Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714471239
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 576
Format : 140 x 225 mm

La Marque et le Vide

Chloé ROYER (Traducteur)
Date de parution : 21/04/2016
« La Marque et le Vide est une satire aussi hilarante qu’acérée sur le monde de la finance, portée par des personnages flamboyants. Mais ce roman est surtout, comme l’a été son glorieux aîné Skippy dans les étoiles, le livre le plus drôle de l’année. »
The Independent
À Dublin, en 2008
Claude a quitté sa morne banlieue parisienne pour gagner l'eldorado européen : l'Irlande. Et plus précisément Dublin. Et plus précisément encore, la Bank of Torabundo, un de ces établissements qui a pignon sur rue en cet âge d'or du Tigre celtique.
Tous les matins, Claude et ses collègues...
À Dublin, en 2008
Claude a quitté sa morne banlieue parisienne pour gagner l'eldorado européen : l'Irlande. Et plus précisément Dublin. Et plus précisément encore, la Bank of Torabundo, un de ces établissements qui a pignon sur rue en cet âge d'or du Tigre celtique.
Tous les matins, Claude et ses collègues papotent, les yeux rivés sur l'écran pour guetter les cours et les taux, boivent le café à dix heures, descendent déjeuner à midi au resto bio du coin, et le vendredi, c'est « casual day ». Pour Claude, le rêve. Et tout ceci aurait pu perdurer si deux facteurs n'avaient pas bouleversé sa vie : 1) la crise financière et 2) un écrivain raté prénommé Paul.

La crise. Certes. 2008, la bulle immobilière qui éclate en Irlande, la Grèce qui commence à sombrer.
Mais un écrivain ? Claude ne le connaît ni d'Eve ni d'Adam ! Oui mais voilà, Paul, longtemps en panne d'inspiration, a pour projet d'écrire un livre sur la vie d'un monsieur tout-le-monde, et Claude en est un parfait spécimen, insignifiant juste comme il faut, gentiment englué dans sa routine à la banque.
Incroyable, se dit Claude en découvrant ce potentiel insoupçonné ! Devenir un héros de roman ! Le début de la gloire !
Ou le début des ennuis...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714471239
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 576
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

« A la fois sombre et hilarante, La Marque et le Vide est une satire brillamment construite, dans la digne lignée de Skippy dans les étoiles. »
 The New York Times
The New York Times

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Georgekirrin Posté le 26 Avril 2019
    Le monde de la finance n'est pas mon truc, mais la petite équipe est fort sympathique et le pseudo écrivain filou attachant. Désopilant et ça fait du bien.
  • Nikoz Posté le 24 Juillet 2016
    Une mise en abime? oui c'est cela...
  • Bazart Posté le 19 Juillet 2016
    Si les banques étaient un asile et ses employés des patients plus ou moins atteint, alors la Bank of Torabundo serait un établissement de premier ordre. C’est là que Claude un super-expert-analyste-financier travaille. Cette petite banque irlandaise qui a très bien supportée la crise de 2008 est autorisée maintenant à jouer dans la cour des grands. Claude et ses camarades de travail, tous plus ou moins amoraux, névrosés, égocentriques et inculte sont très surpris lorsqu’un écrivain demande à les suivre au quotidien pour écrire un roman vrai sur la banque. Claude le banquier « Frenchie » est flatté que l’on s’intéresse à lui, ce qu’il ne sait pas encore, c’est que Paul l’écrivain a de gros problème avec l’écriture et la vie en général. Peu vous chaut de voir la bourse fluctuer, vous n’arrivez pas à prononcer « titrisations des créances », et vous croyez que "Subprime" est le nom d'une enseigne de sandwich Nord-américain, alors n’hésitez pas « La marque et le vide » est un roman écrit pour vous. Une plongée dans le grand bain de la finance avec quelques requins complètement marteaux. Paul Murray en fin moraliste nous explique tout de la finance et de ses cyniques financiers... Si les banques étaient un asile et ses employés des patients plus ou moins atteint, alors la Bank of Torabundo serait un établissement de premier ordre. C’est là que Claude un super-expert-analyste-financier travaille. Cette petite banque irlandaise qui a très bien supportée la crise de 2008 est autorisée maintenant à jouer dans la cour des grands. Claude et ses camarades de travail, tous plus ou moins amoraux, névrosés, égocentriques et inculte sont très surpris lorsqu’un écrivain demande à les suivre au quotidien pour écrire un roman vrai sur la banque. Claude le banquier « Frenchie » est flatté que l’on s’intéresse à lui, ce qu’il ne sait pas encore, c’est que Paul l’écrivain a de gros problème avec l’écriture et la vie en général. Peu vous chaut de voir la bourse fluctuer, vous n’arrivez pas à prononcer « titrisations des créances », et vous croyez que "Subprime" est le nom d'une enseigne de sandwich Nord-américain, alors n’hésitez pas « La marque et le vide » est un roman écrit pour vous. Une plongée dans le grand bain de la finance avec quelques requins complètement marteaux. Paul Murray en fin moraliste nous explique tout de la finance et de ses cyniques financiers qui pilotent des crises à répétition autoalimentant ainsi un système qui tourne à vide. Il réussit à nous faire rire avec des personnages très dangereux pour la planète, capable de faire de l’argent sur le dos de tout le monde. Cela pourrait donner le vertige mais Murray a le bon goût d’être très très drôle et aussi francophile.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.