Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355847813
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 472
Format : 195 x 230 mm

L'Accident de chasse

,

Julie SIBONY (Traducteur)
Date de parution : 27/08/2020
La seule prison est celle de ton esprit.
 
Chicago, 1959. Charlie Rizzo, qui vient de perdre sa mère, doit emménager avec son père aveugle. Pour le jeune garçon, l’histoire est limpide : Matt Rizzo a perdu la vue à la suite d’un accident de chasse, comme il le lui a toujours raconté. Mais le jour où un policier sonne... Chicago, 1959. Charlie Rizzo, qui vient de perdre sa mère, doit emménager avec son père aveugle. Pour le jeune garçon, l’histoire est limpide : Matt Rizzo a perdu la vue à la suite d’un accident de chasse, comme il le lui a toujours raconté. Mais le jour où un policier sonne à leur porte, Matt choisit de révéler à son fils la partie immergée de son passé, et la véritable raison de sa cécité : un vol à main armé qu’il a commis des années plus tôt, alors qu’il fréquentait la mafia de Chicago…
 
Roman graphique en noir et blanc à la puissance expressive sans pareille, tiré de faits réels, L’Accident de chasse est une ode bouleversante à la rédemption et aux pouvoirs sans limites de la littérature.
 
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355847813
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 472
Format : 195 x 230 mm

Ils en parlent

« Une œuvre remarquable de prose, de dessin et d’encre qui raconte un chapitre méconnu de la saga Leopold-Leob. »
GQ

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MassLunar Posté le 30 Mai 2021
    Dernier Fauve d'Or d'Angoulème, L'Accident de Chasse est un roman graphique hors-norme, volumineux , en noir et blanc et un dessin impactant aux mille-et-une hachures. Angoulème semble avoir une propension pour ce type de bande dessinée qui privilégié aussi bien une forme artistique très "manuelle" qu'un fond d'histoire impactant entre fantasme et réalité comme en témoigne le précédent fauve d'or : Moi ce que j'aime, c'est les montres d'Emil Ferris... L'Accident de Chasse est le fruit d'un labeur concocté par le scénariste David L.Carson qui signe ici son premier livre, son premier scénario greffé au dessin noir et blanc d'un certain Landis Blair, un illustrateur indépendant qui avait notamment officié dans l'horreur et le macabre. L'Accident de chasse est la première œuvre publiée en France de Landis Blair. Ce roman graphique est indéniablement porteur d'une force inouïe quand à sa narration, quand à la puissance émotionnelle de son intrigue qui combine aussi l'intimité d'une famille brisée, l'éloge de la littérature et de la vérité des poètes ou tout simplement le parcours tiré de la réalité d'un homme qui a décidé de sortir de son Enfer. Un roman graphique dont chaque page est illustré avec orfèvre par Landis Blair à la plume... Dernier Fauve d'Or d'Angoulème, L'Accident de Chasse est un roman graphique hors-norme, volumineux , en noir et blanc et un dessin impactant aux mille-et-une hachures. Angoulème semble avoir une propension pour ce type de bande dessinée qui privilégié aussi bien une forme artistique très "manuelle" qu'un fond d'histoire impactant entre fantasme et réalité comme en témoigne le précédent fauve d'or : Moi ce que j'aime, c'est les montres d'Emil Ferris... L'Accident de Chasse est le fruit d'un labeur concocté par le scénariste David L.Carson qui signe ici son premier livre, son premier scénario greffé au dessin noir et blanc d'un certain Landis Blair, un illustrateur indépendant qui avait notamment officié dans l'horreur et le macabre. L'Accident de chasse est la première œuvre publiée en France de Landis Blair. Ce roman graphique est indéniablement porteur d'une force inouïe quand à sa narration, quand à la puissance émotionnelle de son intrigue qui combine aussi l'intimité d'une famille brisée, l'éloge de la littérature et de la vérité des poètes ou tout simplement le parcours tiré de la réalité d'un homme qui a décidé de sortir de son Enfer. Un roman graphique dont chaque page est illustré avec orfèvre par Landis Blair à la plume et à l'encre. Juste pour vous rendre compte de l'ardeur de ce travail qui entoure aussi bien le détail, l'encrage, la finesse des traits, je vous recommande de voir les time lapse du dessin de Mr.Blair sur Youtube. Un travail titanesque qui aura duré près de trois ans ! C'est difficile de résumé en quelques mots L'Accident de chasse, c'est un titre tellement dense et tellement généreux dans son approche. En partant d'un univers graphique assez austère, celui suggéré par le noir et blanc, les auteurs nous entrainent dans un bd incroyablement mouvementée , jamais rectiligne , dans laquelle chaque planche peut illustrer le mouvement d'une musique, l'envoutement d'une lecture en braille, la profondeur d'un encrage qui peut relever la présence d'un monstre fantomatique, la noirceur d'une fumée de cigarette qui donne vie à la parole de Rizzo. Mouvement par les onomatopées très présents ou encore par un sens de lecture plurielle qui fait que notre regard sur la bd n'est jamais linéaire, jamais dirigé. Notre oeil danse devant les planches de L'Accident de Chasse. Pour autant, objectivement, il faut bien avouer que ce dur labeur ne plaira pas peut-être pas à un large public, du moins, peut le rebuter dans des premières pages qui sont tout de mêmes assez austères. Nous avons l'impression de rentrer dans un monde très renfermé comme si il voulait refléter l'enfermement de cet homme aveugle qui vit seul avec son fils dans les recoins d'un appartement à Chicago. Le début est un peu difficile d'accès, un peu étouffant avant que la vérité sur cet "accident" de chasse donne plus de rythme à ce récit. Peu à peu, on plonge dans cet Enfer de Matt Rizzo , qui, grâce à l'aide d'un autre prisonnier finit par trouver une porte de sortie grâce à littérature. On se laisse happer par la puissance de cette intrigue, de cette histoire vraie à laquelle on a insufflé un brin d'imaginaire ou comme cela est dit dans le livre, la "vérité des poètes". L'Accident de Chasse est un roman graphique qui donne, à travers la vie de Matt Rizzo, un formidable élan à la poésie, à la prose, à la littérature en général même si parfois c'est un peu trop dense et que les séances de lectures entre le père et le fils se révèlent un peu trop soutenus même si elles sont assez significatives dans cette ode à la littérature. L'audace de ce roman, c'est de montrer comment la poésie peut arriver à sauver de l'univers carcérale : une autre facette de ce roman graphique qui nous parle de prison. Une prison comparée de manière allégorique à L'Enfer de Dante où chaque étage représente l'un des neuf cercles de l'Enfer. Encore une fois, la littérature est sublimée dans ce titre et elle est même partagée comme le montre l'enseignement de la poésie aux prisonniers et le lien puissant entre Matt Rizzo et le prisonnier Nathan Leopold. Ce dernier avait défrayé la chronique pour un horrible meurtre à Chicago dans les années 20. Pourtant, il va être celui qui va aider Rizzo à se rattacher à la vie malgré les pulsions suicidaires de cet homme fraichement aveugle lors de son entrée en prison. Une relation tout simplement intense autour de la rédemption. L'Accident de Chasse est aussi un remarquable récit carcéral comme on en voit peu dans le monde de la bande dessinée. Le fauve d'or est plutôt mérité pour cette bd même si ce n'est pas un titre facilement accessible. L'Accident de chasse peut séduire avant tout les lectrices et lecteurs de récits denses et appuyés, de fans assidues du noir et blanc. C'est un roman graphique qui peut vous coller une bonne trempe mais il faut d'abord lui tendre sa joue et prêter une oreille attentive à ce vaillant poète que fut Matt Rizzo.
    Lire la suite
    En lire moins
  • CamLG Posté le 20 Mai 2021
    Avalanche de prix méritée pour L'accident de chasse, une bande dessinée exceptionnelle, inspirée de personnes réelles et de leurs histoires aussi singulières que bouleversantes. Une saga familiale, littéraire et philosophique si foisonnante qu'elle aurait pu donner naissance à un roman. C'était sans compter sur David L. Carlson et son cheminement bien inspiré aux côtés de Bobette Buster et Landis Blair qui, à histoire extraordinaire, ont pu/su donner une forme tout aussi géniale ! Le crayonné hachuré en noir et blanc, les doubles pages somptueuses, l'évolution narrative et le découpage en chapitres … Tant de choses qui dégagent une atmosphère mystérieuse de thriller ou de roman noir. On pense également à des chefs d'œuvres du cinéma tels que « Stand by me », « La ligne verte » ou encore « Mean street ». Mais non, tout cela est bien la vérité. Enfin… la « vérité de l'imagination » qui, pour David Carlson et Matt Rizzo dont il nous conte la vie, est tout « aussi authentique que n'importe quel fait descriptible ». J'ai mis plusieurs jours à terminer L'accident de chasse, tout comme j'avais pris mon temps pour lire Moi, ce que j'aime, c'est les monstres (et dont j'attends la suite avec impatience... Avalanche de prix méritée pour L'accident de chasse, une bande dessinée exceptionnelle, inspirée de personnes réelles et de leurs histoires aussi singulières que bouleversantes. Une saga familiale, littéraire et philosophique si foisonnante qu'elle aurait pu donner naissance à un roman. C'était sans compter sur David L. Carlson et son cheminement bien inspiré aux côtés de Bobette Buster et Landis Blair qui, à histoire extraordinaire, ont pu/su donner une forme tout aussi géniale ! Le crayonné hachuré en noir et blanc, les doubles pages somptueuses, l'évolution narrative et le découpage en chapitres … Tant de choses qui dégagent une atmosphère mystérieuse de thriller ou de roman noir. On pense également à des chefs d'œuvres du cinéma tels que « Stand by me », « La ligne verte » ou encore « Mean street ». Mais non, tout cela est bien la vérité. Enfin… la « vérité de l'imagination » qui, pour David Carlson et Matt Rizzo dont il nous conte la vie, est tout « aussi authentique que n'importe quel fait descriptible ». J'ai mis plusieurs jours à terminer L'accident de chasse, tout comme j'avais pris mon temps pour lire Moi, ce que j'aime, c'est les monstres (et dont j'attends la suite avec impatience !!!). Même si ces histoires sont différentes, ce sont deux œuvres qui m'ont époustouflée et dont je conseille la lecture à tous !
    Lire la suite
    En lire moins
  • beatriceferon Posté le 19 Mai 2021
    1959. Après la mort de sa mère, le petit Charlie Rizzo est obligé de quitter la Californie pour rejoindre son père à Chicago sous la neige. Histoire de faire un peu mieux connaissance, il lui demande ce qui a causé sa cécité. Alors, Matt lui raconte l'accident de chasse. A dix-huit ans, grâce à l'héritage maternel, Charlie s'achète la voiture de ses rêves. Il commence à fréquenter les mauvaises personnes. La prison se profile à l'horizon. Pour la lui éviter, son père va lui avouer la vérité et lui narrer les années terribles qu'il a vécues. J'avais déjà beaucoup entendu parler de ce roman graphique, lauréat de prix prestigieux. L'épaisseur du volume et la dominante noire des illustrations m'ont fait reculer. J'ai eu peur d'acheter un livre aussi coûteux qui risquait de ne pas me plaire. Heureusement, j'ai pu l'emprunter. Il m'a fallu du temps pour en venir à bout, car ce n'est pas une histoire facile. Je ne sais pas combien d'heures (des centaines) il a fallu à Landis Blair pour boucler les quatre cent cinquante pages du volume, entièrement réalisées à la plume, avec de petits traits qui s'entrecroisent parfois jusqu'à former un noir intense, mais c'est certainement un... 1959. Après la mort de sa mère, le petit Charlie Rizzo est obligé de quitter la Californie pour rejoindre son père à Chicago sous la neige. Histoire de faire un peu mieux connaissance, il lui demande ce qui a causé sa cécité. Alors, Matt lui raconte l'accident de chasse. A dix-huit ans, grâce à l'héritage maternel, Charlie s'achète la voiture de ses rêves. Il commence à fréquenter les mauvaises personnes. La prison se profile à l'horizon. Pour la lui éviter, son père va lui avouer la vérité et lui narrer les années terribles qu'il a vécues. J'avais déjà beaucoup entendu parler de ce roman graphique, lauréat de prix prestigieux. L'épaisseur du volume et la dominante noire des illustrations m'ont fait reculer. J'ai eu peur d'acheter un livre aussi coûteux qui risquait de ne pas me plaire. Heureusement, j'ai pu l'emprunter. Il m'a fallu du temps pour en venir à bout, car ce n'est pas une histoire facile. Je ne sais pas combien d'heures (des centaines) il a fallu à Landis Blair pour boucler les quatre cent cinquante pages du volume, entièrement réalisées à la plume, avec de petits traits qui s'entrecroisent parfois jusqu'à former un noir intense, mais c'est certainement un travail titanesque. Je n'ai jamais vu quelque chose d'aussi original. Des sortes de fantômes représentent les peurs des personnages. Matt écrit des livres sur sa machine spéciale. Des rubans de braille en sortent et parfois s'entremêlent en spirales avec des notes qui s'échappent du phonographe. Le monde de l'aveugle est constitué principalement de sons. Une foule d'onomatopées, parfois gigantesques, envahissent l'espace. Charlie aide son père. Il relit à voix haute des passages entiers de sa production. Ils apparaissent en blanc sur fond noir, tandis que père et fils ne sont que des silhouettes entourées de l'écriture formée de points. Si un des thèmes principaux est la relation père-fils, il s'agit aussi d'un roman d'apprentissage. En écoutant l'histoire de son père, Charlie va pouvoir se forger une personnalité. Dans les dernières pages, on le verra en accéléré grandir, puis vieillir. Mais Matt aussi va évoluer. Incarcéré très jeune, juste après avoir perdu la vue, il ne sait pas ce que la vie pourrait encore lui apporter. Il est incapable de se déplacer seul. Les autres détenus profitent de son handicap pour lui dérober sa nourriture. Il n'a qu'une seule idée en tête : pouvoir monter au dernier étage du bâtiment pour se jeter dans le vide. Pour ajouter à sa détresse, on le place dans la cellule du prisonnier le plus dangereux, Nathan Léopold, un tueur froid et cynique, dont le crime atroce a défrayé la chronique et hanté les cauchemars de Matt. Mais il s'avère que l'homme est aussi un intellectuel cultivé, qui connaît de nombreuses langues et passe son temps à lire. Il apprend même le braille pour transmettre ses connaissances à Matt et lui fait découvrir Dante, Homère, Virgile, Platon. En parcourant les neuf cercles de l'Enfer, Matt échappe aux murs qui l'enferment. En apprenant qu'il y a aussi un Purgatoire et un Paradis, il retrouve le goût de la vie. Je considère ce volume comme un vrai chef d’œuvre qu'il faut prendre le temps de parcourir, pour bien en profiter et bien le comprendre. Il est vraiment hors norme et chaque planche est hors du commun, truffée de trouvailles. Ce fut pour moi une très intéressante découverte et je suis contente de l'avoir faite. Merci à ma sœur Dominique qui a eu la gentillesse de me le prêter.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Anonym83 Posté le 17 Mai 2021
    On entre dans le livre par le graphisme, dense, très maitrisé et incroyablement technique. Des pages en noir et blanc pleines de hachures en tout sens pour donner corps et matière aux personnages et aux récits. Le résultat est remarquable, texturé et donne un certain volume à l’ensemble si tant est que le poids de l’ouvrage ne l’est pas encore fait. Puis, une fois le choc des images passées, vient le récit en lui même, une formidable histoire sur le pouvoir des mots et de l’éducation, sur ce que la littérature peut apporter à chacun et comment elle peut nous hisser. Comment aussi on y retrouve toujours, et malgré les siècles passées parfois, des histoires semblables à notre présent. On pourrait se noyer dans cette histoire dans l’histoire, dans ce récit du passé que mène le père pour expliquer à son fils le sens de la vérité mais la narration se révèle particulièrement intelligente en ne perdant jamais de vue l’importance du lien entre ce père et ce fils et comment ils se retrouvent au moment où tout aurait pu les séparer. Au final, cette histoire inspirée de faits réels, plus qu’une leçon de vie évoquant la rédemption et l’importance... On entre dans le livre par le graphisme, dense, très maitrisé et incroyablement technique. Des pages en noir et blanc pleines de hachures en tout sens pour donner corps et matière aux personnages et aux récits. Le résultat est remarquable, texturé et donne un certain volume à l’ensemble si tant est que le poids de l’ouvrage ne l’est pas encore fait. Puis, une fois le choc des images passées, vient le récit en lui même, une formidable histoire sur le pouvoir des mots et de l’éducation, sur ce que la littérature peut apporter à chacun et comment elle peut nous hisser. Comment aussi on y retrouve toujours, et malgré les siècles passées parfois, des histoires semblables à notre présent. On pourrait se noyer dans cette histoire dans l’histoire, dans ce récit du passé que mène le père pour expliquer à son fils le sens de la vérité mais la narration se révèle particulièrement intelligente en ne perdant jamais de vue l’importance du lien entre ce père et ce fils et comment ils se retrouvent au moment où tout aurait pu les séparer. Au final, cette histoire inspirée de faits réels, plus qu’une leçon de vie évoquant la rédemption et l’importance de l’éducation, nous parle aussi d’une bataille pour faire reconnaître les mérites d’un homme simple et qui n’a pas eu besoin d’école pour apprendre et se passionner.
    Lire la suite
    En lire moins
  • CelinePointAlaLigne Posté le 12 Mai 2021
    👁#8205;🗨 - L’accident de chasse en lui-même est une version de l’histoire vraie de Matt Rizzo. Ou un angle. Un seul. L’histoire de Matt Rizzo, c’est Charlie, son fils, qui la raconte un jour à David L. Carlson qui, devant son attrait romanesque, décide d’en faire son premier livre et, a l'idée de génie de le faire illustrer par Landis Blair. Bref, le fruit de tout ça vous l’avez là. 450 pages d’un roman graphique époustouflant. • Les + : ➕ Les illustrations. 450 planches en noir et blanc et un jeu incroyable avec les perspectives. Certaines vignettes occupent toute une page voire une double page et sont vraiment vertigineuses. Quelques exemples en slide de ce post. ➕ Un roman graphique sonore. Le personnage principal est aveugle, un comble dans un roman graphique ! Et pourtant, l’univers sonore, seul environnement accessible à Matt Rizzo, est superbement rendu. Les bruits du quotidien en sont dessinés et cela laisse entrevoir le côté indispensable de ce sens lorsque celui de la vue n’est plus fonctionnel. ➕ La vérité de l’imagination. Bien au-delà des faits qui ont jalonné la vie de Matt Rizzo puis de leurs impacts sur sa relation avec son fils Charlie, ce roman graphique pose des questions d’ordre plus philosophique.... 👁#8205;🗨 - L’accident de chasse en lui-même est une version de l’histoire vraie de Matt Rizzo. Ou un angle. Un seul. L’histoire de Matt Rizzo, c’est Charlie, son fils, qui la raconte un jour à David L. Carlson qui, devant son attrait romanesque, décide d’en faire son premier livre et, a l'idée de génie de le faire illustrer par Landis Blair. Bref, le fruit de tout ça vous l’avez là. 450 pages d’un roman graphique époustouflant. • Les + : ➕ Les illustrations. 450 planches en noir et blanc et un jeu incroyable avec les perspectives. Certaines vignettes occupent toute une page voire une double page et sont vraiment vertigineuses. Quelques exemples en slide de ce post. ➕ Un roman graphique sonore. Le personnage principal est aveugle, un comble dans un roman graphique ! Et pourtant, l’univers sonore, seul environnement accessible à Matt Rizzo, est superbement rendu. Les bruits du quotidien en sont dessinés et cela laisse entrevoir le côté indispensable de ce sens lorsque celui de la vue n’est plus fonctionnel. ➕ La vérité de l’imagination. Bien au-delà des faits qui ont jalonné la vie de Matt Rizzo puis de leurs impacts sur sa relation avec son fils Charlie, ce roman graphique pose des questions d’ordre plus philosophique. Rizzo aura à cœur de prouver que la vue de l’esprit, réel espace de liberté, est plus importante que la vue des yeux qui se laisse si facilement berner par l’illusion. Keats, Platon, Dante, le langage secret des poètes sont ainsi évoqués pour la démonstration. Et cela fonctionne. Le mensonge est relégué au rang de “vérité de l’imagination”. • Les - : ➖ Le rythme. J’ai mis un peu de temps à entrer dans l’histoire. Celle-ci ne commençant à mon sens qu’après le 1er tiers de l'œuvre. Heureusement, il en reste encore beaucoup une fois emportée ! * 🔝 En synthèse, une œuvre, récit allégorique, absolument fascinante.
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !

Lisez maintenant, tout de suite !