Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258081888
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 550
Format : 140 x 225 mm

La Scène des souvenirs

Anne-Sylvie HOMASSEL (Traducteur)
Date de parution : 04/04/2013

Quand le rideau se lève sur les souvenirs enfouis…

La célèbre actrice Laurel Nicolson se rend dans le Suffolk, au chevet de sa mère mourante. En feuilletant un album de famille, la comédienne découvre une photographie qu’elle n’avait encore jamais vue. Datée de 1941, celle-ci montre sa mère aux côtés d’une inconnue – une certaine Vivien, comme Laurel ne...

La célèbre actrice Laurel Nicolson se rend dans le Suffolk, au chevet de sa mère mourante. En feuilletant un album de famille, la comédienne découvre une photographie qu’elle n’avait encore jamais vue. Datée de 1941, celle-ci montre sa mère aux côtés d’une inconnue – une certaine Vivien, comme Laurel ne tarde pas à l'apprendre. Ce prénom, étrangement familier à ses oreilles, la ramène brusquement cinquante ans en arrière, au cœur d’un après-midi d’été étouffant. L’adolescente rêveuse qu’elle était alors avait assisté à un événement tragique qu’elle avait ensuite tout fait pour oublier.
Hantée par ce souvenir, Laurel décide de fouiller dans le passé de sa famille. L’histoire secrète qu’elle exhume la plonge dans Londres, en pleine Seconde Guerre mondiale.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258081888
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 550
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

"Un roman rempli de mystères et de sentiments."

L'Est-éclair / Libération Champagne

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • zakfm Posté le 28 Octobre 2020
    Une belle écriture, un secret de famille bien mystérieux et dramatique, des allers-retours entre le Londres de 1941 et la campagne anglaise en 2011 nous permettent de passer un moment plutôt agréable. Il manque juste un petit quelque chose pour ne pas vite oublier ce mélo un peu trop lisse.
  • MathildeLitteraire Posté le 10 Octobre 2020
    Kate Morton est une de mes auteures favorites grâce à son roman Le Jardin des Secrets. La Scène des Souvenirs est son avant-dernier roman publié, il me semble et je l’ai reçu à mes 20 ans en septembre dernier. Nous allons suivre Laurel Nicolson, une actrice anglaise. Alors qu’elle fait la lecture à sa mère mourante, elle découvre une photo de sa mère et d’une inconnue, datée de 1941. Laurel va alors se souvenir d’un événement passé en 1961. Quel est le lien entre son souvenir, sa mère et l’autre jeune femme sur la photographie ? Ce roman nous livre une véritable histoire de famille sur plusieurs générations comme Kate Morton aime les écrire. Les personnages sont vraiment attachants et l’histoire est passionnante bien que je l’ai trouvé un peu lente. J’ai eu un peu de mal à rentrer dans celle-ci car je ne voyais pas vraiment où l’autrice voulait en venir. Je ne trouvais pas vraiment la quête. Néanmoins, la quête finit par arriver au fur et à mesure de l’histoire ; au début, nous découvrons plutôt les personnages et ensuite, nous entrons vraiment dans la quête de ce qui s’est passé grâce aux souvenirs... Kate Morton est une de mes auteures favorites grâce à son roman Le Jardin des Secrets. La Scène des Souvenirs est son avant-dernier roman publié, il me semble et je l’ai reçu à mes 20 ans en septembre dernier. Nous allons suivre Laurel Nicolson, une actrice anglaise. Alors qu’elle fait la lecture à sa mère mourante, elle découvre une photo de sa mère et d’une inconnue, datée de 1941. Laurel va alors se souvenir d’un événement passé en 1961. Quel est le lien entre son souvenir, sa mère et l’autre jeune femme sur la photographie ? Ce roman nous livre une véritable histoire de famille sur plusieurs générations comme Kate Morton aime les écrire. Les personnages sont vraiment attachants et l’histoire est passionnante bien que je l’ai trouvé un peu lente. J’ai eu un peu de mal à rentrer dans celle-ci car je ne voyais pas vraiment où l’autrice voulait en venir. Je ne trouvais pas vraiment la quête. Néanmoins, la quête finit par arriver au fur et à mesure de l’histoire ; au début, nous découvrons plutôt les personnages et ensuite, nous entrons vraiment dans la quête de ce qui s’est passé grâce aux souvenirs et aux passés de Dorothy, Laurel et Vivien. Et la fin n’en est que plus époustouflante et surprenante, elle laisse vraiment sans voix ! Ce roman n’est pas l’un de mes préférés de Kate Morton mais il est vraiment bien construit, plein de surprises, de rebondissement, de joies et de peines. Il est vraiment réussi.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Shadow15 Posté le 7 Octobre 2020
    Mon premier Kate Morton ! Un roman qui nous plonge dans les secrets de famille de Dorothy Smitham, en pleine seconde guerre mondiale, à Londres ! L'enquête se fait par sa fille Laurel, depuis 2011. Les chapitres alternent entre ces différentes époques. Un roman d'ambiance ! Kate Morton nous transporte grâce à ses descriptions, à sa plume. Vous serez surpris par les rebondissements, les découvertes de Laurel, jusque dans les derrières pages ! Je le recommande...
  • emilielettres Posté le 8 Mai 2020
    Je me suis lancée dans cette lecture après avoir visionné une vidéo Booktube jugeant ce titre comme le meilleur de l'auteur. Il se trouvait qu'il était dans ma PAL depuis un bon moment. Je me suis dit : "il serait peut-être temps de le sortir pour le rendre à ta tante!". J'ai donc attaqué ce gros pavé en me disant que j'allais me régaler... Eh bien, cela n'a pas été tout à fait le cas. L'histoire en elle-même m'a plu, le contexte de la seconde guerre mondiale en Angleterre également mais je pense qu'il y aurait besoin de l'écourter un peu... En effet, je trouve que les premières révélations arrivent très, voire trop, tardivement. Selon moi, il est nécessaire de lâcher des petites miettes bien avant les cent dernières pages d'un livre qui en fait 715! D'autant plus, qu'à ce moment-là, il y a un certain nombre d'éléments que l'on devine avant d'arriver au terme, qui ne fait que confirmer nos doutes... Je suis donc un peu déçue de ce traitement narratif. En revanche, les personnages sont très intéressants et bien approfondis! On a donc la possibilité de les comprendre, de s'attacher à certains (même si nos avis évoluent en cours... Je me suis lancée dans cette lecture après avoir visionné une vidéo Booktube jugeant ce titre comme le meilleur de l'auteur. Il se trouvait qu'il était dans ma PAL depuis un bon moment. Je me suis dit : "il serait peut-être temps de le sortir pour le rendre à ta tante!". J'ai donc attaqué ce gros pavé en me disant que j'allais me régaler... Eh bien, cela n'a pas été tout à fait le cas. L'histoire en elle-même m'a plu, le contexte de la seconde guerre mondiale en Angleterre également mais je pense qu'il y aurait besoin de l'écourter un peu... En effet, je trouve que les premières révélations arrivent très, voire trop, tardivement. Selon moi, il est nécessaire de lâcher des petites miettes bien avant les cent dernières pages d'un livre qui en fait 715! D'autant plus, qu'à ce moment-là, il y a un certain nombre d'éléments que l'on devine avant d'arriver au terme, qui ne fait que confirmer nos doutes... Je suis donc un peu déçue de ce traitement narratif. En revanche, les personnages sont très intéressants et bien approfondis! On a donc la possibilité de les comprendre, de s'attacher à certains (même si nos avis évoluent en cours de récit!).
    Lire la suite
    En lire moins
  • gouelan Posté le 13 Février 2020
    La scène des souvenirs a pour décor Londres en 1941. Mais elle prend sa source en Australie en 1929, lorsqu’une petite fille prénommée Vivien rêve aux petites lumières trouvées au fond du bassin. Ces lueurs scintillantes lui indiquent un chemin magique pour se réfugier ailleurs. En 2011, Laurel, l’aînée de la famille Nicolson, tente de démêler le mystère qui entoure un évènement tragique survenu pendant son adolescence. En cherchant dans le passé de sa mère Dorothy, elle tente de découvrir qui est sa mère. Pas la maman, mais l'adolescente avec ses rêves encore frais de l'enfance, la femme sans son masque de mère au foyer, son bagage d'épouse aimante. Les bombardements de Londres, cette ambiance de fin du monde et cette urgence à vivre lorsque les gens agissent comme ils n’oseraient le faire en temps de paix, emmêlent les destins d’une façon inextricable. Cette histoire de mémoire familiale avec ses ombres, ses non-dits, porte un côté magique. Un peu du conte avec ces lueurs au fond du bassin, ce refuge de l’enfance que l’on retrouve adulte quand le danger menace. Intrigant comme un jeu de piste dans lequel un photographe aurait semé quelques photographies, prises sur le vif d’un passé... La scène des souvenirs a pour décor Londres en 1941. Mais elle prend sa source en Australie en 1929, lorsqu’une petite fille prénommée Vivien rêve aux petites lumières trouvées au fond du bassin. Ces lueurs scintillantes lui indiquent un chemin magique pour se réfugier ailleurs. En 2011, Laurel, l’aînée de la famille Nicolson, tente de démêler le mystère qui entoure un évènement tragique survenu pendant son adolescence. En cherchant dans le passé de sa mère Dorothy, elle tente de découvrir qui est sa mère. Pas la maman, mais l'adolescente avec ses rêves encore frais de l'enfance, la femme sans son masque de mère au foyer, son bagage d'épouse aimante. Les bombardements de Londres, cette ambiance de fin du monde et cette urgence à vivre lorsque les gens agissent comme ils n’oseraient le faire en temps de paix, emmêlent les destins d’une façon inextricable. Cette histoire de mémoire familiale avec ses ombres, ses non-dits, porte un côté magique. Un peu du conte avec ces lueurs au fond du bassin, ce refuge de l’enfance que l’on retrouve adulte quand le danger menace. Intrigant comme un jeu de piste dans lequel un photographe aurait semé quelques photographies, prises sur le vif d’un passé tragique et intense. Émouvant aussi dans cette recherche d’identité. Sait-on qui sont nos parents et qui est l’autre en général ? Quelle part se cache sur la scène du passé ? Quelles sont les peurs, les épreuves, les joies, l’imaginaire, l’éducation, le système de croyance ancré depuis l'enfance, qui déterminent qui on est, qui on veut laisser apparaître et qui demeurera voilé ? Vivien et Jimmy sont pour moi les personnages les plus touchants.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.