Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258148819
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 320
Format : 125 x 195 mm

La Maison des frères Conan

Date de parution : 15/03/2018
Un roman intense sur l’âme de la forêt bretonne dans la communauté marginale des « gens des bois », aujourd’hui disparue.
Jusqu’aux années 1950, sabotiers et charbonniers sont une caste à part, vivant dans des huttes misérables dans les bois. Louis-Marie et Céleste Conan ont grandi dans la forêt de Camors, en Bretagne, avec leur père sabotier. Anaïs, la mère, épuisée de « vivre comme des bêtes » dans leur hutte... Jusqu’aux années 1950, sabotiers et charbonniers sont une caste à part, vivant dans des huttes misérables dans les bois. Louis-Marie et Céleste Conan ont grandi dans la forêt de Camors, en Bretagne, avec leur père sabotier. Anaïs, la mère, épuisée de « vivre comme des bêtes » dans leur hutte humide et bouleversée par la naissance de son cadet trisomique, a fui. On ne l’a plus jamais revue.
Ne plus être à la marge, différent des autres… Depuis l’enfance, Louis-Marie a à cœur de concrétiser son rêve : construire sa maison. Une vraie, en pierre, avec un toit. Le jeune homme est tout à son œuvre, à son immense chantier. Tandis que son frère Céleste, adolescent à la face de lune et à la force colossale, perçoit autour d’eux les dangers d’un monde troublé, alors en pleine Occupation…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258148819
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 320
Format : 125 x 195 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MarcoKerma Posté le 1 Décembre 2020
    J'étais intéressé et curieux de lire un livre de Daniel Cario et celui-là en particulier, pour des raisons familiales ( paternelles) et personnelles et je trouve que, sans être ce que j'appelle de la "grande" littérature - car dépourvu sans doute d'une originalité d'écriture, de style - ce livre est bien fait, bien écrit et l'intrigue tout à fait prenante, sans que je puisse deviner ce qui allait arriver. Je n'ai rien vu de particulièrement remarquable dans le style, disais-je, pas de moments de bravoure ou d'audace, pas de tournures qui le rendraient reconnaissable, mais une forme retenue, sobre et sans aucune faute de goût, ce qui est déjà pas mal. Sans faire injure à Daniel Cario, qui en a sans doute conscience, une telle histoire aurait été écrit à "un autre étage" par un Roger Vaillant (325000 francs), un Genevoix, un Giono, sans parler d'un Faulkner.. Donc la principale qualité de ce livre est l'histoire - j'ai envie de parler de scénario - qui est bien amenée (une scène inaugurale énigmatique que la suite expliquera quasiment seulement à la fin du livre), bien conduite avec juste ce qu'il faut de coups de théâtre, de péripéties sans que... J'étais intéressé et curieux de lire un livre de Daniel Cario et celui-là en particulier, pour des raisons familiales ( paternelles) et personnelles et je trouve que, sans être ce que j'appelle de la "grande" littérature - car dépourvu sans doute d'une originalité d'écriture, de style - ce livre est bien fait, bien écrit et l'intrigue tout à fait prenante, sans que je puisse deviner ce qui allait arriver. Je n'ai rien vu de particulièrement remarquable dans le style, disais-je, pas de moments de bravoure ou d'audace, pas de tournures qui le rendraient reconnaissable, mais une forme retenue, sobre et sans aucune faute de goût, ce qui est déjà pas mal. Sans faire injure à Daniel Cario, qui en a sans doute conscience, une telle histoire aurait été écrit à "un autre étage" par un Roger Vaillant (325000 francs), un Genevoix, un Giono, sans parler d'un Faulkner.. Donc la principale qualité de ce livre est l'histoire - j'ai envie de parler de scénario - qui est bien amenée (une scène inaugurale énigmatique que la suite expliquera quasiment seulement à la fin du livre), bien conduite avec juste ce qu'il faut de coups de théâtre, de péripéties sans que ce soit de trop et sans incohérences repérées. Une adaptation télé, ou même cinéma, de qualité, ferait un bon (télé)film. Daniel Cario sait peindre ses personnages d'une manière précise, sans que ce ne soit ni trop long ni bâclé ou caricatural, décrit en quelques phrases justes leurs pensées, leur psychologie, leurs émotions, leurs comportements. ( c'est un livre écrit par un homme qui connait l'humain). Les lieux sont peut-être un peu moins justement décrits et la temporalité n'est pas trop son problème je crois (on pense que l'histoire se déroule , en gros au cours de 3 saisons ou peut-être sur quelques années..) mais ça ne pose aucun problème pour la compréhension, au contraire ça l'allège, permet d'aller à l'essentiel des relations entre les personnages. Daniel Cario écrit un peu comme André Téchiné filme : ce qui compte ce sont les personnages et les relations entre eux. Les décors sont rapidement brossés en toile de fond. Le seul petit problème qui m'a un petit peu gêné (voyez un peu comme c'est minime ) c'est qu'il me semble que parfois le romancier, l'écrivain enfile sans avertissement l'habit de l'historien sans réussir à ce que ça se fonde sans rupture avec le reste. L'ancien professeur de lettres ( ou de français, plus simplement ?), qui ne peut pas s'empêcher d'utiliser quelques termes un peu rares, n'a peut-être pas choisi d'adopter un seul niveau narratif mais les quelques explications historiques sont un peu plaquées artificiellement. Je pense que je lirai avec curiosité et un plaisir d'avance d'autres livres de Daniel Cario (contrairement à ceux d'un autre auteur régional, Jean Failler).
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nathaliecez Posté le 25 Mars 2020
    Un livre passionnant avec maintes rebondissements. Une très belle histoire d'amour entre 2 frères.
  • meknes56 Posté le 24 Octobre 2019
    Magnifique roman au cœur du Morbihan avec des personnages attachants et émouvants. Je n'aime pas trop les histoires qui se passent entre 39/45 mais dans le récit le plus important est l'évolution des personnages. La belle écriture de monsieur Cario m'a "condamné" à lire ce roman eu un jour.
  • FanchMenez Posté le 21 Août 2019
    J'ai beaucoup aimé ce livre je l'ai lu très vite. Lassé des romans policiers, je voulais un livre qui se passait en Bretagne. Pour une fois j'ai cédé, habituellement j'évite tout ce qui se passe entre 1939 et 1945, ça n'est pas mon truc. Ici, la guerre est très peu présente. L'histoire est centrée sur les personnages. J'ai été captivé. Je pense qu'il y en a pour tout le monde.
  • sld09 Posté le 27 Juin 2017
    J'ai bien aimé ce roman, et pas seulement parce qu'il parle d'un endroit que je connais. La maison des frères Conan reprend les ingrédients habituels des "romans du terroirs" (période, métiers disparus des personnages principaux, description du mode de vie, etc), mais l'auteur a su y ajouter sa touche personnelle, notamment en choisissant qu'un de ses personnages principaux soit trisomique (j'ai trouvé très touchante la façon dont il est décrit).Et puis j'aime beaucoup le style de Daniel Cario, très agréable et plein de détails sur une Bretagne que j'adore
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.