Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221082386
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 528
Format : 135 x 215 mm

La Mère des tempêtes

Jean-Daniel BRÈQUE (Traducteur)
Collection : Ailleurs et Demain
Date de parution : 12/02/1998

Lorsqu'une opération de police des Nations unies liquide les missiles dont l'Etat mafieux de Sibérie menace ses voisins, le monde entier applaudit. Mais les explosions libèrent dans l'atmosphère d'immenses quantités de méthane enfouies dans les fonds marins polaires. Et le méthane est un gaz à effet de serre. Il va...

Lorsqu'une opération de police des Nations unies liquide les missiles dont l'Etat mafieux de Sibérie menace ses voisins, le monde entier applaudit. Mais les explosions libèrent dans l'atmosphère d'immenses quantités de méthane enfouies dans les fonds marins polaires. Et le méthane est un gaz à effet de serre. Il va faire chaud, partout sur la planète, l'été prochain, en 2028.Si chaud que la météorologie en sera bouleversée, que des ouragans gigantesques vont parcourir les océans, se transformer en tornades au-dessus des continents, faire naître des vents supersoniques et soulever des marées de tempête de cent mètres de haut. Tandis que la présidente des Etats-Unis, Brittany Hardshaw, se prépare au pire, que Berlina Jameson réinvente le journalisme d'investigation, que Synthi Venture, vedette mondiale du XV (le média qui vous permet de partager en direct les aventures, les émotions et les sensations les plus intimes de vos acteurs favoris), s'efforce de retrouver son innocence perdue, l'enfer mijote dans ses chaudrons la pire série de fléaux de toute l'histoire humaine.
John Barnes réunit, dans ce somptueux roman-catastrophe, une science approfondie de la météorologie et de l'écologie, avec un sens aigu du suspense et un talent impressionnant qui lui permet de dresser le tableau d'une planète entière balayée par la mère des tempêtes...

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221082386
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 528
Format : 135 x 215 mm
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • finitysend Posté le 4 Février 2014
    Un roman catastrophe crédible au rythme effréné ..... Impossible de le lâcher une fois commencé et ce texte est franchement assez fabuleux , à la foi , par son sérieux et par son humour discret ... C’est un très bon roman catastrophe qui possède les qualités et le sérieux nécessaire à ce genre de roman . J’aime beaucoup le titre : La mère des tempêtes , c’est très proportionné à la catastrophe et puis cela affiche une consonance épique du meilleurs effet . Le Pitch , les tenants et les aboutissants de cette catastrophe écologique majeure qui va crescendo , sont décryptés et amenés avec force de détails , de manière , intelligible , fluide et appropriée . Le cœur du roman porte sur la préoccupante et brulante ( là , je blague ) question des clathares de méthane . Il s’agit de ce méthane solidifiés et reposants en strates géologiques dans les fonds océaniques et qui pourrait en redevenant gazeux , déclencher un effet de serre atmosphérique incomparablement plus dangereux et fatal , que le gaz carbonique d’origine océanique ou autre ... Si ce méthane redevient gazeux , avant de confiner à la condition de Venus , la... Un roman catastrophe crédible au rythme effréné ..... Impossible de le lâcher une fois commencé et ce texte est franchement assez fabuleux , à la foi , par son sérieux et par son humour discret ... C’est un très bon roman catastrophe qui possède les qualités et le sérieux nécessaire à ce genre de roman . J’aime beaucoup le titre : La mère des tempêtes , c’est très proportionné à la catastrophe et puis cela affiche une consonance épique du meilleurs effet . Le Pitch , les tenants et les aboutissants de cette catastrophe écologique majeure qui va crescendo , sont décryptés et amenés avec force de détails , de manière , intelligible , fluide et appropriée . Le cœur du roman porte sur la préoccupante et brulante ( là , je blague ) question des clathares de méthane . Il s’agit de ce méthane solidifiés et reposants en strates géologiques dans les fonds océaniques et qui pourrait en redevenant gazeux , déclencher un effet de serre atmosphérique incomparablement plus dangereux et fatal , que le gaz carbonique d’origine océanique ou autre ... Si ce méthane redevient gazeux , avant de confiner à la condition de Venus , la terre pourrait affronter des perturbations climatiques spectaculaires . Des missiles intercontinentaux déclenchent par erreur une série de catastrophes en chaine parfaitement crédibles dans ce texte du fait de descriptions pointues , agréables et assorties d’une caractérisation très au poil . Il y a très peu de longueurs dans ce roman et c'est incontestable que le rythme y est aussi haletant que irréprochable . Il ne s'agît pas par ailleurs d'une apologie systémique du libéralisme nord-américain en tant que mode de vie en société naturel et privilégié . Le libéralisme n'est qu'un contexte culturel ici , et ce serait difficile tout de même de décrire et d’extrapoler un autre contexte économico-social dans un avenir prévisible aux états unis ... L'auteur pointe au contraire les responsabilités individuelles et politiques qui sous-tendent la catastrophe , qui bien que grave et dramatique , n'est pas pour autant la fin du monde . Il insiste clairement sur les responsabilités politiques qui pèsent lourd sur l’effet de serre . Il y a par ailleurs , un ton savoureux et un peu graveleux des fois ( souvent même ) . Les nombreux personnages sont campés avec un brio époustouflant , c'est un vrai bonheur , alors que l’action est intense et omniprésente . Un gros détail : le contexte technologique et scientifique est lui aussi un point fort du roman . Nous avons la satisfaction d'entrevoir ce que l'avenir proche peut nous réserver du point de vue d'un quotidien high-tech et dans une perspective où les moyens d’expressions , d’informations de mobilités sous forme de modes de vies nomades ( parmi d’autres ) qui seraient à la portée de tout à chacun ( en mer , sur la route , .. ) . L'environnement technologique du bouquin fait hautement rêver et questionne intensément le lecteur . Je veux dire interpelle , enflamme l’imagination la plus bornée . C’est visionnaire , très détaillé et tellement plaisant . Des potentialités fabuleuses et au final un futur vivifiant et séduisant car agréable vivre et prometteur d’émerveillement ... Le seul point qui m'a un peu cassé les pieds , c'est le côté un peu new Age de certains aspects de la fin du roman et aussi le fait que l'auteur aurait peut être gagné à fixer cette aventure un peu plus loin dans l'avenir , parce que question dates cela ne passe plus tout à fait bien ou alors on glisse doucement vers une sorte de futur / passé alternatif , un peu comme tous à Zanzibar ( de Bruner ) pour ce qui est du mécanisme de vieillissement de l’œuvre . Bref ! un vrai délice car : c'est Drôle , c'est vivant , c'est bien documenté , avec des personnages si bien campés que l'intimité s'impose avec force au lecteur . Et souvent , ces personnages sont spontanément désopilants . Par ailleurs c'est une vision très humaniste de cette catastrophe en cascade qui est présentée ici , associée chez l'auteur à une réelle aptitude à réfléchir et à décrire la nature humaine sans concessions mais sans aigreur aussi , avec cette idée que les gens ont finalement du pouvoir sur eux-mêmes , qu’ils peuvent faire bouger les marques des habitudes et au final le statut psychologique des individus peut bouger dans un sens qui leur est profitable car il n’est pas figé . Les catastrophes climatiques qui se suivent ,si elles ne sont pas irréalistes , frisent pourtant quelquefois un aspect comique du fait d’un effet cumulatif ( la loi de Murphy ... ) . C’est un peu en effet , comme si le ciel tombait plusieurs fois sur la tête de la maison blanche qui est dirigée dans ce roman , par une première dame présidente des Etats-Unis qui devra organiser des élections en pleine « Apocalypse « . Le catastrophisme est ici sérieux dans son traitement , mais avec un rien d’humour , et avec un rien graveleux , c’est bon et confortable .. Ce serait dommage de passer à côté de ce roman , drôle , réaliste , spectaculaire et de se priver de cette vision très critique , qui nous place avec tant de réalisme devant nos responsabilités individuelles avant tout , en matière d'écologie et de risques naturels . C’est j’insiste , un texte infiniment plaisant d’un auteur très sympathique dont je recommande aveuglement la lecture , et dont les amateur de SF doivent soir qu’il existe .
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.