Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221198568
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 140 x 225 mm

La Griffe du diable

Stéphanie LEIGNIEL (Traducteur), Dominique HAAS (Traducteur)
Collection : La Bête noire
Date de parution : 16/11/2017

« Je n’ai pas peur du noir… juste de ce qui s’y cache. »
Poursuivie par ses démons, Jennifer Dorey a quitté Londres pour retourner dans sa maison d’enfance avec sa mère, à Guernesey, où elle est devenue reporter au journal local. Elle pensait pouvoir souffler un peu. Elle avait...

« Je n’ai pas peur du noir… juste de ce qui s’y cache. »
Poursuivie par ses démons, Jennifer Dorey a quitté Londres pour retourner dans sa maison d’enfance avec sa mère, à Guernesey, où elle est devenue reporter au journal local. Elle pensait pouvoir souffler un peu. Elle avait tort.
Quand le cadavre d’une jeune femme s’échoue sur une plage, la journaliste mène sa propre enquête et exhume plusieurs morts similaires qui s’étendent sur une cinquantaine d’années. Plus troublant encore, toutes les victimes avaient sur le bras des marques semblables à un symbole gravé sur un rocher de l’île : les « griffes du diable », dont la légende veut qu’elles aient été laissées par Satan lui-même…
Une île si proche de la France et pourtant si méconnue : Découvrez Guernesey, ses habitants, son folklore, ses plages, ses petits meurtres.
Une enquête de Jennifer Dorey au coeur des îles anglo-normandes, pour tous les fans de Peter May.
Bientôt adapté en série TV.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221198568
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 140 x 225 mm
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Himerope Posté le 14 Mai 2020
    Coup de cœur du mois de janvier 🇬🇬 une belle balade littéraire sur les îles anglo-normandes. Il ne manque plus que les scones. Mon premier thriller dans les îles anglo-normandes. Ces îles si proches et pourtant méconnues cachent de nombreux trésors. Dans ce premier tome, c’est l’occasion de déterrer des secrets bien enfouis. L’auteure apporte un souffle vivifiant à son récit, il n’y a plus qu’à fermer les yeux et sentir l’air marin. Une fois le sentier balisée, la rencontre avec le diable n’est plus qu’une question de temps. Certaines questions demeurent sans réponse à la fin du roman mais l’auteure a sorti une suite (l’île au ciel noir) qui nous promet encore de belles surprises. Si vous recherchez un thriller classique dépaysant, celui-ci pourrait correspondre !
  • Naissou46_books Posté le 17 Février 2020
    La joie d'habiter sur une petite île: tout le monde se connait, tout se sait. Enfin presque... Le corps d'une jeune fille est retrouvé et laisse à supposer qu'elle s'est noyée. Jennifer, reporter au journal local, doit écrire un article là-dessus. Les propos de sa mère (qui a perdu une amie d'enfance il y a plusieurs années) vont lui donner envie d'enquêter sur les morts de jeunes filles à Guenersey. Son patron va se montrer hostile à cette requête. Et, c'est bien connu, lorsqu'on nous refuse quelque chose, l'envie d'aller contre cet interdiction devient plus forte. Heureusement car cela permet à Jennifer (qui va collaborer avec un inspecteur de police) de découvrir qu'un meurtrier en série sévit sur l'île. Cette enquête va permettre de remettre au goût du jour les légendes de Guenersey. Elément que j'ai apprécié et qui m'a également permis de me transporter sur cette île dont le cadre m'a séduite. Je ne qualifierais pas La griffe du diable de thriller comme cela est indiqué sur la 4e page de couverture mais plutôt de polar. Cela ne m'a pas empêché d'apprécier cette histoire pour autant Des retour dans le passé sont éparpillés et ont pour but deux missions différentes. D'un... La joie d'habiter sur une petite île: tout le monde se connait, tout se sait. Enfin presque... Le corps d'une jeune fille est retrouvé et laisse à supposer qu'elle s'est noyée. Jennifer, reporter au journal local, doit écrire un article là-dessus. Les propos de sa mère (qui a perdu une amie d'enfance il y a plusieurs années) vont lui donner envie d'enquêter sur les morts de jeunes filles à Guenersey. Son patron va se montrer hostile à cette requête. Et, c'est bien connu, lorsqu'on nous refuse quelque chose, l'envie d'aller contre cet interdiction devient plus forte. Heureusement car cela permet à Jennifer (qui va collaborer avec un inspecteur de police) de découvrir qu'un meurtrier en série sévit sur l'île. Cette enquête va permettre de remettre au goût du jour les légendes de Guenersey. Elément que j'ai apprécié et qui m'a également permis de me transporter sur cette île dont le cadre m'a séduite. Je ne qualifierais pas La griffe du diable de thriller comme cela est indiqué sur la 4e page de couverture mais plutôt de polar. Cela ne m'a pas empêché d'apprécier cette histoire pour autant Des retour dans le passé sont éparpillés et ont pour but deux missions différentes. D'un côté cela permet de connaître le passé de Jennifer et ainsi de mieux la connaître, d'un autre on suit le coupable lors de ses différents meurtres. Je ne ferai pas une bonne enquêtrice car je n'ai pas réussi à deviner l'identité du coupable, une phrase du récit m'ayant mise sur une autre piste. De manière globale j'ai plutôt apprécié la griffe du diable de Laura Dearman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • collectifpolar Posté le 2 Février 2020
    Jennifer décide de quitter Londres pour s’installer à Guernesey. Devenue reporter local, elle enquête sur un cadavre retrouvé sur une plage et dont les bras portent des marques évoquant les « griffes du diable », un symbole gravé sur un rocher de l’île. La jeune femme découvre que d’autres morts similaires se sont produites au cours des cinquante dernières années. Un bon thriller qui permet de découvrir Guernesey et ses secrets, on sent bien l’attachement de l’auteur à cette ile et son style de vie. Plusieurs intrigues, savamment orchestrées, subtilement mêlés aux faits de société actuels accroche le lecteur pour ne plus le lâcher. Cette journaliste improvisée enquêtrice mais bien épaulée par un vieux flic un peu revenu de tout dénouera les fils un à un. Ce ne sera pas un coup de cœur mais un excellent moment de lecture.
  • RedIzaBzh Posté le 25 Décembre 2019
    Que dire ?... Ce n'est pas un mauvais roman per se, pas un formidable roman on plus : c'est le genre de bouquin qu'on lit avec plaisir, mais qu'on pose en cas de besoin sans aucune lutte et qu'on oublie une fois qu'on l'a terminé. Ce n'est pas affreux non plus, hein, et termina probablement en série TV comme c'est écrit sur la couverture. L'intrigue se passe à Guernesey - j'ai visité Jersey et Sark mais pas Guernesey, malheureusement. Quoiqu'il en soit, j'ai bien aimé le lire, je lirai probablement le prochain, mais je n'attends pas avidement de pouvoir le faire.
  • Julitlesmots Posté le 18 Novembre 2019
    J’aime les intrigues complètement tordues, qui me vrillent le cerveau, mais j’apprécie aussi, parfois, les intrigues simples qui me permettent de me faire plaisir, sans me triturer les méninges… La griffe du diable, fait partie des polars classiques, agréables, qui fait le job qu’on lui demande, c’est-à-dire, nous faire passer un bon moment. Et c’est déjà une excellente chose. Malgré ce classicisme, que certains pourraient lui reprocher, il y a un, je ne sais quoi qui fait que l’on se laisse facilement porter par la plume de l’auteure. On retrouve tous les codes du genre, avec des personnages malmenés par la vie, qui prennent peu à peu forme et s’étoffent au fil du récit. L’auteure les décrit de belle façon, les rendant accessibles et surtout rendant palpables leurs fêlures. L’empathie, ce créé peu à peu, mais sans jamais tomber dans le gnangnan qui aurait pu me faire décrocher ! L’auteure tire son épingle du jeu, grâce à l’atmosphère qu’elle confère à son récit, avec les descriptions de l’île de Guernesey, ses plaines sauvages, ses légendes bien ancrées dans l’imaginaire collectif, avec une pointe de surnaturel propre aux lieux habités par les vieux démons… Une dualité est palpable entre le besoin de modernité et... J’aime les intrigues complètement tordues, qui me vrillent le cerveau, mais j’apprécie aussi, parfois, les intrigues simples qui me permettent de me faire plaisir, sans me triturer les méninges… La griffe du diable, fait partie des polars classiques, agréables, qui fait le job qu’on lui demande, c’est-à-dire, nous faire passer un bon moment. Et c’est déjà une excellente chose. Malgré ce classicisme, que certains pourraient lui reprocher, il y a un, je ne sais quoi qui fait que l’on se laisse facilement porter par la plume de l’auteure. On retrouve tous les codes du genre, avec des personnages malmenés par la vie, qui prennent peu à peu forme et s’étoffent au fil du récit. L’auteure les décrit de belle façon, les rendant accessibles et surtout rendant palpables leurs fêlures. L’empathie, ce créé peu à peu, mais sans jamais tomber dans le gnangnan qui aurait pu me faire décrocher ! L’auteure tire son épingle du jeu, grâce à l’atmosphère qu’elle confère à son récit, avec les descriptions de l’île de Guernesey, ses plaines sauvages, ses légendes bien ancrées dans l’imaginaire collectif, avec une pointe de surnaturel propre aux lieux habités par les vieux démons… Une dualité est palpable entre le besoin de modernité et la peur du changement des plus anciens. Le rythme assez lent, se calque sur le flegme tout britannique, avec un dénouement progressif, grâce aux paroles du meurtrier qui viennent se glisser entre les chapitres. Un livre qui se déguste et se savoure avec un bon thé et des petits biscuits, en humant les vagues qui viennent s’écraser sur les rocher, isolant cette île pleine de mystère…
    Lire la suite
    En lire moins
Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.