Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221112953
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 135 x 215 mm

La Grande Course de chars à voiles - NE

Isabelle D. PHILIPPE (Traducteur)
Collection : Ailleurs et Demain
Date de parution : 09/04/2009

Le Chant de la Terre, dont La Grande Course de chars à voiles constitue l'ouverture, est l'un des cycles les plus étranges et les plus réussis de la science-fiction.

Le Chant de la Terre est supposé extrait d'un chant épique qui relate l'histoire de l'humanité, plus quelques autres, et qui a tant proliféré au fil des temps qu'il faudrait plus d'un siècle pour le réciter en entier. Nous ne disposons donc que de fragments en cinq volets, La Grande...

Le Chant de la Terre est supposé extrait d'un chant épique qui relate l'histoire de l'humanité, plus quelques autres, et qui a tant proliféré au fil des temps qu'il faudrait plus d'un siècle pour le réciter en entier. Nous ne disposons donc que de fragments en cinq volets, La Grande Course de chars à voiles, La Locomotive à vapeur céleste, Les Dieux du grand loin, Le Gnome et Le Roi de l'île au sceptre.
Le cycle conte la mésaventure d'un presque dieu, Starquin le Cinq-En-Un, qui, se promenant dans l'univers des aléapistes, autrement dit des possibles, se trouva piégé quelque part dans l'espace par les champs de mines d'une guerre interstellaire future. Malgré ses pouvoirs, il risque d'y périr d'inanition au bout de quelques millénaires si l'histoire ne peut être réécrite afin de le libérer. 
La Grande Course de chars à voiles constitue le prologue du cycle, et se situe dans un Brésil futur, en un temps où la technologie sauvage qui a menacé de détruire la Terre a été oubliée et où la sculpture des êtres vivants a pris sa place : Karina, l'héroïne du roman, est une félina, issue d'un croisement de Vrai Humain et de chat, elle a la beauté d'une femme et la souplesse d'un fauve, sa cruauté et sa violence. La vie lui fera rencontrer Raoul, le fils du capitaine indomptable, tandis que se déroule sur un rail unique, à travers forêts, jungles et marais, la terrible, la fantastique grande course de chars à voiles...

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221112953
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 135 x 215 mm

Ils en parlent

À propos de La grande course de char à voiles :

 

« Coney a magiquement retrouvé l'inspiration d'un Cordwainer Smith, il tisse une SF aux allures de merveilleux, un réalisme magique aux allures futuristes. Pas de mise en situation ni d'explication pour débuter La grande course de chars à voiles ; on comprend peu à peu que ce Brésil futur est sillonné de rails de bois sur lesquels glissent au vent des chars à voiles. Que l'emploi des métaux a été interdit, ces matériaux étant porteurs de violence pour l'humanité. Que les Vrais Humains et les Félinas se partagent le pays, en une confrontation raciale toujours tendue. L'élément moteur du livre est la grande course qui est organisée annuellement entre les chars à voiles. Le Chant de la Terre est un seul et même immense fleuve, toute l'histoire de l'Humanité (des Humanités), et toutes ses aléapistes (nous dirions “uchronies”). On trouve donc dans La grande course de char à voiles les prémisses des volumes suivants : la Didon est déjà là, Starquin est retenu prisonnier dans le système solaire depuis déjà des millénaires, et sa libération est en préparation, par la manipulation des événements et des êtres... Karina la Félina et Raoul, le fils du Capitaine Tonio, font tous deux partie de ce plan. La grande course de chars à voiles est une œuvre infiniment attachante, à l'image du peuple des Félinas : violente et contrastée, tendre et cruelle, véritablement différente. Une très grande œuvre. »
André François Ruaud

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • maltese Posté le 7 Mars 2011
    Ce volume est l'Ouverture du Chant de la Terre, cycle en cinq tomes, fresque importante de l'auteur tant par son style, son développement poétique, son sens de l'histoire... Du cycle, il s'agit certainement du roman le plus linéaire. Michael Coney "casse" moins son intrigue que dans les autres volumes avec ses légendes et contes qui étoffent son univers, même s'il ne les met pas totalement de côté, les insérant davantage au coeur de son récit. On suit ici essentiellement Karina, la fille d'El Tigre, chef des Félinas, hybrides de félin et d'humain. L'action se passe très loin dans le futur, dans une contrée que l'on situe en Amérique du Sud, et où les hommes se déplacent grâce à des chars à voiles le long de rail en bois. Dans ce futur, la religion instaurée par les Chihuahuas recommande de ne pas manger d'animaux et de proscrire tout type de métal. L'auteur inscrit son histoire au sein d'un vaste destin à la fois de la Terre et de chaque être qui y habite, y compris de puissantes "entités", à commencer par Starquin, quasi dieu, dont l'avenir dépend du devenir de Karina. Coney développe avec notamment les aléapistes, c'est-à-dire les diverses versions possibles de la destinée... Ce volume est l'Ouverture du Chant de la Terre, cycle en cinq tomes, fresque importante de l'auteur tant par son style, son développement poétique, son sens de l'histoire... Du cycle, il s'agit certainement du roman le plus linéaire. Michael Coney "casse" moins son intrigue que dans les autres volumes avec ses légendes et contes qui étoffent son univers, même s'il ne les met pas totalement de côté, les insérant davantage au coeur de son récit. On suit ici essentiellement Karina, la fille d'El Tigre, chef des Félinas, hybrides de félin et d'humain. L'action se passe très loin dans le futur, dans une contrée que l'on situe en Amérique du Sud, et où les hommes se déplacent grâce à des chars à voiles le long de rail en bois. Dans ce futur, la religion instaurée par les Chihuahuas recommande de ne pas manger d'animaux et de proscrire tout type de métal. L'auteur inscrit son histoire au sein d'un vaste destin à la fois de la Terre et de chaque être qui y habite, y compris de puissantes "entités", à commencer par Starquin, quasi dieu, dont l'avenir dépend du devenir de Karina. Coney développe avec notamment les aléapistes, c'est-à-dire les diverses versions possibles de la destinée de chacun, une réflexion sur l'avenir, sur le destin et la possibilité de le manipuler. Une oeuvre d'une grande originalité, qui ne craint pas d'allier une profonde intelligence à un vrai divertissement.
    Lire la suite
    En lire moins
  • faelys Posté le 11 Juin 2009
    Lecture passionnante, mais qui demande une grande concentration pour suivre l'intrigue. voir:
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.