En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La nuit du Porte-lumière

        10/18
        EAN : 9782264072207
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 360
        Format : 128 x 197 mm
        La nuit du Porte-lumière

        Date de parution : 03/05/2018
        Irlande, 671. Alors que les préparatifs de la fête païenne de Samhain vont bon train, frère Eadulf découvre, au milieu du bois assemblé pour le bûcher, le cadavre d’un homme, exécuté selon l’ancien rituel de la « triple mort » : la gorge tranchée, le crâne fracassé et poignardé en... Irlande, 671. Alors que les préparatifs de la fête païenne de Samhain vont bon train, frère Eadulf découvre, au milieu du bois assemblé pour le bûcher, le cadavre d’un homme, exécuté selon l’ancien rituel de la « triple mort » : la gorge tranchée, le crâne fracassé et poignardé en plein cœur.
        Quand apparaît Brancheó, femme étrange couverte d’un manteau de plumes noires qui prophétise le retour des anciens dieux et leur vengeance contre ceux qui les ont oubliés, elle attire rapidement les soupçons. Mais, dans leur recherche du meurtrier, soeur Fidelma et Eadulf vont comprendre qu’une ombre plus malfaisante encore menace la forteresse. Car leur enquête se révélera liée à la disparition d’un livre volé aux archives secrètes du pape, qui pourrait détruire la nouvelle foi chrétienne dans les cinq royaumes…

        « Un pouvoir d’évocation extraordinaire... un décor brillant, qui fourmille de détails. »
        The Times

        Traduit de l’anglais par Corine Derblum
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264072207
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 360
        Format : 128 x 197 mm
        10/18
        14.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Guillaume72 Posté le 8 Août 2018
          Encore un tome des enquêtes de Fidelma de Cashel qui se lit avec grand plaisir. Peter Tremayne continue à explorer l'Irlande médiévale eu moment où le catholicisme s'impose avec virtuosité. Il a ce petit plus par rapport aux autres auteurs de romans policiers historiques d'avoir très bien documenté ses romans. son érudition sur cette époque particulièrement complexe est assez impressionnante. Il a d'ailleurs reçu plusieurs prix et ce dernier opus des enquêtes de Fidelma a été reconnu par le magazine historia... Une autres des caractéristiques de cet auteur est de mêler souvent deux intrigues dans le même romans, ce qui permet de brouiller les pistes. Les solutions sont donc souvent assez complexes, mais les scénarios sont très bien montés. Cette fois, Fidelma est confrontée au vol d'un manuscrit au Vatican, susceptible de faire vaciller la foi et à une abbaye hérétique au coeur du royaume dirigé par son frère. Le personnage d'Eadulf est particulièrement valorisé dans ce dernier tome, avec quelques fulgurances de déduction de sa part. C'est toujours un grand plaisir de voyager avec ces personnages à la fois dans le temps et l'espace.
        • Buffo Posté le 16 Juin 2018
          On suit toujours Fidelma avec plaisir. Pourtant une comparaison entre le texte anglais et la traduction réserve des surprises déplaisantes : des paragraphes entiers sont supprimés, des phrases sont modifiées sans raison, quant aux nuances de vocabulaire elles sont le plus souvent ignorées. Exemple : Anglais Night of the Lightbringer chapitre VI The stench that met them as they entered was so strong that it caused Fidelma to catch her breath and cough. There was little light in the place but enough for Eadulf to notice a candle lying on a side table. A small box lay obligingly nearby and proved to be ready with flint and steel, constituting the tenlach-teined or kindling gear as the tinder box was called. Eadulf set to work but he was no expert and, after a few moments, Fidelma took it from his hands and quickly achieved a spark, causing the small cluster of dried leaves and tinder to catch and from that she was able to light the candle. Français Des miasmes fétides assaillirent leurs narines et les firent tousser. Dans la pénombre, Eadulf distingua sur une petite table une bougie posée à côté du tenlach-teined, le nécessaire contenant de l’amadou, un bout d’acier et un silex. Après quelques... On suit toujours Fidelma avec plaisir. Pourtant une comparaison entre le texte anglais et la traduction réserve des surprises déplaisantes : des paragraphes entiers sont supprimés, des phrases sont modifiées sans raison, quant aux nuances de vocabulaire elles sont le plus souvent ignorées. Exemple : Anglais Night of the Lightbringer chapitre VI The stench that met them as they entered was so strong that it caused Fidelma to catch her breath and cough. There was little light in the place but enough for Eadulf to notice a candle lying on a side table. A small box lay obligingly nearby and proved to be ready with flint and steel, constituting the tenlach-teined or kindling gear as the tinder box was called. Eadulf set to work but he was no expert and, after a few moments, Fidelma took it from his hands and quickly achieved a spark, causing the small cluster of dried leaves and tinder to catch and from that she was able to light the candle. Français Des miasmes fétides assaillirent leurs narines et les firent tousser. Dans la pénombre, Eadulf distingua sur une petite table une bougie posée à côté du tenlach-teined, le nécessaire contenant de l’amadou, un bout d’acier et un silex. Après quelques tentatives infructueuses, il fit jaillir une étincelle qui lui permit d’embraser un petit tas de feuilles sèches, auquel il alluma le lumignon. Il y a de quoi s’interroger sur le travail de l’éditeur.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Linou26 Posté le 25 Mai 2018
          Une plongée passionnante dans l'Histoire celtique ... Alors que la fête de Samhain va être célébrée en Irlande, un corps est retrouvé sous le bûcher. Celui-ci a été tué selon le rite de la "triple mort". Qui a commis ce meurtre ? Est-ce vraiment un moine ou bien est-ce une mise en scène ? La célèbre avocate Fidelma se lance dans cette nouvelle enquête : le temps compte car la population est inquiète... Peter Tremayne nous offre une traversée à travers le temps : bien documenté et rythmé, ce livre se lit facilement et l'on prend plaisir à suivre l'évolution de l'intrigue. Les personnages sont passionnants et aucun difficulté à suivre même si l'on n'a pas lu les volumes précédents. Entre religion, croyances et mythes, ce roman est dépaysant et parfois aussi déstabilisant tant le langage et les noms sont spécifiques...
        • SZRAMOWO Posté le 7 Mai 2018
          « C’était apaisant de laisser les montures avancer presque d’elles-mêmes, sous la douce chaleur du soleil qui brillait dans un ciel serein, caressés par la brise. Tantôt un lapin peu farouche bondissait le long de leur chemin, tantôt un renard roux trottinant sur le coteau s’arrêtait pour les observer, puis repartait vaquer à ses propres affaires. » « Il fallut qu’Eadulf entende le trait siffler au ras de sa tempe et qu’il le voie se ficher dans le sol pour qu’il comprenne ce qui leur arrivait. Ils étaient attaqués, et l’on comptait bien qu’ils n’en sortiraient pas vivants. » Peter Tremayne nous balade avec talent entre la douceur de l’Irlande rurale du 7ème siècle dans laquelle se déroule la nuit du porte lumière, et l’âpreté des luttes de territoire (spirituel et temporel) entre les ordres religieux s’accusant mutuellement d’hérétiques et cherchant à renforcer leur domination. Dans cette société qui a résisté à l’envahisseur romain, les croyances païennes sont encore très fortes et les autorités locales hésitent à les affronter. Rome censé montrer la voie est si loin…et laisse se développer le « conflit entre les pratiques de l’Église des cinq royaumes et celles (…) prônées aux conciles de Streoneshalh et d’Autun.... « C’était apaisant de laisser les montures avancer presque d’elles-mêmes, sous la douce chaleur du soleil qui brillait dans un ciel serein, caressés par la brise. Tantôt un lapin peu farouche bondissait le long de leur chemin, tantôt un renard roux trottinant sur le coteau s’arrêtait pour les observer, puis repartait vaquer à ses propres affaires. » « Il fallut qu’Eadulf entende le trait siffler au ras de sa tempe et qu’il le voie se ficher dans le sol pour qu’il comprenne ce qui leur arrivait. Ils étaient attaqués, et l’on comptait bien qu’ils n’en sortiraient pas vivants. » Peter Tremayne nous balade avec talent entre la douceur de l’Irlande rurale du 7ème siècle dans laquelle se déroule la nuit du porte lumière, et l’âpreté des luttes de territoire (spirituel et temporel) entre les ordres religieux s’accusant mutuellement d’hérétiques et cherchant à renforcer leur domination. Dans cette société qui a résisté à l’envahisseur romain, les croyances païennes sont encore très fortes et les autorités locales hésitent à les affronter. Rome censé montrer la voie est si loin…et laisse se développer le « conflit entre les pratiques de l’Église des cinq royaumes et celles (…) prônées aux conciles de Streoneshalh et d’Autun. (…) La plupart des Églises des cinq royaumes et, même au-delà, celles de Bretagne et de Gaule n’adhèrent pas aux dogmes romains bien qu’elles acceptent la doctrine fondamentale de la foi chrétienne. » Certains ordres peu scrupuleux s’emploient à semer la confusion pour mieux assoir leur emprise sur une population toujours crédule. Polar historique passionnant, facile à lire, scrupuleusement documenté, « La nuit du porte lumière » nous éclaire (Gag !) sur une période fondatrice de l’histoire où l’Eglise s’efforce de continuer à cumuler les fonctions religieuses avec le pouvoir temporel. En facilitant avec intelligence et non sans une certaine duplicité, la convergence entre les rites païens et les nouveaux rites religieux, l’église rebaptise les lieux des anciennes croyances et autorise les anciennes fêtes païennes en les affublant de règles de la nouvelle religion, pour conserver son contrôle moral sur la population. Le roman est construit autour de ces affrontements souvent souterrains qui sont incarnés par des personnages inquiétants par leur obscurantisme et leur volonté de dissimulation. Au sein de ces luttes d’influence souvent cruelles, toujours mortelles, Fidelma et son mari Eadulf apparaissent comme les seuls êtres humains capables de compréhension et de compassion, soucieux de justice, de vérité et avant tout, de l’intérêt général. « Gelasius, le nomenclator, secrétaire principal de Sa Sainteté a-t-il raison de penser que le « manuscrit volé au palais du Latran (…) dans les « Archives secrètes de la Sacrosancta Lateranensis ecclesia, omnium urbis et orbis ecclesiarum mater et caput (…) a de quoi remettre en cause les décisions théologiques prises ces derniers siècles. » ? Ce vol a –t-il un rapport avec les meurtres commis en Irlande, à Cashel précisément ? « Fidelma la rousse, Fidelma de Cashel, dálaigh ou avocate des cours de justice de l’Irlande du VIIe siècle », chez qui « La maîtrise de la « lutte par la parade » (…) avait entretenu (…) la souplesse, la force et la vivacité qui étaient d’habitude l’apanage de la jeunesse. », saura une fois de plus, résoudre cette énigme et faire jaillir la lumière et la vérité avec le brio qu’on lui connait. « Si mes soupçons sont fondés, j’espère faire tomber le masque au cours de l’audience. », dit-elle à Colgú, le roi son frère, alors que les présumés coupables sont sous les verrous. Un nouveau Peter Tremayne à lire. 28ème opus des aventures de Fidelma !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Amelie70 Posté le 2 Mai 2018
          Au VII ème siècle, un manuscrit confidentiel est dérobé par des Irlandais à Rome. S'il tombait entre de mauvaises mains il pourrait compromettre la religion chrétienne. Lucidus part à sa recherche. Pendant ce temps en Irlande, à Cashel, on prépare la fête de Sauhaim. Il s'agit de la veille du 1er novembre. C est la version païenne d'halloween. Pour cette fête un grand bûcher est préparé. Le matin de la fête, le guerrier Aidan et frère Eadulf découvrent un corps caché dans le bûcher. Au premier abord il s'agit d'un prêtre (tenue, tonsure) mais il s'avère rapidement que c'est tout simplement un berger qui a été tué. L'homme a été tué selon un rituel, la triple mort. Fidelma, avocate et sœur va mener l'enquête sur ce meurtre. Elle va découvrir que non loin de la ville se trouve une abbaye dont elle n'avait pas connaissance.... Fidelma et son mari, frère Eadulf, n'en sont pas à leur première enquête mais cela ne gêne en rien la lecture. On pourrait penser qu'une histoire se déroulant au VII ème peut être complexe mais le roman se lit très facilement. On est vite pris dans l'histoire. Il n'y a pas de temps mort. Le suspense est... Au VII ème siècle, un manuscrit confidentiel est dérobé par des Irlandais à Rome. S'il tombait entre de mauvaises mains il pourrait compromettre la religion chrétienne. Lucidus part à sa recherche. Pendant ce temps en Irlande, à Cashel, on prépare la fête de Sauhaim. Il s'agit de la veille du 1er novembre. C est la version païenne d'halloween. Pour cette fête un grand bûcher est préparé. Le matin de la fête, le guerrier Aidan et frère Eadulf découvrent un corps caché dans le bûcher. Au premier abord il s'agit d'un prêtre (tenue, tonsure) mais il s'avère rapidement que c'est tout simplement un berger qui a été tué. L'homme a été tué selon un rituel, la triple mort. Fidelma, avocate et sœur va mener l'enquête sur ce meurtre. Elle va découvrir que non loin de la ville se trouve une abbaye dont elle n'avait pas connaissance.... Fidelma et son mari, frère Eadulf, n'en sont pas à leur première enquête mais cela ne gêne en rien la lecture. On pourrait penser qu'une histoire se déroulant au VII ème peut être complexe mais le roman se lit très facilement. On est vite pris dans l'histoire. Il n'y a pas de temps mort. Le suspense est au rendez-vous. On a hâte de savoir qui tire les ficelles de ces meurtres. Si l'histoire vous a plu, d'autres aventures de Fidelma sont disponibles.
          Lire la suite
          En lire moins
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com