Lisez! icon: Search engine
L'Archipel
EAN : 9782809825107
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 441
Format : 155 x 240 mm

La petite fille du phare

Collection : Suspense
Date de parution : 03/10/2018
Un bébé de dix jours disparaît. Quand on le retrouve enfin, toute la famille est soulagée. Sauf son frère aîné, persuadé que le bambin n'est pas sa sœur... Un suspense haletant.
Qui a kidnappé le bébé ?Le temps d'une soirée dans un pub tout proche de leur villa située sur la côte de granit rose de Ploumanac'h, Morgane et Elouan ont laissé la garde de leur fille de 10 jours, Gaela, à son frère adolescent, Arthur.Mais au retour, un berceau vide... Qui a kidnappé le bébé ?Le temps d'une soirée dans un pub tout proche de leur villa située sur la côte de granit rose de Ploumanac'h, Morgane et Elouan ont laissé la garde de leur fille de 10 jours, Gaela, à son frère adolescent, Arthur.Mais au retour, un berceau vide les attend.Aucune trace d'effraction, pas de demande de rançon. À la douleur de la disparition, s'ajoute la violence du soupçon de la gendarmerie. Morgane est une mère déjà éprouvée par la perte d'un enfant, Elouan, un père souvent absent...Les pistes se multiplient mais l'enquête n'avance pas.Pourtant, près d'un mois plus tard, le miracle : Gaela est rendue à ses parents. Le soulagement l'emporte sur l'incompréhension.Sauf pour Arthur, convaincu que ce bébé n'est pas sa sœur...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782809825107
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 441
Format : 155 x 240 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • StaziaLP Posté le 9 Avril 2021
    Ce livre m'a vraiment énormément plu. Autant par le côté mystérieux. Jusqu'à la fin du livre impossible de deviner qui est l'auteur. Est ce que c'est Morgane ou quelqu'un d'autres ? Un livre écrit sur mes terres avec des noms de ville que je connais très bien. Je remercie mon amie d'avoir choisis ce livre pour Avril car honnêtement c'est une belle découverte. Moi qui n'étais pas tellement thriller je commence à apprécier ce style de livre. Comme quoi sortir de sa zone de confort fait du bien. En soit ce que j'ai énormément apprécier dans ce livre ce sont les chapitres qui sont relativement court (entre deux à 3 pages chacun) et cela permet de faire une pause et de reprendre sans se demander ce que les pages d'avant raconte. Je conseille donc fortement ce livre.
  • collectifpolar Posté le 23 Mars 2021
    Les P’tits Papiers de So La petite fille du phare nous emmène dans une Bretagne que l’auteur semble bien connaître, on y découvre la côte de granit rose, ses paysages, ses traditions, on respire l’air marin, on s’y croit. Dans ce cadre magique se produit un drame. Un bébé de 10 jours disparait. Tout au long de ce roman, nous suivrons Morgane, mère de la petite Gaela disparue. L’écriture est fluide, on se laisse porter de chapitre en chapitre pour retrouver le bébé. Le pitch est prometteur, on nous annonce une fin renversante. La lecture démarre par un chapitre engageant, sombre angoissant. Oui mais voilà. Difficile de se sentir proche de cette mère qui semble dénuée de tout instinct maternel, presque sans émotions. Difficile de croire au drame familial tant les personnages semblent froids, distants. Volonté de l’auteur pour semer le trouble ? Tout s’enchaine, tout s’explique, et pourtant, il m’a manqué un quelque chose dans cette lecture. J’aurai aimé vibrer avec Morgane, j’aurai aimé avoir mal au ventre pour elle, d’avoir perdu cet enfant, j’aurai aimé souffrir avec elle alors qu’elle vit un cauchemar. J’ai regretté ne pas retrouver cette atmosphère angoissante du premier chapitre. Tromperies, trahisons, ponctueront cette quête de vérité, mais là... Les P’tits Papiers de So La petite fille du phare nous emmène dans une Bretagne que l’auteur semble bien connaître, on y découvre la côte de granit rose, ses paysages, ses traditions, on respire l’air marin, on s’y croit. Dans ce cadre magique se produit un drame. Un bébé de 10 jours disparait. Tout au long de ce roman, nous suivrons Morgane, mère de la petite Gaela disparue. L’écriture est fluide, on se laisse porter de chapitre en chapitre pour retrouver le bébé. Le pitch est prometteur, on nous annonce une fin renversante. La lecture démarre par un chapitre engageant, sombre angoissant. Oui mais voilà. Difficile de se sentir proche de cette mère qui semble dénuée de tout instinct maternel, presque sans émotions. Difficile de croire au drame familial tant les personnages semblent froids, distants. Volonté de l’auteur pour semer le trouble ? Tout s’enchaine, tout s’explique, et pourtant, il m’a manqué un quelque chose dans cette lecture. J’aurai aimé vibrer avec Morgane, j’aurai aimé avoir mal au ventre pour elle, d’avoir perdu cet enfant, j’aurai aimé souffrir avec elle alors qu’elle vit un cauchemar. J’ai regretté ne pas retrouver cette atmosphère angoissante du premier chapitre. Tromperies, trahisons, ponctueront cette quête de vérité, mais là encore, l’émotion a manqué. La petite fille du phare est un roman qui se lit facilement, rapidement, accessible à tous. Merci aux Editions L’Archipel et à Christophe Ferré pour l’envoi de ce service presse.
    Lire la suite
    En lire moins
  • bilodoh Posté le 22 Janvier 2021
    Paysages de Bretagne et suspens d’enlèvement d’enfant. Un bébé enlevé dans son berceau, une intrigue avec un chassé-croisé de suspects et un bon rythme, des pages qui se tournent sans effort. C’est aussi presque un guide touristique. L’héroïne donne toujours rendez-vous dans un endroit différent, prétexte pour décrire une particularité géographique ou une spécialité bretonne dégustée dans un café. Et comme Morgane est peintre, on peut s’extasier avec elle de la majesté de la mer et des couchers de soleil. La couverture du livre est jolie, mais présente une petite fille alors que l’enfant enlevée n’a que dix jours. De plus, l’auteur a davantage de talent pour créer un suspens que de connaissances des bébés. [masquer] Il s’agit d’un nourrisson, allaité par sa mère qui ne semble pourtant n’éprouver aucun malaise physique alors qu’après le sevrage brutal. On se rappelle le bébé avec « son sourire et ses yeux rieurs »… De même : « L’enfant écarquilla les yeux. La vue de tous ces inconnus autour d’elle l’effraya. Elle se mit à pleurer. » (p. 186) alors qu’un bébé de cet âge ne fait pas vraiment de distinctions visuelles, il aurait pu être dérangé par les bruits ou les odeurs, mais pas par la vue des étrangers. [/masquer] ... Paysages de Bretagne et suspens d’enlèvement d’enfant. Un bébé enlevé dans son berceau, une intrigue avec un chassé-croisé de suspects et un bon rythme, des pages qui se tournent sans effort. C’est aussi presque un guide touristique. L’héroïne donne toujours rendez-vous dans un endroit différent, prétexte pour décrire une particularité géographique ou une spécialité bretonne dégustée dans un café. Et comme Morgane est peintre, on peut s’extasier avec elle de la majesté de la mer et des couchers de soleil. La couverture du livre est jolie, mais présente une petite fille alors que l’enfant enlevée n’a que dix jours. De plus, l’auteur a davantage de talent pour créer un suspens que de connaissances des bébés. [masquer] Il s’agit d’un nourrisson, allaité par sa mère qui ne semble pourtant n’éprouver aucun malaise physique alors qu’après le sevrage brutal. On se rappelle le bébé avec « son sourire et ses yeux rieurs »… De même : « L’enfant écarquilla les yeux. La vue de tous ces inconnus autour d’elle l’effraya. Elle se mit à pleurer. » (p. 186) alors qu’un bébé de cet âge ne fait pas vraiment de distinctions visuelles, il aurait pu être dérangé par les bruits ou les odeurs, mais pas par la vue des étrangers. [/masquer] Un bon polar si on n’est pas agacé par les "enfantillages", et une belle balade sur la côte de granit rose.
    Lire la suite
    En lire moins
  • koatiraleur Posté le 7 Janvier 2021
    Pourvu que toutes mes lectures de 2021 soient comme les deux premières ! j’ai découvert cet auteur avec « soleils de sang » et j’ai eu envie de poursuivre ma découverte et puis, une petite virée en Bretagne ne se refuse pas ! J’ai aimé les personnages, les paysages… « La petite fille du phare » est un récit tout simplement machiavélique… tout incrimine la coupable et in extremis la vérité va éclater ! c’est très complexe et pourtant tout s’imbrique parfaitement ! bref, un livre addictif, un page-turner… et j’en ai encore un en réserve dans ma liseuse (la prophétie de la cathédrale) !
  • lauremariemd Posté le 6 Janvier 2021
    L'enquête d'une disparition qui ne répond à aucun standard du genre, la lande bretonne refusera jusqu'au bout de livrer ses secrets les plus inavouables. La Bretagne et ses marées, Christophe Ferré et ses intrigues magnifiquement montées jusqu'au twist final. Le décor est bien planté, la description des paysages et de l'atmosphère bretonne est grandiose, on sent vraiment l'amour de cette région par l'auteur. J'ai eu l'impression de me promener sur les cotes bretonnes, ressentir chaque souffle de vent, chaque goutte de pluie, et de m’émerveiller de ses paysages, mi terrestres, mi marins. J'ai apprécié les chapitres courts qui poussent à tourner les pages sans jamais se lasser, un peu moins la froideur de l’héroïne face à la disparition de sa petite fille. J'ai ressenti l'ambiance mystérieuse et étouffante d'un petit village avec ses secrets et ses commérages qui peuvent emporter des vies pour un mot de trop. Une note sur la couverture : elle est splendide, un très beau choix, une image travaillée au rendu presque réel.

les contenus multimédias

Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés