Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259268424
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 135 x 210 mm

L'année de Jeanne

C'était en 2023

Date de parution : 01/10/2020
C'était en 2023
« Bien placé par les circonstances pour suivre l’épopée de Jeanne, j’eus tout loisir, depuis la coulisse, d’observer cette jeune fille inspirée, de l’écouter, de la comprendre. De l’aider aussi, parfois. Par une chance inouïe, j’eus le réflexe d’enregistrer la teneur de quelques-uns de ses échanges avec toutes sortes d’interlocuteurs,... « Bien placé par les circonstances pour suivre l’épopée de Jeanne, j’eus tout loisir, depuis la coulisse, d’observer cette jeune fille inspirée, de l’écouter, de la comprendre. De l’aider aussi, parfois. Par une chance inouïe, j’eus le réflexe d’enregistrer la teneur de quelques-uns de ses échanges avec toutes sortes d’interlocuteurs, célèbres ou inconnus. C’est la première fois qu’on les trouvera réunis en bon ordre, dans leur version intégrale – transcrits tout droit de mes notes. Il m’a paru, un demi-siècle après, qu’ils auraient plus de sens encore, resitués dans le contexte agité qui les avait vus naître. Les voici donc pleins de leur force native, aussi percutants pour nous, je crois, qu’ils l’étaient pour nos pères en 2026. »

La France de 2026, jamais vraiment remise de la révolution des Gilets jaunes et de la pandémie du coronavirus, est menacée de disparaître en tant que nation ; à Strasbourg, ville insurgée parmi d’autres, une coalition écolo-alternative conduit à la sécession. Le pays est au bord de l’éclatement. C’est alors que, de ses lointains confins, surgit Jeanne-Antide Aubier. Sans dogmatisme, à coup de propos lumineux et de gestes pleins de courage (qui peuvent rappeler l’attitude d’un Gandhi, par exemple), elle rend confiance au président élu en 2022, évite la sécession et assure la réélection du chef de l’Etat. Mais si Jeanne organise le sacre électoral de son protégé en 2027, elle fait aussi l’amère expérience des trahisons politiques et des doubles-jeux. Le pouvoir en place l’exclut du jeu et fait d’elle une « personne à abattre ».
Toute ressemblance avec l’épopée d’une certaine Jeanne, en 1429-1430 …est assumée : sont transposés, six siècles plus tard, tous les éléments de l’épopée johannique. Cependant le nom de Jeanne n’est jamais cité – libre au lecteur d’adopter ou non cette grille de lecture.

Roman d’anticipation, certes, mais écrit au passé, à la manière d’un récit historique, L'année de Jeanne raconte l’irruption, dans la France de 2025-2026, d’une jeune fille de dix-neuf ans, arrivée de Nouvelle-Calédonie. Cette prophétesse en herbe, à la fois immergée dans son temps et prévenue contre les travers de l’époque, entreprend, avec une force sereine et contagieuse, de rendre la France maîtresse de ses destinées. Celui qui raconte l’épopée, longtemps après les faits, est un ami et conseiller de la jeune fille, alors chargé de mission à la présidence de la République.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259268424
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 135 x 210 mm

Ils en parlent

" L’historien et conteur a imaginé le retour de Jeanne d’Arc... au XXIe siècle! Il publie « L’année de Jeanne » (Plon), récit surprenant destiné à ceux qui n’ont jamais cessé de croire au destin de
la France. "
Paul Sugy / Le Figaro

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • doveextra Posté le 17 Février 2021
    J'ai pris mon temps...oui, plus de 3 mois pour tenter de structurer un avis quant à cette oeuvre. L'auteur ne m'est pas inconnu puisque j'ai pu le suivre tout au long des dernières éditions télévisées du Tour de France ainsi que l'ouir sur les ondes via les grosses têtes...et franchement, entre l'image que j'avais conceptualisée au gré de ses performances d'historien débordant de bienveillance et plutôt "gendre idéal" et le discours assumé de ce roman, il existe dans ma perception de l'homme un réèl antagonisme... Et c'est là que se situe toute la magie de ce "conte"...l'inattendu. Voilà, c'est bien ça, de l'inattendu de la part d'un homme que vous pensiez lisse et consensuel. Lequel, semble prêt, avec courage et témérité, à affronter toutes les réactions qui feront face à la pensée de fond exprimée dans son histoire. Et d'ailleurs, plus qu'une histoire, c'est un programme politique que nous propose M.Franck Ferrand. Enfin, je ne peux que partager le plaisir que j'ai éprouvé à la lecture de ce livre même si je n'embrasse pas toutes les idées y abordées.
  • uaeroffat Posté le 10 Janvier 2021
    Le confinement n'a pas fini de nous livrer ses rêves… Tel celui de Franck Ferrand – que je ne connaissais pas – qui publie un conte politique dont l'écriture s'est achevée le 31 juillet 2020. Les hasards des tables d'une de mes librairies préférées m'ont incité à cette lecture, les fictions politiques ayant ma faveur (pour le meilleur et le pire, j'en conviens). ° Franck Ferrand imagine donc que l'année 2021 bascule dans les conflits et les émeutes, au point que le président démissionne en direct lors de ses voeux télévisés, le 31 décembre. Élection présidentielle dans la foulée, nouvel élu mal élu, majorité parlementaire introuvable, et voici la France basculant sans la sécession – oui, vous avez bien lu : Strasbourg veut prendre son indépendance… ° Le conte commence alors, avec l'émergence d'une jeune Néo-Calédonaise, Jeanne-Antide Aubier. Au-delà de ce que l'on peut penser du souverainisme (et surtout si, comme moi, on n'est pas de cette tendance), l'émotion et presque la naïveté avec laquelle l'auteur construit ce conte d'un frexit réussi a quelque chose de touchant, et presque convaincant par instants – si l'on veut bien admettre les nombreux présupposés de l'aventure, ce qui ne va pas de soi. Au-delà, donc, de la... Le confinement n'a pas fini de nous livrer ses rêves… Tel celui de Franck Ferrand – que je ne connaissais pas – qui publie un conte politique dont l'écriture s'est achevée le 31 juillet 2020. Les hasards des tables d'une de mes librairies préférées m'ont incité à cette lecture, les fictions politiques ayant ma faveur (pour le meilleur et le pire, j'en conviens). ° Franck Ferrand imagine donc que l'année 2021 bascule dans les conflits et les émeutes, au point que le président démissionne en direct lors de ses voeux télévisés, le 31 décembre. Élection présidentielle dans la foulée, nouvel élu mal élu, majorité parlementaire introuvable, et voici la France basculant sans la sécession – oui, vous avez bien lu : Strasbourg veut prendre son indépendance… ° Le conte commence alors, avec l'émergence d'une jeune Néo-Calédonaise, Jeanne-Antide Aubier. Au-delà de ce que l'on peut penser du souverainisme (et surtout si, comme moi, on n'est pas de cette tendance), l'émotion et presque la naïveté avec laquelle l'auteur construit ce conte d'un frexit réussi a quelque chose de touchant, et presque convaincant par instants – si l'on veut bien admettre les nombreux présupposés de l'aventure, ce qui ne va pas de soi. Au-delà, donc, de la thèse politique, cette exploration rêveuse d'un "monde d'après" utopique, advenant grâce à une jeune femme hors du commun (on aura compris la référence à Jeanne d'Arc), montre combien le livre, la fiction, ont un pouvoir pour panser les plaies de l'âme, ces plaies que le confinement – encore lui ! – n'aura pas manqué d'infliger à nos esprits. Une lecture recommandée quelles que soient nos opinions politiques, à prendre avec un certain détachement pour en tirer quelques réflexions souvent stimulantes, sinon opératoires.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ProfesseurDan Posté le 8 Novembre 2020
    Plus habitué à nous conter la vie de ceux et celles qui ont fait la France, Franck Ferrand nous plonge dans un futur pas si lointain avec ce "conte-roman" (flirtant avec l'essai), tant excellent que déconcertant. Déconcertant, car nous serions tentés de deviner si les idées véhiculées par ce personnage de Jeanne-Antide (Jeanne d'Arc contemporain, on peut le dire sans divulgâcher quoi que ce soit), loin des carcans habituels du discours politique dominant sont celles de l'auteur...mais là n'est pas le propos. Ce conte a plusieurs mérites du point de vue des idées véhiculées : la première, et pas des moindres, c'est que l'auteur (contrairement à ce que font beaucoup d'essayistes politiques (qu'il n'est pas)), donne libre cours aux différents courants d'idées (officiels et plus officieux) qui ont cours en France. En effet, il a l'art, avec beaucoup de justesse, de confronter (à chaque fois dans une forme littéraire particulière), l'idée de Jeanne-Antide avec des idées antagonistes, donnant donc naissance au débat d'idées, même au-delà du roman en lui-même. Deuxième point positif : Franck Ferrand prend soin de n'émettre les différentes idées que dans des "dialogues" brefs composés de brèves phrases, ce qui a le mérite de rendre ces idées visibles et percutantes. Du... Plus habitué à nous conter la vie de ceux et celles qui ont fait la France, Franck Ferrand nous plonge dans un futur pas si lointain avec ce "conte-roman" (flirtant avec l'essai), tant excellent que déconcertant. Déconcertant, car nous serions tentés de deviner si les idées véhiculées par ce personnage de Jeanne-Antide (Jeanne d'Arc contemporain, on peut le dire sans divulgâcher quoi que ce soit), loin des carcans habituels du discours politique dominant sont celles de l'auteur...mais là n'est pas le propos. Ce conte a plusieurs mérites du point de vue des idées véhiculées : la première, et pas des moindres, c'est que l'auteur (contrairement à ce que font beaucoup d'essayistes politiques (qu'il n'est pas)), donne libre cours aux différents courants d'idées (officiels et plus officieux) qui ont cours en France. En effet, il a l'art, avec beaucoup de justesse, de confronter (à chaque fois dans une forme littéraire particulière), l'idée de Jeanne-Antide avec des idées antagonistes, donnant donc naissance au débat d'idées, même au-delà du roman en lui-même. Deuxième point positif : Franck Ferrand prend soin de n'émettre les différentes idées que dans des "dialogues" brefs composés de brèves phrases, ce qui a le mérite de rendre ces idées visibles et percutantes. Du point de vue du récit lui-même, les amateurs de romans politiques seront comblés par les aventures de Jeanne-Antide et le destin de la France face à la "perfide UE" (référence à la "perfide Albion"). Les amateurs et connaisseurs de l'authentique Jeanne d'Arc ne s'empêcheront de voir des similitudes. Quant aux amateurs des émissions de l'auteur, eux, ils seront absolument comblés. En résumé, un très bon roman, passionnant et bien construit dont les amateurs d'histoire, de politique...et de Franck Ferrand se délecteront.
    Lire la suite
    En lire moins
  • dcombier Posté le 7 Octobre 2020
    Original ! Franck Ferrand utilise la trame de la trajectoire historique de Jeanne d’Arc (de 1429 à 1431) pour imaginer l’intervention, en 2023, d’une jeune fille aveugle Jeanne-Antide Autier ( "C’est la marque des aèdes, on dit qu’Homère était aveugle… Cette cécité confère à Jeanne une dimension vaguement prophétique" ), venue de Nouvelle-Calédonie (aux confins du pays comme la Sainte) pour sauver le pays en proie à tous les dérèglements et menacé de sécession. Cette trajectoire est narrée par l’amie, et ancienne conseillère du Président de l’époque, de Jeanne-Antide, 50 ans après les événements. La nouvelle Jeanne rencontre le Président, l’aide à régler ses problèmes les plus urgents avant d’être lâchée par celui-ci et d'être livrée à la vindicte de l’Union Européenne lors d’un procès inique et à l'ostracisme des GAFAM. L’auteur en profite pour mettre face à leurs incohérences tous les acteurs de la France d’aujourd’hui sous la forme de dialogues entre Jeanne-Antide et ces divers protagonistes. Baby-boomers, politiciens de tous bords et conseillers, médias, Français de fraîche date, européistes, économistes, nationalistes et souverainistes, gilets jaunes (les vrais), élus locaux, pédagogues et parents d’élèves, dirigeants européens, tous se voient mis devant leurs contradictions, leurs mensonges, leurs lâchetés ayant menés la France au... Original ! Franck Ferrand utilise la trame de la trajectoire historique de Jeanne d’Arc (de 1429 à 1431) pour imaginer l’intervention, en 2023, d’une jeune fille aveugle Jeanne-Antide Autier ( "C’est la marque des aèdes, on dit qu’Homère était aveugle… Cette cécité confère à Jeanne une dimension vaguement prophétique" ), venue de Nouvelle-Calédonie (aux confins du pays comme la Sainte) pour sauver le pays en proie à tous les dérèglements et menacé de sécession. Cette trajectoire est narrée par l’amie, et ancienne conseillère du Président de l’époque, de Jeanne-Antide, 50 ans après les événements. La nouvelle Jeanne rencontre le Président, l’aide à régler ses problèmes les plus urgents avant d’être lâchée par celui-ci et d'être livrée à la vindicte de l’Union Européenne lors d’un procès inique et à l'ostracisme des GAFAM. L’auteur en profite pour mettre face à leurs incohérences tous les acteurs de la France d’aujourd’hui sous la forme de dialogues entre Jeanne-Antide et ces divers protagonistes. Baby-boomers, politiciens de tous bords et conseillers, médias, Français de fraîche date, européistes, économistes, nationalistes et souverainistes, gilets jaunes (les vrais), élus locaux, pédagogues et parents d’élèves, dirigeants européens, tous se voient mis devant leurs contradictions, leurs mensonges, leurs lâchetés ayant menés la France au bord du gouffre et sommés de préférer l'effort au confort, de faire enfin preuve de "cœur et de courage" seules vertus qui permettraient de redonner à la France son aura mondiale. On peut-être plus ou moins en accord (ou en désaccord) avec les propos que Franck Ferrand prête à Jeanne-Antide, la grande qualité de ce livre est de tous nous amener à réfléchir et à nous dire tel J. F. Kennedy : « Ne demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande ce que tu peux faire pour ton pays. »
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…