Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258109872
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 225 mm

La Ville noire

Paul Lequesne (traduit par)
Date de parution : 14/10/2015
À la poursuite d'Ulysse.
« C’est absurde, songea Eraste Pétrovitch. Je suis en proie à une hallucination. Vous êtes là, installé dans votre chambre d’hôtel, occupé à lire La Cerisaie, tentant pour la énième fois de comprendre pourquoi l’auteur a qualifié de comédie cette pièce d’une tristesse intolérable, et tout à coup un fou en uniforme... « C’est absurde, songea Eraste Pétrovitch. Je suis en proie à une hallucination. Vous êtes là, installé dans votre chambre d’hôtel, occupé à lire La Cerisaie, tentant pour la énième fois de comprendre pourquoi l’auteur a qualifié de comédie cette pièce d’une tristesse intolérable, et tout à coup un fou en uniforme de général fait irruption et commence à vous débiter une histoire à dormir debout, mêlant Ulysse, Athéna et on ne sait quel Mannlicher à visée optique. Tous les deux mots, il répète : "Vous seul pouvez sauver l’honneur d’un vieux soldat", tandis que ses yeux à fleur de tête s’emplissent de larmes. »
1914. La vie du tsar est menacée. Eraste Fandorine est chargé de capturer le révolutionnaire Ivan Ivanovitch Ivantsov pour le mettre hors d’état de nuire. Il découvre vite que l'homme, surnommé Ulysse, s’est réfugié à Bakou. Bakou, la ville noire. Bakou, la ville la plus riche de l'Empire russe, contrôlée par quelques magnats du pétrole de toutes nationalités, et qui, en cette veille de Première Guerre mondiale, constitue un nid d’espions particulièrement actifs. Et dangereux…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258109872
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 225 mm
Presses de la cité
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • nanouche Posté le 24 Août 2021
    Eraste Petrovitch Fandorine est en mission à Bakou à la poursuite d'un terroriste qui menace le tsar. Nous sommes en 1914, juste au moment de l'attentat de Sarajevo et nombreux sont les révolutionnaires de toutes tendance qui veulent faire tomber la monarchie. Pauvre Eraste Petrovitch ! Boris Akounine s'est plu à le placer dans des situations particulièrement déconcertantes et notre héros court de fausse piste en fausse piste pour arriver à un dénouement qui, ma foi, pourrait bien annoncer la fin de la série. Quant à moi j'ai plaisir comme toujours à retrouver ce personnage de dandy japonisant et son fidèle Massa (lui aussi en bien mauvaise posture). Sous des dehors détachés de tout c'est un coeur d'artichaut qui craque cette fois pour une jeune veuve bakinoise qui n'a pas froid aux yeux. Il y a aussi une intéressante description de la vile de Bakou et de l'industrie du pétrole à cette époque qui me fait penser à ce que j'avais lu dans L'orientaliste.
  • collectifpolar Posté le 8 Avril 2021
    Une aventure d'Eraste Fandorine à ne pas manquer. E. Fandorine est sur la piste un dangereux terroriste révolutionnaire et découvre que l'homme s'est réfugié à Bakou, la ville la plus riche de l'Empire russe. En cette veille de Première Guerre mondiale, Bakou constitue un nid d'espions très actifs. La femme de Fandorine est également dans la ville pour un tournage, mais cela n'enchante pas l'enquêteur qui n'aspire qu'à retrouver sa liberté. Espionnage et aventure à la veille de la Première guerre mondiale dans l'empire Russe nous on adore. Boris Akounine met en scène son célèbre enquêteur Eraste Fandorine pour la treizième fois. Il nous propose là une intrigue policière sophistiquée, à l'humour digne de Gogol. Du grand polar historique comme on les aime.
  • Papyriri Posté le 29 Janvier 2020
    Eraste Pétrovitch Fandorine est et reste un formidable enquêteur mi James Bond ,mi- Sherlock Holmes, mi- Scapin, mi Casanova .Quoi ? cela fait beaucoup de moitié ? mais il en faut autant et plus pour ce héros universel .Blague dans le coin cet opus malgré quelques petites digressions reste un excellent bouquin au scénario angoissant à quelques jours de la catastrophe mondiale de 1914 qui va ensanglanter le monde , pataugeant à Bakou dans le pétrole , les roubles , le terrorisme , les amours finissants et commençants , les révolution a venir , la fidélité et la traîtrise . la grave blessure d un ami C est comme d habitude enlevé , prenant et le dernier rebondissement inattendu Certes après les dernières lignes on peut penser qu' il n y aura pas de suite car l auteur a écrit 4 aventures du petit fils d Eraste prénommé Nicholas , Mais dans la bibliographie d' Akounine figure après ce récit un titre en russe , depuis 2015, alors les éditions 10/18 et /ou Points vont-elles le faire traduire ou nous laisser mourir idiots
  • Granna21 Posté le 9 Août 2018
    Un Eraste Fandorine haletant qui finit un pas dans le vide. Y en aura-t-il un suivant ??? Rien n'est moins sûr. Traduction de qualité.
  • morin Posté le 9 Avril 2018
    Comme tous les ans je me suis rendue au salon "Livre Paris" 2018. Russie, premier stand visité en sa qualité de pays invité. Je suis à la recherche d'un roman policier. Un peu perdue j'interroge une responsable qui me conduit près des tables sur lesquelles se mêlent des livres en français et en russe sur des sujets variés. Elle me donne le nom de deux écrivains de roman policier, Alexandra Marinina et Boris Akounine. Peu de livres de Marinina sur les tables, de toute façon je pense avoir lu tous ses ouvrages traduits en français. Je choisis alors un peu au hasard "la Ville Noire" d'Akounine. Je découvre le personnage d'Eraste Pétrovitch Fandorine, fonctionnaire à la retraite du ministère de l'intérieur. "La ville noire" est le 13eme volume de la série qui lui est consacrée. Il semble qu'il y ait un 14eme volume, non traduit en français à ce jour. Nous sommes en juin 1914. Fandorine est à Yalta. Se trouve également dans cette ville un dangereux révolutionnaire surnommé Ulysse. Après l'assassinat d'un colonel, Ulysse se serait rendu à "la ville noire". Fandorine découvre que la ville noire n'est autre que la ville de Bakou, ville très riche grâce à... Comme tous les ans je me suis rendue au salon "Livre Paris" 2018. Russie, premier stand visité en sa qualité de pays invité. Je suis à la recherche d'un roman policier. Un peu perdue j'interroge une responsable qui me conduit près des tables sur lesquelles se mêlent des livres en français et en russe sur des sujets variés. Elle me donne le nom de deux écrivains de roman policier, Alexandra Marinina et Boris Akounine. Peu de livres de Marinina sur les tables, de toute façon je pense avoir lu tous ses ouvrages traduits en français. Je choisis alors un peu au hasard "la Ville Noire" d'Akounine. Je découvre le personnage d'Eraste Pétrovitch Fandorine, fonctionnaire à la retraite du ministère de l'intérieur. "La ville noire" est le 13eme volume de la série qui lui est consacrée. Il semble qu'il y ait un 14eme volume, non traduit en français à ce jour. Nous sommes en juin 1914. Fandorine est à Yalta. Se trouve également dans cette ville un dangereux révolutionnaire surnommé Ulysse. Après l'assassinat d'un colonel, Ulysse se serait rendu à "la ville noire". Fandorine découvre que la ville noire n'est autre que la ville de Bakou, ville très riche grâce à son pétrole. Accompagné de son serviteur japonais, Massa, il prend le train direction Bakou. Nous sommes à la veille de la grande guerre, L'attentat de Sarajevo vient de se produire. Dans la ville noire se croisent un monde plus ou moins cosmopolite comme Claire Delune, actrice et femme de Fandorine en compagnie de l'équipe du filme, des magnats du pétrole dont une femme, la belle Saadat, des bandits plus ou moins sympathiques comme Gassym, des politiques comme le consul d'Autriche, et bien sûr des révolutionnaires comme Ulysse. Je ne me suis pas ennuyée à la lecture de ce livre que je classe plutôt dans la catégorie des romans d'aventure, type XIXe siècle, avec ses rebondissements et ses personnages plus ou moins sympathiques ou patibulaires, que dans la catégorie roman policier. La lecture des dernières pages est une vrai surprise et un choc pour le lecteur.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.