En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La Griffue

        Presses de la cité
        EAN : 9782258118874
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 140 x 225 mm
        La Griffue

        Collection : Terres de France
        Date de parution : 10/11/2015
        Entre 1832 et 1848, une plongée romanesque dans l’univers des derniers chasse-marée, entre Paris et Boulogne-sur-Mer, sur les pas d’une jeune femme volontaire surnommée « la Griffue », qui devra puiser dans les secrets de sa famille pour comprendre la disparition étrange du père tant aimé.
         
        A dix ans, au carnaval de Boulogne, Marie-Suzanne, fascinée par un montreur d’ours, est griffée à la joue gauche par l’animal. A vingt ans, en 1842, celle que l’on surnomme depuis « la Griffue » se retrouve, à la mort accidentelle de son père, la digne héritière d’une grande dynastie de chasse-marée,... A dix ans, au carnaval de Boulogne, Marie-Suzanne, fascinée par un montreur d’ours, est griffée à la joue gauche par l’animal. A vingt ans, en 1842, celle que l’on surnomme depuis « la Griffue » se retrouve, à la mort accidentelle de son père, la digne héritière d’une grande dynastie de chasse-marée, qui depuis des décennies assurent dans un délai très court le transport de la marée de Boulogne jusqu’aux halles de Paris. Un savoir-faire dont elle assure la relève avec passion et dont elle sera également l’une des dernières représentantes (avant l’ouverture de la ligne de chemin de fer Paris-Boulogne en 1848).
        Mais la disparition pour le moins étrange de son père, chasse-marée trop aguerri pour être désarçonné par son attelage, contraint la jeune femme à revenir sur les zones d’ombre de son passé familial, marqué par une figure maternelle rude, un frère, de dix ans son aîné, sans scrupule, et un parrain « coureur de jupons » omniprésent…
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258118874
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 140 x 225 mm
        Presses de la cité
        20.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • ClioIno Posté le 3 Mars 2016
          Quelle belle plongée dans ce métier méconnu et oublié des chasse-marées. Nous le découvrons à travers la vie d’une jeune femme courageuse qui a su se relever à chacune des épreuves que la vie lui a infligé. Le texte de Jacques Bréal est fluide, très agréable à lire. Ces descriptions sont précises et nous plongent véritablement dans un autre monde. Nous accompagnons Marie-Suzanne dans son apprentissage et dans toutes les étapes importantes de sa vie. Merci à Babelio et aux éditions Terres de France pour cette très jolie découverte.
        • Cristy Posté le 23 Février 2016
          Je remercie Babelio et les éditions Presse de la Cité pour cette lecture qui m’a fait découvrir un métier aujourd’hui disparu. Le plus, c’est que ce métier fait pour les hommes est ici entreprit par une femme qui n’a pas du tout froid eux yeux. Les chasse-marées étaient des personnes qui assuraient la livraison du poisson en un délai très rapide pour garantir la fraîcheur de la marchandise à une époque où le seul moyen de locomotion était le cheval. Le train était déjà en fonction en 1843, mais toutes les villes n’étaient pas desservies. François Fortin, assurait la livraison de Boulogne jusqu’au Halles de Paris, et Maire-Suzanne va reprendre le chemin de son père pour assurer sa succession. C’est une très belle histoire que nous conte l’auteur. Elle s’ouvre sur la disparition de François Fortin et de la volonté de Marie-Suzanne pour suivre les traces de son père. L’auteur nous emmène ensuite dans le passé de celle qu’on appelle "La Griffue", pour mieux comprendre sa décision, à 20 ans, d’être chasse-marée. Nous découvrons une petite-fille déjà pleine de détermination et qui sait faire face au dramatique avec courage (sa blessure à la joue et la mort de ma mère). C’est aussi... Je remercie Babelio et les éditions Presse de la Cité pour cette lecture qui m’a fait découvrir un métier aujourd’hui disparu. Le plus, c’est que ce métier fait pour les hommes est ici entreprit par une femme qui n’a pas du tout froid eux yeux. Les chasse-marées étaient des personnes qui assuraient la livraison du poisson en un délai très rapide pour garantir la fraîcheur de la marchandise à une époque où le seul moyen de locomotion était le cheval. Le train était déjà en fonction en 1843, mais toutes les villes n’étaient pas desservies. François Fortin, assurait la livraison de Boulogne jusqu’au Halles de Paris, et Maire-Suzanne va reprendre le chemin de son père pour assurer sa succession. C’est une très belle histoire que nous conte l’auteur. Elle s’ouvre sur la disparition de François Fortin et de la volonté de Marie-Suzanne pour suivre les traces de son père. L’auteur nous emmène ensuite dans le passé de celle qu’on appelle "La Griffue", pour mieux comprendre sa décision, à 20 ans, d’être chasse-marée. Nous découvrons une petite-fille déjà pleine de détermination et qui sait faire face au dramatique avec courage (sa blessure à la joue et la mort de ma mère). C’est aussi l’occasion de découvrir que la famille Fortin cache certains secrets. Ce roman n’est pas dans l’action, l’auteur prend tout son temps pour planter le décor, nous décrire cet univers sur le chemin du Poisson. Ce n’est pas seulement un métier que nous découvrons, mais toute une filière, de la pêche jusqu’à aux étales de Paris où est vendu le poisson. J’ai beaucoup aimé cette découverte, je l’ai trouvé très riche et j’ai été fascinée. La disparition étrange de François Fortin, ce secret de famille et le personnage de Marie-Suzanne ne fait que romancer de façon agréable cette découverte. Une belle découverte sur une région et un métier. Je me suis beaucoup attaché au personnage de Marie-Suzanne et je rends compte que le sort des femmes en 1843 est bien loin de ce que je pouvais me l’imaginer, à moins que Marie-Suzanne ne soit juste une exception imaginée par l’auteur. En plus d’une belle découverte, c’est une histoire intéressante avec ses tenants et aboutissants que l’auteur raconte à son lecteur.
          Lire la suite
          En lire moins
        • LesLecturesDeCledesol Posté le 1 Décembre 2015
          Aujourd’hui je vais vous parler de l’une de mes dernières lectures, un excellent roman du terroir, un vrai, comme je les aime. Jacques Béal s’est attaché ici à nous rappeler, un métier oublié depuis longtemps, un métier qui est lié à la culture de ma région, puisque je suis originaire de Dunkerque, port voisin de Boulogne sur mer, dont il est question ici dans ce roman. Il s’agit des chasse-marée, ces hommes qui transportaient le poisson depuis le retour des navires de pêche, jusqu’à leurs différents clients. Un métier dangereux, à l’époque, à travers les routes, et les forêts, les chemins défoncés, la nuit bien souvent, par tous les temps, hiver comme été, durant plusieurs heures, avec le seul moyen de locomotion de l’époque, des charrettes et des attelages allant tambours battant, de Boulogne sur mer à la capitale. C’est donc dans cet univers, que Jacques Béal plonge le lecteur. En fait, ici l’histoire tourne autour de deux thèmes. Le premier, comme je l’ai dit au-dessus, autour de ce métier déjà en perdition dans le roman, face à la concurrence des chemins de fer. Le second thème est une vraie saga familiale. Dès le départ, nous sommes absorbés par une histoire terrible. Le... Aujourd’hui je vais vous parler de l’une de mes dernières lectures, un excellent roman du terroir, un vrai, comme je les aime. Jacques Béal s’est attaché ici à nous rappeler, un métier oublié depuis longtemps, un métier qui est lié à la culture de ma région, puisque je suis originaire de Dunkerque, port voisin de Boulogne sur mer, dont il est question ici dans ce roman. Il s’agit des chasse-marée, ces hommes qui transportaient le poisson depuis le retour des navires de pêche, jusqu’à leurs différents clients. Un métier dangereux, à l’époque, à travers les routes, et les forêts, les chemins défoncés, la nuit bien souvent, par tous les temps, hiver comme été, durant plusieurs heures, avec le seul moyen de locomotion de l’époque, des charrettes et des attelages allant tambours battant, de Boulogne sur mer à la capitale. C’est donc dans cet univers, que Jacques Béal plonge le lecteur. En fait, ici l’histoire tourne autour de deux thèmes. Le premier, comme je l’ai dit au-dessus, autour de ce métier déjà en perdition dans le roman, face à la concurrence des chemins de fer. Le second thème est une vraie saga familiale. Dès le départ, nous sommes absorbés par une histoire terrible. Le père de notre héroïne est sur la route pour apporter sa précieuse cargaison, et il décède lors de ce trajet, lui qui est si prudent, si aguerri, un homme d’expérience. Marie-Suzanne, notre héroïne, est la digne héritière de son père, après une période de deuil, elle décide rapidement de reprendre la tête de l’entreprise de son père. Mais il s’agit d’un monde d’hommes, un monde dans lequel, elle va devoir faire ses preuves et montrer qu’elle a sa place. Mais voilà, tout est bien plus compliqué qu’il n’y parait. Son frère, marin-pécheur était brouillé avec son père. Il fait valoir sa part d’héritage, et tente de mettre des bâtons dans les roues de sa sœur. Marie-Suzanne découvre également des dossiers dans le bureau de son père, des dossiers compromettant pour son frère. De plus un doute subsiste toujours sur le décès de son père, s’agit-il réellement d’un simple accident ? La Griffue est un roman qui mêle habilement aventures et saga familiale, ainsi que tradition et culture des produits de la mer. J’ai tout simplement adoré cette histoire qui a su m’emporter. L’écriture est addictive, bien menée. Nous faisons des allers-retours dans l’enfance de notre héroïne, et ça nous permet de mieux cerner sa forte personnalité. Il s’agit d’un livre assez rythmé, et dynamique. En bref j’ai passé un excellent moment avec ce roman passionnant. Un roman à découvrir aux Editions Presses de la Cité (Collection Terres de France) depuis le 10 novembre 2015. Je les remercie pour leur confiance, et pour m’avoir permis de découvrir ce petit bijou de la littérature du Terroir.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        "Entre 1832 et 1848 la vie d’une chasse-marée qui, depuis des décennies assure le transport dans un temps le plus court possible de la marée pêchée à Boulogne sur Mer jusqu’aux Halles de Paris. Un bien bel hommage à cette profession difficile avant la venue du chemin de fer mais c’est surtout l’histoire romancée qui attire l’attention. Le passé rattrape au triple galop Marie-Suzanne  qui revient à son rythme sur ces zones d’ombre . Un beau livre qui sait gigoter comme il faut un peu à l’image d’un poisson voulant échapper au pêcheur. Les secrets de famille ne sont-ils pas comme des anguilles qui  gigotent sans que l’on puisse leur mettre la main dessus."
        La Marne
        " L’écriture est addictive, bien menée. Nous faisons des allers-retours dans l’enfance de notre héroïne, et ça nous permet de mieux cerner sa forte personnalité. Il s’agit d’un livre assez rythmé, et dynamique. En bref j’ai passé un excellent moment avec ce roman passionnant. "
        Mille et une pages
        Toute l'actualité de la collection Terres de France
        Découvrez des histoires riches des couleurs de nos régions et des saveurs d'antan pour de magnifiques moments de lecture.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.