Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262034658
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 276
Format : 140 x 210 mm

La monnaie

Histoire d'une imposture

,

Date de parution : 31/05/2012

A travers l'histoire "critique" de la monnaie, une analyse inédite et iconoclaste des causes de la crise économique et financière actuelle.

Pour Philippe Simonnot et Charles Le Lien, la crise économique actuelle ne trouve pas son origine dans les
excès du marché ou la dérégulation de la finance, mais dans l’interventionnisme extrême d’Etats irrespectueux de la vraie nature de la monnaie.
Les racines de cet abus de pouvoir sont anciennes et profondément implantées,...

Pour Philippe Simonnot et Charles Le Lien, la crise économique actuelle ne trouve pas son origine dans les
excès du marché ou la dérégulation de la finance, mais dans l’interventionnisme extrême d’Etats irrespectueux de la vraie nature de la monnaie.
Les racines de cet abus de pouvoir sont anciennes et profondément implantées, mais un pas a été franchi
avec la création des banques centrales qui aujourd’hui émettent de la fausse monnaie à une échelle inégalée. L’imposture a connu une accélération décisive lorsque, le 15 août 1971, le dernier lien entre le système monétaire international et l’or a été rompu par Richard Nixon, alors président des Etats-Unis. La monnaie étant pour la première fois complètement déréalisée, la finance s’est déconnectée de l’économie. Depuis lors, les crises succèdent aux crises, toujours plus graves, toujours plus douloureuses pour ceux qu’elles privent d’emploi et de ressources.
La solution est pourtant à portée de main : rétablir une monnaie ancrée dans la réalité économique. L’obstacle est seulement politique : ceux qui nous gouvernent n’y ont pas intérêt. En enracinant l’actualité dans l’histoire, les deux auteurs révèlent la précarité du capitalisme mondial.

Economiste indépendant, Philippe Simonnot a publié de nombreux ouvrages, dont, récemment, Le jour où la France sortira de l’euro. Professionnel de la finance et spécialiste des questions monétaires, Charles Le Lien enseigne en milieu professionnel et universitaire et il publie dans diverses revues financières.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262034658
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 276
Format : 140 x 210 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • paulallan380 Posté le 14 Mars 2020
    UN OUVRAGE PASSIONNANT ET INSTRUCTIF, QUI MERITERAIT D'EN ETRE A SA N-IEME REEDITION…. L'ambition des auteurs, Philippe Simonnot et Charles le Lien : que ce livre permette l'ouverture d'un grand débat sur la monnaie. L'ouvrage, qui se lit presque d'une traite, est, à cet effet, destiné aux non spécialistes. A tous ceux qui veulent connaître les VRAIS rouages de cet instrument qui fait partie de notre quotidien. A tous ceux qui veulent comprendre pourquoi ils sont de moins en moins « riches » en travaillant plus. Comme l'explique le Pr. Jacques Garello (économiste) à propos d'un autre ouvrage : « Nos concitoyens ont été formatés par le système d'enseignement et la classe politique pour NE PAS REAGIR contre la spoliation fiscale « nouvelle cleptocratie d'État » qui s'est développée depuis 1945». Et LES MANIPULATIONS MONETAIRES, si clairement décrites par les auteurs, représentent justement LA PLUS RADICALE des spoliations. La plus subtile aussi, car il faut un minimum de culture économique pour en comprendre les ressorts. Une des raisons pour laquelle, le système d'enseignement français, monopole d'Etat, est chargé de veiller au grain. Particulièrement en économie, où L'ENDOCTRINEMENT EST ENTIEREMENT SUBSTITUE A LA TRANSMISSION DE LA CONNAISSANCE. Et c'est mission accomplie : au... UN OUVRAGE PASSIONNANT ET INSTRUCTIF, QUI MERITERAIT D'EN ETRE A SA N-IEME REEDITION…. L'ambition des auteurs, Philippe Simonnot et Charles le Lien : que ce livre permette l'ouverture d'un grand débat sur la monnaie. L'ouvrage, qui se lit presque d'une traite, est, à cet effet, destiné aux non spécialistes. A tous ceux qui veulent connaître les VRAIS rouages de cet instrument qui fait partie de notre quotidien. A tous ceux qui veulent comprendre pourquoi ils sont de moins en moins « riches » en travaillant plus. Comme l'explique le Pr. Jacques Garello (économiste) à propos d'un autre ouvrage : « Nos concitoyens ont été formatés par le système d'enseignement et la classe politique pour NE PAS REAGIR contre la spoliation fiscale « nouvelle cleptocratie d'État » qui s'est développée depuis 1945». Et LES MANIPULATIONS MONETAIRES, si clairement décrites par les auteurs, représentent justement LA PLUS RADICALE des spoliations. La plus subtile aussi, car il faut un minimum de culture économique pour en comprendre les ressorts. Une des raisons pour laquelle, le système d'enseignement français, monopole d'Etat, est chargé de veiller au grain. Particulièrement en économie, où L'ENDOCTRINEMENT EST ENTIEREMENT SUBSTITUE A LA TRANSMISSION DE LA CONNAISSANCE. Et c'est mission accomplie : au sein des pays développés, les Français sont classés premiers au hit parade de l'analphabétisme économique. ANTIDOTE A CET ESSORAGE DE CERVEAU, l'ouvrage nous dévoile dans une perspective historique tous les abus des hommes de l'Etat. Et comment ils sont arrivés à leurs fins : réussir à faire entièrement main basse sur la monnaie. C'est-à-dire potentiellement sur le fruit de nos efforts : nos revenus et notre épargne (de plus en plus difficile à constituer, il est vrai). Les auteurs insistent aussi sur le méfait le moins connu, mais le plus dévastateur de la fausse monnaie publique : l'excès d'investissements, créateur de bulles puis de crises. Effets attribués bien évidemment au marché par les responsables, c'est-à-dire les hommes de l'Etat et leurs complices. On en apprend beaucoup aussi sur les dessous des mécanismes bancaires. Et les auteurs nous donnent l'occasion de « rentrer de manière accessible dans la boîte noire de la réglementation bancaire internationale ». Sont démasqués aussi les pseudo-économistes falsificateurs de l'analyse économique, car au service des hommes de l'Etat. Je mets cinq étoiles, bien que ne partageant pas l'engouement des auteurs pour l'étalon-or. Ce système ayant la faiblesse de rester dans la sphère des hommes de l'Etat. La concurrence entre les monnaies, défendue dès le début des années soixante dix, par le prix Nobel d'économie 74, Friedrich Hayek (ancien partisan de l'étalon-or [cf. « La Constitution de la liberté »]), me paraît plus optimale, car dans ce cadre, l'émission monétaire est privée, ne dépend plus d'un monopole d'Etat et n'est plus limitée par des frontières politiques. Ce système se met en route aujourd'hui, avec l'apparition des crypto-monnaies, fonctionnant sans banques centrales ni tiers de « confiance ». J'ai complété cette critique avec 38 citations qui donnent quelques éléments-clé de l'ouvrage.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…