Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749115122
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 130 x 190 mm

La guerre des banlieues n'aura pas lieu

Date de parution : 18/02/2010

Un homme casseur de ghettos et contre tous les communautarismes.

« Des voitures brûlent ? Des barricades ?

Ce n'est pas un autre Mai 68, c'est le diktat d'un autre siècle. D'un autre questionnement dont le cœur mendie d'autres réponses. »

 

La guerre des banlieues n'aura pas lieu signe l'entrée d'Abd Al Malik dans la galaxie littéraire. Tel Aimé Césaire dans son...

« Des voitures brûlent ? Des barricades ?

Ce n'est pas un autre Mai 68, c'est le diktat d'un autre siècle. D'un autre questionnement dont le cœur mendie d'autres réponses. »

 

La guerre des banlieues n'aura pas lieu signe l'entrée d'Abd Al Malik dans la galaxie littéraire. Tel Aimé Césaire dans son Cahier d'un retour au pays natal, il s'y engage « debout et libre ». Comme le Rimbaud des Lettres du voyant, il s'y conduit en « travailleur de la poésie ». À la fois visionnaire et paisible, il lance à la façon de Martin Luther King : « I have a dream ! »

Il ose rêver et interpeller l'avenir. Il rêve de couleurs dans la grisaille des quartiers, de baume sur les blessures du quotidien, de lumière et d'amour dans les caves de l'obscurantisme. Il rêve de voir chacun trouver sa voie, comme il a lui-même trouvé la sienne. Il rêve que toutes les voies individuelles convergent dans la concorde et la fraternité.

 

« Comprenez bien, insiste Abd Al Malik, un message de paix dans les banlieues est un message universel. »

 

La guerre des banlieues n'aura pas lieu : un poète annonce une embellie !

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749115122
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 130 x 190 mm

Ils en parlent

J’essaie de transcender les formes et les genres dans un esprit de réel partage, et j’oserais presque dire de communion. Le Monde

 

Je ne suis pas de ceux qui maudissent l’obscurité, je suis de ceux qui allument une bougie ; rêver seul dans son coin est une chose, mais rêver à plusieurs, c’est le début de la réalité. Métro

 

La beauté de ses phrases renforce à la fois la laideur de la « tess », cette cité chère à l’artiste, et la sensibilité des êtres qui y résident. Mina Kaci, L’Humanité

 

La poésie et la littérature sont les derniers bastions de résistance parce qu’il y est question d’esthétique, d’intelligence, d’émotion, de spiritualité, d’amour… Bref, d’humanité. Transfuge

PRESSE
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !