Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782707175175
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 135 x 220 mm

La littérature à quel(s) prix ?

Histoire des prix littéraires

Collection : Cahiers libres
Date de parution : 29/08/2013

À l’approche des 110 ans du Goncourt, ce livre propose la première enquête d’envergure sur un dispositif très mal connu mais miroir grossissant de la condition littéraire contemporaine. Reposant sur de très nombreux entretiens , il ne se limite pas aux grands prix d’automne, mais interroge aussi les innombrables (entre 1 500 et 2 000, rien qu’en France) prix populaires ou encore ceux des « mauvais genres » (BD, policier, littératures de l’imaginaire).

Les prix littéraires sont une « exception française » mal connue : s’ils prolifèrent en France, ils se diversifient selon des logiques très diverses liées à une « économie du prestige » complexe. Cette enquête, menée à partir de nombreux entretiens auprès d’écrivains et de professionnels du livre, cherche à...

Les prix littéraires sont une « exception française » mal connue : s’ils prolifèrent en France, ils se diversifient selon des logiques très diverses liées à une « économie du prestige » complexe. Cette enquête, menée à partir de nombreux entretiens auprès d’écrivains et de professionnels du livre, cherche à éclairer cette complexité afin de saisir les nouvelles configurations de la condition littéraire contemporaine.
Avec les prix, ce sont des reconfigurations majeures du monde littéraire qui se donnent à lire : déclin de la fonction sociale et de l’autorité symbolique de l’écrivain ; déclin du livre comme objet sacralisé ; déclin de la lecture et mutations des pratiques culturelles ; métamorphoses de l’expertise littéraire ; figurations nouvelles du littéraire. 
De l’homme de lettres d’hier à l’écrivain minuscule d’aujourd’hui, ce sont bien les effets à la fois structurants et paradoxaux des prix littéraires que ce livre cherche à pointer. Structurants : les prix régulent un marché et une offre, contrôlent et font perdurer une certaine idée de la littérature en l’ouvrant au plus grand nombre, proposent une définition normée de la lecture et du goût. Paradoxaux : les prix inscrivent l’écrivain dans une communauté, mais le fragilisent dans sa singularité ; ils obéissent à un protocole réglé dont l’écrivain ne décide pas des règles ; ils mettent en lumière mais n’aident pas à durer. 
Cet ouvrage se veut une contribution à l’histoire culturelle du statut de l’auteur qui interroge l’effondrement de son rôle social dans la sphère publique.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707175175
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 135 x 220 mm

Ils en parlent

A cette question qui resurgit lors de chaque rentrée romanesque, l'universitaire Sylvie Ducas apporte enfin, dans La littérature, à quel(s) prix ?, une réponse solidement argumentée et dénuée de passion, qui ne décevra que les naïfs - non, les prix ne récompensent pas les meilleurs ouvrages - et les atrabilaires - non, ils ne sont pas inutiles, et on n'est pas obligé de brûler sur la place publique leurs jurés, forcément corrompus. En plongeant jusqu'au milieu du XIX°siècle et aux racines de cette "exception française" que constituent les quelque 2000 prix littéraires décernés chaque année, Sylvie Ducas raconte en fait une histoire plus ample. Celle du basculement du livre dans l'économie de marché, de l'irruption des logiques économiques dans la sphère des idées et de l'art. Celle aussi du changement du statut de l'auteur, naguère investi d'une autorité intellectuelle et morale, aujourd'hui ravalé au rang de figure médiatique éphémère et noyé dans la masse. Une double désacralisation, du livre et de l'écrivain, qui a permis paradoxalement à l'un et l'autre de continuer à jouir, en France, d'une aura singulière.

Nathalie Crom / Télérama
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !