Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262016807
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 132 x 201 mm

La France occupée

Jean-Paul Bled (préface de)
Date de parution : 12/01/2012

L’occupation de la France par les Allemands racontée par un historien et témoin de premier ordre.

Une plongée au coeur de la France occupée par l’un des plus célèbres écrivains combattants allemands de la Seconde Guerre mondiale.
Printemps 1940, les soldats allemands découvrent l’hexagone. Ses paysages charment ; Paris les envoûte. Ils apprécient l’art de vivre à la française, d’autant que l’accueil est relativement cordial. Et puis...

Une plongée au coeur de la France occupée par l’un des plus célèbres écrivains combattants allemands de la Seconde Guerre mondiale.
Printemps 1940, les soldats allemands découvrent l’hexagone. Ses paysages charment ; Paris les envoûte. Ils apprécient l’art de vivre à la française, d’autant que l’accueil est relativement cordial. Et puis la Résistance s’organise, s’affirme. Les représailles allemandes s’enchaînent.
De nombreux otages sont exécutés publiquement ; les Juifs et les communistes sont traqués.
August von Kageneck, antinazi convaincu connu pour ses récits de la guerre à l’Est, est lui aussi tombé amoureux de la France alors qu’il arrivait en Brie avec son régiment. Mobilisé à 17 ans, il nous raconte son expérience de l’occupation et livre le point de vue des soldats de la Wehrmacht sur la France occupée. Enrichissant son expérience personnelle par de nombreux témoignages, il montre comment et pourquoi, après une période de curiosité réciproque,
les relations entre occupés et occupants, entre le peuple français et les soldats allemands, devinrent de plus en plus conflictuelles et violentes.
Ce récit exceptionnel, qui s’achève en 1942, est préfacé et complété par Jean-Paul Bled jusqu’à la Libération. L’ensemble forme une nouvelle histoire de la France occupée.

Emblème de la réconciliation franco-allemande, August von Kageneck a déjà publié chez Perrin de nombreux ouvrages touchant à sa propre expérience de la Seconde Guerre mondiale, notamment, Lieutenant de panzers, La Guerre à l’Est, Examen de conscience, De la croix de fer à la potence.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262016807
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 132 x 201 mm
Perrin
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • JeanLibremont Posté le 26 Avril 2021
    Ce récit - meme inachevé - par august von Kageneck de l'occupation allemande en France a le mérite de mettre en évidence le systeme de pensée pathologique de Hitler. On voit en effet celui-ci se désintéresser de la France une fois la victoire militaire acquise, laissant quelques généraux et des troupes relativement peu nombreuses et mal équipées occuper et exploiter le pays conquis. Comme s'il croyait que la fiereté nationale était le privilege de l'Allemagne seule et que tout autre pays, meme riche de culture et d'histoire comme la France, se résignerait forcément a perdre liberté et territoire apres une défaite militaire. Lorsque les actes de résistance commencent a se multiplier, Hitler ordonne l'exécution en représailles de plus en plus d'otages sans paraitre comprendre ce que ses généraux sur le terrain (ceux du Wehrmacht) - notamment le premier d`entre eux, le "commandant militaire en France" Otto von Stülpnagel - comprennent bien: non seulement les exécutions de masse ne mettront pas fin a la résistance, mais lui donneront encore plus d'élan. En décidant d'attaquer la Russie dans la foulée, Hitler démontre davantage encore son aliénation en faisant abstraction de ce que, meme en cas de victoire militaire, il serait totalement incapable de... Ce récit - meme inachevé - par august von Kageneck de l'occupation allemande en France a le mérite de mettre en évidence le systeme de pensée pathologique de Hitler. On voit en effet celui-ci se désintéresser de la France une fois la victoire militaire acquise, laissant quelques généraux et des troupes relativement peu nombreuses et mal équipées occuper et exploiter le pays conquis. Comme s'il croyait que la fiereté nationale était le privilege de l'Allemagne seule et que tout autre pays, meme riche de culture et d'histoire comme la France, se résignerait forcément a perdre liberté et territoire apres une défaite militaire. Lorsque les actes de résistance commencent a se multiplier, Hitler ordonne l'exécution en représailles de plus en plus d'otages sans paraitre comprendre ce que ses généraux sur le terrain (ceux du Wehrmacht) - notamment le premier d`entre eux, le "commandant militaire en France" Otto von Stülpnagel - comprennent bien: non seulement les exécutions de masse ne mettront pas fin a la résistance, mais lui donneront encore plus d'élan. En décidant d'attaquer la Russie dans la foulée, Hitler démontre davantage encore son aliénation en faisant abstraction de ce que, meme en cas de victoire militaire, il serait totalement incapable de maintenir sous occupation un pays aussi gigantesque. D'autant que l'idéologie hitlérienne prechait aux soldats et officiers allemands qu'en Russie ils avaient affaire a une humanité inférieure et donc a (mal)traiter comme tel.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bigmammy Posté le 30 Novembre 2019
    C'est un livre très bref parce qu'inachevé, interrompu par la mort de son auteur en 2004, qui traite de la période 1939 – 1942. Il n'en reste pas moins un témoignage particulièrement objectif sur les ressorts du haut commandement allemand au lendemain de l'envahissement de la France en mai-juin 1940. Issu d'une famille aristocratique catholique, August von Kageneck – tout comme ses frères – s'est engagé très tôt dans l'armée afin de ne pas devoir prêter serment à Hitler. Partisan et acteur inlassable de la réconciliation franco-allemande dès 1945, correspondant de Die Welt de 1956 à 1976, marié à une française et établi en France, il reconnaît la complicité de la Wehrmacht dans sa participation aux crimes nazis. Après 44 jours de guerre, la jeune armée allemande donne une preuve d'invincibilité. Ils ont fait1,5 millions de prisonniers. Les soldats allemands sont émerveillés de découvrir Paris et ses beautés culturelles. L'accueil des français est perçu comme bon, dans un climat de confiance et de tolérance réciproque. Bien des Français trouvent du travail dans les services de l'armée allemande. Les soldats sont priés de se montrer respectueux … En revanche, Hitler ne professe que mépris pour la France qui doit servir de réservoir de main... C'est un livre très bref parce qu'inachevé, interrompu par la mort de son auteur en 2004, qui traite de la période 1939 – 1942. Il n'en reste pas moins un témoignage particulièrement objectif sur les ressorts du haut commandement allemand au lendemain de l'envahissement de la France en mai-juin 1940. Issu d'une famille aristocratique catholique, August von Kageneck – tout comme ses frères – s'est engagé très tôt dans l'armée afin de ne pas devoir prêter serment à Hitler. Partisan et acteur inlassable de la réconciliation franco-allemande dès 1945, correspondant de Die Welt de 1956 à 1976, marié à une française et établi en France, il reconnaît la complicité de la Wehrmacht dans sa participation aux crimes nazis. Après 44 jours de guerre, la jeune armée allemande donne une preuve d'invincibilité. Ils ont fait1,5 millions de prisonniers. Les soldats allemands sont émerveillés de découvrir Paris et ses beautés culturelles. L'accueil des français est perçu comme bon, dans un climat de confiance et de tolérance réciproque. Bien des Français trouvent du travail dans les services de l'armée allemande. Les soldats sont priés de se montrer respectueux … En revanche, Hitler ne professe que mépris pour la France qui doit servir de réservoir de main d'oeuvre et de matières premières. C'est une loi de 1935 sur l'Etat de Défense qui confie tout le pouvoir administratif – à l'exception de l'économie – au ministère de la guerre dans les pays occupés. En France, la consigne est d'employer le moins de personnel allemand possible. L'ambiance se détériore cependant dès l'automne 40 après le renvoi de Laval : la libération de prisonniers réclamée par Vichy se fait attendre, les militaires allemands qui demandent des facilités de passage de la ligne de démarcation ne sont pas entendus. L'entrée en guerre contre la Russie fait tout basculer. Les attentats se multiplient – le premier en août 1941 – suivis de la répression par la prise d'otages et leur exécution. Le mérite de ce livre est de décrire la psychologie des principaux acteurs allemands de l'occupation, dont certains sont loin d'apprécier les ordres d'Hitler : en particulier Otto von Stülpnagel, les tensions de l'Etat-major, le partage du pouvoir entre Wehrmacht et SS, la collaboration avec les autorités françaises. Avec d'excellentes pré et post faces de Jean-Paul Bled, ce livre constitue un indispensable complément à l'ouvrage fondamental de Robert O. Paxton sur le même sujet.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…