En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La Tragédie d'Arthur

        Cherche midi
        EAN : 9782749123547
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 624
        Format : 140 x 220 mm
        La Tragédie d'Arthur

        Bernard HOEPFFNER (Traducteur)
        Collection : Thriller
        Date de parution : 14/02/2013

        Le chef-d’œuvre d’Arthur Phillips.

        « Arthur Phillips a trouvé avec ce récit le véhicule parfait pour ses multiples talents : son ingéniosité, sa prose lumineuse, et l’incroyable don qu’il possède de renouveler les genres littéraires. Il nous offre un formidable puzzle aussi divertissant qu’intelligent. » The New York Times



        Un exceptionnel récit de manipulation...

        « Arthur Phillips a trouvé avec ce récit le véhicule parfait pour ses multiples talents : son ingéniosité, sa prose lumineuse, et l’incroyable don qu’il possède de renouveler les genres littéraires. Il nous offre un formidable puzzle aussi divertissant qu’intelligent. » The New York Times



        Un exceptionnel récit de manipulation par le nouvel enfant chéri des lettres américaines.



        Arthur Phillips a eu un père plutôt encombrant. Faussaire et escroc de génie, celui-ci, entre deux séjours en prison, a néanmoins élevé son fils et sa fille Dana dans le culte de Shakespeare. Lorsque, à la veille de sa mort, il leur confie son plus précieux trésor, La Tragédie d’Arthur, pièce ultime et inédite du Barde, tous les doutes sont permis. Alors que les experts semblent, contre toute attente, pencher pour l’authenticité du texte et que Random House, son éditeur, pousse Arthur Phillips à publier La Tragédie, celui-ci reste persuadé qu’il s’agit là de la dernière des nombreuses facéties de son père. Il accepte néanmoins de la rendre publique, à la seule condition que La Tragédie soit accompagnée d’une longue introduction au lecteur, dans laquelle il reviendra en toute honnêteté sur la genèse de cette découverte sujette à caution. Mais, alors qu’il nous conte les aventures de sa famille d’excentriques et toutes les recherches passionnantes relatives à la pièce, le doute commence à poindre. Jusqu’à quel point les souvenirs d’Arthur Phillips sont-ils réels ? Peut-on vraiment lui faire confiance ? La vérité ne serait-elle pas ailleurs ?



        Après L’Égyptologue, Angelica et Une simple mélodie, Arthur Phillips nous offre un roman ludique et passionnant en forme de trompe-l’œil dans lequel le lecteur est invité à déceler entre les lignes une vérité inattendue. Magnifique méditation sur le vrai et le faux, la réalité et la fiction, l’authenticité en art comme dans les relations humaines, il nous entraîne ainsi dans un passionnant récit labyrinthique, véritable palais des glaces, où l’on se laisse guider et abuser avec le plus grand plaisir.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782749123547
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 624
        Format : 140 x 220 mm
        Cherche midi
        22.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • viou1108 Posté le 11 Mars 2013
          D’abord, rendons à César ce qui appartient à Masse Critique : grand merci à Babelio et aux éditions du Cherche Midi pour cette découverte (bravo pour l’efficacité et la rapidité !). Ensuite, signalons que, une fois n’est pas coutume, la 4ème de couverture résume fort bien l’histoire. Venons-en enfin aux choses sérieuses (ou pas). Ce livre aurait pu être sous-titré « Petit traité de mystification autour d’un inédit de Shakespeare ». Car la manipulation est au cœur de ce récit et se joue à plusieurs niveaux. Pour commencer, le narrateur porte le même nom que l’auteur, Arthur Phillips, et partage avec lui certains éléments de biographie. Dès lors, on se demande déjà si c’est une autobiographie, ou un écran de fumée pour embrouiller le lecteur. Et puis, le récit se présente sous forme de Mémoires. Mais les souvenirs d’enfance du narrateur sont-ils fiables ? Tentatives de manipulation du lecteur, donc, mais la principale victime semble bien être le narrateur lui-même : il se fera avoir tour à tour par son père, sa sœur jumelle, sa petite amie (la sienne ou celle de sa sœur, d’ailleurs ?), voire sa mère, peut-être même son éditeur. Oui mais…qui manipule qui, en réalité ? Et est-ce de... D’abord, rendons à César ce qui appartient à Masse Critique : grand merci à Babelio et aux éditions du Cherche Midi pour cette découverte (bravo pour l’efficacité et la rapidité !). Ensuite, signalons que, une fois n’est pas coutume, la 4ème de couverture résume fort bien l’histoire. Venons-en enfin aux choses sérieuses (ou pas). Ce livre aurait pu être sous-titré « Petit traité de mystification autour d’un inédit de Shakespeare ». Car la manipulation est au cœur de ce récit et se joue à plusieurs niveaux. Pour commencer, le narrateur porte le même nom que l’auteur, Arthur Phillips, et partage avec lui certains éléments de biographie. Dès lors, on se demande déjà si c’est une autobiographie, ou un écran de fumée pour embrouiller le lecteur. Et puis, le récit se présente sous forme de Mémoires. Mais les souvenirs d’enfance du narrateur sont-ils fiables ? Tentatives de manipulation du lecteur, donc, mais la principale victime semble bien être le narrateur lui-même : il se fera avoir tour à tour par son père, sa sœur jumelle, sa petite amie (la sienne ou celle de sa sœur, d’ailleurs ?), voire sa mère, peut-être même son éditeur. Oui mais…qui manipule qui, en réalité ? Et est-ce de la réalité ou de la fiction ? Arthur Phillips (je parle du narrateur, pas de l’auteur, ni de son père (celui du narrateur, pas celui de l’auteur) qui s’appelle aussi Arthur Phillips – vous suivez ?), romancier américain, se voit confier par son père quasiment à l’agonie, une pièce inédite de Shakespeare, « La Tragédie d’Arthur ». Colossale aubaine artistique, éditoriale et financière, penserez-vous. Oui mais voilà, Monsieur Phillips-père a passé une grande partie de sa vie en prison, purgeant de nombreuses peines en tant qu’escroc et …faussaire. Arthur-le-fils doute donc automatiquement de l’authenticité de la pièce, comme il a toujours douté des sentiments de son père à son égard. Il exécute cependant la volonté de ce dernier et confie la pièce à son éditeur, qui enclenche le processus d’authentification, Arthur-fils se réservant le droit de publier une « introduction-vérité » à la Tragédie. C’est là qu’il nous fait part de son histoire et de ses relations avec son père et avec Shakespeare. On apprend que ce dernier a considérablement influencé Arthur et Dana, sa jumelle. Leur père vouait en effet un culte à Shakespeare et a tenté de transmettre sa passion à ses enfants. S’il y réussit totalement avec Dana, il n’arrive qu’à en dégoûter Arthur. Oui mais…Arthur ne serait-il pas plutôt écœuré par la plus grande complicité entre sa sœur et son père, due à cet amour commun du Barde ? C’est un peu le même rapport amour-mépris-rancœur entre Arthur et son père qu’on retrouve entre Arthur et Shakespeare. Paradoxal quand on sait que c’est Arthur, et pas Dana, qui devient écrivain. Shakespeare, père spirituel d’Arthur-fils, au grand dam de celui-ci ? Curieux rapport de paternité quand on y pense, puisque c’est Arthur qui « mettra au monde » cette Tragédie en la publiant… Ce livre m’a plu davantage pour sa forme que pour son contenu. Les questionnements et états d’âme du narrateur ne m’ont pas emballée, malgré quelques développements intéressants (voir plus loin). Par contre, la construction est épatante. Dans ce récit, les doutes surgissent de partout, c’est un jeu de miroirs étonnant de maîtrise. J’ai apprécié cette accumulation de trompe-l’œil, qui fait tourner la tête et perdre le sens de la logique et de l’orientation. Roman ambitieux et intelligent, on y trouve aussi quelques intéressantes variations sur les thèmes de l’authenticité (des œuvres et des sentiments), des relations filiales, et de la gémellité : « …je ne pouvais pas expliquer (…) pourquoi j’aimais Dana plus que toute personne que j’aie jamais connue, pourquoi je ne me sentais véritablement moi-même que quand j’étais avec elle. (…) Désirant à tout prix être unique et être joint à quelqu’un d’autre ; (…) désirant à tout prix être glorifié pour mon originalité et aimé pour ma similitude » (p.460). Le narrateur (l’auteur ?) ne se prive pas non plus d’autodérision et d’ironie, et pose la question (avec un brin de mauvaise foi ?) de la valeur artistique d’une œuvre : « s’il n’y avait pas son nom dessus, la moitié de son œuvre serait huée hors de scène, rejetée par les critiques comme branlante et ne serait plus imprimée. Au lieu de ça, nous disons que c’est Shakespeare ; il doit faire quelque chose de profond que nous n’apprécions pas. (…) Car le maître ne peut pas avoir tort, par définition. Toutes les fautes que nous percevons sont chez nous, nous ses lecteurs fautifs » (p.193-194). Mais au fait, Shakespeare ne serait-il pas l’ultime manipulateur ? Nous, simples mortels qui pensions disposer d’un libre-arbitre, ne serions-nous pas en définitive le fruit du culte voué depuis des siècles à ce génie dont nous avons si bien intégré l’œuvre que « nous sommes tous lentement mais sûrement devenus semblables à ses personnages. Nous pensons comme il nous a montré que les gens pouvaient penser. La vie est fidèle à son art, pas le contraire » (p232). D’ailleurs, à ce stade, il faut bien admettre que la pièce est authentique, puisqu’elle a été publiée…Vertige, vous avez dit vertige ? Pour terminer, je n’insisterai pas sur certains néologismes, bizarreries et lourdeurs de traduction, mais quand même : avunculairisant (j’ai appris quelque chose), gougne-carlin (??), gielgudée (de Gielgud, merci Wikipedia), retôt (contraire de retard, I guess ?), « il a fort bien pu être allé voir » (sic), Grèce ancienne (et pourquoi pas graisse antique ?), identicalité (ouf…). Bref, à lire en version originale si possible.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Malivriotheque Posté le 3 Mars 2013
          Arthur Phillips est un écrivain connu aux Etats-Unis. Sa soeur jumelle, Dana, a baigné dans la littérature shakespearienne grâce au paternel. le paternel, lui, était faussaire et a connu de longues peines de prison pour son "travail". Quelque temps avant sa sortie de prison, il confie à son fils un exemplaire unique mais surtout intriguant d'une pièce du Barde inédite, le chargeant de tirer tous les bénéfices de sa certification par les professionnels et de sa publication. Mais le doute s'installe dans l'esprit d'Arthur : son père a-t-il pu aussi contrefaire cet objet qui vaut des millions ? Bla bla bla, bla bla : bla ! Bla, bla bla blablabla (sa vie), bla bla bla... Bla bla blablabla (mais où donc veut-il en venir ??) bla bla blabla, bla bla. Bla. Et puis, page 281, enfin : la délivrance. Il faut savoir que cette autobiographie est fictive, que c'est bien à un roman qu'on a affaire, et qu'il y a vraiment de quoi se poser des questions quant à la nature d'un tel livre. Reprenons : certes, arrivés à la moitié de l'objet en question, on comprend la présence de cette énorme digression d'ouverture - quoiqu'elle aurait sans aucun doute pu être... Arthur Phillips est un écrivain connu aux Etats-Unis. Sa soeur jumelle, Dana, a baigné dans la littérature shakespearienne grâce au paternel. le paternel, lui, était faussaire et a connu de longues peines de prison pour son "travail". Quelque temps avant sa sortie de prison, il confie à son fils un exemplaire unique mais surtout intriguant d'une pièce du Barde inédite, le chargeant de tirer tous les bénéfices de sa certification par les professionnels et de sa publication. Mais le doute s'installe dans l'esprit d'Arthur : son père a-t-il pu aussi contrefaire cet objet qui vaut des millions ? Bla bla bla, bla bla : bla ! Bla, bla bla blablabla (sa vie), bla bla bla... Bla bla blablabla (mais où donc veut-il en venir ??) bla bla blabla, bla bla. Bla. Et puis, page 281, enfin : la délivrance. Il faut savoir que cette autobiographie est fictive, que c'est bien à un roman qu'on a affaire, et qu'il y a vraiment de quoi se poser des questions quant à la nature d'un tel livre. Reprenons : certes, arrivés à la moitié de l'objet en question, on comprend la présence de cette énorme digression d'ouverture - quoiqu'elle aurait sans aucun doute pu être raccourcie - car ce qui intéresse le lecteur n'est pas la vie d'Arthur Phillips (fictive ou pas, désolée monsieur...) mais bien l'enjeu de la découverte d'une nouvelle pièce de Shakespeare, et ce que cela impliquerait. Et là, entre encore quelques "bla bla ma vie", commence à se dessiner une intrigue tout à fait passionnante sur l'authenticité d'une telle trouvaille. le lecteur se voit alors embarqué dans une course à la vérité, jallonnée d'obstacles nommés conscience et honnêteté, mené en bateau par un auteur plus que doué qui pousse le vice du doute jusque dans la rédaction d'un avant-propos signé par sa maison d'édition américaine, dans l'utilisation de grands noms réels de la linguistique et dans l'invention pure et simple d'un éminent universitaire pour appuyer l'étude. J'avoue sans complexe qu'il m'a fallu faire des recherches pour me rendre à l'évidence que tout ceci est faux, que nous sommes tout simplement face à un vrai talent. Plusieurs sentiments m'ont traversée à la lecture, la fin me faisant apprécier l'ensemble qui me rebutait au départ. L'enjeu littéraire est intense, on sent dans les dernières pages l'auteur accoucher réellement de son travail puissant et sans doute inégalé. Ce thriller mental surfe sur le doute de l'humain, sur le labyrinthe que peuvent créer la vérité et le mensonge, liant intimement les deux au point de nous faire nous perdre sciemment en cours de route. Quant à la traduction, j'ai parfois été assez perturbée de me retrouver face à des erreurs étranges pour un traducteur qu'on dit du même acabit que Claro et Brice Matthieussent, comme traduire des Moon Boots par des "bottes lunaires" p26 ( ! Pourquoi traduire une marque par sa traduction littérale, depuis quand on fait ça ??), signer une lettre par "Vôtre sincèrement" qui n'est rien d'autre qu'un calque (une simple inversion des termes et ça passait en français), ou ne pas traduire "Stradford-upon-Avon" par "Stradford-sur-Avon" (qui se fait partout, et qui pour moi équivaut à ne pas traduire "London" par "Londres"...). Il y en a d'autres, mais celles-là m'ont le plus marquée. Comme quoi, personne n'est à l'abri des erreurs, même quand on est un "grand nom" de la traduction (ce qui, soit dit en passant, amène peut-être certaines maisons d'édition à ne pas relire...). Brillant, ambitieux.
          Lire la suite
          En lire moins
        Toute l'actualité du cherche midi éditeur
        Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com