Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749140872
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 384
Format : 140 x 220 mm

La Nueve, 24 août 1944

Ces Républicains espagnols qui ont libéré Paris

Jorge SEMPRUN (Préface), Michel ROQUEJEOFFRE (Postface), Serge UTGE-ROYO (Traducteur)
Collection : Documents
Date de parution : 14/08/2014

NOUVELLE EDITION - 1944-2014 - 70e anniversaire de la Libération de Paris

Voici des héros magnifiques, sortis tout droit d’une page d’histoire trop longtemps occultée : les soldats de la Nueve.
Officiellement, la libération de Paris a commencé le 25 août 1944. En réalité, c’est la veille, le 24 août, que le général Leclerc a lancé l’offensive : il a donné l’ordre au capitaine Dronne, chef...
Voici des héros magnifiques, sortis tout droit d’une page d’histoire trop longtemps occultée : les soldats de la Nueve.
Officiellement, la libération de Paris a commencé le 25 août 1944. En réalité, c’est la veille, le 24 août, que le général Leclerc a lancé l’offensive : il a donné l’ordre au capitaine Dronne, chef de la 9e compagnie de la 2e DB, d’entrer dans Paris sans délai.
Le premier véhicule de cette 9e compagnie, appelée la Nueve, est arrivé place de l’Hôtel-de-Ville le 24 août 1944 peu après 20 heures, « heure allemande ». Le soldat Amado Granell – le premier libérateur de Paris ! – en est descendu pour être aussitôt reçu, à l’intérieur de la mairie, par Georges Bidault, successeur de Jean Moulin à la présidence du Conseil national de la Résistance. Comme 146 des 160 hommes de la Nueve, Granell était… un républicain espagnol !
Le 26 août, de Gaulle descendra les Champs-Élysées escorté et protégé par quatre véhicules de la Nueve. Ensuite, les républicains espagnols de la Nueve contribueront à libérer l’Alsace et la Lorraine et se battront en Allemagne jusqu’au nid d’aigle d’Hitler, à Berchtesgaden.
Evelyn Mesquida leur rend la place qui leur est due dans la mémoire collective. Et elle donne la parole à neuf des survivants qu’elle a pu retrouver.
Témoin de la libération de Paris, Albert Camus aura ces mots, en 1954, pour dire toute sa reconnaissance aux républicains espagnols : « Pour l’Europe et pour nous, sans le savoir, vous avez été et vous êtes des maîtres de liberté. »
  
 
Préface de Jorge Semprùn
précédée de deux textes d’Albert Camus

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749140872
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 384
Format : 140 x 220 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • oran Posté le 12 Juin 2016
    Ce livre m'a été dédicacé par Evelyn Mesquida lors des "Rencontres Méditerranéennes Albert Camus" avec cette mention " Cette histoire de deux pays et de long combat pour la liberté" Le livre est préfacé par Jorgé Semprun , il écrit "Loin de la réalité historique, beaucoup d'hommes politiques, des militaires et des historiens s'obstinent à répéter - aujourd'hui encore - que ces Espagnols n'étaient "qu'une poignées d'hommes : devant l'assurance de ces spécialistes de l'histoire, je peux affirmer que les républicains espagnols intégrés dans les rangs des armées alliées ou dans les groupes de résistants qui luttaient sur tout le territoire de France, ne furent à aucun moment "une poignée d'hommes" comme on le prétend. Ils furent des dizaines de milliers qui luttèrent, dans tous les combats de l'armée française et les nombreux groupes de guérilleros qui se battirent aux côtés de la Résistance, sur tout le territoire, jouant un rôle principal, avec comme corollaire la déportation de beaucoup d'entre eux dans les camps nazis où ils moururent par milliers" Voilà je ne suis pas une grande spécialiste de l'histoire, mais j'aime l'Histoire et je pense qu'il faut rendre à César ce qui est à César, l'histoire raconte des histoire, mais... Ce livre m'a été dédicacé par Evelyn Mesquida lors des "Rencontres Méditerranéennes Albert Camus" avec cette mention " Cette histoire de deux pays et de long combat pour la liberté" Le livre est préfacé par Jorgé Semprun , il écrit "Loin de la réalité historique, beaucoup d'hommes politiques, des militaires et des historiens s'obstinent à répéter - aujourd'hui encore - que ces Espagnols n'étaient "qu'une poignées d'hommes : devant l'assurance de ces spécialistes de l'histoire, je peux affirmer que les républicains espagnols intégrés dans les rangs des armées alliées ou dans les groupes de résistants qui luttaient sur tout le territoire de France, ne furent à aucun moment "une poignée d'hommes" comme on le prétend. Ils furent des dizaines de milliers qui luttèrent, dans tous les combats de l'armée française et les nombreux groupes de guérilleros qui se battirent aux côtés de la Résistance, sur tout le territoire, jouant un rôle principal, avec comme corollaire la déportation de beaucoup d'entre eux dans les camps nazis où ils moururent par milliers" Voilà je ne suis pas une grande spécialiste de l'histoire, mais j'aime l'Histoire et je pense qu'il faut rendre à César ce qui est à César, l'histoire raconte des histoire, mais c'est aussi une science qui doit se traiter comme telle, c'est -à-dire avec rigueur .
    Lire la suite
    En lire moins
  • nena Posté le 31 Août 2015
    Sur 160 hommes de la nueve ou la 9ème compagnie de la seconde guerre mondiale, 146 étaient des républicains espagnols, ainsi que leur chef Granell. Ils sont arrivés les premiers à Paris, ils ont libérés l’Alsace et la Lorraine et sont allés jusqu’au nid d’aigle d’Hitler à Berchtesgaden. Une division d’hommes courageux, des héros !!! Ce livre leur rend hommage, et donne la parole aux survivants. Ils se sont battus pour la France, De Gaulle descendra les Champs Elysées escorté et protégé par 4 véhicules de la nueve. Albert Camus en 1954 aura ces mots pour dire toute sa reconnaissance : « Pour l’Europe et pour nous, sans le savoir, vous avez été et vous êtes des maîtres de liberté ».
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !