Lisez! icon: Search engine

L'Absente

Julliard
EAN : 9782260029229
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 130 x 205 mm
L'Absente

Date de parution : 18/08/2016

Peu après son divorce, Augustin doit se séparer de sa maison. Bouleversé par le spectacle du déménagement, il s’enfuit en voiture avec pour tout bagage quelques photos, un ordinateur et ses deux vélos, puis se lance dans une course folle à la recherche d’un refuge, butant sur les personnes que...

Peu après son divorce, Augustin doit se séparer de sa maison. Bouleversé par le spectacle du déménagement, il s’enfuit en voiture avec pour tout bagage quelques photos, un ordinateur et ses deux vélos, puis se lance dans une course folle à la recherche d’un refuge, butant sur les personnes que le hasard place sur sa route – dont une femme qui le poursuit d’hôtel en hôtel. Revivrait-il le même effondrement psychique que sa mère, expulsée de son bel appartement de Neuilly un demi-siècle plus tôt ? Égaré, furieux et magnifique, Augustin entreprend alors de reconstituer l’histoire de cette femme qu’il a enterrée sans une larme. Au fil de ses rencontres, son regard sur elle commence à changer.
Mené à un train d’enfer, à la manière d’un extravagant road movie, L’Absente redessine l’univers inépuisable que Lionel Duroy explore livre après livre.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260029229
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 130 x 205 mm

Ils en parlent

« Alerte, brillante et furieuse, la plume de Duroy nous embarque dans la tourmente. »  
Frédérique Briard / Marianne

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • liberliber Posté le 15 Octobre 2019
    Dans « Le chagrin » (2010) qui retraçait plus de soixante années de la famille Dunoyer de Pranassac, Lionel Duroy s'était intéressé à la figure de Toto, le père, pour lequel, malgré tous ses manquements, il éprouvait une certaine tendresse. Il avait moins d'égards pour la mère, alias « la salope », mélange de Folcoche névrosée et d'Emma Bovary neurasthénique. Qu'est-ce qui le pousse alors, six ans plus tard, à essayer de comprendre cette femme, de percer les secrets de son comportement et le mystère de sa perpétuelle colère ? Probablement sa propre situation personnelle qui le rapproche de celle qu'il a tant aimé détester. Augustin, double fictionnel de l'auteur, vient de divorcer et doit se séparer de sa maison adorée (la mère, elle, avait dû quitter son appartement de Neuilly pour un HLM). Il embarque alors dans sa vieille Peugeot, ses deux vélos sur le toit, la « Traviata » interprétée par Maria Callas en fond sonore, ses affaires personnelles et de nombreuses photos figeant le passé à la recherche d'une nouvelle demeure où il pourra accueillir ses enfants. De la Bretagne à Verdun, où il fait de belles rencontres, il glisse finalement vers le Sud-Ouest à Cestas où sa génitrice a grandi. Le retour aux... Dans « Le chagrin » (2010) qui retraçait plus de soixante années de la famille Dunoyer de Pranassac, Lionel Duroy s'était intéressé à la figure de Toto, le père, pour lequel, malgré tous ses manquements, il éprouvait une certaine tendresse. Il avait moins d'égards pour la mère, alias « la salope », mélange de Folcoche névrosée et d'Emma Bovary neurasthénique. Qu'est-ce qui le pousse alors, six ans plus tard, à essayer de comprendre cette femme, de percer les secrets de son comportement et le mystère de sa perpétuelle colère ? Probablement sa propre situation personnelle qui le rapproche de celle qu'il a tant aimé détester. Augustin, double fictionnel de l'auteur, vient de divorcer et doit se séparer de sa maison adorée (la mère, elle, avait dû quitter son appartement de Neuilly pour un HLM). Il embarque alors dans sa vieille Peugeot, ses deux vélos sur le toit, la « Traviata » interprétée par Maria Callas en fond sonore, ses affaires personnelles et de nombreuses photos figeant le passé à la recherche d'une nouvelle demeure où il pourra accueillir ses enfants. De la Bretagne à Verdun, où il fait de belles rencontres, il glisse finalement vers le Sud-Ouest à Cestas où sa génitrice a grandi. Le retour aux origines va-t-il l'aider à sortir de sa dépression et à écrire un roman dont les personnages principaux seraient Suzanne et lui-même ? Comme une tentative de rapprochement entre la mère et le fils qu'il ne ménage pas. Celui-ci est tellement pathétique et pitoyable qu'il en est souvent drôle. Se délecter du malheur des autres est en effet l'une des activités préférées de l'humanité. Comme pour éloigner sa propre infortune... Lionel Duroy nous touche avec ce personnage paumé marqué par une enfance sans amour et deux mariages ratés et qui trouvera peut-être dans la littérature une forme de rédemption, une tranquillité et une acceptation de son identité familiale. Comme le rappelle son dernier roman « Nous étions nés pour être heureux », il aurait enfin trouvé une forme d'apaisement. EXTRAITS - Il a toujours su qu'il tenait le livre quand il en découvrait la première phrase, comme si les milliers de mots à venir se pressaient en elle. Mais quelle phrase pourrait contenir l'épais mystère de la mère ? - Ecrire te rendra inaccessible à la bêtise et à la cruauté du monde.
    Lire la suite
    En lire moins
  • SergeTailler Posté le 14 Octobre 2019
    Après "Le Chagrin", l'auteur revient sur les routes de France et porte sa mère au coeur de son roman et de ses investigations. Dans un long voyage au coeur de la famille de sa mère, il revient sur les terres faimiales de Suzanne, sa mère capricieuse et dépressive , et rassemble les pièces manquante de l'histoire tourmentée de sa mère. J'ai adoré Le Chagrin , la plume acérée et sensible de Duroy et l'Absente m'a replongé dans son histoire et son univers, auxquels il est impossible de rester insensible.
  • diablotin0 Posté le 27 Mars 2019
    Quel plaisir de retrouver la plume si sensible de Lionel Duroy. J’ai découvert cet auteur avec son merveilleux« Eugénia » et je viens de rencontrer dans l’absente une partie de la vie de l’auteur puisque c’est un livre « autobiographique ». Je n’ai pas lu les précédents, je découvre donc sa famille à travers « l’absente ». Et il y a beaucoup à dire !, sans doute comme dans beaucoup de familles, mais tout le monde n’a pas le talent de Lionel Duroy pour capter l’attention de lecteurs. Lionel Duroy sera Augustin dans ce livre et on comprend très vite que c’est un homme en quête, en recherche, il a besoin de comprendre ce qu’il vit et à travers toutes ces questions, qui était véritablement sa mère. Ce road movie révèle des secrets de famille et à travers eux, Augustin comprend mieux sa mère et va porter un regard beaucoup plus doux que celui qu’il porte sur elle au début de ce roman. Ce n’est pas un règlement de compte comme il y en a beaucoup en ce moment, non c’est bien plus subtile. On avance avec Augustin, homme blessé, à travers ses pages... Quel plaisir de retrouver la plume si sensible de Lionel Duroy. J’ai découvert cet auteur avec son merveilleux« Eugénia » et je viens de rencontrer dans l’absente une partie de la vie de l’auteur puisque c’est un livre « autobiographique ». Je n’ai pas lu les précédents, je découvre donc sa famille à travers « l’absente ». Et il y a beaucoup à dire !, sans doute comme dans beaucoup de familles, mais tout le monde n’a pas le talent de Lionel Duroy pour capter l’attention de lecteurs. Lionel Duroy sera Augustin dans ce livre et on comprend très vite que c’est un homme en quête, en recherche, il a besoin de comprendre ce qu’il vit et à travers toutes ces questions, qui était véritablement sa mère. Ce road movie révèle des secrets de famille et à travers eux, Augustin comprend mieux sa mère et va porter un regard beaucoup plus doux que celui qu’il porte sur elle au début de ce roman. Ce n’est pas un règlement de compte comme il y en a beaucoup en ce moment, non c’est bien plus subtile. On avance avec Augustin, homme blessé, à travers ses pages sans savoir exactement vers où on va mais c’est vraiment agréable que de le lire. Il a un talent indéniable pour nous parler de ses tourments intérieurs. On le sent fragile tout en étant parfois incisif et émouvant. J’adore , j‘ai vraiment aimé être à ses côtés et je comprends Sarah qui à succomber à cet homme.
    Lire la suite
    En lire moins
  • RanaZou Posté le 2 Novembre 2018
    Un ouvrage d'inspiration autobiographique empreint de souffrances que l'on partage avec l'auteur. Lionel Duroy est à la recherche de l'amour que sa mère ne lui a pas donné, ou n'a pas pu lui offrir, ou qu'il n'a pas su recevoir. Va-t-il y arriver ? Il m'a été quand même difficile de rentrer dans cet ouvrage au style particulier, voire décousu et peu fluide.
  • Christlbouquine Posté le 12 Juin 2018
    Un homme, Augustin, divorce et perd la maison dans laquelle il se sent en paix et où il a toujours pu écrire. A partir de là, sa vie prend une direction totalement imprévue dans une sorte de fuite éperdue pour retrouver sa sérénité, ses repères et un lieu pour se réfugier et poursuivre son travail d’écriture. A la recherche de la première phrase de son prochain roman dont son sujet sera sa mère, il part sur les routes, de Verdun à Bordeaux sur les traces de sa famille 🚘 🛣 Il ira même jusqu’à se faire embaucher, sous une fausse identité, dans le domaine familial bordelais. Durant cette fuite, remontent à la surface son enfance, la relation de haine qu’il entretenait avec sa mère et l’histoire de sa famille déchue. Augustin s’interroge, cherche à comprendre l’histoire de cette femme qu’il pense haïssable et qui a fait de lui l’homme et l’écrivain qu’il est devenu et qui raconte sa famille comme un exorcisme à ses chagrins et ses incompréhensions d’enfant. Un road-movie captivant et non dénué d’humour qui amène Augustin à rencontrer des personnages surprenants et à reconstituer la vie éparpillée de sa mère, victime (consentante ?) et bourreau d’un mari beau parleur et menteur... Un homme, Augustin, divorce et perd la maison dans laquelle il se sent en paix et où il a toujours pu écrire. A partir de là, sa vie prend une direction totalement imprévue dans une sorte de fuite éperdue pour retrouver sa sérénité, ses repères et un lieu pour se réfugier et poursuivre son travail d’écriture. A la recherche de la première phrase de son prochain roman dont son sujet sera sa mère, il part sur les routes, de Verdun à Bordeaux sur les traces de sa famille 🚘 🛣 Il ira même jusqu’à se faire embaucher, sous une fausse identité, dans le domaine familial bordelais. Durant cette fuite, remontent à la surface son enfance, la relation de haine qu’il entretenait avec sa mère et l’histoire de sa famille déchue. Augustin s’interroge, cherche à comprendre l’histoire de cette femme qu’il pense haïssable et qui a fait de lui l’homme et l’écrivain qu’il est devenu et qui raconte sa famille comme un exorcisme à ses chagrins et ses incompréhensions d’enfant. Un road-movie captivant et non dénué d’humour qui amène Augustin à rencontrer des personnages surprenants et à reconstituer la vie éparpillée de sa mère, victime (consentante ?) et bourreau d’un mari beau parleur et menteur qui les a conduit à la ruine, jusqu’à la révélation du secret familial fondateur de sa famille. Un excellent roman de Lionel Duroy
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.