Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782258152830
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 140 x 225 mm
La Nuit des temps (Nouvelle édition)
Date de parution : 25/10/2018
Éditeurs :
Presses de la cité

La Nuit des temps (Nouvelle édition)

Date de parution : 25/10/2018
Dans les steppes glacées de l’Antarctique, le mythe des amants légendaires revisité par Barjavel. Un grand classique de la littérature, toujours en tête de liste des romans préférés des Français.
Dans le grand silence blanc de l’Antarctique, les membres d’une mission des Expéditions polaires françaises s’activent à prélever des carottes de glace. L’épaisseur de la banquise atteint plus de 1... Dans le grand silence blanc de l’Antarctique, les membres d’une mission des Expéditions polaires françaises s’activent à prélever des carottes de glace. L’épaisseur de la banquise atteint plus de 1 000 mètres, les couches les plus profondes remontant à 900 000 ans…
C’est alors que l’incroyable intervient : les appareils sondeurs...
Dans le grand silence blanc de l’Antarctique, les membres d’une mission des Expéditions polaires françaises s’activent à prélever des carottes de glace. L’épaisseur de la banquise atteint plus de 1 000 mètres, les couches les plus profondes remontant à 900 000 ans…
C’est alors que l’incroyable intervient : les appareils sondeurs enregistrent un signal provenant du niveau du sol. Il y a un émetteur sous la glace. La nouvelle éclate comme une bombe et les journaux du monde entier rivalisent de gros titres : « Une ville sous la glace », « Un cœur sous la banquise », etc. Que vont découvrir les savants et les techniciens qui, venus du monde entier, forent la glace à la rencontre du mystère ?
Reportage, épopée et chant d’amour passionné, La Nuit des temps est tout cela à la fois.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258152830
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Kittiwake Posté le 7 Mai 2022
    Se replonger dans une oeuvre lue il y a plusieurs décennies permet d’évaluer le temps qui passe : les années et l’expérience de la vie et de la lecture ont forgé un lecteur bien différent, et les oeuvres elles-mêmes subissent parfois les assauts de la désuétude. Obsolescence programmée par le principe même de la vie… La Nuit des temps a été un roman culte de mon adolescence, au point qu’il m’en reste en mémoire des passages entiers presque intacts, même si j’avais oublié le coeur de l’histoire : l’expédition en antarctique, la découverte d’une structure mystérieuse sous la banquise et le réveil des restes d’une civilisation enfouie, et surtout l’histoire d’un amour idéal, mais voué à l’échec, entre deux êtres parfaits, prêts à tout pour ne pas se quitter. Lorsque le roman est paru en 1968, le roman a été classé Science-fiction, et il ne me semble pas qu’à l’époque les romans jeunesse ou Young adult se distinguaient de l’ensemble des parutions. Or c’est ce qui m’a sauté aux yeux au cours de cette relecture. Le thème général, l’aspect aventure scientifique et surtout la pudeur des scènes érotiques, destinerait de nos jours cet ouvrage aux rayons jeunesse. Le scénario se prête... Se replonger dans une oeuvre lue il y a plusieurs décennies permet d’évaluer le temps qui passe : les années et l’expérience de la vie et de la lecture ont forgé un lecteur bien différent, et les oeuvres elles-mêmes subissent parfois les assauts de la désuétude. Obsolescence programmée par le principe même de la vie… La Nuit des temps a été un roman culte de mon adolescence, au point qu’il m’en reste en mémoire des passages entiers presque intacts, même si j’avais oublié le coeur de l’histoire : l’expédition en antarctique, la découverte d’une structure mystérieuse sous la banquise et le réveil des restes d’une civilisation enfouie, et surtout l’histoire d’un amour idéal, mais voué à l’échec, entre deux êtres parfaits, prêts à tout pour ne pas se quitter. Lorsque le roman est paru en 1968, le roman a été classé Science-fiction, et il ne me semble pas qu’à l’époque les romans jeunesse ou Young adult se distinguaient de l’ensemble des parutions. Or c’est ce qui m’a sauté aux yeux au cours de cette relecture. Le thème général, l’aspect aventure scientifique et surtout la pudeur des scènes érotiques, destinerait de nos jours cet ouvrage aux rayons jeunesse. Le scénario se prête bien à un état des lieux géopolitique à peine caricatural ! Cela veut dire aussi que la lectrice a aussi un peu changé ! Le roman m’a un peu déçue, les méthodes d’exploration scientifique sont un peu désuètes et les personnages sont trop lisses et trop parfaits. Les codes ont également évolués en ce qui concerne le rôle des femmes : ainsi par exemple les bases où résident les expéditions étaient « si parfaites qu’on avait pu accepter la présence des femmes ». Et le politiquement correct n’était pas de mise en 1968 où la stigmatisation caricaturale des types humains ne posait pas de problème ! Je conseillerais volontiers ce roman à des ados, mais avec des explications sur le contexte et l’époque de la parution du roman. 381 pages Pocket 1988
    Lire la suite
    En lire moins
  • lecturesdethibaut Posté le 3 Mai 2022
    "La nuit des temps" est ce classique de science-fiction dont tu entends parler depuis tout petit mais que tu n’as pourtant jamais lu, de peur d’être déçu ou ne sachant tout simplement pas à quoi t’attendre, à cause de sa quatrième de couverture bien mystérieuse. Ce roman d’anticipation a pour décor une station polaire de l’Antarctique dans laquelle des chercheurs découvrent, sous la glace, une civilisation perdue. Cette exploration scientifique va rapidement ébranler toutes les croyances de la communauté internationale sur le passé de la vie sur Terre. Se côtoient alors dans cette histoire des personnages du présent (dont le Dr Simon, narrateur principal) et des personnages du passé. En dire plus serait désormais gâcher la surprise pour ceux qui ne l’ont pas lu. J’ai apprécié cette lecture car, en la remettant dans son contexte d’une publication en 1968, on peut constater la présence de nombreux thèmes et préoccupations de l’époque offrant une belle réflexion sur des enjeux qui demeurent encore actuels de nos jours : l’inquiétude face à l’arrivée de nouvelles technologies, les guerres et la menace atomique, … Néanmoins, j’ai parfois trouvé ce récit difficile à comprendre. Je suis personnellement un lecteur qui a besoin de se représenter visuellement ce qu’il... "La nuit des temps" est ce classique de science-fiction dont tu entends parler depuis tout petit mais que tu n’as pourtant jamais lu, de peur d’être déçu ou ne sachant tout simplement pas à quoi t’attendre, à cause de sa quatrième de couverture bien mystérieuse. Ce roman d’anticipation a pour décor une station polaire de l’Antarctique dans laquelle des chercheurs découvrent, sous la glace, une civilisation perdue. Cette exploration scientifique va rapidement ébranler toutes les croyances de la communauté internationale sur le passé de la vie sur Terre. Se côtoient alors dans cette histoire des personnages du présent (dont le Dr Simon, narrateur principal) et des personnages du passé. En dire plus serait désormais gâcher la surprise pour ceux qui ne l’ont pas lu. J’ai apprécié cette lecture car, en la remettant dans son contexte d’une publication en 1968, on peut constater la présence de nombreux thèmes et préoccupations de l’époque offrant une belle réflexion sur des enjeux qui demeurent encore actuels de nos jours : l’inquiétude face à l’arrivée de nouvelles technologies, les guerres et la menace atomique, … Néanmoins, j’ai parfois trouvé ce récit difficile à comprendre. Je suis personnellement un lecteur qui a besoin de se représenter visuellement ce qu’il est en train de lire. Cela m’est donc apparu compliqué ici puisque le monde dans lequel Eléa, Coban et Païkan ont évolué est très éloigné de ce à quoi ressemble notre société aujourd’hui. Les chapitres sont courts et se lisent rapidement, et c’est finalement une nouvelle fois l’amour qui rythme cette histoire de bout en bout.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Newwavebac Posté le 30 Avril 2022
    Parmi les livres qui ont marqué mon adolescence figure Ravages du même Barjavel. Alors quand j’ai entendu parler de la Nuit des temps, je l’ai emprunté à la bibliothèque. Qu’en dire? Ce livre a été écrit en 1968 et les fulgurances de Barjavel sont assez épatantes tout comme son imagination. Nous faire revenir 900 000 ans en arrière pour mieux nous plonger dans le futur est assez extraordinaire. Le livre se passe finalement à deux époques : les années 60 où les nations se battent pour avoir la primauté de la recherche scientifique (sur fond de guerre froide évidemment) et dans le monde d’Eléa, 900 000 ans avant notre ère en pleine guerre, évidemment…rien ne change en somme…Le livre a mal vieilli la période actuelle ressemble à un James Bond…la période du passé est intéressante mais un peu plombé par un sentimentalisme excessif de nos deux héros. Bref, Ravages reste mon livre préféré de Barjavel, mais lui reste un grand écrivain…que les américains devraient nous envier si ce n’est pas déjà le cas…
  • Kez Posté le 30 Avril 2022
    Ceci sera la 837 critiques... Autant dire que la compétition est rude. J'ai beaucoup aimé ce récit. Il a peu vieilli. Comme d'habitude, voici mon abécédaire. J'espère qu'il vous plaira. A comme Admunsen la station nommée d'après le découvreur de l'Antarctique. B comme Banquise car tout se passe dessous. C comme Choix, certains seront Cornéliens ou plutôt Shakespeariens. Ou comme Coban, l'instigateur de cet abri. D comme Docteur : le narrateur Simon. E comme Elea : l'héroïne de ce roman. F comme Froid : il est présent tout le long de ce roman. Quasiment un personnage. G comme Guerre : qui va changer le monde. H  comme Hélium. I  comme Imagination : Barjavel n'en manque pas. J comme Journalistes: qui jouent un faible rôle finalement. K comme KO : la situation de Simon à la fin du roman. L comme Langue : la description de cette langue et de la machine Traductrice est intéressante. M comme Mamamouchi  : mot inconnu pour moi. Sinon saviez vous que  dans le pôle Sud, il n'y avait pas de pingouin mais seulement des Manchots. Si ce n'est déjà fait, je vous conseille de regarder le film la marche de l'empereur pour en savoir plus sur les Manchots. N comme... Ceci sera la 837 critiques... Autant dire que la compétition est rude. J'ai beaucoup aimé ce récit. Il a peu vieilli. Comme d'habitude, voici mon abécédaire. J'espère qu'il vous plaira. A comme Admunsen la station nommée d'après le découvreur de l'Antarctique. B comme Banquise car tout se passe dessous. C comme Choix, certains seront Cornéliens ou plutôt Shakespeariens. Ou comme Coban, l'instigateur de cet abri. D comme Docteur : le narrateur Simon. E comme Elea : l'héroïne de ce roman. F comme Froid : il est présent tout le long de ce roman. Quasiment un personnage. G comme Guerre : qui va changer le monde. H  comme Hélium. I  comme Imagination : Barjavel n'en manque pas. J comme Journalistes: qui jouent un faible rôle finalement. K comme KO : la situation de Simon à la fin du roman. L comme Langue : la description de cette langue et de la machine Traductrice est intéressante. M comme Mamamouchi  : mot inconnu pour moi. Sinon saviez vous que  dans le pôle Sud, il n'y avait pas de pingouin mais seulement des Manchots. Si ce n'est déjà fait, je vous conseille de regarder le film la marche de l'empereur pour en savoir plus sur les Manchots. N comme Nourriture : très spéciale. Ca règle la question de la faim dans le monde... mais ça ne fait pas rêver. O comme Oeuf : entre la matrice et la Forme du mange machine. P comme Païkan, le Roméo de Eléa dont elle parle beaucoup. Q comme Quiproquo. R comme Retour du passé. S comme Snodog : un mode de transport polair. T comme Trahison : quelle puissance derrière cette Trahison ? Tout est possible. U comme Ultra sons qui vont permettre cette découverte. V comme Vignont : la famille lambda témoin des événements. W comme Weapon : et oui ce mot anglais ainsi que Wake sont dans ce roman. X comme Xylophone :ouf... normalement les mots en X sont rares. Y comme Yeux : il sera beaucoup question des Yeux de Elea. Z comme Zéro absolu.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Eroblin Posté le 26 Avril 2022
    Comment dire ? Je viens de finir ce roman sublime de René Barjavel dont j’avais entendu parler en bien. Je l’avais même acheté et il reposait tranquillement dans ma bibliothèque depuis un certain temps. La semaine dernière, j’ai voulu faire un peu de rangement et en déplaçant des romans à droite, à gauche, je suis tombée sur LUI ! Et je l’ai lu, dévoré en deux jours. J’ai adoré. Je ne m’attendais pas à cette histoire d’amour aussi forte entre Eléa et PaÏkan : j’ai été véritablement transportée dans leur univers et comme eux j’ai souffert à l’idée d’être séparés par la folie des hommes, j’ai couru pour leur échapper dans ces couloirs souterrains tout gris et j’ai trouvé insupportable leur séparation. Mais au-delà de cet amour intemporel, j’ai trouvé que le roman de Barjavel avait un message universel et que ce qu’il raconte est toujours d’actualité. Nous sommes incapables de vivre en paix, il y a toujours et dans tous les domaines la volonté de dominer, d’écraser l’autre au nom d’une religion, d’une idéologie ou de la science. Challenge Coeur d'artichaud 2022 Challenge Multi-défis 2022
Inscrivez-vous et recevez toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Presses de la Cité

    50e anniversaire du roman culte de Barjavel "La Nuit des temps"

    La Nuit des temps de Barjavel fête en cette année 2018 son cinquantième anniversaire. À sa parution en 1968, la presse saluait l’œuvre et l’auteur : « Défricheur d’utopie, René Barjavel est surtout un nostalgique du bonheur » (Paris Match). « Par sa puissance d'évocation, La Nuit des temps gagne une place dans la grande tradition de Jules Verne » (Le Figaro).

    Lire l'article