Lisez! icon: Search engine

La ville orpheline

Les Escales
EAN : 9782365691383
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 368
Format : 140 x 225 mm
La ville orpheline

Alice DELARBRE (Traducteur)
Collection : Domaine étranger
Date de parution : 07/05/2015
Après l’incroyable succès de L’Île des oubliés, Victoria Hislop mêle avec toujours autant de brio les histoires de famille et les déchirures de l'histoire sur fond de romance et de tragédie.
Chypre, été 1972. La ville de Famagouste héberge la station balnéaire la plus prisée de la Méditerranée, rayonnante et bénie des dieux, où Chypriotes grecs et turcs vivent en parfaite hamonie.
Un couple ambitieux y ouvre Le Sunrise, hôtel dont le luxe surpasse tous les autres.
Lorsqu’un putsch grec plonge l’île dans...
Chypre, été 1972. La ville de Famagouste héberge la station balnéaire la plus prisée de la Méditerranée, rayonnante et bénie des dieux, où Chypriotes grecs et turcs vivent en parfaite hamonie.
Un couple ambitieux y ouvre Le Sunrise, hôtel dont le luxe surpasse tous les autres.
Lorsqu’un putsch grec plonge l’île dans le chaos, celle-ci devient le théâtre d’un conflit désastreux. Famagouste est bombardée. Quarante mille personnes, n’emportant que leurs biens les plus précieux, fuient l’armée en marche. Parmi eux, Aphroditi, contrainte de suivre son mari sans savoir si elle pourra un jour revoir son amant.
Dans la ville désertée, seules deux familles demeurent : les Georgiou et les Özkan.
Voici leur histoire.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365691383
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 368
Format : 140 x 225 mm
Les Escales

Ils en parlent

« Mrs Hislop, la Reine Victoria de la littérature anglaise. Tous ses romans sont des best-sellers : le premier, L’Île des oubliés, a conquis plus de 600 000 lecteurs en France ! »
 
Françoise Monnet / Le Progrès

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • biribi Posté le 8 Septembre 2019
    Chypre, 1972-74. La ville de Famagouste, sur la Méditerranée, endroit de vacances très recherché pour ses belles plages, ses températures douces, regorge d'hôtels chics. C'est un petit paradis. La majorité des Chypriotes grecs et turcs se côtoyaient et vivaient en harmonie. Kyria Papacosta rêve de construire un somptueux hôtel qui surpassera tous les autres par son luxe. Il voit grand, très grand et vit la grande vie avec son épouse Aphroditi. Ses plans seront mis à mal par la suite des évènements. En 1974 la Turquie envahit l'île, la bombarde et les habitants de Famagouste fuient. Deux familles, une grecque, une turque, resteront vivre clandestinement dans la ville. Dans la ville occupée les deux familles survivent tant bien que mal, et trouvent de quoi manger grâce à l'un de leurs enfants qui sort prudemment pour se servir dans les magasins abandonnés. L'intrigue et le suspens ne sont pas aussi prenants que dans L'île des Oubliés que j'avais beaucoup aimé. Victoria Hislop nous offre malgré tout une belle plume et arrive à nous introduire dans cette ville fantôme de Famagouste en rendant bien l'atmosphère inquiétante, lourde qui y règne. J'ai cependant apprécié la... Chypre, 1972-74. La ville de Famagouste, sur la Méditerranée, endroit de vacances très recherché pour ses belles plages, ses températures douces, regorge d'hôtels chics. C'est un petit paradis. La majorité des Chypriotes grecs et turcs se côtoyaient et vivaient en harmonie. Kyria Papacosta rêve de construire un somptueux hôtel qui surpassera tous les autres par son luxe. Il voit grand, très grand et vit la grande vie avec son épouse Aphroditi. Ses plans seront mis à mal par la suite des évènements. En 1974 la Turquie envahit l'île, la bombarde et les habitants de Famagouste fuient. Deux familles, une grecque, une turque, resteront vivre clandestinement dans la ville. Dans la ville occupée les deux familles survivent tant bien que mal, et trouvent de quoi manger grâce à l'un de leurs enfants qui sort prudemment pour se servir dans les magasins abandonnés. L'intrigue et le suspens ne sont pas aussi prenants que dans L'île des Oubliés que j'avais beaucoup aimé. Victoria Hislop nous offre malgré tout une belle plume et arrive à nous introduire dans cette ville fantôme de Famagouste en rendant bien l'atmosphère inquiétante, lourde qui y règne. J'ai cependant apprécié la lecture de ce livre avant un voyage à Chypre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lealeh Posté le 1 Septembre 2019
    J'aime beaucoup Victoria Hislop mais ce roman là m'a déçue. La mise en place est un peu longue et on est captivé par l'histoire, avec cependant des envolées historiques un peu lourdes, mais surtout d'un seul coup j'ai trouvé que cela s'essoufflait... et que la fin manquait de délicatesse face aux autres de ses romans.
  • Jelisetalors Posté le 2 Juin 2019
    Une histoire très touchante sur Chypre et les conflits rencontrés dans les années 70. Même si l'histoire est un peu longue à se mettre en place de part la multitude des personnages qu'on suit (150 premières pages difficiles), on est au coeur du conflit et on a peur pour ces deux familles qui n'ont pas d'autre choix que de rester sur place et tenter de survivre tant bien que mal. Une fin inattendue! La première partie du roman (presque la moitié tout de même) nous fait découvrir tour à tour des personnes différentes, tantôt Chypriotes Grecs ou Chypriotes Turcs. On se lie assez vite aux personnages, surtout aux mères de famille, les deux coiffeuses qui adulent leurs fils. A un moment, j'ai cru que l'histoire allait se profiler en histoire d'amour: je n'ai pas du tout vu venir le chemin choisi par l'auteure: je suis tombée des nues tout comme Aphroditi. J'étais même assez énervée et déçue: mais le fait qu'elle ne soit pas allée dans la facilité est très intéressant. Certains moments sont particulièrement durs (même si tout le contexte de fond reste horrible) et j'ai appris beaucoup de choses sur cette partie de l'histoire que j'ignorais concernant Chypre. J'ai trouvé la fin... Une histoire très touchante sur Chypre et les conflits rencontrés dans les années 70. Même si l'histoire est un peu longue à se mettre en place de part la multitude des personnages qu'on suit (150 premières pages difficiles), on est au coeur du conflit et on a peur pour ces deux familles qui n'ont pas d'autre choix que de rester sur place et tenter de survivre tant bien que mal. Une fin inattendue! La première partie du roman (presque la moitié tout de même) nous fait découvrir tour à tour des personnes différentes, tantôt Chypriotes Grecs ou Chypriotes Turcs. On se lie assez vite aux personnages, surtout aux mères de famille, les deux coiffeuses qui adulent leurs fils. A un moment, j'ai cru que l'histoire allait se profiler en histoire d'amour: je n'ai pas du tout vu venir le chemin choisi par l'auteure: je suis tombée des nues tout comme Aphroditi. J'étais même assez énervée et déçue: mais le fait qu'elle ne soit pas allée dans la facilité est très intéressant. Certains moments sont particulièrement durs (même si tout le contexte de fond reste horrible) et j'ai appris beaucoup de choses sur cette partie de l'histoire que j'ignorais concernant Chypre. J'ai trouvé la fin du roman un peu brutale et très "petite" en comparaison avec les moments précis du début: A chaque nouveau paragraphe qui se déroule dans une sorte d'épilogue, on apprend que plus de 15 ans ont passé, et forcément des personnages auxquels on s'était attachés on disparu eux aussi. J'ai aimé ce roman car il était nuancé, il n'a pas été "romancé ou idéalisé", les habitant de Chypre ont vécu des choses horribles quelque soit leur classe sociale, et la trahison, la maladie, la perte d'un être cher ou le revers financier les ont tous atteints à un moment donné. J'ai d'autres roman de l'auteure et je compte bien les lire prochainement.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cancie Posté le 1 Avril 2019
    Victoria Hislop m’avait enchantée avec L’île des oubliés, roman dans lequel elle retraçait l’histoire de cette île de Spinalonga, en Crète, où furent exilés de nombreux lépreux, de 1904 à 1957. Dans La Ville orpheline, l’autrice nous emmène cette fois à Chypre. Dans les deux romans, elle utilise le même procédé ; elle mêle les histoires de famille et les déchirures de l’Histoire. Dans ce roman, nous sommes à Famagouste. Si les très nombreux touristes s’intéressent à l’ancienne cité fortifiée, c’est surtout sa cité balnéaire, l’une des plus belles au monde au début des années 1970, qui est appréciée et qui prospère allègrement. Mais lors de l’été 1972, un putsch grec va plonger l’île dans le chaos. C’est au travers de trois familles : le riche couple Papacosta, la famille Özkan, chypriote turque, et la famille Georgiou, chypriote grecque, que Victoria Hislop va nous faire vivre les moments terribles vécus par quarante mille personnes lorsque Famagouste sera bombardée. C’est avec un grand intérêt que j’ai pu revivre ce conflit, pourtant pas si lointain, que j’avais en partie oublié. Il est vrai que parfois, j’ai trouvé que la romancière en faisait un peu trop avec les personnages. Cependant, j’apprécie beaucoup cette manière de raconter l’Histoire avec... Victoria Hislop m’avait enchantée avec L’île des oubliés, roman dans lequel elle retraçait l’histoire de cette île de Spinalonga, en Crète, où furent exilés de nombreux lépreux, de 1904 à 1957. Dans La Ville orpheline, l’autrice nous emmène cette fois à Chypre. Dans les deux romans, elle utilise le même procédé ; elle mêle les histoires de famille et les déchirures de l’Histoire. Dans ce roman, nous sommes à Famagouste. Si les très nombreux touristes s’intéressent à l’ancienne cité fortifiée, c’est surtout sa cité balnéaire, l’une des plus belles au monde au début des années 1970, qui est appréciée et qui prospère allègrement. Mais lors de l’été 1972, un putsch grec va plonger l’île dans le chaos. C’est au travers de trois familles : le riche couple Papacosta, la famille Özkan, chypriote turque, et la famille Georgiou, chypriote grecque, que Victoria Hislop va nous faire vivre les moments terribles vécus par quarante mille personnes lorsque Famagouste sera bombardée. C’est avec un grand intérêt que j’ai pu revivre ce conflit, pourtant pas si lointain, que j’avais en partie oublié. Il est vrai que parfois, j’ai trouvé que la romancière en faisait un peu trop avec les personnages. Cependant, j’apprécie beaucoup cette manière de raconter l’Histoire avec un grand H, en nous plongeant dans la vie intime de personnages indigènes. Les coutumes grecques et turques, bien décrites et bien rendues, permettent de bien s’imprégner de la vie des Chypriotes. La Ville orpheline est un roman à lire pour tous ceux qui s’intéressent à l’Histoire de Chypre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Jrp Posté le 22 Mars 2019
    L'île de Chypre est habitée par des communautés grecs et turcs qui ne s'entendent pas vraiment. Par contre en 1970 à Famagouste, station balnéaire très prisée, chypriotes grecs et turcs vivent en harmonie ou presque. Un couple ambitieux (Aphroditi et Savvas) est en train d'y constituer un empire hôtelier. Survient le putsh grec (1972) contre Monseigneur Makarios et le conflit sanglant qui s'en suit. L'île de Chypre est plongée dans le chaos, Famagouste est bombardée par les turcs et ses habitants s'enfuient pour sauver leur vie sauf les familles Georgiou (grecs) et Ozkan (turcs). Une « Ligne verte » divise l'île en deux. Autour de cet événement historique, Victoria Hislop a brodé une saga familiale où trahison et méfiance, amitié et fidélité, amour déchiré et cupidité sont à l'honneur. Plus de la moitié du roman est consacrée à l'ouverture de l'hôtel Sunrise et à la perspective du putsch, la mise en marche est assez longue merci! C'est au moment de la fuite de la population que le roman devient intéressant. Les péripéties des deux familles restées à Famagouste sont captivantes. L'auteur a une belle plume et nous donne du suspens. C'est un roman d'atmosphère et de relations humaines dans des conditions de crise politique, identitaire... L'île de Chypre est habitée par des communautés grecs et turcs qui ne s'entendent pas vraiment. Par contre en 1970 à Famagouste, station balnéaire très prisée, chypriotes grecs et turcs vivent en harmonie ou presque. Un couple ambitieux (Aphroditi et Savvas) est en train d'y constituer un empire hôtelier. Survient le putsh grec (1972) contre Monseigneur Makarios et le conflit sanglant qui s'en suit. L'île de Chypre est plongée dans le chaos, Famagouste est bombardée par les turcs et ses habitants s'enfuient pour sauver leur vie sauf les familles Georgiou (grecs) et Ozkan (turcs). Une « Ligne verte » divise l'île en deux. Autour de cet événement historique, Victoria Hislop a brodé une saga familiale où trahison et méfiance, amitié et fidélité, amour déchiré et cupidité sont à l'honneur. Plus de la moitié du roman est consacrée à l'ouverture de l'hôtel Sunrise et à la perspective du putsch, la mise en marche est assez longue merci! C'est au moment de la fuite de la population que le roman devient intéressant. Les péripéties des deux familles restées à Famagouste sont captivantes. L'auteur a une belle plume et nous donne du suspens. C'est un roman d'atmosphère et de relations humaines dans des conditions de crise politique, identitaire et humanitaire. Eh oui, j'ai appris beaucoup sur l'histoire de l'île à cette période. Aujourd'hui, Famagouste est toujours une ville fantôme.
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !