Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262035297
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 700
Format : 154 x 240 mm

La guerre de Sept Ans (1756-1763)

Date de parution : 22/01/2015
La grande synthèse attendue sur la "Première Guerre mondiale", qui a marqué le début du déclin de la France et consacré l'Angleterre comme première puissance mondiale.
Le 28 mai 1754, le capitaine de Jumonville et plusieurs de ses soldats sont massacrés par des Indiens aux ordres de George Washington. Cet accrochage au pays de l’Ohio engendre à partir de 1756 un conflit que Winston Churchill regardait comme la première guerre mondiale de l’histoire. Nées de la rivalité franco-britannique... Le 28 mai 1754, le capitaine de Jumonville et plusieurs de ses soldats sont massacrés par des Indiens aux ordres de George Washington. Cet accrochage au pays de l’Ohio engendre à partir de 1756 un conflit que Winston Churchill regardait comme la première guerre mondiale de l’histoire. Nées de la rivalité franco-britannique en Amérique du Nord, les hostilités s’étendent alors à l’Europe où Frédéric II de Prusse et le roi de Grande-Bretagne affrontent, dans des « boucheries héroïques », les armées de Louis XV, de Marie-Thérèse d’Autriche et d’Élisabeth de Russie.
Au Canada, aux Antilles, en Afrique, en Inde, sur terre comme sur mer, ce sont les tuniques rouges qui imposent leur loi. Maîtresse des océans, irrésistiblement conquérante, la Grande-Bretagne se voit déjà comme la première puissance mondiale qu’elle deviendra au xixe siècle.
En Europe, les bouleversements s’avèrent tout aussi profonds. Au sortir de la guerre, la vie internationale est dominée par la pentarchie composée de la France, la Grande-Bretagne, la Prusse, l’Autriche et la Russie, qui, un siècle plus tard, constituera toujours l’ossature des deux systèmes antagonistes menant au cataclysme de 1914.
Le legs politique de la guerre de Sept Ans, enfin, est considérable. Vague patriotique défendant le principe d’une citoyenneté active au royaume de France, gestation convulsive du radicalisme britannique, premiers craquements dans les colonies d’Amérique : sous l’effet d’une guerre accélératrice des changements, le monde fait ses premiers pas dans l’ère des révolutions.
Avec un véritable talent d’écrivain, Edmond Dziembowski propose la première grande synthèse sur ce conflit majeur.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262035297
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 700
Format : 154 x 240 mm
Perrin

Ils en parlent

L'historien Edmond Dziembowski dépeint avec vivacité cet évènement dans toute son ampleur et sous tous ses aspects, militaires mais aussi politiques et culturels. La France perdit son premier empire colonial et sa prépondérance héritée du siècle de Louis XIV.
Jean-Marc Bastière / Le Figaro Littéraire

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ay_guadalquivir Posté le 17 Mai 2016
    Ce livre est passionnant ! Parce qu'il engage dans une histoire largement méconnue, celle de la Guerre de sept ans, dans des terres elles aussi ignorées, d'abord dans les colonies canadiennes, et aussi parce qu'il emmène le lecteur dans la compréhension subtile de ce que fut la diplomatie avant la première guerre mondiale. Le cheminement historique est vraiment captivant, prélude aux révolutions et guerres napoléoniennes, écho à ce qui a construit l'Europe que nous connaissons. La théorie de l'auteur selon laquelle la guerre de sept fut le premier conflit mondial surprend d'abord, et devient sérieuse à la lecture d'un livre très bien écrit.
  • benleb Posté le 25 Avril 2015
    Voici une très bonne synthèse sur la Guerre de Sept ans, 1756-1763, véritable première guerre mondiale. Les combats se déroulèrent en effet en Amérique du Nord, en Europe, aux Indes, aux Antilles et pour une petite part en Afrique. Le conflit débuta en Amérique du Nord, opposant deux puissances coloniales, la France et l'Angleterre. Louis XV, voulant éviter une extension au théâtre européen, imposa un virage diplomatique, en s'alliant avec l'Autriche, l'ennemi séculaire; cela pour neutraliser l'alliance anglo-prussienne. Mais cela aboutit au résultat contraire : Frédéric II de Prusse, se sentant menacé, déclencha une attaque préventive et la France fut impliqué pour sept ans dans un conflit européen où elle avait peu d'intérêts. Défaite outre-mer et en Europe, elle perdit ses colonies canadienne et indienne. Et cette guerre fut la base de la puissance navale et coloniale de l'Angleterre. L'ouvrage ne faisant que 500 pages, l'auteur doit survoler certains sujets. Ainsi, si il traite à fond les négociation diplomatiques, le front nord-américain et la politique intérieure en France et en Angleterre, il n'approfondit pas trop la guerre navale ou le front d'Europe centrale. L'auteur insiste sur certains personnages décisifs, le ministre anglais Pitt, Choiseul ou Frédéric II (assez maltraité dans le livre). Il insiste... Voici une très bonne synthèse sur la Guerre de Sept ans, 1756-1763, véritable première guerre mondiale. Les combats se déroulèrent en effet en Amérique du Nord, en Europe, aux Indes, aux Antilles et pour une petite part en Afrique. Le conflit débuta en Amérique du Nord, opposant deux puissances coloniales, la France et l'Angleterre. Louis XV, voulant éviter une extension au théâtre européen, imposa un virage diplomatique, en s'alliant avec l'Autriche, l'ennemi séculaire; cela pour neutraliser l'alliance anglo-prussienne. Mais cela aboutit au résultat contraire : Frédéric II de Prusse, se sentant menacé, déclencha une attaque préventive et la France fut impliqué pour sept ans dans un conflit européen où elle avait peu d'intérêts. Défaite outre-mer et en Europe, elle perdit ses colonies canadienne et indienne. Et cette guerre fut la base de la puissance navale et coloniale de l'Angleterre. L'ouvrage ne faisant que 500 pages, l'auteur doit survoler certains sujets. Ainsi, si il traite à fond les négociation diplomatiques, le front nord-américain et la politique intérieure en France et en Angleterre, il n'approfondit pas trop la guerre navale ou le front d'Europe centrale. L'auteur insiste sur certains personnages décisifs, le ministre anglais Pitt, Choiseul ou Frédéric II (assez maltraité dans le livre). Il insiste sur le grand rôle de la propagande, celle de Frédéric II, pourtant grossière et mensongère, étant la plus efficace. Il montre surtout comment ce conflit entraîna une poussée du sentiment démocratique en France, en Angleterre et dans l'Amérique anglo-saxonne. Louis XV, via l'influence néfaste prêtée à Madame de Maintenon, y perdit sa popularité. Loin de l'imagerie de la Guerre en dentelles, les batailles furent de véritables boucheries, surtout en Europe centrale. La "petite guerre" en Amérique du Nord fut toute aussi violente. Les Français durent s'allier aux Indiens, partenaires malcommodes; ils doivent leur défaite au Canada en grande partie à la perte de cette alliance. Le texte est extrêmement clair et même plaisant, y compris pour les négociations diplomatiques. Et le choix des citations est judicieux; elles tombent toujours à propos, mais elles reflètent aussi l'esprit délicieux du Siècle des Lumières. On peut regretter le manque de cartes (juste 3, en fin de volume, et qui aident peu). En gros, un ouvrage qui informe énormement et qui incite à en savoir plus le sujet. Donc excellent.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…