Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782714474285
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 134 x 190 mm
La Trêve
Agnès Michaux (traduit par)
Collection : Belfond Pointillés
Date de parution : 25/08/2016
Éditeurs :
Belfond
En savoir plus

La Trêve

Agnès Michaux (traduit par)
Collection : Belfond Pointillés
Date de parution : 25/08/2016
Que se passe-t-il lorsque plus rien ne se passe ?
 
Plus aucun crime, plus de violence, plus de suicides, plus de crises cardiaques, de viols, de meurtres, d’accidents de voiture, d’agressions. Plus d’appels dans les commissariats, et les urgences des... Plus aucun crime, plus de violence, plus de suicides, plus de crises cardiaques, de viols, de meurtres, d’accidents de voiture, d’agressions. Plus d’appels dans les commissariats, et les urgences des hôpitaux restent vides. La foule enthousiaste danse dans les rues, s’embrasse et scande : « Trêve éternelle ! » Pourtant,... Plus aucun crime, plus de violence, plus de suicides, plus de crises cardiaques, de viols, de meurtres, d’accidents de voiture, d’agressions. Plus d’appels dans les commissariats, et les urgences des hôpitaux restent vides. La foule enthousiaste danse dans les rues, s’embrasse et scande : « Trêve éternelle ! » Pourtant, deux individus sont hantés par une question : la trêve va-t-elle durer, et si oui… jusqu’à quand ?
À travers le destin prodigieux de ses personnages, La Trêve nous fait vivre vingt-quatre heures aux États-Unis, dans la vie d’un pays transformé en… miracle ? conspiration mondiale ? terrain de jeu extraterrestre ?
Quelle que soit la réponse, Saïdeh Pakravan, l’auteur-monde, nous montre une réalité sans fard, peut-être éloignée de notre quotidien, mais qui est bel et bien la nôtre…
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714474285
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 134 x 190 mm
Belfond
En savoir plus

Ils en parlent

Avec tout cela, le véritable désir des lecteurs, après un printemps violent, un été terrorisant, est peut-être qu’on leur fiche, litté­ralement, la paix : c’est le havre opportunément offert par La Trêve, de Saïdeh Pakravan, qui imagine un monde ­subitement dépourvu de violence et d’accidents.
Éric Loret / Le Monde

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • HQL Posté le 20 Janvier 2021
    Dans son dernier roman, l’auteur franco-américaine Saïdeh Pakravan, née en Iran et installée à Paris, imagine un monde bouleversé par un évènement inimaginable : une trêve dans la folie des hommes. Sans prévenir, un 9 juillet à minuit, tout semble s’arrêter : plus de meurtre, plus de crime, plus de viol, plus de morts, plus de maladies, et plus de naissances. Les urgences sont vides, les ambulances restent sagement alignées en attendant désespérément un appel de détresse, et les commissariats s’ennuient face à cette soudaine pause dans ce qui constitue d’ordinaire leur activité quotidienne. L’auteur nous fait suivre un policier, loin des stéréotypes du genre, qui profite de cette trêve pour se rapprocher d’une journaliste d’origine iranienne, elle même ne restant pas insensible à ses charmes. Une fois que les médias se sont emparés de cet étrange phénomène, défiant toute statistique et toute logique scientifique, la trêve se retrouve sur toutes les lèvres, et des hommes politiques aux charlatans, tous profitent de l’évènement pour faire parler d’eux. Parmi une multitudes de petites histoires, où des personnages à peine rencontrés illustrent brièvement l’absence de capacité malveillante en ce jour extraordinaire, on suit plus particulièrement le destin de quatre personnes sur lesquels pèse une... Dans son dernier roman, l’auteur franco-américaine Saïdeh Pakravan, née en Iran et installée à Paris, imagine un monde bouleversé par un évènement inimaginable : une trêve dans la folie des hommes. Sans prévenir, un 9 juillet à minuit, tout semble s’arrêter : plus de meurtre, plus de crime, plus de viol, plus de morts, plus de maladies, et plus de naissances. Les urgences sont vides, les ambulances restent sagement alignées en attendant désespérément un appel de détresse, et les commissariats s’ennuient face à cette soudaine pause dans ce qui constitue d’ordinaire leur activité quotidienne. L’auteur nous fait suivre un policier, loin des stéréotypes du genre, qui profite de cette trêve pour se rapprocher d’une journaliste d’origine iranienne, elle même ne restant pas insensible à ses charmes. Une fois que les médias se sont emparés de cet étrange phénomène, défiant toute statistique et toute logique scientifique, la trêve se retrouve sur toutes les lèvres, et des hommes politiques aux charlatans, tous profitent de l’évènement pour faire parler d’eux. Parmi une multitudes de petites histoires, où des personnages à peine rencontrés illustrent brièvement l’absence de capacité malveillante en ce jour extraordinaire, on suit plus particulièrement le destin de quatre personnes sur lesquels pèse une force négative. Ce roman original m’a fait penser à un négatif des scénarios de la saga American Nightmare, où à l’exact opposé, pendant vingt-quatre heures, tous les crimes étaient autorisés. Les histoires s’enchaînent avec un certain amusement, au début, puis une vague lassitude, sur le tard, de part leur aspect un peu redondant, dénué de surprise. La lecture est néanmoins rendue agréable grâce au talent de raconteuse d’histoires de l’auteur, qui semble n’être jamais à cours d’idées quand il s’agit d’imaginer la perversité et la méchanceté des humains entre eux. Un livre étrange mais agréable, plein d’espoir et un brin mystique, qui mérite qu’on lui donne sa chance.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Shabanou Posté le 4 Janvier 2020
    "La trêve" de Saïdeh Pakravan (432p) Ed. Belfond Bonjour les fous de lectures…. Que se passe-t-il quand plus rien ne se passe ? Un 9 juillet à minuit Les Etats-Unis vont vivre une journée étrange. RIEN ne va se passer pendant 24h. Plus de mauvaises nouvelles. Plus de meurtres ni de vols Plus de suicides, plus de morts naturelles. Plus de maladie, plus de naissances Plus de violence…. Urgences et commissariats au point mort. Un miracle ? non .. simplement une journée de douce euphorie où rien ne se passe. Nous allons passer cette étrange journée à côté des ivrognes, des loosers, des latinos, des gangsters, des indiens, des riches, des pauvres, des violents, des gens bien. Nous allons suivre la journée d'hommes et de femmes complètement envoûtés par cette" trêve" dans leur quotidien. Certains en profiterons pour s'affirmer, d'autres pour se convertir, d'autres encore pour devenir meilleurs. "Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes" semble-t-il ...mais la trêve risque d'être de courte durée. Qu'en sera-t-il du 10 juillet à minuit ? Joli récit qui se lit très facilement malgré le nombre de pages. Chaque chapitre nous fait avancer dans cette journée particulière et aborde un type de personnages. Abordé de cette manière, la lecture est loin d'être monotone pour une histoire où il ne... "La trêve" de Saïdeh Pakravan (432p) Ed. Belfond Bonjour les fous de lectures…. Que se passe-t-il quand plus rien ne se passe ? Un 9 juillet à minuit Les Etats-Unis vont vivre une journée étrange. RIEN ne va se passer pendant 24h. Plus de mauvaises nouvelles. Plus de meurtres ni de vols Plus de suicides, plus de morts naturelles. Plus de maladie, plus de naissances Plus de violence…. Urgences et commissariats au point mort. Un miracle ? non .. simplement une journée de douce euphorie où rien ne se passe. Nous allons passer cette étrange journée à côté des ivrognes, des loosers, des latinos, des gangsters, des indiens, des riches, des pauvres, des violents, des gens bien. Nous allons suivre la journée d'hommes et de femmes complètement envoûtés par cette" trêve" dans leur quotidien. Certains en profiterons pour s'affirmer, d'autres pour se convertir, d'autres encore pour devenir meilleurs. "Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes" semble-t-il ...mais la trêve risque d'être de courte durée. Qu'en sera-t-il du 10 juillet à minuit ? Joli récit qui se lit très facilement malgré le nombre de pages. Chaque chapitre nous fait avancer dans cette journée particulière et aborde un type de personnages. Abordé de cette manière, la lecture est loin d'être monotone pour une histoire où il ne se passe rien ou pas grand chose En un peu plus de 400 pages, l'autrice parvient à nous dresser un portrait, pas toujours très glorieux, de la société contemporaine. Nous aimerions tellement connaître quelques jours de trêve !!! Belle découverte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Wilena Posté le 8 Juillet 2019
    J'ai beaucoup aimé ce livre. Il nous montre à voir toutes les possibilités qui s'offrent à nous dans plusieurs situations. Et nous démontre que la violence n'est jamais la bonne option. Une belle découverte.
  • prettyrosemary Posté le 15 Février 2018
    Aux frontières de la littérature blanche, du fantastique, du polar et de la science-fiction, sans jamais se cantonner à un genre, ce roman possède un pitch des plus alléchants. Loin d’adopter un schéma linéaire dans sa construction, il nous fait suivre le destin d’une foule d’anonymes au coeur de cette « trêve », qu’on retrouvera plus tard ou qui ne nous seront esquissés que l’espace d’un chapitre. Le premier s’ouvre à minuit, le dernier vingt-quatre heures et cinq minutes plus tard, jusqu’à une issue des plus incertaines. Je n’ai jamais lu un roman pareil, et ce qui m’a frappée, en tout premier lieu, c’est ça, son originalité. Il y a cette trame mystérieuse, cette paix impossible, le pays en pause… Le hasard, les extra-terrestres, une bénédiction divine, tous ont un avis sur la question mais les faits n’en demeurent pas moins miraculeux. Au fil des minutes, des heures, l’auteure nous montre des hommes, des femmes, dans une situation qui pourrait déraper, qui devrait déraper… Et pourtant. A travers ce récit étonnant, c’est surtout un portrait réaliste des Etats-Unis et même de l’ensemble de nos sociétés que dresse Saïdeh Pakravan. En quelques pages, dans un style percutant, parfois trash, sans compromis, poétique aussi,... Aux frontières de la littérature blanche, du fantastique, du polar et de la science-fiction, sans jamais se cantonner à un genre, ce roman possède un pitch des plus alléchants. Loin d’adopter un schéma linéaire dans sa construction, il nous fait suivre le destin d’une foule d’anonymes au coeur de cette « trêve », qu’on retrouvera plus tard ou qui ne nous seront esquissés que l’espace d’un chapitre. Le premier s’ouvre à minuit, le dernier vingt-quatre heures et cinq minutes plus tard, jusqu’à une issue des plus incertaines. Je n’ai jamais lu un roman pareil, et ce qui m’a frappée, en tout premier lieu, c’est ça, son originalité. Il y a cette trame mystérieuse, cette paix impossible, le pays en pause… Le hasard, les extra-terrestres, une bénédiction divine, tous ont un avis sur la question mais les faits n’en demeurent pas moins miraculeux. Au fil des minutes, des heures, l’auteure nous montre des hommes, des femmes, dans une situation qui pourrait déraper, qui devrait déraper… Et pourtant. A travers ce récit étonnant, c’est surtout un portrait réaliste des Etats-Unis et même de l’ensemble de nos sociétés que dresse Saïdeh Pakravan. En quelques pages, dans un style percutant, parfois trash, sans compromis, poétique aussi, l’auteure parvient à créer des personnages vrais, à nous parler communautés, violence, fanatisme religieux, intolérance et préjugés de toutes sortes qui sont autant de sujets de sociétés aussi anciens que d’actualité. En évoquant ce que l’humanité recèle de plus sombre, ce qui a semble avoir été stoppé l’espace d’une respiration, ce roman pourrait porter un message bien noir. Personnellement, j’y ai vu, aussi, autre chose. La construction géniale de ce roman dont je ne vous révèlerai pas tout ici, ce serait dommage, nous souffle qu’il existe une autre voie. Avec beaucoup de finesse, et c’est tout l’intérêt de ce livre à la croisée des genres, Saïdeh Pakravan laisse la porte ouverte à un joli message d’espoir, sans jamais s’éloigner d’une riche compréhension du monde.
    Lire la suite
    En lire moins
  • carlottita91 Posté le 29 Octobre 2017
    "La Trêve". Et si, pendant 24h, il n'y avait aucun mort, aucune naissance, aucun meurtre, aucun suicide aux Etats-Unis. Que se passerait-il dans la tête de chacun ? Saïdeh Pakravan nous propose une plongée dans un quotidien d'allegresse et de fête. Le roman est découpé en fonction des heures de la journée. Chaque heure correspond à une vie différente. J'ai pratiquement lu ce roman comme un enchaînement de petites nouvelles. C'est une lecture à la construction originale qui malgré le nombre de personnages, vous happe complètement. Une realité qui redonnerait presque foi en l'humanité !! Sauf que...
Inscrivez-vous et recevez toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.