Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258088795
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 544
Format : 155 x 240 mm

La Maîtresse de Rome

Catherine BARRET (Traducteur)
Date de parution : 26/01/2012

Jeux du cirque, complots, banquets, orgies… Dans cette formidable saga antique, Kate Quinn fait revivre avec panache l’univers dépravé et sanglant de la Rome du Ier siècle.

Jeune esclave juive soumise aux caprices de l’arrogante Lepida Pollia, sa maîtresse, Thea connaît pour la première fois le bonheur dans les bras du gladiateur Arius le Barbare, la nouvelle coqueluche de Rome. Mais leur idylle attise la jalousie de Lepida, qui s’emploie de son mieux à les séparer.
Cette...

Jeune esclave juive soumise aux caprices de l’arrogante Lepida Pollia, sa maîtresse, Thea connaît pour la première fois le bonheur dans les bras du gladiateur Arius le Barbare, la nouvelle coqueluche de Rome. Mais leur idylle attise la jalousie de Lepida, qui s’emploie de son mieux à les séparer.
Cette dernière n’est pas le seul obstacle à se présenter sur la route des deux amants. Grâce à ses talents de musicienne, la belle Thea ne tarde pas à être remarquée de l’aristocratie romaine… et d’un dangereux admirateur : l’empereur Domitien, un homme brillant mais cruel qui en fait sa favorite. Devenue la femme la plus influente de Rome, Thea doit plus que jamais garder son amour pour Arius secret.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258088795
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 544
Format : 155 x 240 mm

Ils en parlent

"Kate Quinn signe un péplum hollywoodien qui renouvelle le genre." 

Livres Hebdo

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ghislainemota Posté le 1 Avril 2020
    Conquise! c'est le sentiment ressenti quand j'ai refermé " La maîtresse de Rome". Bercée très tôt par les histoires de l'Antiquité, Kate Quinn s'est naturellement penchée vers l'écriture pour partager son goût de l'Histoire. Tout commence au premier siècle après J C lorsque Domitien est au pouvoir. La femme du sénateur Marcus, Lépida Pollia, ambitieuse et méprisante s'entiche du gladiateur Arius. Malheureusement pour elle, son esclave juive Théa aura les faveurs du Barbare. S'ensuivent une rage et une jalousie qui poursuivront le parcours de Théa qui grâce à sa voix deviendra pendant cinq ans la maîtresse de l'empereur. Ce premier roman de Kate Quinn est une réussite car les clichés sont abolis pour laisser place à un récit qui instaure des jeux de trahisons, de secrets et de complots. Même l'histoire d'amour penche vers le réalisme. Les personnages sont la plupart imaginaires mais le portrait du cruel Domitien est fidèle à la description de Suétone. Ce sont donc le sens du détail et l'accélération de l'action qui m'ont convaincu du talent de Kate Quinn. Un roman divertissant dont les personnages ne s'effaceront pas si facilement de ma mémoire.
  • MelissaChelle Posté le 14 Octobre 2019
    J'ai eu du mal au début a rentrer dedans ( le lecteur est jeté dans le récit tel un gladiateur dans l'arène ), du sang, de la violence...mais j'ai persévéré et j'ai fini par sincèrement m'attacher aux personnages, Domitien et Lepida en font partie, bien qu'antipathiques, ils sont particuliers voir fascinants. J'aime les livres qui me font voyager et celui-ci vous embarque dans la Rome antique et c'est réellement intéressant de découvrir ce pan de l'histoire. Je suis conquise donc je vais attaquer la suite avec "L'imperatrice des sept collines" et j'espère découvrir d'autres choses sur les romains.
  • leblogdelaety Posté le 4 Mars 2019
    Ce livre était dans ma pile de livres à lire depuis quelques temps. Si le résumé m’avait incité à l’acheter, son volume m’effrayait à chaque fois que je me choisissais une nouvelle lecture. J’ai pour objectif cette année de diminuer, voire vider, ma pile de livres en attente. Alors après une déception littéraire dont je vous parlerai prochainement, je me suis lancée. Cette saga est absolument palpitante. Elle nous entraîne avec addiction dans la Rome antique. Du haut de ses 600 pages, j’ai finalement tourné les pages avec beaucoup de plaisir et l’ai dévoré en quelques jours. Je n’avais qu’une hâte: me glisser dans mon lit le soir pour avancer ma lecture. Je n’ai ressenti aucune longueur, l’écriture de Kate Quinn est fluide et vous accapare tout comme ses personnages qui sont tous formidables. Théa et Arius sont attachants, Lepida détestable à souhait, Paulinus torturé et tiraillé, l’empereur est absolument démoniaque…Chaque personnage nous entraîne dans son histoire avec émotions. Les scènes de la Rome antique sont formidablement décrites et vous propulsent sans difficulté dans cette période barbare, où la femme n’était qu’un pion dans les jeux politiques et érotiques des hommes. Cette fresque historique, politique et amoureuse est formidable: je vous la conseille... Ce livre était dans ma pile de livres à lire depuis quelques temps. Si le résumé m’avait incité à l’acheter, son volume m’effrayait à chaque fois que je me choisissais une nouvelle lecture. J’ai pour objectif cette année de diminuer, voire vider, ma pile de livres en attente. Alors après une déception littéraire dont je vous parlerai prochainement, je me suis lancée. Cette saga est absolument palpitante. Elle nous entraîne avec addiction dans la Rome antique. Du haut de ses 600 pages, j’ai finalement tourné les pages avec beaucoup de plaisir et l’ai dévoré en quelques jours. Je n’avais qu’une hâte: me glisser dans mon lit le soir pour avancer ma lecture. Je n’ai ressenti aucune longueur, l’écriture de Kate Quinn est fluide et vous accapare tout comme ses personnages qui sont tous formidables. Théa et Arius sont attachants, Lepida détestable à souhait, Paulinus torturé et tiraillé, l’empereur est absolument démoniaque…Chaque personnage nous entraîne dans son histoire avec émotions. Les scènes de la Rome antique sont formidablement décrites et vous propulsent sans difficulté dans cette période barbare, où la femme n’était qu’un pion dans les jeux politiques et érotiques des hommes. Cette fresque historique, politique et amoureuse est formidable: je vous la conseille fortement. C’est un coup de coeur pour moi.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cassie56 Posté le 22 Février 2019
    Lu en 2012, il avait été un coup de coeur pour moi, je l'avais adoré de bout en bout
  • WCassiopee Posté le 14 Novembre 2018
    Ce roman nous plonge dans la Rome antique, sous le règne de l'empereur Domitien, où nous suivons Théa, une jeune esclave. L'histoire s'étale sur une douzaine d'années au cours desquelles nous allons découvrir la vie à Rome, les jeux du cirque, la place des esclaves dans la société, l'empereur Domitien, le Sénat, les vestales, les gladiateurs... En tant que lecteur nous apprenons beaucoup de choses et les deux pages supplémentaires à la fin du roman expliquant quels sont les faits inventés et les faits réels est un gros plus. Il est très agréable de pouvoir savoir exactement quelle est la part de fiction d'un roman historique et quels sont les événements qui se sont réellement produits. L'intrigue est prenante. L'histoire de Théa est très intéressante, pleine de rebondissements, de drames, de joies, nous suivons cette jeune fille avec beaucoup d'intérêt. C'est un personnage fort attachant, avec du caractère mais aussi intelligente et cultivée. Son statut d'esclave est lié à sa religion ; malheureusement, à cette époque, c'était une raison suffisante pour perdre sa liberté. Les autres protagonistes sont aussi captivants : Arius le farouche gladiateur, Domitien l'empereur terrible, la détestable Lepida, mais aussi le cultivé sénateur Marcus, et bien d'autres encore. ... Ce roman nous plonge dans la Rome antique, sous le règne de l'empereur Domitien, où nous suivons Théa, une jeune esclave. L'histoire s'étale sur une douzaine d'années au cours desquelles nous allons découvrir la vie à Rome, les jeux du cirque, la place des esclaves dans la société, l'empereur Domitien, le Sénat, les vestales, les gladiateurs... En tant que lecteur nous apprenons beaucoup de choses et les deux pages supplémentaires à la fin du roman expliquant quels sont les faits inventés et les faits réels est un gros plus. Il est très agréable de pouvoir savoir exactement quelle est la part de fiction d'un roman historique et quels sont les événements qui se sont réellement produits. L'intrigue est prenante. L'histoire de Théa est très intéressante, pleine de rebondissements, de drames, de joies, nous suivons cette jeune fille avec beaucoup d'intérêt. C'est un personnage fort attachant, avec du caractère mais aussi intelligente et cultivée. Son statut d'esclave est lié à sa religion ; malheureusement, à cette époque, c'était une raison suffisante pour perdre sa liberté. Les autres protagonistes sont aussi captivants : Arius le farouche gladiateur, Domitien l'empereur terrible, la détestable Lepida, mais aussi le cultivé sénateur Marcus, et bien d'autres encore. C'est un roman qui nous entraîne dans les aspects les plus sombres de cette époque. Les sujets traités sont parfois durs, souvent brutaux. Le sexe et la violence sont omniprésents. Cependant, l'auteure ne rentre pas dans le gore ou l'horreur. Elle ne décrit pas les événements les plus difficiles, elle fait des ellipses bien placées afin d'éviter au lecteur les actes les plus abominables. Le lecteur se retrouve entraîné dans une histoire incroyable à une époque passionnante. Malgré les 700 pages, les chapitres défilent et on ne voit pas le temps passer.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.