Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355846724
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 384
Format : 140 x 220 mm

La Mort selon Turner

BENJAMIN LEGRAND (Traducteur)
Date de parution : 11/10/2018
Après La Religion et Les Douze Enfants de Paris, le nouvel opéra noir de Tim Willocks.
Lors d’un week-end arrosé au Cap, un jeune et riche Afrikaner renverse en voiture une jeune Noire sans logis qui erre dans la rue. Ni lui ni ses amis ne préviennent les secours alors que la victime agonise. La mère du chauffeur, Margot Le Roux, femme puissante qui règne sur... Lors d’un week-end arrosé au Cap, un jeune et riche Afrikaner renverse en voiture une jeune Noire sans logis qui erre dans la rue. Ni lui ni ses amis ne préviennent les secours alors que la victime agonise. La mère du chauffeur, Margot Le Roux, femme puissante qui règne sur les mines du Northern Cape, décide de couvrir son fils. Pourquoi compromettre une carrière qui s’annonce brillante à cause d’une pauvresse ? Dans un pays où la corruption règne à tous les étages, tout le monde s’en fout. Tout le monde, sauf Turner, un flic noir des Homicides. Lorsqu’il arrive sur le territoire des Le Roux, une région aride et désertique, la confrontation va être terrible, entre cet homme déterminé à faire la justice, à tout prix, et cette femme décidée à protéger son fils, à tout prix.
 
Le fauve Willocks est à nouveau lâché ! Délaissant le roman historique, il nous donne ici un véritable opéra noir, aussi puissant qu’hypnotique. On retrouve dans ce tableau au couteau de l’Afrique du Sud tout le souffle et l’ampleur du romancier, allié à une exceptionnelle force d’empathie. Loin de tout manichéisme, il nous fait profiter d’une rare proximité avec ses personnages, illustrant de la sorte la fameuse phrase de Jean Renoir : « Sur cette Terre, il y a quelque chose d'effroyable, c'est que tout le monde a ses raisons. »
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355846724
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 384
Format : 140 x 220 mm
Sonatine

Ils en parlent

"Le nouveau Tim Willocks est une tuerie. Dans tous les sens du terme."
Antoine de Caunes

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Courrielle Posté le 16 Mai 2020
    Un très bon thriller. Je ne sais pas si c’est la vérité sur l’Afrique du Sud que raconte l’auteur. Une corruption maximale, notamment policière , un pays où aucune justice n’est possible et où des meurtres atroces sont commis quotidiennement sans que les coupables, les très riches blancs, soient poursuivis mais malgré toutes ces horreurs, le roman se lit sans temps mort. Bien sûr , il y a Turner, (noir aux yeux verts !), le justicier par excellence , ce n’est pas un super homme, c’est Superman ++. Ça fait un peu sourire mais on pardonne cette facilité car le roman est vraiment prenant. J’avais déjà lu « La Religion » de Tom Willocks. C’est un bon.
  • Fiz Posté le 1 Mai 2020
    j'ai beaucoup aimé ce polar par son originalité. D'abord il se déroule dans l'Afrique su Sud post apartheid. Ensuite, une enquête est lancée par le policier Noir Turner, au sein d'une famille de grands propriétaires Blancs. Turner est un jusqu'au-boutiste, son job est de faire respecter la justice, il ne peut en être autrement. Il y a en fond du polar, des relents d'Apartheid. c'est un roman que l'on ne peut laisser en cours de lecture. sauf qu'il y a une passage un peu dur à "avaler" qui ne peut être écrit que par un médecin. C'est justement le métier premier de T.Willock, et là, bien sur .....on comprend tout !.....
  • KRYSALINE555 Posté le 29 Avril 2020
    Tarantino pourrait en faire un film (pour moi, c’est un compliment car je suis une fana inconditionnelle de ce cinéaste) !! j’ai « visualisé » le truc parfaitement, dans la veine des Kill Bill, les huit salopards et de ses autres films où la violence à outrance est telle qu’on fini par en pleurer de rire tellement c’est « trop » et c’est « énorme » (Cf. la scène dans le désert de Kalahari) …alors même qu’il n’y a absolument pas matière à rire !!! Ce roman m’a fait exactement cet effet là et si je pouvais luis attribuer un 6/5, je le ferais sans hésiter ! Et inutile de préciser (mais je le dis quand même 😊) que je vais me ruer sur ses autres romans. Et plutôt deux fois qu’une ! Ici, on a affaire à une histoire de justicier à l’ancienne, comme un western à la Bronson… (oui, je sais « Bronson » ça ne parle plus à personne… Lol !) disons plutôt, à la Clint Eastwood ou encore à la Jason bourne pour les plus jeune. Un héros, un vrai, un dur de dur ! Une véritable machine de guerre, un vrai chien d’arrêt qui ne lâche... Tarantino pourrait en faire un film (pour moi, c’est un compliment car je suis une fana inconditionnelle de ce cinéaste) !! j’ai « visualisé » le truc parfaitement, dans la veine des Kill Bill, les huit salopards et de ses autres films où la violence à outrance est telle qu’on fini par en pleurer de rire tellement c’est « trop » et c’est « énorme » (Cf. la scène dans le désert de Kalahari) …alors même qu’il n’y a absolument pas matière à rire !!! Ce roman m’a fait exactement cet effet là et si je pouvais luis attribuer un 6/5, je le ferais sans hésiter ! Et inutile de préciser (mais je le dis quand même 😊) que je vais me ruer sur ses autres romans. Et plutôt deux fois qu’une ! Ici, on a affaire à une histoire de justicier à l’ancienne, comme un western à la Bronson… (oui, je sais « Bronson » ça ne parle plus à personne… Lol !) disons plutôt, à la Clint Eastwood ou encore à la Jason bourne pour les plus jeune. Un héros, un vrai, un dur de dur ! Une véritable machine de guerre, un vrai chien d’arrêt qui ne lâche pas le morceau. Jamais… Car, on va vite constater que Turner à son propre code de l’honneur et un sens de la justice sur développé. Rien, absolument rien, ne l’arrête pour obtenir justice, même s’il s’agit là d’une pauvre noire laissée pour compte et surtout laissée pour morte par un très riche blanc complètement bourré et qui va se débiner comme un lâche, alors que la jeune femme n’est pas encore morte. Délit de fuite alors qu’il aurait pu appeler les secours, mais non, que vaut la vie d’un noir en Afrique du Sud ? Surtout qui s’en soucie ? Enfin, on apprend aussi que ce n’est pas vraiment ce jeune là qui décide de ne pas appeler les secours, parce que tellement ivre qu’il ne se souvient de rien. Alors ce sont plutôt tous ceux qui l’accompagnaient (ou presque) qui vont le décider pour lui. Pour « protéger » ce jeune fils à Maman de sa bêtise… Pauvre petit jeune riche ! Manque de bol pour eux (ou tant mieux pour la vérité) c’est Turner qui va « hériter » de cette affaire… Et Turner, ben c’est Turner… Et il va devenir leur pire cauchemar car ils vont découvrir à leurs dépens que Turner ne s’achète pas. En fait Turner est craint comme la peste, surtout par ses supérieurs car c’est un vrai bon flic, ce qui implique qu’il fait « le job » comme il faut, pour la justice, pour la conception d’un idéal et ce jusqu’au bout quel qu’en soit le prix. Il ne distordra pas la vérité pour la faire coller aux aspirations de tous les corrompus de la terre. On notera au passage que la psychologie de chaque personnage est travaillée et chacune de leur action est sous-tendue par des raisons complexes. L’auteur ayant été psychiatre, on reconnait la « patte du médecin » dans la construction complexe des personnages. Aucun n’est tout « blanc », ni tout « noir » (sans mauvais jeux de mots). Il y a d’infinies nuances de gris entre les deux… Bon – méchant, riches – pauvres, blancs – noirs… L’éternelle trilogie…malheureusement. Dans une situation qui se situe en Afrique du Sud où l’Apartheid à régné en maitre de 1948 à 1995 c’est pire encore. Le livre ne dit pas si l’action se déroule (du moins je n’ai pas vu) pendant ou après l’Apartheid, mais ça ne change pas le problème en fait. Evolution des mentalités ? Sans blagues ?? A la vitesse d’un escargot fossile alors ! On arrivera à l’inévitable duel entre deux volontés inébranlables et terrible. Celle de Margot, mère du « pauvre petit jeune riche » qui cherche à le préserver (lui, la famille, la mine, sa carrière, son avenir) coûte que coûte et celle de Turner, déterminée et inflexible… Margot c’est du Shakespeare ! Macbeth revu et corrigé, c’est grandiose. C’est tragique. Turner, c’est Mick Jagger dans « Performance » (« Vanilla » en français) qui chante « Memo from Turner » (le titre original du livre). C’est étourdissant, c’est violent, c’est poignant, c’est fort. Les personnages dit périphériques sont tous plein de veulerie, près à toutes les trahisons, asservis par l’argent, à leur volonté de pouvoir. Mais aussi, contre toute attente, certains portent néanmoins l’espoir car ils sont « humains », honnêtes, droits. La fin ne constitue pas un feu d’artifice final dans le sens où nous avons droit à un grand feu d’artifice tout au long du livre, chaque scène surenchérissant sur l’autre. Franchement quel thriller où le suspense ne se situe pas dans la recherche des coupables, puisqu’on les connait dès le début mais plutôt dans la manière d’arriver à les cravater… Ce roman nous fait ressentir une atmosphère, étouffante, malsaine, gangrénée. Les descriptions y sont impitoyables (âmes sensibles s’abstenir). A l’instar de « Zulu » de Caryl Ferey, on retrouve une Afrique du Sud, déchirée, écartelée, violente, implacable, hautement corrompue. Ça « dépote » et vous avez intérêt à être bien accroché ! ça castagne, ça défouraille à tout va. Mais ça a quelque chose de cathartique et de libérateur. Quelques-uns argueront qu’un tel héros n’existe pas, que c’est « too much » et irréel. Je leur dirais qu’un roman est une fiction et qu’une fiction ne colle pas toujours à la réalité sans pour autant être du « fantastique ». Bref, certes Turner ne peut pas exister tel qu’il est décrit mais qu’il défend un idéal tout à fait plausible. Bon, le gars est un peu « déjanté », c’est « particulier » mais, moi : « j’achète !!! »
    Lire la suite
    En lire moins
  • carembar5 Posté le 24 Avril 2020
    J'adore l'écriture de Tim Willocks. Le héros est charismatique. On découvre une part sombre de l'Afrique du Sud tout en suivant l'enquête et les aventures de Turner. Un livre que j'ai "dévoré" !
  • mcheron Posté le 19 Avril 2020
    Une jeune fille pauvre meurt sous les roue d'un 4*4 , un inspecteur du Cap intègre et marqué par l'apartheid va chercher à arrêter son meurtrier. Début d'un drame au coeur d'un désert qui a oublié le temps et les hommes. Un livre que l'on lit d'une traite grâce à l'écriture fluide et intelligente de l'auteur. Un pur moment de plaisir littéraire au coeur de la noirceur des hommes.
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !