Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259284370
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 368
Format : 135 x 210 mm

La grâce - Prix de Flore 2020

Date de parution : 27/08/2020
« J’ai essayé d’approcher au plus près ce miracle qui fait surgir la lumière au plus profond de la noirceur. »
Prix de Flore 2020 - Rentrée littéraire 2020
Il y a quatre ans, j’ai sombré dans une vertigineuse dépression. Je ne trouvais plus aucun sens à l’existence. Jusqu’à cette nuit, dans la chapelle d’un monastère, où j’ai été touché par la grâce. Par la sensation inouïe d’un contact charnel avec Dieu.
Pour moi qui ai toujours été athée, cette...
Il y a quatre ans, j’ai sombré dans une vertigineuse dépression. Je ne trouvais plus aucun sens à l’existence. Jusqu’à cette nuit, dans la chapelle d’un monastère, où j’ai été touché par la grâce. Par la sensation inouïe d’un contact charnel avec Dieu.
Pour moi qui ai toujours été athée, cette révélation relevait de l’incompréhensible. Quel en était le sens ? Qu’avais-je éprouvé réellement ? Était-il possible qu’un au-delà existe ? Une seule personne pouvait me répondre : Christian.
Cet oncle, frère franciscain, que je connaissais à peine, allait être emporté par la maladie au moment-même où je renouais avec lui. Mais à sa mort, je découvris, renversé, que Christian avait été touché par la grâce à 37 ans. Comme moi. Et qu’il avait vécu jusqu’à cet âge une vie de fêtes et d’excès, en parfaite opposition avec la foi. Comme moi aussi. En enquêtant sur ce destin extraordinaire qui l’avait vu troquer le smoking des soirées mondaines pour la robe de bure des frères mineurs, j’ai essayé d’approcher au plus près ce miracle qui fait surgir la lumière au plus profond de la noirceur. Et des étincelles de grâce, que l’on croit ou pas, dans la brume de nos quotidiens.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259284370
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 368
Format : 135 x 210 mm

Ils en parlent

« Le projet est ambitieux, le livre complexe et divers, à la fois métaphysique, érudit, et flirtant avec l'autodérision. Le talent d'un écrivain, c'est aussi une forme de grâce. »
Jean-Claude Perrier / Livres Hebdo

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Bap7 Posté le 10 Janvier 2022
    En quatrième de couverture Emmanuel Carrere, auteur entre autre du livre « Le royaume », indique qu’il « a lu la Grâce avec une émotion croissante et fraternelle ». C’est effectivement ce que l’on ressent en suivant les pérégrinations de l’oncle de l’auteur, Christian de Montaigu.
  • oree Posté le 29 Décembre 2021
    Un livre sans doute en partie autobiographique sur la conversion religieuse. Après une dépression, une vie d'errance dans tous les excès, un homme se trouve confronté à la mort de son oncle mal connu, devenu franciscain après un parcours tenu discret dans sa famille. Se retrouvant dans cet oncle, il part sur ses traces et comme lui va vivre une expérience mystique qui le transfigure et l'entraîne dans la vie monastique auprès des plus pauvres. Très belle lecture qui suscite la compréhension de cet état de grâce que l'on peut connaître quelquefois dans une vie et qui n'est pas réservée aux seuls saints. Parrallélisme entre Saint François d'Assise, l'oncle et le narrateur qui cherchait juste à écrire un livre sur Dupont de Ligonnès. Sujet original et profond qui se montre critique sur les institutions religieuses perdues dans leurs quêtes de pouvoir, leurs renoncements à ce qui les a fait naître, leur incapacité à répondre à la demande de sens et de transcendance des hommes.
  • Audeladulisible Posté le 12 Décembre 2021
    Thibault de Montaigu nous délivre une histoire très personnelle : celle d'une errance existentielle et identitaire. Si la religion, et plus particulièrement « la foi », imprègne ce chemin, lui donne une forme, il me semble, tout de même, qu'elle n'est qu'une surface où se reflète des questionnements autres ; dans un va et vient constant entre son oncle franciscain, Christian, et sa propre vie l'auteur nous invite sur le chemin du sens même de la vie, dans l'au-delà de celle-ci : la transcendance, autrement dit « la grâce ». Voici un livre qui invite à plusieurs lectures : chacune ouvrant probablement à des interprétations et des chemins différents. En commençant ces lignes, je cherchais des réponses. La seule qui m'est apparue alors concerne la part éminemment subjective de la « foi ». Je garde un coup d'inachevé…. Comme une intuition que ces lignes ne m'ont pas encore livrées tous leurs secrets.
  • Lecteur_75015 Posté le 7 Novembre 2021
    Peu de romans aborde encore la question de Dieu et de la vocation, cet appel si mystérieux. Ce roman développe longuement ce thème en évitant à la fois ricanement matérialiste et mièvrerie bigote. A noter qu’un personnage de fait divers traverse aussi ce roman. Je lirai sans doute d’autres romans de l’auteur.
  • soleil Posté le 3 Novembre 2021
    Thibaut vit, s'agite, tourbillonne puis finit par se perdre. Sans un certain ancrage, au mieux on flotte, au pire on coule. Une fois au fond, que lui reste-t-il ? L'abandon. Rendre les armes est sûrement l'action salvatrice pour se laisser saisir par le bras, la main de Celui qui vous sortira de l'eau pour une renaissance. Dieu lui manifeste sa présence sans tambour ni trompette, par surprise, au bon moment, au juste moment, toujours. Physiquement. Toutefois, cette puissance qui a balayé ses certitudes, cette grâce qui a touché Thibault ne saurait être le point final mais un point de départ. Qu'en faire ? Comment vivre cette foi ? Lorsqu'il découvre qu'un de ses oncles (franciscain) a connu sensiblement les mêmes déserts puis la même grâce , il prend le chemin parcouru par ce religieux. -------------------------------------------- Je choisis un titre pour que l'histoire me prenne, m'embarque avec son style, ses mots et ce qu'elle raconte. La mission est honorée. Aucune linéarité dans ce que j'ai ressenti à cette lecture. Saisie par les mots et le style au premier chapitre, j'avais déjà les larmes aux yeux au deuxième puis j'ai souri au troisième. Thibault de Montaigu m'a entraînée derrière lui pour découvrir la vie riche des... Thibaut vit, s'agite, tourbillonne puis finit par se perdre. Sans un certain ancrage, au mieux on flotte, au pire on coule. Une fois au fond, que lui reste-t-il ? L'abandon. Rendre les armes est sûrement l'action salvatrice pour se laisser saisir par le bras, la main de Celui qui vous sortira de l'eau pour une renaissance. Dieu lui manifeste sa présence sans tambour ni trompette, par surprise, au bon moment, au juste moment, toujours. Physiquement. Toutefois, cette puissance qui a balayé ses certitudes, cette grâce qui a touché Thibault ne saurait être le point final mais un point de départ. Qu'en faire ? Comment vivre cette foi ? Lorsqu'il découvre qu'un de ses oncles (franciscain) a connu sensiblement les mêmes déserts puis la même grâce , il prend le chemin parcouru par ce religieux. -------------------------------------------- Je choisis un titre pour que l'histoire me prenne, m'embarque avec son style, ses mots et ce qu'elle raconte. La mission est honorée. Aucune linéarité dans ce que j'ai ressenti à cette lecture. Saisie par les mots et le style au premier chapitre, j'avais déjà les larmes aux yeux au deuxième puis j'ai souri au troisième. Thibault de Montaigu m'a entraînée derrière lui pour découvrir la vie riche des obscurités et lumières vécues par son oncle. L'auteur rend compte des pauvretés qui les traversent, de leurs luttes et leurs tourments malgré leur foi. Il témoigne que Dieu se manifeste dans les corps. Quant à la fin du livre, elle est le signe que la grâce, dans les derniers instants éclate. Tapie, dans nos ombres pour nous redonner à voir sa lumière.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…

Lisez maintenant, tout de suite !