Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355847806
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 656
Format : 140 x 200 mm
Nouveauté

La Mer sans Etoiles

Julie SIBONY (Traducteur)
Date de parution : 15/10/2020
« Aucune histoire ne s'achève jamais vraiment tant qu'elle continue à être racontée. »
 
Dans la bibliothèque de son université, Zachary Ezra Rawlins trouve un livre mystérieux, sans titre ni auteur. Découvrant avec stupéfaction qu'une scène de son enfance y est décrite, il décide d'en savoir davantage. C’est le début d’une quête qui le mènera à un étrange labyrinthe souterrain, sur les rives de... Dans la bibliothèque de son université, Zachary Ezra Rawlins trouve un livre mystérieux, sans titre ni auteur. Découvrant avec stupéfaction qu'une scène de son enfance y est décrite, il décide d'en savoir davantage. C’est le début d’une quête qui le mènera à un étrange labyrinthe souterrain, sur les rives de la mer sans Étoiles. Un monde merveilleux fait de tunnels tortueux, de cités perdues et d'histoires à préserver, quel qu'en soit le prix...
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355847806
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 656
Format : 140 x 200 mm
Sonatine

Ils en parlent

« Une déclaration d’amour troublante et onirique à tous les bibliophiles, profondément sincère et absolument captivante. »
Publisers Weekly

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • calypso Posté le 2 Août 2020
    Lorsque Zachary parcourt les rayons de la bibliothèque comme à son habitude, il ne se doute pas que le hasard – ou plutôt le destin – va le conduire à choisir un étrange roman dont la couverture ne porte pour toute inscription que son titre, Doux chagrins. Aucune autre mention, impossible de savoir qui en est l'auteur malgré l'aide que tente d'apporter la bibliothécaire à Zachary. le mystère s'épaissit quand, rentré chez lui, le jeune homme découvre avec surprise que le roman relate un épisode de sa propre enfance, épisode qu'il a en outre toujours tu. Débute alors pour lui une aventure extraordinaire, bien loin de son confort d'étudiant sérieux et solitaire, qui va le conduire jusqu'à un univers dont il n'aurait jamais soupçonné l'existence… La Mer sans étoiles n'est pas un roman qui s'offre facilement. C'est un roman mystérieux et exigeant et sa difficulté vient des énigmes multiples qui le parcourent, énigmes qui sont dues d'une part à sa composition – une composition à tiroirs qui accumulent les histoires – et d'autre part aux fils multiples et invisibles qui relient les personnages. C'est loin d'être une lecture estivale et légère, c'est une lecture qui demande une grande concentration. Je regrette... Lorsque Zachary parcourt les rayons de la bibliothèque comme à son habitude, il ne se doute pas que le hasard – ou plutôt le destin – va le conduire à choisir un étrange roman dont la couverture ne porte pour toute inscription que son titre, Doux chagrins. Aucune autre mention, impossible de savoir qui en est l'auteur malgré l'aide que tente d'apporter la bibliothécaire à Zachary. le mystère s'épaissit quand, rentré chez lui, le jeune homme découvre avec surprise que le roman relate un épisode de sa propre enfance, épisode qu'il a en outre toujours tu. Débute alors pour lui une aventure extraordinaire, bien loin de son confort d'étudiant sérieux et solitaire, qui va le conduire jusqu'à un univers dont il n'aurait jamais soupçonné l'existence… La Mer sans étoiles n'est pas un roman qui s'offre facilement. C'est un roman mystérieux et exigeant et sa difficulté vient des énigmes multiples qui le parcourent, énigmes qui sont dues d'une part à sa composition – une composition à tiroirs qui accumulent les histoires – et d'autre part aux fils multiples et invisibles qui relient les personnages. C'est loin d'être une lecture estivale et légère, c'est une lecture qui demande une grande concentration. Je regrette de ne pas avoir commencé ce roman en ayant conscience de cela car je pense que beaucoup d'éléments m'ont échappé et les quelques incertitudes qui demeurent mériteraient une relecture, ce que je ferai peut-être un jour. Pour autant, j'ai vraiment apprécié ce roman et j'ai senti tout au long de ma lecture que j'avais quelque chose d'assez incroyable et exceptionnel entre les mains, c'est dire la puissance qui s'en dégage. C'est un roman original, très travaillé, éminemment poétique. Il vaut incontestablement le détour. Un grand merci à Babelio et aux Editions Sonatine pour cette belle découverte !
    Lire la suite
    En lire moins
  • faeli Posté le 22 Juillet 2020
    Ete 2013, installée sur un banc ensoleillé je découvrais le Cirque des rêves d'Erin Morgenstern, attirée par sa superbe couverture, et son énigmatique quatrième de couverture. Eté 2020, après 7 ans plus tard (et quelques mois d'attente dus au confinement), me voilà enfin plongée dans son nouveau roman... et encore une fois conquise ! Comment ne pas l'être par cette histoire (plutôt ces histoires) qui entraine Zachary dans un monde souterrain et mystérieux, parsemé de clés, de livres et d'abeilles (ah ce clin à Lev Grossman et sa trilogie !) ? C'est un livre empreint d'une certaine lenteur (mais absolument pas d'ennui) et d'une plume dès plus poétique. Il appelle à prendre son temps, et savourer sa lecture. (Je me suis surprise à parfois relire certaines phrases, tellement elles "résonnaient" de vérité et de poésie). Erin Morgenstern nous offre une fois de plus un très beau récit, à la fois magique et métaphorique, avec, me semble-t-il, de multiples interprétations, selon le ressenti personnel du lecteur. Au fil de la lecture, tout s'emboite et prend sens, tout naturellement. Enfin chacun pourra se retrouver dans cette palette de personnages, et être surpris par certaines choses. Et que dire de l'objet livre... Ete 2013, installée sur un banc ensoleillé je découvrais le Cirque des rêves d'Erin Morgenstern, attirée par sa superbe couverture, et son énigmatique quatrième de couverture. Eté 2020, après 7 ans plus tard (et quelques mois d'attente dus au confinement), me voilà enfin plongée dans son nouveau roman... et encore une fois conquise ! Comment ne pas l'être par cette histoire (plutôt ces histoires) qui entraine Zachary dans un monde souterrain et mystérieux, parsemé de clés, de livres et d'abeilles (ah ce clin à Lev Grossman et sa trilogie !) ? C'est un livre empreint d'une certaine lenteur (mais absolument pas d'ennui) et d'une plume dès plus poétique. Il appelle à prendre son temps, et savourer sa lecture. (Je me suis surprise à parfois relire certaines phrases, tellement elles "résonnaient" de vérité et de poésie). Erin Morgenstern nous offre une fois de plus un très beau récit, à la fois magique et métaphorique, avec, me semble-t-il, de multiples interprétations, selon le ressenti personnel du lecteur. Au fil de la lecture, tout s'emboite et prend sens, tout naturellement. Enfin chacun pourra se retrouver dans cette palette de personnages, et être surpris par certaines choses. Et que dire de l'objet livre en lui-même ? Il est simplement sublime, tant à l'extérieur, qu'à l'intérieur. Merci Babelio et Sonatine d'avoir mis La Mer sans étoiles dans la dernière Masse critique. Je savais que j'aimerais, mais j'avoue que cela a été au delà de ce que je m'attendais.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Belykhalil Posté le 12 Juillet 2020
    Voilà une chronique que j’ai tardé à écrire. Pas que je n’ai pas aimé le roman. Bien au contraire même, je l’ai adoré ; à tel point que je suis impatiente de tenir entre mes mains la version papier pour avoir tout le plaisir de le relire dans un format que j’affectionne plus que le numérique. Tous les grands lecteurs connaissent cette sensation indéfinissable quand ils trouvent LE livre, celui qui entre en écho avec quelque chose en eux et qui les emporte très loin. C’est le roman qui vous saisit et que vous ne quittez qu’à regret et auquel vous pensez encore des jours après l’avoir terminé, des jours après en avoir lus une dizaine d’autres. C’est ce roman que vous voulez partager avec votre entourage, mais pour lequel vous êtes au fond incapable de justifier votre enthousiasme, parce que ce qui ce joue n’a rien de pragmatique : ce n’est pas la prose de l’auteur, le synopsis, les personnages, la typographie, etc. C’est quelque chose de plus profond, de typiquement basé sur l’émotion, quelque chose qui ne se définit pas avec des mots. En tant que « grande » lectrice, c’est toujours le roman que je cherche, mais en... Voilà une chronique que j’ai tardé à écrire. Pas que je n’ai pas aimé le roman. Bien au contraire même, je l’ai adoré ; à tel point que je suis impatiente de tenir entre mes mains la version papier pour avoir tout le plaisir de le relire dans un format que j’affectionne plus que le numérique. Tous les grands lecteurs connaissent cette sensation indéfinissable quand ils trouvent LE livre, celui qui entre en écho avec quelque chose en eux et qui les emporte très loin. C’est le roman qui vous saisit et que vous ne quittez qu’à regret et auquel vous pensez encore des jours après l’avoir terminé, des jours après en avoir lus une dizaine d’autres. C’est ce roman que vous voulez partager avec votre entourage, mais pour lequel vous êtes au fond incapable de justifier votre enthousiasme, parce que ce qui ce joue n’a rien de pragmatique : ce n’est pas la prose de l’auteur, le synopsis, les personnages, la typographie, etc. C’est quelque chose de plus profond, de typiquement basé sur l’émotion, quelque chose qui ne se définit pas avec des mots. En tant que « grande » lectrice, c’est toujours le roman que je cherche, mais en tant que blogueuse ou enseignante, c’est celui que je redoute : comment des mots (et la langue française en est pourtant riche) pourrait traduire un ressenti parfaitement irrationnel et dénué de logique? Il faut pourtant m’y atteler, mais ma chronique risque à coup sûr de manquer de recul. La mer sans étoiles est tout d’abord un roman à plusieurs niveaux, j’entends par là des romans imbriqués les uns dans les autres : roman traditionnel, mythes, légendes, journal intime… Il y a dans cet imbroglio opaque aux premières pages, quelque chose qui relève assurément de l’onirisme et de la poésie. C’est dense, épais, presque trop, comme du miel, sucré jusqu’à l’écoeurement, puis tout à coup, le récit fait sens, tout s’imbrique et c’est une vague qui emporte le lecteur. Une vague qui porte, mais qui ne noie pas. Il faut fermer les yeux et se laisser flotter pour profiter à 100% du texte. S’il y a bien un roman dont je rêve en version audio c’est celui-ci. Je pourrais dire que ce succès relève de la nature même du scénario puisqu’il contient tout ce dont un lecteur peut rêver : du rêve, de l’amour, de l’aventure, une vision nuancée du bien et du mal, de l’action et du suspens, pourtant je ne rendrais pas justice à l’oeuvre de Erin Morgenstern. Est-ce que ce sont les personnages qui font l’interêt du roman? Ils sont assurément bien écrits, et pourtant il n’y en a pas un que j’ai préféré aux autres. Ils ont tous quelque chose de singulier qui fait qu’on a envie de les suivre, tous sans exception. J’ai toujours pensé sincèrement que la meilleure façon se faire une opinion sur un livre, c’était de le lire soi-même. Cette affirmation n’a jamais été aussi vraie… La sortie du roman a été repoussée au mois d’octobre. N’hésitez donc pas à aller faire un tour chez votre librairie ou dans votre médiathèque préférée.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Angie1976 Posté le 20 Juin 2020
    C'est un roman fantastique pour adulte que j'ai eu la chance de pouvoir découvrir grâce à #NetGalleyFrance et les éditions Sonatine que je remercie. J'ai vraiment retrouvé cette plume très poétique de l'autrice que j'avais tant aimé dans "le cirque des rêves". Elle est élégante, elle joue avec les mots pour nous emmener dans un voyage merveilleux et fantastique. Au départ, on est un peu déstabilisé car il est impossible de relier les histoires entre elles. Je me suis un peu perdue et j'ai trouvé qu'il y avait quelques longueurs. Et puis, on se prend au jeu, on essai de reconstituer le lien entre chacune de ces histoires et à la fin tout s'imbrique pour nous révéler enfin la vérité. C'est un livre qu'il faut déguster pour ne pas passer à côté car cela serait vraiment dommage. Une très jolie lecture.
  • AlexSaeba Posté le 18 Juin 2020
    J'avais publié ma critique lorsque je l'ai lu en anglais, je la remets ici ^^ maintenant qu'un poste en français existe. j'avais adoré le cirque des rêves. Quand j'ai appris que l'autrice sortait un nouveau livre, il n'était pas question d'attendre une éventuelle traduction française pour le lire. Je ne le regrette pas! Erin Morgenstern confirme ses talents de conteuse dans un roman passionnant qui fonctionne comme un puzzle gigantesque dont elle sème les pièces pages après pages et un système de mise an abîme parfaitement mené. Elle a le don d'écrire des histoires d'amour à vous chavirer le coeur et là ce n'est pas une histoire qu'elle raconte mais des dizaines, toutes liées les unes aux autres, un peu à la mille et une nuit. c'est un roman sur les histoires, la création, l'invention, les légendes et les mythes. Comme pour le cirque des rêves, quand on ferme le livre, on a qu'une envie, l'ouvrir à nouveau pour retrouver des personnages qu'on a pas envie de quitter. Vivement la traduction française et vivement le prochain!
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !