Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258080768
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 396
Format : 155 x 240 mm

La Nuit éternelle T. 3

,

Éric MOREAU (Traducteur), Jacques MARTINACHE (Traducteur)
Date de parution : 24/11/2011

Le sort de l’humanité repose désormais entre les mains d’un seul individu.

Une nuit sans fin s’est abattue sur la Terre depuis l’apocalypse nucléaire déclenchée par le Maître. Les vampires, qui ont proliféré à un rythme vertigineux, ont réduit les humains à l’état de bétail, car, à leurs yeux, seul leur sang a encore de la valeur.
Un groupe de survivants résiste...

Une nuit sans fin s’est abattue sur la Terre depuis l’apocalypse nucléaire déclenchée par le Maître. Les vampires, qui ont proliféré à un rythme vertigineux, ont réduit les humains à l’état de bétail, car, à leurs yeux, seul leur sang a encore de la valeur.
Un groupe de survivants résiste encore. Mais Ephraïm Goodweather, leur leader, n’est plus que l’ombre de lui-même : il ne s’est jamais remis de l’enlèvement de son fils et de la liaison entre sa petite amie, Nora, et son allié, Fet. Profitant de son désespoir, le Maître lui propose d’épargner son fils en échange de l’Occido Lumen. Dans ce très ancien manuscrit, préservé au prix du sacrifice du professeur Setrakian, se trouve la clé pour détruire le Maître.
Ephraïm fera-t-il passer la vie de son fils avant le salut de l’humanité ?

Mené à un rythme infernal, ce dernier volet offre à la trilogie « La Lignée » un finale magistral.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258080768
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 396
Format : 155 x 240 mm
Presses de la cité

Ils en parlent

"Fantastique troisième opus d'une saga flirtant avec la SF." Sud Ouest

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LeManegeDePsylook Posté le 17 Janvier 2020
    Entrons dans le vif du sujet : entre le tome 2 et le 3, on a une ellipse de deux ans. Le Maître domine le monde et sa progéniture a arrêté de se reproduire de manière incontrôlée. Zach vit avec lui, mais n’a pas été transformé, il est un atout trop précieux et peut servir de monnaie d’échange (si seulement c’en était la seule raison). Les humains sont assujettis aux strigoïs, certains sont encore libres (si on peut appeler ça comme ça). D’autres sont parkés dans des camps où on leur pompe le sang afin de nourrir les vampires. Qu’en est-il de nos héros ? Comme dans les précédents, ils résistent tant bien que mal. Chacun a son propre repère. Eph s’est totalement laissé aller, il est un danger pour lui autant que pour les autres. Nora protège sa mère et fait la liaison entre Goodweather et Vassili. En parlant de Fet, il continue ses tentatives pour traduire l’Occudo Lumen, mais il arrive au bout de ses capacités. Gus vit avec deux de ses anciens compagnons de gang, quant à ses acolytes du groupe des Saphirs, ils ont élu domicile dans le New Jersey et Creem est devenu… resté… un idiot – je ne peux pas dire... Entrons dans le vif du sujet : entre le tome 2 et le 3, on a une ellipse de deux ans. Le Maître domine le monde et sa progéniture a arrêté de se reproduire de manière incontrôlée. Zach vit avec lui, mais n’a pas été transformé, il est un atout trop précieux et peut servir de monnaie d’échange (si seulement c’en était la seule raison). Les humains sont assujettis aux strigoïs, certains sont encore libres (si on peut appeler ça comme ça). D’autres sont parkés dans des camps où on leur pompe le sang afin de nourrir les vampires. Qu’en est-il de nos héros ? Comme dans les précédents, ils résistent tant bien que mal. Chacun a son propre repère. Eph s’est totalement laissé aller, il est un danger pour lui autant que pour les autres. Nora protège sa mère et fait la liaison entre Goodweather et Vassili. En parlant de Fet, il continue ses tentatives pour traduire l’Occudo Lumen, mais il arrive au bout de ses capacités. Gus vit avec deux de ses anciens compagnons de gang, quant à ses acolytes du groupe des Saphirs, ils ont élu domicile dans le New Jersey et Creem est devenu… resté… un idiot – je ne peux pas dire mieux. Dans la chute, j’avais espéré en apprendre plus sur Quinlan et je n’ai pas été déçue. On découvre la raison pour laquelle il n’est pas mort avec les Aînés (une raison évidente qui posait malgré tout un certain nombre de questions notamment sur son allégeance), mais aussi son passé. Y a pas à dire, il a autant de classe que dans le 2 et c’est de loin mon personnage préféré. J’ai également apprécié les autres protagonistes et au fil de leur lutte, je m’y suis attachée… même si par moment Eph me saoulait. Je lui aurais bien donné un coup de pied au cul, grrrrrr ! N’empêche qu’à part Gus (que j’adore pour sa ténacité et son aspect gros bourrin qui a oublié d’être bête), aucun ne m’a autant plu que Quinlan. Finalement, c’est pas étonnant : les deux personnages-là sont assez proches niveau force de caractère (aussi obstiné l’un que l’autre dans leur lutte) tout en étant à l’opposé dans leur attitude (l’un est plutôt de la dynamite, alors que le second est calme). L’univers est très entêtant au point que j’ai du mal à me plonger dans ma nouvelle lecture. Bref, j’ai adoré ce tome final et je suis tristounette d’avoir terminé la trilogie de la lignée, mais je me console en me disant que d’ici trois mois (le temps de regarder les séries dans ma Pile à Voir 😉 ), je pourrais commencer la série The Strain qui est, de ce que ma meilleure amie m’en a dit, tout aussi bien.
    Lire la suite
    En lire moins
  • meknes56 Posté le 7 Mai 2019
    Ce troisième livre de la série la lignée est vraiment réussi. La lutte contre les vampires rappelle la luttent des Résistants contre l’Allemagne Nazi avec ses hommes probes et ceux qui collaborent. Par moment, il me semblait trouver dans ce roman le même état d'esprit que dans la Peste de Camus.
  • ZeroJanvier79 Posté le 1 Septembre 2018
    Troisième et donc dernier volume de la trilogie qui aura occupé le début de mes vacances au soleil, cet épisode reste dans la lignée des deux premiers, si je peux me permettre ce jeu de mots. Ca se lit bien, ça se lit vite, c'est une bonne saga sur les vampires et leur influence supposée sur notre monde contemporain.
  • Cristy Posté le 20 Août 2017
    Les humains ont perdu tout espoir, les « strigoï » règne sur l’humanité, la nuit est éternelle, la lumière ayant du mal à parvenir jusqu’à la Terre. C’est d’une façon bien sombre que se terminait le second tome, et c’est d’une façon bien sombre que commence ce dernier tome. Pourtant, une poignée d’humain résiste toujours, même si leur « leader », Ephraïm Goodweather est retournée aux affres de l’alcool et se drogue avec des médicaments. Ce que j’adore dans ce roman, et dans la saga en général, c’est que malgré le sombre destin qui semble attendre l’humanité devant une race de « strigoï » impitoyable, il y a une faible lueur d’espoir représenté par Ephraïm, Nora, Fet et Gus. Les choses ne leurs sont pas facilités et vous vous demanderez jusqu’à la toute fin si ils ont vraiment leurs chances. Vont-ils réussir à tuer le Maître ? Et ainsi faire disparaître toute son engeance dispersée aux quatre coins du globe ? Une engeance qui permet au Maître d’avoir des yeux et des oreilles de partout. La partie semble perdue d’avance, pourtant Ephraïm et les autres vont essayer, car ils ont peut-être trouvé la solution dans un livre que leur a confié... Les humains ont perdu tout espoir, les « strigoï » règne sur l’humanité, la nuit est éternelle, la lumière ayant du mal à parvenir jusqu’à la Terre. C’est d’une façon bien sombre que se terminait le second tome, et c’est d’une façon bien sombre que commence ce dernier tome. Pourtant, une poignée d’humain résiste toujours, même si leur « leader », Ephraïm Goodweather est retournée aux affres de l’alcool et se drogue avec des médicaments. Ce que j’adore dans ce roman, et dans la saga en général, c’est que malgré le sombre destin qui semble attendre l’humanité devant une race de « strigoï » impitoyable, il y a une faible lueur d’espoir représenté par Ephraïm, Nora, Fet et Gus. Les choses ne leurs sont pas facilités et vous vous demanderez jusqu’à la toute fin si ils ont vraiment leurs chances. Vont-ils réussir à tuer le Maître ? Et ainsi faire disparaître toute son engeance dispersée aux quatre coins du globe ? Une engeance qui permet au Maître d’avoir des yeux et des oreilles de partout. La partie semble perdue d’avance, pourtant Ephraïm et les autres vont essayer, car ils ont peut-être trouvé la solution dans un livre que leur a confié Abraham Setrakian. Un roman dans la continuité des ses prédécesseur, sombre, remplit de haine, reprenant la légende d’une créature bien connu sous sa forme la plus bestiale. Il a aussi un soupçon d’amour et une petite lueur d’espoir. Les auteurs, ont gardé cette belle dynamique en passant d’un point de vue à un autre, aussi bien des personnages de la résistance, que des personnages de l’autre camp, permettant au lecteur d’avoir une belle vue d’ensemble et d’être encore plus prit en haleine. Une belle saga, bien sombre, comme je les aime. Je ne peux que recommander si vous êtes comme moi. Les fans de fantastique devrait pouvoir s’y retrouver, à moins que vous ayez absolument besoin d’histoire à l’eau de rose, parce qu’ici, il n’y en a pas.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lalibrovore Posté le 28 Avril 2016
    Non pas déjà la fin !!!!!! Ca y es dernier tome de la saga de l'excellent Guillermo Del Toro et quelle tristesse de laisser ces personnages que j'ai tant adoré tout au long des trois tomes. Le dénouement n'est pas décevant, on ne pouvait imaginer une happy end, et l'auteur nous amène petit à petit vers ce qui va être la fin d'une histoire si originale. A l'inverse des premiers tomes, pas de longueurs dans celui-ci, c'est l'action qui prime, on retient son souffle pendant 400 pages. Bref, un beau finale pour une trilogie addictive !!
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.