En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        L'Armoire allemande

        Presses de la cité
        EAN : 9782258101142
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 304
        Format : 140 x 225 mm
        L'Armoire allemande

        Collection : Terres de France
        Date de parution : 22/08/2013

        En Corrèze. Un héritage, une armoire, un journal intime, un secret familial.
        Dans les bras d’un officier allemand, Hélène a connu la passion. Trente-cinq ans plus tard, Alexandrine, sa fille, découvre la vérité, douloureuse et salvatrice.

        Que contient l’armoire allemande qui trône en bonne place au cœur de la demeure corrézienne des Delalande ? C’est la question qui hante Alexandrine depuis son enfance. Jusqu’à ce jour de l’été 1979 où elle hérite de la fameuse armoire et surtout des secrets qu’elle recèle.
        Les carnets d’Hélène, sa...

        Que contient l’armoire allemande qui trône en bonne place au cœur de la demeure corrézienne des Delalande ? C’est la question qui hante Alexandrine depuis son enfance. Jusqu’à ce jour de l’été 1979 où elle hérite de la fameuse armoire et surtout des secrets qu’elle recèle.
        Les carnets d’Hélène, sa mère, projettent Alexandrine aux heures fiévreuses de la Libération, après que cette femme singulière, volage et insouciante, s’est trouvée emportée par une passion scandaleuse. La découverte de cette part d’ombre, soudain révélée, va à jamais bouleverser son existence.

        Récit émouvant sur la quête de l’identité, bâti comme un puzzle, L’Armoire allemande confirme, s'il en était encore besoin, le grand talent de Jean-Paul Malaval.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258101142
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 304
        Format : 140 x 225 mm
        Presses de la cité
        21.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Le--salon-de--Madame Posté le 22 Juillet 2016
          J'adore les histoire de secrets de famille, surtout si ceux-ci ont un lien avec le nazisme. Sur ce coup là, j'ai été satisfaite. Mais j'ai vraiment eu du mal avec le personnage principale, elle est cynique, se fait passer pour une dure alors qu'au fond elle est fragile... Enfin, ça, c'est ce qu'on essaie de nous faire croire parce que je n'ai réussi à la cerner et, donc, à m'attacher... ce qui m'a un peu gâché ma lecture. L'histoire de fond m'a assez enchantée même si j'aurai aimé quelle soit un peu plus développée (enfin, on peut aisément imaginer le reste). Ce que je dois tout de même mettre en avant c'est l'écriture de l'auteur. J'ai été un peu déconcertée au début parce que je n'ai pas l'habitude d'un style soutenu mais finalement je m'y suis vite habituée, j'ai trouvé que c'était drôlement bien écrit.
        • Mamiechou21 Posté le 4 Décembre 2015
          Beau roman...malgré quelques passage un peu "crus" !
        • Tuclasakoi Posté le 3 Octobre 2014
          Personnellement, je n’ai pas apprécié ce récit banal, insipide qui manque totalement d’originalité. L’amour d’une française et d’un bel officier allemand ! N’avons-nous pas été inondés par tous ces évènements de la libération, le gouvernement de Vichy, le maréchal Pétain, bref, la France collabo…..Ces femmes huées, torturées, tondues, quand, elles ne sont pas exécutées. Chacun prend sa revanche, se libère. Je ne veux pas être trop sévère envers l’auteur ; peut-être, veut- il tout simplement nous montrer qu’une haine subsiste toujours dans les campagnes profondes. Seul bémol, c’est bien écrit. Pierre Malaval insiste malgré tout sur la honte et le remords de ceux qui ont participé à des exécutions sommaires.
        • BVIALLET Posté le 10 Octobre 2013
          A la fin des années soixante dix, Alexandrine Delalande, avocate au barreau de Bordeaux, enterre sa mère dans un petit village de Corrèze. Avec son frère, ils se retrouvent héritiers de la maison familiale vu que leur père, ancien professeur est décédé précédemment. Alexandrine refuse sa part d'héritage. Elle s'est toujours sentie étrangère dans sa famille. Elle ne réclame qu'une vieille armoire allemande (à vrai dire marquée des tampons de la Reichwehr) où elle découvre un journal intime, des photos, des journaux et toutes sortes de documents qui lui apportent des révélations fort dérangeantes sur l'attitude de sa mère pendant la guerre alors que son père était parti en Allemagne pour cause de STO (service du travail obligatoire). Ce roman de terroir n'en est un que dans la mesure où il a pour décor ce village de Corrèze. Pour tout le reste, on oscille entre le roman sentimental et le drame historique (avec devoir de mémoire) qui nous ressert pour la énième fois les turpitudes de la Milice, les lâchetés de la collaboration et les saloperies de l'Epuration. Tout ça nous a été raconté mille fois partout ailleurs et cent fois mieux chez Amouroux par exemple. Bien qu'écrit très soigneusement, (nul... A la fin des années soixante dix, Alexandrine Delalande, avocate au barreau de Bordeaux, enterre sa mère dans un petit village de Corrèze. Avec son frère, ils se retrouvent héritiers de la maison familiale vu que leur père, ancien professeur est décédé précédemment. Alexandrine refuse sa part d'héritage. Elle s'est toujours sentie étrangère dans sa famille. Elle ne réclame qu'une vieille armoire allemande (à vrai dire marquée des tampons de la Reichwehr) où elle découvre un journal intime, des photos, des journaux et toutes sortes de documents qui lui apportent des révélations fort dérangeantes sur l'attitude de sa mère pendant la guerre alors que son père était parti en Allemagne pour cause de STO (service du travail obligatoire). Ce roman de terroir n'en est un que dans la mesure où il a pour décor ce village de Corrèze. Pour tout le reste, on oscille entre le roman sentimental et le drame historique (avec devoir de mémoire) qui nous ressert pour la énième fois les turpitudes de la Milice, les lâchetés de la collaboration et les saloperies de l'Epuration. Tout ça nous a été raconté mille fois partout ailleurs et cent fois mieux chez Amouroux par exemple. Bien qu'écrit très soigneusement, (nul ne saurait nier à Jean-Paul Malaval ses qualités d'écrivain) ce roman donne l'impression d'être le bouquin de trop, tellement le lecteur peut être déçu devant tant de poncifs, de conformisme et de déjà vu. L'auteur n'aurait-il rien de mieux à raconter que cette sempiternelle romance d'amour impossible entre une femme délaissée et un bel officier allemand qui s'achève dans le sang, les crachats et la honte de la tonte ? Les personnages secondaires sont convenus pour ne pas dire caricaturaux. La fin contient une invraisemblance qui flaire le bâclé. Si on y ajoute le manque d'originalité, de rythme, la linéarité de l'intrigue (au bout de dix pages, on a deviné toute l'intrigue), on est vite gagné par l'ennui. Dommage...
          Lire la suite
          En lire moins
        Toute l'actualité de la collection Terres de France
        Découvrez des histoires riches des couleurs de nos régions et des saveurs d'antan pour de magnifiques moments de lecture.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.