aimé ce voyage dans le rêve et l'opposition de la réalité froide qui fait mal parfois. Très belle leçon sur le sens de... J'ai commencé ce livre en l'empruntant chez mon frère en vacances. Je suis reparti sans l'achever. J'avais tellement aimé le premier tiers que je m'étais promis de l'acheter le plus vite possible. En remontant, je m'arrête quelques jours à Arcachon et je vais chez le libraire sous les arcades. Il connaît bien Murakami, m'en parle pendant plus d'un quart d'heure mais le livre est en rupture et finalement il me convainc d'acheter Kafka sur le rivage. Coup de foudre. Puis finalement je trouve La fin des temps. Déçu ? Non mais Kafka est un tel coup de pied aux fesses que, inévitablement, je trouve que la fin des temps n'est pas au même niveau. Cela étant dit, il s'agit bien sur d'un ouvrage à savourer même si la technique littéraire est aussi celle utilisée dans Kafka. C'est un roman super bien construit, haletant dans un univers de sciences fiction moitié Jules Vernes moitié Tintin. Et puis la fin nous prend par la main et nous'promène gentiment dans un surprenant conte philosophique. Génial au final. J'ai beaucoup aimé ce voyage dans le rêve et l'opposition de la réalité froide qui fait mal parfois. Très belle leçon sur le sens de nos vies.
    Lire la suite
    En lire moins
  • mh17 Posté le 5 Avril 2020
    Manipulations Encore une fois, j'ai été happée, envoutée, amusée, agacée, perdue, émue...par un roman d'Haruki Murakami. A la fin, comme toujours, je me suis demandée ce qu'il avait bien voulu dire par là... La première manipulée, c'est bien moi. Reprenons. Deux récits alternent: 1) dans les chapitres impairs, se déroule l'histoire du Pays des Merveilles. On est dans une légère anticipation. Le narrateur, anonyme, est un programmeur informatique, très doué. Il aime les filles grassouillettes et les maigrichonnes aussi. On l'a engagé afin qu'il brouille des données top secrètes. Il se retrouve dans un immeuble étrange tout blanc. Une jeune fille grassouillette apparemment sourde et muette, vêtue de rose, le guide à travers un sous-sol labyrinthique où d'étranges créatures, Les Ténébrides, les menacent. Le grand père de la replète en rose l'attend. Il lui confie des données à encoder et lui offre un crâne... 2) dans les chapitres pairs, se déroule une autre histoire intitulée La Fin des Temps. Là, on est dans un monde ténébreux..brrr. le narrateur vient d'arriver pour être liseur de vieux rêves. Le gardien de la ville lui marque les globes oculaires au couteau et le sépare de son ombre qu'il enferme dans un enclos où vivent des licornes au... Manipulations Encore une fois, j'ai été happée, envoutée, amusée, agacée, perdue, émue...par un roman d'Haruki Murakami. A la fin, comme toujours, je me suis demandée ce qu'il avait bien voulu dire par là... La première manipulée, c'est bien moi. Reprenons. Deux récits alternent: 1) dans les chapitres impairs, se déroule l'histoire du Pays des Merveilles. On est dans une légère anticipation. Le narrateur, anonyme, est un programmeur informatique, très doué. Il aime les filles grassouillettes et les maigrichonnes aussi. On l'a engagé afin qu'il brouille des données top secrètes. Il se retrouve dans un immeuble étrange tout blanc. Une jeune fille grassouillette apparemment sourde et muette, vêtue de rose, le guide à travers un sous-sol labyrinthique où d'étranges créatures, Les Ténébrides, les menacent. Le grand père de la replète en rose l'attend. Il lui confie des données à encoder et lui offre un crâne... 2) dans les chapitres pairs, se déroule une autre histoire intitulée La Fin des Temps. Là, on est dans un monde ténébreux..brrr. le narrateur vient d'arriver pour être liseur de vieux rêves. Le gardien de la ville lui marque les globes oculaires au couteau et le sépare de son ombre qu'il enferme dans un enclos où vivent des licornes au pelage doré... Même s'il n'atteint pas la perfection de Kafka sur le Rivage, ce roman fait pour moi partie du top murakamien. D'abord c'est un grand roman d'aventure. On est dans les pas du narrateur dans l'une et l'autre histoire. On découvre avec lui, on s'interroge avec lui. Le narrateur est un gars sympa, ce qui n'est pas toujours le cas chez Murakami. Il a de l'humour, sait parler aux filles, nous parler jazz, littérature, fait super bien la cuisine etc. Murakami adore digresser sur tout un tas de sujets en plein suspense et nous amuser quand la mélancolie nous assaille un peu trop. Tous les personnages secondaires, anonymes, sont extrêmement soignés, intéressants, évocateurs: les filles, les vieux, les méchants... Ensuite l'alternance entre les deux récits rend le lecteur actif. On cherche tout le temps des liens entre l'onirisme technologique du Pays Merveilleux et l'univers cauchemardesque de la Fin des Temps. Les descriptions y sont particulièrement saisissantes, poétiques alors que le ton et l'atmosphère sont opposés. Enfin, la fin de la Fin est ouverte et toutes les interprétations sont possibles. J'y ai vu la version simple et la version cauchemardesque des dangers qui guettent une humanité manipulée par les grandes sociétés informatiques: perte des valeurs, course sans fin au productivisme, eugénisme, mépris des animaux et de la nature , incommunicabilité, solitude profonde.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ManouB Posté le 10 Mars 2020
    Ce livre n'est pas une nouveauté mais il vient d'être réédité chez Belfond en novembre dernier. C'est le quatrième roman de l'auteur paru au Japon en 1985. Traduit en plus de 25 langues, il est paru en France dès 1992 grâce à la traduction de Corinne Atlan. Il a obtenu le Prix Tanizaki en 1985. Haruki Murakami est l'auteur japonais contemporain le plus lu dans le monde. Plusieurs fois favori pour le prix Nobel de littérature il a été couronné par le prestigieux Yomiuri Literary Prize. "La fin des temps" est considéré comme le premier roman long de l'auteur qui écrit aussi des nouvelles, des essais et des romans courts. C'est vrai que ce roman est une saga à lui tout seul car il fait plus de 500 pages dans sa version grand format. Autant dire que j'ai mis une bonne semaine pour le découvrir en prenant mon temps. C'est un roman de Science-fiction qui plaira aux amateurs du genre. Cela faisait longtemps que personnellement je n'en avais pas lu, alors que c'est un genre littéraire que j'aimais beaucoup quand j'étais plus jeune. L'histoire est assez complexe car le roman mêle deux histoires : la première est intitulée "Pays des merveilles sans... Ce livre n'est pas une nouveauté mais il vient d'être réédité chez Belfond en novembre dernier. C'est le quatrième roman de l'auteur paru au Japon en 1985. Traduit en plus de 25 langues, il est paru en France dès 1992 grâce à la traduction de Corinne Atlan. Il a obtenu le Prix Tanizaki en 1985. Haruki Murakami est l'auteur japonais contemporain le plus lu dans le monde. Plusieurs fois favori pour le prix Nobel de littérature il a été couronné par le prestigieux Yomiuri Literary Prize. "La fin des temps" est considéré comme le premier roman long de l'auteur qui écrit aussi des nouvelles, des essais et des romans courts. C'est vrai que ce roman est une saga à lui tout seul car il fait plus de 500 pages dans sa version grand format. Autant dire que j'ai mis une bonne semaine pour le découvrir en prenant mon temps. C'est un roman de Science-fiction qui plaira aux amateurs du genre. Cela faisait longtemps que personnellement je n'en avais pas lu, alors que c'est un genre littéraire que j'aimais beaucoup quand j'étais plus jeune. L'histoire est assez complexe car le roman mêle deux histoires : la première est intitulée "Pays des merveilles sans merci" et la seconde "Fin du monde". L'auteur alterne, mais cela en facilite aussi la lecture, un chapitre de l'une, puis un de l'autre et ainsi de suite jusqu'à la fin du roman qui comporte 40 chapitres en tout. Bien entendu les deux histoires se rejoignent... Les deux narrateurs dont nous ne saurons jamais le nom, vivent dans deux lieux différents. Le premier est totalement imaginaire mais la vie quotidienne ressemble beaucoup à la nôtre. Le second à l'inverse ressemble beaucoup au nôtre mais l'histoire bascule dans un monde qui n'a rien à voir avec notre vie quotidienne ! Je vous ai perdu ?? Vous l'aurez compris ces histoires sont teintées de mystère et ce n'est pas facile d'en faire un résumé ! Il se pourrait bien en effet que le lecteur se perde un peu par moment dans ces mondes parallèles peuplés de créatures imaginaires...mais il s'y perd avec délice tant il est obligé de laisser ses repères habituels de côté, pour se délecter de cette lecture. Le premier des narrateurs est programmeur mais c'est son cerveau qui à présent, lui sert d'ordinateur. Un jour, il est appelé par un mystérieux savant qui va l'emmener dans le réseau souterrain de Tokyo où se trouve son laboratoire de recherche, loin des oreilles indiscrètes. Il doit sauvegarder (je ne sais pas quel autre terme employer) en les codant, les résultats des recherches de ce vieux chercheur. Pour le remercier celui-ci lui offre un crâne de licorne. Mais le savant est enlevé et sa petite-fille vient supplier le narrateur de partir avec elle à sa recherche. Heureusement, elle sait comment circuler dans les souterrains...C'est ainsi que le narrateur découvre qu'il est la victime d'une guerre particulière entre la Société de programmeur qui l'emploie et des pirates informatiques. Suspense garanti ! Le second narrateur est liseur de rêves. Il vient d'arriver dans un monde parallèle où les gens ont perdu leur ombre pour toujours, mais la sienne est toujours en vie, elle va simplement dépérir de plus en plus au cours de l'hiver qui ne tarde pas à arriver. En même temps que leur ombre, les gens perdent leur cœur et donc leurs sentiments car c'est l'ombre qui conserve à leur arrivée tous les souvenirs de leur ancienne vie. La cité est entourée de murs immenses qui empêchent toute personne désirant en sortir de le faire et, la seule porte est surveillée par un gardien qui veille au bon fonctionnement de la cité. Lire les rêves est un travail de nuit qui se déroule dans une bibliothèque où se trouvent des milliers de crânes de licornes...ce sont eux qui contiennent les rêves ! Evidemment, je ne vous en dirai pas davantage, ce serait dommage pour les amateurs du genre de dévoiler l'histoire... Ce qui m'a plu dans cette lecture outre les qualités d'écriture de l'auteur, c'est le mystère et l'imagination parfois délirante qui émanent de ces histoires. Le roman est également teinté d'humour et de beaucoup de poésie. J'ai eu l'impression de lire un conte philosophique, car c'est un roman qui nous fait aussi réfléchir. La première histoire se lit comme un polar noir teinté d'un peu de fantastique...la seconde comme on lirait un roman de fantasy. Le roman est truffé de références littéraires venant de tous pays confondus. C'est un auteur japonais que je ne regrette pas d'avoir lu à nouveau. Je suis réellement partie très loin de nous dans un monde différent et cela m'a vraiment changé les idées durant les dernières vacances. Mais vous serez surpris si vous le lisez un jour, ce livre n'est pas empreint de culture japonaise du tout, je pensais même que l'auteur vivait aux Etats-Unis et je suis allée relire sa biographie : il n'en est rien...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Flocava1 Posté le 16 Août 2019
    J’ai eu plus de mal avec ce livre là de Murakami plus sombre et obscur que les autres ai je trouvé mais un bon cru néanmoins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !