Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782355847813
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 472
Format : 195 x 230 mm
L'Accident de chasse - Fauve d'or 2021
Julie Sibony (traduit par)
Date de parution : 27/08/2020
Éditeurs :
Sonatine

L'Accident de chasse - Fauve d'or 2021

,

Julie Sibony (traduit par)
Date de parution : 27/08/2020
Lauréat du Fauve d'Or d'Angoulême 2021 !
Chicago, 1959. Charlie Rizzo, qui vient de perdre sa mère, doit emménager avec son père aveugle. Pour le jeune garçon, l’histoire est limpide : Matt Rizzo a perdu la vue à... Chicago, 1959. Charlie Rizzo, qui vient de perdre sa mère, doit emménager avec son père aveugle. Pour le jeune garçon, l’histoire est limpide : Matt Rizzo a perdu la vue à la suite d’un accident de chasse, comme il le lui a toujours raconté. Mais le jour où un policier sonne... Chicago, 1959. Charlie Rizzo, qui vient de perdre sa mère, doit emménager avec son père aveugle. Pour le jeune garçon, l’histoire est limpide : Matt Rizzo a perdu la vue à la suite d’un accident de chasse, comme il le lui a toujours raconté. Mais le jour où un policier sonne à leur porte, Matt choisit de révéler à son fils la partie immergée de son passé, et la véritable raison de sa cécité : un vol à main armé qu’il a commis des années plus tôt, alors qu’il fréquentait la mafia de Chicago…
 
Roman graphique en noir et blanc à la puissance expressive sans pareille, tiré de faits réels, L’Accident de chasse est une ode bouleversante à la rédemption et aux pouvoirs sans limites de la littérature.
 
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355847813
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 472
Format : 195 x 230 mm

Ils en parlent

« Une œuvre remarquable de prose, de dessin et d’encre qui raconte un chapitre méconnu de la saga Leopold-Leob. »
GQ

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Titteuf Posté le 12 Avril 2022
    Voici un magnifique roman graphique. L’illustration est incroyable et nous plonge dans un univers ahurissant !!! J’ai beaucoup apprécié chaque détail. L’ensemble s’implique pleinement dans l’histoire. C’est très complémentaire du récit qui lui aussi est très touchant et émouvant. il y a des rebondissements inattendu. Tout n’est pas évident d’un premier abord mais c’est très bien mis en scène. Les citations de Dante peuvent néanmoins déstabilisées et j’aurai aimé découvrir davantage la vie du père juste après sa sortie de prison. Mais cet album ne pourra que me rester en mémoire tellement la force qu’il dégage est envoûtante.
  • ClarisseLectures Posté le 3 Mars 2022
    Un roman graphique superbe d’après une histoire vraie : alors que son fils risque la prison, M. Rizzo décide de lui raconter la vérité sur la cause de sa cécité. Le graphisme redouble la poésie du récit, Dante apparaît en filigrane comme un nouveau Virgile guidant le lecteur dans l’univers carcéral, un Inferno moderne que le dessin en noir et blanc exprime avec puissance.
  • isabelleisapure Posté le 27 Février 2022
    Dans ce roman graphique, Landis Blair et David L. Carlson nous racontent une histoire de rédemption aussi sombre que touchante. Alors que son fils est sur le fil du rasoir face à la délinquance et la prison, un homme décide de lui exposer son passé, la véritable façon dont il a perdu la vue, ses erreurs, ses mensonges qui l’ont mené à sa perte. Le récit est entremêlé de passage de « La Divine Comédie » de Dante. Je me suis laissée engloutir dans cette toile d’araignée, à moins que ce ne soit un puits sans fond qui se déploient page après page, pour mieux obséder le lecteur. « L’accident de chasse » m’a littéralement happée, tant par l’histoire que par l’élégance de ce noir, si noir que j’ai parfois eu envie d’en sortir. J’ai posé le livre pour mieux l’apprécier quelques heures plus tard. Une très belle découverte pour moi qui ne lis quasiment jamais de BD ni de romans graphiques.
  • Simoneenroute Posté le 22 Février 2022
    Bien plus que ce que je croyais. Des hachures incroyablement expressives, des noirs et blancs, des zones sombres dans des ombres et des lumières dans des blancs. Voilà un travail magnifique, pensé et abouti, qui place une forte présence des émotions, et des évènements. J'ai été intriguée de voir comment cette composition graphique et littéraire pouvait être aussi riche sans nous noyer. J'ai incontestablement appris sur Dante et toutes les références qui partent de son oeuvre. Les écrits de Matt Rizzo sont décodées grâce à l'ensemble de l'intrigue du roman mais pourrait tout aussi bien être lues à part. Les liens et les cassures sont aux bons endroits, les ombres noires, véritables personnages sont récurrentes et jalonnent tout du long, tapis. Un ensemble de symboles qui plane. Tant de contenus qui partent d'un souvenir cruel de Chicago en 1924. L'accident de chasse est vraiment un grand tout: un support pour nous parler de miséricorde et de rédemption, de l'accès à la liberté. De la voie vers la paix de l'esprit, de la reconstruction d'un homme et de la quête d'identité d'un fils. De ses faux pas dans les pas de son père. Quand à la page 18, qui m'avait... Bien plus que ce que je croyais. Des hachures incroyablement expressives, des noirs et blancs, des zones sombres dans des ombres et des lumières dans des blancs. Voilà un travail magnifique, pensé et abouti, qui place une forte présence des émotions, et des évènements. J'ai été intriguée de voir comment cette composition graphique et littéraire pouvait être aussi riche sans nous noyer. J'ai incontestablement appris sur Dante et toutes les références qui partent de son oeuvre. Les écrits de Matt Rizzo sont décodées grâce à l'ensemble de l'intrigue du roman mais pourrait tout aussi bien être lues à part. Les liens et les cassures sont aux bons endroits, les ombres noires, véritables personnages sont récurrentes et jalonnent tout du long, tapis. Un ensemble de symboles qui plane. Tant de contenus qui partent d'un souvenir cruel de Chicago en 1924. L'accident de chasse est vraiment un grand tout: un support pour nous parler de miséricorde et de rédemption, de l'accès à la liberté. De la voie vers la paix de l'esprit, de la reconstruction d'un homme et de la quête d'identité d'un fils. De ses faux pas dans les pas de son père. Quand à la page 18, qui m'avait demandé un long moment d'observation, je la redécouvre avec les cinquante dernières pages. Toute une vie qui se révèle durant toute la vie d'un fils. C'est bien plus que ce que je croyais.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lebelier Posté le 9 Février 2022
    Titre original : The Hunting Accident: a True Story of Crime and Poetry. Charlie Rizzo retrouve son père Matt à Chicago après la mort de sa mère. Matt est devenu aveugle à la suite- dit-il à son fils- d'un "accident de chasse", un jeu stupide entre trois copains qui jouaient à se faire peur. Tandis que Charlie alors enfant et adolescent, fait tout plaire à un père qu'il admire (claquettes, violoncelle…), il s'aperçoit que celui-ci ne lui dit pas la vérité. Dès lors, Charlie perd la confiance de ce père menteur et se met à fréquenter des individus peu recommandables. Pour s'amender, Matt raconte cette partie de sa vie à son fils, son passé de prisonnier aveugle, la dureté du système pénitentiaire du "chacun pour soi" où un aveugle est plus que spolié et exploité. En parallèle, c'est cette descente dans "l'Enfer" de Dante qui a permis à Matt de découvrir la littérature grâce à son codétenu cultivé, d'extraction bourgeoise qui paie l'assassinat absurde d'un garçon de 14 ans en 1924 avec son complice, Loeb qui se suicide en prison. Le survivant et codétenu de Matt s'appelle Nathan Léopold. Sa famille est riche. Féru de littérature, l'assassinat du jeune homme qu'ils ont... Titre original : The Hunting Accident: a True Story of Crime and Poetry. Charlie Rizzo retrouve son père Matt à Chicago après la mort de sa mère. Matt est devenu aveugle à la suite- dit-il à son fils- d'un "accident de chasse", un jeu stupide entre trois copains qui jouaient à se faire peur. Tandis que Charlie alors enfant et adolescent, fait tout plaire à un père qu'il admire (claquettes, violoncelle…), il s'aperçoit que celui-ci ne lui dit pas la vérité. Dès lors, Charlie perd la confiance de ce père menteur et se met à fréquenter des individus peu recommandables. Pour s'amender, Matt raconte cette partie de sa vie à son fils, son passé de prisonnier aveugle, la dureté du système pénitentiaire du "chacun pour soi" où un aveugle est plus que spolié et exploité. En parallèle, c'est cette descente dans "l'Enfer" de Dante qui a permis à Matt de découvrir la littérature grâce à son codétenu cultivé, d'extraction bourgeoise qui paie l'assassinat absurde d'un garçon de 14 ans en 1924 avec son complice, Loeb qui se suicide en prison. Le survivant et codétenu de Matt s'appelle Nathan Léopold. Sa famille est riche. Féru de littérature, l'assassinat du jeune homme qu'ils ont perpétré avec Loeb n'était, selon lui, qu'un acte nietzschéen mal interprété.. Nathan devient le mentor de Matt aveugle. Doué pour les langues -il en sait quatorze- il apprend le braille et finit par l'enseigner à Matt qui, réticent au début, se reconnaît dans Dante. Ensemble, ils vont essayer d'enseigner les grands auteurs aux autres détenus, souvent avec difficulté. Il faut que ceux-ci s'y reconnaissent sinon ils n'en voient pas l'intérêt. Aussi Nathan et Matt montent-ils un théâtre d'ombres chinoises sur la Divine Comédie qui obtient un franc succès. Les idées suicidaires de Matt ( sauter du dernier étage de la prison) s'estompent car la littérature (Poe, Whitman, Keats, Emerson…) et notamment la poésie (d'où le titre original) lui sont une révélation. Quand il retrouve son fils plus tard, il est en train d'écrire un livre sur Dante, le tapant en braille et fumant, comme à son habitude, cigarette sur cigarette. le récit est d'ailleurs entrecoupé de passages du livre de Matt, poncifs philosophiques qui mettent sa propre vie en miroir et qui sont, à juste titre, refusés par les éditeurs. C'est d'ailleurs très indigeste et pénible à lire. L'ensemble est une recherche de l'auteur (David L. Carson) qui s'est inspiré, ainsi qu'il le présente à la fin, d'une histoire vraie et a recollé les morceaux qui manquaient en les imaginant. C'est très référencé et effectivement très romanesque. Le graphisme de Landis Blair en noir et blanc tout en hachures, se joue des lois de la perspective en s'amusant à grossir et rapetisser les personnages à l'envi selon leur interprétation de la réalité, leurs rapports dominants/dominés. de même, il sait traduire les cauchemars des cercles de "l'Enfer" de Dante dans l'esprit de Matt, l'aveugle, images qui lui viennent du monde extérieur et de la littérature. Un roman graphique prenant et un prix d'Angoulême largement mérité tant pour le scénario que le graphisme très osé, très moderne mais nullement déroutant.
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions

Lisez maintenant, tout de suite !