En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La Vocation

        Robert Laffont
        EAN : 9782221187692
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 135 x 215 mm
        La Vocation

        Date de parution : 07/01/2016

        « “Les revues, je les laisse”, elle annonce à l’employé de l’émigration. On dirait que c’est une décision qu’elle prend, et non qu’elle en est réduite à cette dernière extrémité. Elle ouvre un des Vogue, en arrache une page, et la glisse, pliée, sous sa manche.
        Soudain, elle va vers un...

        « “Les revues, je les laisse”, elle annonce à l’employé de l’émigration. On dirait que c’est une décision qu’elle prend, et non qu’elle en est réduite à cette dernière extrémité. Elle ouvre un des Vogue, en arrache une page, et la glisse, pliée, sous sa manche.
        Soudain, elle va vers un garçon splendide dont, dira-t-elle, elle a remarqué les babouches ouvragées, différentes. Une fois près de lui, elle voit qu’il a des cils d’ânesse. Elle ne s’est pas trompée. Elle dépose les cinq Vogue devant les babouches couleur mandarine : “Tiens, c’est pour toi.” Ma grand-mère, son coeur battant lui sort du buste. Sur ce quai de l’exode, du malheur et de l’expropriation, ce n’est pas rien de donner quelque chose à un ennemi qui vous a déjà pris l’essentiel. »
        Traversant tout le XXe siècle, La Vocation raconte le destin d’une famille d’émigrants arméniens fascinée par l’élégance française. En 1923, Méliné a vingt-deux ans et fuit les persécutions subies par son peuple, une page de Vogue coincée dans sa manche. Elle rêve de mode. Quatre-vingts ans plus tard, sa petite-fille, Sophie, journaliste, est nommée au poste de directrice de la mode à Elle, accomplissant ainsi le destin familial.
        Qui fut la plus heureuse des deux ? Méliné, qui cousait elle-même ses robes et admirait les belles dames depuis un banc, boulevard du Montparnasse, à Paris, dans les années 1930, ou Sophie, placée au premier rang des défilés de mode, avec un titre rutilant et du pouvoir ? Et où est l’élégance tant rêvée, au bout du compte ?

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221187692
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 135 x 215 mm
        Robert Laffont
        19.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Histoiresdenlire Posté le 21 Août 2017
          A sa sortie, j'avais beaucoup entendu parler de ce roman, sans être attiré vers lui pour autant. Je trouvais la couverture très moche, je ne savais pas trop de quoi ça parlait. Et puis, je suis tombée sur la version poche, avec sa jolie photo d'une petite fille en noir et blanc (oui, je suis tombée dans le piège du marketing), j'ai lu la quatrième, les premières lignes, et je suis repartie avec. Je l'ai mis dans mon sac, et cette lecture m'a accompagnée pendant mes trajets en train vers le boulot. C'était pratique : alternant les chapitres entre l'histoire de Méliné, dans les années 20, et celle se Sophie dans la mode 80 ans plus tard, le livre est très digeste, très agréable à lire. J'aime beaucoup les bouquins qui virevoltent entre passé et présent ... Je ne suis pas une modeuse, je me fiche des tendances, je m'habille plutôt "confort et talons plats", et je ne lis jamais de Elle, de Vogue ou autre. Et pourtant, j'ai adoré cette histoire autobiographique ! J'ai adoré suivre Méliné, ses soeurs, sa passion de la couture. J'ai ri des mésaventures de sa petite fille Sophie, propulsée directrice de la mode grâce à son... A sa sortie, j'avais beaucoup entendu parler de ce roman, sans être attiré vers lui pour autant. Je trouvais la couverture très moche, je ne savais pas trop de quoi ça parlait. Et puis, je suis tombée sur la version poche, avec sa jolie photo d'une petite fille en noir et blanc (oui, je suis tombée dans le piège du marketing), j'ai lu la quatrième, les premières lignes, et je suis repartie avec. Je l'ai mis dans mon sac, et cette lecture m'a accompagnée pendant mes trajets en train vers le boulot. C'était pratique : alternant les chapitres entre l'histoire de Méliné, dans les années 20, et celle se Sophie dans la mode 80 ans plus tard, le livre est très digeste, très agréable à lire. J'aime beaucoup les bouquins qui virevoltent entre passé et présent ... Je ne suis pas une modeuse, je me fiche des tendances, je m'habille plutôt "confort et talons plats", et je ne lis jamais de Elle, de Vogue ou autre. Et pourtant, j'ai adoré cette histoire autobiographique ! J'ai adoré suivre Méliné, ses soeurs, sa passion de la couture. J'ai ri des mésaventures de sa petite fille Sophie, propulsée directrice de la mode grâce à son "adoration des beaux habits", mais qui ne comprend pas bien ce qu'elle est censée faire, et son récit des rencontres, fêtes, shoooting m'a ravie. Les personnages sont très attachants et le récit bourré d'humour et de légèreté. Sophie Fontanel a une réelle voix, une écriture, et son sujet qui ne m'intéressait à priori pas du tout, m'a finalement passionnée. Je me suis régalée avec cette histoire de famille, qui, traversant tout le 20 ° siècle, de la Turquie à Paris, nous conte avec allégresse la passion, la vocation de ses femmes, leurs rêves, leurs espoirs et leurs aventures ...
          Lire la suite
          En lire moins
        • cdisaintemarguerite Posté le 17 Mai 2016
          Un livre intéressant sur le monde de la mode et l'intégration de réfugiés arméniens dans la société française après le génocide perpétré par les Turcs en 1915. Les fautes de style, par contre, sont assez nombreuses...Ce qui est toléré à l'oral, ne l'est pas à l'écrit ! C.Meaudre
        • Emilie-drd Posté le 12 Avril 2016
          Ce roman quasi autobiographique de Sophie Fontanel, plonge le lecteur de la diaspora Arménienne à Paris en pensant par le très convoité milieu de la haute-couture et de la presse féminine. L'auteur balaie le XX ème siècle à travers l'histoire de sa famille. L'originalité du roman tient à la mise en parallèle de l'expérience de l'auteur à la direction le mode dans le très populaire magasine Elle et la vie de sa grand-mère qui avait "l'adoration des beaux habits". Cette passion pour la mode est devenue le credo de toute une famille... J'ai adoré ce roman, on y découvre les coulisses de la mode et de la presse qui ne sont pas toujours très glorieuses et comment l'intégration peut aboutir à l'accomplissement d'une destinée familiale. Un très bon moment de lecture ;-)
        • LeaTouchBook Posté le 26 Février 2016
          Dans ce roman autobiographique, Sophie Fontanel nous conte sa passion pour la mode mais aussi la destinée de sa famille : un beau récit entre défilés et émotions ! Si au départ le cœur de l'histoire autour de la mode n'avait rien pour me plaire (je ne suis pas une grande adepte des vêtements) il n'en reste pas moins que ce livre ne raconte pas tant le quotidien dans cet univers, mais la vocation familiale dans une réussite finale au travers de Sophie. C'est une sorte de saga familiale qui m'a beaucoup émue et ce d'autant plus que le génocide arménien amenant la fuite de ce peuple vers d'autres contrées est un sujet qui me touche. Ainsi il n'y a peut-être pas plus grande fierté que d'avoir réussie à accomplir le rêve familial tout en atteignant son propre objectif. Une sorte de revanche et d'espoir pour chacun. D'un côté Méliné qui fuit les persécutions contre les arméniens et qui arrive en France avec son magazine Vogue et de l'autre Sophie journaliste et directrice de la mode au sein de Elle. Quel parcours entre ces deux femmes, deux destins unis par le sang et par la plume, deux êtres qui sont liés par... Dans ce roman autobiographique, Sophie Fontanel nous conte sa passion pour la mode mais aussi la destinée de sa famille : un beau récit entre défilés et émotions ! Si au départ le cœur de l'histoire autour de la mode n'avait rien pour me plaire (je ne suis pas une grande adepte des vêtements) il n'en reste pas moins que ce livre ne raconte pas tant le quotidien dans cet univers, mais la vocation familiale dans une réussite finale au travers de Sophie. C'est une sorte de saga familiale qui m'a beaucoup émue et ce d'autant plus que le génocide arménien amenant la fuite de ce peuple vers d'autres contrées est un sujet qui me touche. Ainsi il n'y a peut-être pas plus grande fierté que d'avoir réussie à accomplir le rêve familial tout en atteignant son propre objectif. Une sorte de revanche et d'espoir pour chacun. D'un côté Méliné qui fuit les persécutions contre les arméniens et qui arrive en France avec son magazine Vogue et de l'autre Sophie journaliste et directrice de la mode au sein de Elle. Quel parcours entre ces deux femmes, deux destins unis par le sang et par la plume, deux êtres qui sont liés par une passion commune. Je trouve que c'est d'autant plus fort que cela est vrai. J'ai aimé ces chapitres courts, remplis de dialogues vifs, qui alternaient les deux vies, c'est une forme de comparaison sans jugement, plutôt un croisement, une évidence, une vocation. Je n'avais encore jamais lu un roman de Sophie Fontanel mais je sais à présent que je lirai les précédents et ceux qui suivront car il s'agit d'une plume incontournable de la scène littéraire française. En définitive, une belle histoire de famille : si a priori la vocation de Sophie Fontanel était dans la mode, je peux dire que sa vocation est aussi dans l'écriture.
          Lire la suite
          En lire moins
        • FannyNetherfieldPark Posté le 14 Février 2016
          La vocation est un roman clairement autobiographique. Bien que l’auteur explique que son roman contient beaucoup de passages fictionnels, elle s’inspire de son histoire et de celle de sa famille. Dès les premières pages, j’ai été conquise par ce récit. Elle nous propose une alternance entre le présent dans lequel Sophie évolue et le passé que l’on remonte comme un fil conducteur. Nous découvrons donc l’arrivée en France d’un couple d’arméniens qui a tout laissé derrière lui. Tout est à reconstruire et c’est une vraie chance pour eux. Par le biais du hasard et de volonté, ils vont se retrouver à Paris où l’élégance à la française va véritablement les porter. C’est l’histoire d’une intégration, de destins de femmes mais aussi de l’évolution du monde de la mode. L’auteur porte un regard acéré sur ce milieu tellement fermé qu’il fascine. Un vrai paradoxe réside dans ce roman. En effet, c’est un véritable hommage à la mode et à l’élégance tout en étant très acerbe avec ce que ce monde est devenu (mannequin maigre et sans sourire, manque d’insouciance et de spontanéité, etc.). Au travers de ces pages, Sophie Fontanel exprime ce qu’elle aimerait davantage voir dans les magasines de papier glacé... La vocation est un roman clairement autobiographique. Bien que l’auteur explique que son roman contient beaucoup de passages fictionnels, elle s’inspire de son histoire et de celle de sa famille. Dès les premières pages, j’ai été conquise par ce récit. Elle nous propose une alternance entre le présent dans lequel Sophie évolue et le passé que l’on remonte comme un fil conducteur. Nous découvrons donc l’arrivée en France d’un couple d’arméniens qui a tout laissé derrière lui. Tout est à reconstruire et c’est une vraie chance pour eux. Par le biais du hasard et de volonté, ils vont se retrouver à Paris où l’élégance à la française va véritablement les porter. C’est l’histoire d’une intégration, de destins de femmes mais aussi de l’évolution du monde de la mode. L’auteur porte un regard acéré sur ce milieu tellement fermé qu’il fascine. Un vrai paradoxe réside dans ce roman. En effet, c’est un véritable hommage à la mode et à l’élégance tout en étant très acerbe avec ce que ce monde est devenu (mannequin maigre et sans sourire, manque d’insouciance et de spontanéité, etc.). Au travers de ces pages, Sophie Fontanel exprime ce qu’elle aimerait davantage voir dans les magasines de papier glacé (ici il est question de Elle) ou sur les podiums. Pour ne rien gâcher, elle porte un regard plein de tendresse et de bienveillance sur ces personnages. Ce nouveau roman de Sophie Fontanel est donc une belle surprise. J’ai découvert un style, un univers ainsi qu’une famille d’origine arménienne très attachante. J’ai également apprécié la critique assez dure du monde de la mode d’aujourd’hui.
          Lire la suite
          En lire moins

        les contenus multimédias

        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.