Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782365691659
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 304
Format : 140 x 225 mm
La Voix des vagues
Freddy Michalski (traduit par)
Collection : Domaine étranger
Date de parution : 13/10/2016
Éditeurs :
Les Escales
En savoir plus

La Voix des vagues

Freddy Michalski (traduit par)
Collection : Domaine étranger
Date de parution : 13/10/2016
Une réflexion poignante sur la famille et le pardon
Lorsqu’un homme horriblement défiguré frappe à la porte d’Amaterasu Takahashi et qu’il prétend être son petit-fils disparu depuis des années, Amaterasu est bouleversée. Elle aimerait tellement le croire, mais comment... Lorsqu’un homme horriblement défiguré frappe à la porte d’Amaterasu Takahashi et qu’il prétend être son petit-fils disparu depuis des années, Amaterasu est bouleversée. Elle aimerait tellement le croire, mais comment savoir s’il dit la vérité ? 

Ce qu’elle sait c’est que sa fille et son petit-fils sont forcément morts le 9...
Lorsqu’un homme horriblement défiguré frappe à la porte d’Amaterasu Takahashi et qu’il prétend être son petit-fils disparu depuis des années, Amaterasu est bouleversée. Elle aimerait tellement le croire, mais comment savoir s’il dit la vérité ? 

Ce qu’elle sait c’est que sa fille et son petit-fils sont forcément morts le 9 août 1945, le jour où les Américains ont bombardé Nagasaki ; elle sait aussi qu’elle a fouillé sa ville en ruine à la recherche des siens pendant des semaines. Avec l’arrivée de cet homme, Amaterasu doit se replonger dans un passé douloureux dominé par le chagrin, la perte et le remord.

Elle qui a quitté son pays natal, le Japon, pour les États-Unis se remémore ce qu’elle a voulu oublier : son pays, sa jeunesse et sa relation compliquée avec sa fille. L’apparition de l’étranger sort Amaterasu de sa mélancolie et ouvre une boîte de Pandore d’où s’échappent les souvenirs qu’elle a laissé derrière elle …
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365691659
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 304
Format : 140 x 225 mm
Les Escales
En savoir plus

Ils en parlent

Un premier roman magnifiquement  construit qui ne tombe jamais dans l’absurde dans son exploration du chagrin et du remord quand il révèle des secrets de famille profondément enfouis, des liaisons destructrices et bien plus encore.
The New York Times

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • majero Posté le 16 Mars 2022
    Nagasaki, 9 août 1945, l'horreur que le couple Watanabe a fui aux Etats-Unis, la disparition de leur fille et de leur petit fils qu'ils s'efforcent d'oublier mais qui ressurgit avec l'arrivée d'un homme défiguré, de lettres d'un ex-amant, un journal intime gardé secret. Le ton m'a paru fort didactique, (les commentaires en tête de chapitre, la bombe, les expérimentations sur les prisonniers chinois), les protagonistes pas toujours crédibles puis on appréhende une construction bien foutue de l'intrigue, mais sans jamais approcher la poésie présente chez Aki Shimazaki. J'ai bien aimé le personnage de la geisha, étonnamment taquine et sure d'elle. Dans le contexte actuel de l'Ukraine, on est effaré des infractions aux lois de la guerre commises par les USA en s'attaquant aux civils.
  • PkJaimelire Posté le 13 Novembre 2021
    Coup de coeur. Ce roman m'a questionné sur beaucoup de points : les limites de protections envers nos enfants et notre avenir face aux dangers des avancés technologiques... Je suis sortie de cette lecture déroutée par sa puissance.... Une vague pour moi. J' ai également beaucoup aimé la définition de l'humilité page 196. Ce concept Japonais "kenkyo" résoudrait beaucoup de tensions inutiles dans notre société.
  • Plumes39 Posté le 18 Août 2021
    Après ce 9 août 1945. Ce jour où l'horreur s'abat sur le Japon. Ce jour où la bombe est lâchée. Ce jour où Pikadon leur a pris leur fille Yuko et leur petit-fils Hideo. Amaterasu Takahashi et son mari Kenzo quittent Nagasaki pour s'installer aux États-Unis. Près de 40 ans plus tard, Amaterasu veuve depuis 2 ans, ouvre sa porte à un homme défiguré. Cet homme se présente comme son petit-fils, Hideo, déclaré comme mort ce 9 août 1945 à l'âge de 7 ans. Elle n'y croit pas, ou ne veut pas y croire. Comment réagir ? Elles se replongent alors dans ce passé qu'elle voulait tant oublier. Dans ce passé d'avant Pikadon. Ce premier roman de Jackie Copleton est d'une force, d'une émotion et d'une douceur incroyable. Ce roman est divinement bien écrit. Magnifique. Encore un coup !!!
  • Souris_grignoteuse_de_livres Posté le 17 Août 2021
    De par sa construction, ce livre m'a intrigué... Il faut se plonger dedans pour bien suivre de quelle vie il est question. À chaque début de chapitre plane le doute de la personne concernée. Le sujet abordé est très bien traité sans jugement apparent. Certaines scènes me donnaient des frissons et m'ont mise mal à l'aise. C'était une bonne lecture dans l'ensemble, pour un roman qui ne faisait pas du tout parti de mon style de prédilection j'ai pris plaisir à suivre les personnages et me suis attachée à cette douceur qu'ils dégagent.
  • ArmelleD Posté le 10 Juillet 2021
    "Plus jamais ça ": les 3 derniers mots de cette œuvre, offerte par ma collègue Annabelle qui me connaît déjà fort bien. Ce roman nous conte l'histoire de Yuko, Kenzo, Sato, Amaterasu, Hideo...dans un contexte historique et culturel : Nagasaki le 9 août 1945, 3jours après Hiroshima. Une 2eme explosion..crime de guerre sans précédent..nous est décrite avec ses horreurs, ses souffrances, ses blessures physiques et psychiques mais aussi ses espoirs qu'elle livre. " La voix des vagues", c'est aussi, en début de chaque chapitre, la découverte du Japon, des japonais et de leur philosophie de vie, de leur rapport aux autres, aux choses, du rapport à soi-même.
Inscrivez-vous à la newsletter Les Escales
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !