RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La Joie du matin

            Belfond
            EAN : 9782714479303
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 448
            Format : 140 x 205 mm
            La Joie du matin

            Giséle BERNIER (Traducteur)
            Collection : Belfond Vintage
            Date de parution : 07/06/2018
            Après le très culte Lys de Brooklyn, le retour de Betty Smith avec une chronique à la fois lumineuse et délicate de la première année d’un jeune couple dans une petite ville du Midwest des années 1920. Attendrissante, drôle, une œuvre tout en finesse qui illustre brillamment les joies de l’amour mais aussi les premiers chagrins face à une réalité parfois sans pitié ; la vie à deux, pour le pire comme pour le meilleur.
            Carl et Annie étaient assis tout près l’un de l’autre, sur la banquette, la main dans la main ; ils attendaient d’être mariés. De temps à autre se faisait entendre un léger sifflement, quand Carl jetait dans le crachoir une cigarette à moitié consumée. Chaque fois, Annie serrait la main... Carl et Annie étaient assis tout près l’un de l’autre, sur la banquette, la main dans la main ; ils attendaient d’être mariés. De temps à autre se faisait entendre un léger sifflement, quand Carl jetait dans le crachoir une cigarette à moitié consumée. Chaque fois, Annie serrait la main de Carl et disait : « Nerveux ? »» Chaque fois il lui rendait la pression de sa main et répondait : « Non. Et toi ? » Invariablement elle répliquait : « Un peu. » Et de nouveau leurs mains resserraient leur étreinte.
            Publiée aux États-Unis en 1963 et chez Stock en 1964, cette douceur Vintage est à redécouvrir au plus vite !
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782714479303
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 448
            Format : 140 x 205 mm
            Belfond
            17.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Avec La Joie du matin, Betty Smith nous montre merveilleusement comment l'amour peut accomplir l'impossible. »
            Chicago Tribune
            « Un roman attendrissant, drôle, déchaîné, d’une joie débordante... Très émouvant... Inspiré. »
            The New York Times

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • majolo Posté le 21 Mai 2019
              Cette collection Vintage me donne décidément l'occasion de découvrir des pépites que je déguste avec plaisir. Après "Mrs Bridge" (de Evan S. Connel) et "L'homme au complet gris" (de Sloane Wilson), cette "Joie du matin" m'a ravie. Pourtant l'histoire est toute simple: celle d'un très jeune couple qui se marie, contre l'avis de leurs familles. Tout laisse à penser que ce mariage est voué à l'échec: leur immaturité (surtout celle d'Annie), leur pauvreté, leur candeur et leur solitude...Mais ils s'aiment et avancent, quoi qu'il arrive. Voilà, rien de plus mais l'écriture, qui peut paraître elle-même simple et naïve, est subtile et rend bien compte de la force étonnante de ces deux jeunes gens, de leurs faiblesses aussi, mais surtout de l'amour qui les unit. Simple mais profondément touchant.
            • Lolitencouceur Posté le 13 Août 2018
              Très bon roman. J'ai passé un délicieux moment. C'était si agréable et touchant à la fois. Je me suis fort bien attaché à Annie bien sûr, si passionnée cette jeune fille. Cette lecture m'a fait beaucoup de bien. Je le conseille vivement à tout le monde et en particulier quand on veut quelque chose de léger et de tout doux.
            • TheBookCarnival Posté le 3 Août 2018
              La joie du matin de Betty Smith a été une merveilleuse surprise. C'est un récit de la persévérance enthousiaste. J'ai adoré cette lecture. Nous sommes en 1927. Annie et Carl fuient se marier loin de New-York et surtout loin de leurs familles respectives qui n'approuvent pas leur relation. Ils sont jeunes et insouciants, Annie vient d'avoir 18 ans tout juste et Carl qui n'est pas beaucoup plus vieux, est étudiant dans une faculté de droit du Midwest. Leurs premiers pas dans la vie commune seront gauches, on pensera à deux enfants jouant à la dînette mais au fil des mois, leur union fera leur force et leur permettra de surmonter les épreuves d'un quotidien rude. L'union de Carl et d'Annie, je dois l'avouer, m'a bien fait sourire sur les premières pages. J'étais assez sceptique quant à la pérennité de ce petit couple naïf. Au début, Annie fait un peu godiche sur les bords, on a l'impression qu'elle découvre la vie à chaque minute. Carl, quant à lui, est un peu brusque, il surjoue l'homme dans une sorte de caricature macho qui ne lui sied guère couplée à une façon un peu candide de concevoir le budget de son foyer, s'appuyant majoritairement... La joie du matin de Betty Smith a été une merveilleuse surprise. C'est un récit de la persévérance enthousiaste. J'ai adoré cette lecture. Nous sommes en 1927. Annie et Carl fuient se marier loin de New-York et surtout loin de leurs familles respectives qui n'approuvent pas leur relation. Ils sont jeunes et insouciants, Annie vient d'avoir 18 ans tout juste et Carl qui n'est pas beaucoup plus vieux, est étudiant dans une faculté de droit du Midwest. Leurs premiers pas dans la vie commune seront gauches, on pensera à deux enfants jouant à la dînette mais au fil des mois, leur union fera leur force et leur permettra de surmonter les épreuves d'un quotidien rude. L'union de Carl et d'Annie, je dois l'avouer, m'a bien fait sourire sur les premières pages. J'étais assez sceptique quant à la pérennité de ce petit couple naïf. Au début, Annie fait un peu godiche sur les bords, on a l'impression qu'elle découvre la vie à chaque minute. Carl, quant à lui, est un peu brusque, il surjoue l'homme dans une sorte de caricature macho qui ne lui sied guère couplée à une façon un peu candide de concevoir le budget de son foyer, s'appuyant majoritairement et sans trop se poser de questions, sur l'argent envoyé par sa famille. On se dit que tout ça va aller dans le mur… et puis, c'est là qu'on est surpris, cette vie à deux va les faire grandir, s'épanouir malgré les épisodes de vache maigre et les divers coups durs qu'ils traverseront. le texte, surtout centré sur le personnage d'Annie et sur le regard qu'elle porte sur le monde qui l'entoure, m'a totalement subjuguée par la force de caractère qui s'en dégage. J'ai été épatée par la combativité d'Annie, sa façon de ne pas renoncer face aux petits coups du sort, son côté curieux des autres et des choses, son grand coeur, sa loyauté, sa volonté. Annie est un coeur vaillant extraordinaire qui porte une intelligence humaine folle et a un talent inouï pour les petits bonheurs du quotidien. On voit au fil des pages un jeune couple d'adolescents puériles construire un véritable foyer solide qui gagne en autonomie comme en indépendance vis-à-vis de l'autorité parentale et se donne surtout les moyens de s'en sortir et même de réussir, en faisant en sorte que Carl poursuive ses études de droit coûte que coûte. Betty Smith m'a charmée avec son récit, je l'ai savouré, c'était un moment de lecture extrêmement plaisant. J'ai adoré les personnages du roman que ce soit l'étincelante Annie, son bien-aimé Carl ou encore le doyen, la loueuse de chambre, l'épicier (entre autres...), eux-mêmes attendris et ensorcelés par la fraîcheur irrésistible d'Annie, tout comme le lecteur d'ailleurs. C'est une comédie humaine rayonnante sur la détermination de jeunes gens à s'en sortir ensemble, envers et contre tout, avec bonne humeur, esprit et courage. La joie du matin est un roman que l'on pourrait qualifier de roman d'apprentissage car il renferme une leçon de vie éclatante d'optimisme, nous présentant deux jeunes amoureux sur qui on ne parierait pas au prime abord et qui vont nous prouver et se prouver tout au long du récit qu'ils détiennent une force de caractère incroyable. Betty Smith laisse un récit généreux et audacieux qui transmet, aujourd'hui encore, une belle énergie à ses lecteurs.
              Lire la suite
              En lire moins
            • mumuboc Posté le 11 Juillet 2018
              J'aime beaucoup cette collection Vintage des Editions Belfond : couverture et choix des textes. 1927 - Carl (Carlton) et Annie vont se marier. Ils s'aiment depuis des mois, lui 20 ans suit des études de droit, elle 18 ans, d'origine irlandaise a dû arrêter ses études afin d'aller travailler et ramener un peu d'argent à la maison. Ils se marient seuls, sans famille, car des deux côtés cette union n'est pas acceptée : trop jeunes mais aussi incompréhension des parents de Carl. L'une pense que le mariage est précipité par l'arrivée d'un enfant, l'autre que leur fils s'est laissé abusé et va sacrifier ses études. Ils sont amoureux, ils voient la vie en rose mais sans occulter les difficultés qui les attendent et principalement financières. Nous allons les accompagner pendant les premiers mois de leur union : ils vont se découvrir l'un l'autre véritablement, affronter la faim, le manque et bien d'autres petits événements, heureux ou non. Ils vont faire des projets, se soutenir mais c'est surtout Annie qui va être le moteur.  Oh qu'elle est attachante cette Annie : elle est curieuse, observatrice, elle a soif d'apprendre et porte le regret d'études qu'elle n'a pas pu suivre. Elle résout les problèmes avec logique,... J'aime beaucoup cette collection Vintage des Editions Belfond : couverture et choix des textes. 1927 - Carl (Carlton) et Annie vont se marier. Ils s'aiment depuis des mois, lui 20 ans suit des études de droit, elle 18 ans, d'origine irlandaise a dû arrêter ses études afin d'aller travailler et ramener un peu d'argent à la maison. Ils se marient seuls, sans famille, car des deux côtés cette union n'est pas acceptée : trop jeunes mais aussi incompréhension des parents de Carl. L'une pense que le mariage est précipité par l'arrivée d'un enfant, l'autre que leur fils s'est laissé abusé et va sacrifier ses études. Ils sont amoureux, ils voient la vie en rose mais sans occulter les difficultés qui les attendent et principalement financières. Nous allons les accompagner pendant les premiers mois de leur union : ils vont se découvrir l'un l'autre véritablement, affronter la faim, le manque et bien d'autres petits événements, heureux ou non. Ils vont faire des projets, se soutenir mais c'est surtout Annie qui va être le moteur.  Oh qu'elle est attachante cette Annie : elle est curieuse, observatrice, elle a soif d'apprendre et porte le regret d'études qu'elle n'a pas pu suivre. Elle résout les problèmes avec logique, s'attache aux gens qui l'entourent, essaie de comprendre le pourquoi de leur attitude. C'est une optimiste née, elle exploite tout ce qui s'offre à elle. Elle aime Carl mais s'affirme dans le couple, et c'est très moderne pour l'époque, en cherchant sa place, en refusant de sacrifier sa passion pour la littérature et en trouvant les moyens de l'assouvir.  Une histoire de petites gens, vivant au jour le jour mais ayant de grandes espérances, où chaque dollar est compté, espéré mais en gardant les petits plaisirs de la vie. Leur grande force à ces deux jeunes gens c'est leur amour, qui faillit déraper mais qu'ils ont su faire évoluer au fil du temps et des difficultés, en se parlant, en s'écoutant. De nombreux thèmes sont abordés : place de la femme, sexualité, grossesse, travail, argent, relations humaines etc... L'écriture est vive, moderne par les thèmes abordés (publication en 1963). J'avais beaucoup aimé il y a des années Le Lys de Brooklyn du même auteure, roman que je conseille souvent autour de moi : Betty Smith décrit à chaque fois des personnages n tout noirs ni tout blancs, ils sont attachants et pour les deux romans elle évoque la possibilité pour des personnes, même de condition très modeste, de se sortir des difficultés et de s'élever grâce aux livres, à l'écriture. Peut-être une part importante de son propre parcours.  Si je ne l'écris pas, je peux penser que je serai un auteur, un jour. Si je l'écris, je constaterai peut-être que je ne serai jamais un auteur. Alors de quoi pourrai-je rêver. (...) Valait-il mieux rêver qu'on pourrait au lieu d'essayer de prendre l'énorme risque de constater qu'on ne pouvait pas ? Elle conclut que, pour certains, il était préférable de ne pas tenter de réaliser leurs rêves. (p181) J'ai passé un délicieux moment, dans un univers un peu désuet mais si attachant.
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité des éditions Belfond
            Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Belfond

              25 livres à offrir pour Noël

              Ça y est, Noël approche… Des cadeaux à offrir, des idées à avoir, bref, le début de la catastrophe ! Alors pour vous faciliter la vie, on vous a concocté une liste de cadeaux aux petits oignons, histoire de voyager en littérature…

              Lire l'article