En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Calame noir

            Robert Laffont
            EAN : 9782221215012
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 192
            Format : 135 x 215 mm
            Le Calame noir

            Date de parution : 16/08/2018

            Qui était Siyah Qalam, autrement dit « le calame noir » ? Fasciné par les nomades des steppes d’Asie centrale, ce peintre énigmatique de la fin du XVe siècle a laissé des dessins très loin des canons esthétiques de son époque. Son style réaliste intrigue depuis toujours les historiens d’art...

            Qui était Siyah Qalam, autrement dit « le calame noir » ? Fasciné par les nomades des steppes d’Asie centrale, ce peintre énigmatique de la fin du XVe siècle a laissé des dessins très loin des canons esthétiques de son époque. Son style réaliste intrigue depuis toujours les historiens d’art islamique. Un album de ses oeuvres conservé au musée de Topkapi renferme son secret. On y voit des hommes et des femmes au sein d’un campement d’été dans leurs tâches quotidiennes, mais aussi des descriptions de cérémonies occultes grouillant de démons et de créatures maléfiques. Pour quelle raison cet artiste de la cour de Tabriz a-t-il laissé autant de témoignages sur ces peuplades vouées à l’oubli ?
            Personne n’est en mesure d’éclaircir le mystère de ces dessins presque magiques, à l’exception de Suzanne, l’héroïne de ce roman, qui, déambulant dans les salles d’une exposition, est soudain happée par une voix venue d’un autre temps, d’un autre continent. Une âme errante, celle d’Aygül, la propre fille de Siyah Qalam, qui lui raconte l’histoire si singulière de son père, cet homme de talent et peintre du réel en proie aux vicissitudes de son temps. Par-delà les siècles, un lien fort finit par s’établir entre les destins de ces deux femmes qui ont en commun l’impossible deuil du père.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221215012
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 192
            Format : 135 x 215 mm
            Robert Laffont
            17.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • MAPATOU Posté le 10 Octobre 2018
              Je tiens tout d’abord à remercier Masse Critique – Babelio et les Editions Robert Laffont de m’avoir permis de découvrir ce livre. J’ ai apprécié tout particulièrement l’originalité de l’histoire ainsi que la poésie de l écriture. Dans la tradition orientale, il y a souvent ce que l’on appelle des « contes à tiroirs » : vous écoutez une histoire et à l’intérieur de celle-ci vous en découvrez une autre. Ce roman est construit de façon similaire : en suivant Suzanne dans sa déambulation à la Royal Academy de Londres, nous découvrons à travers les yeux de sa fille la vie d’un peintre du XVème siècle. Il s’agit de Siyah Qalam, surnommé » le calame noir ». Issu d’une lignée prestigieuse de scribes, dessinateurs, il fut intégré très jeune au sein de l’Atelier des Miniatures du palais de la ville de Tabriz alors prospère car c’était une étape sur la route de la soie. Apprécié de son sultan, le calame noir jouissait d’une position un peu particulière : il avait le droit de s’adonner à sa passion : peindre les nomades des steppes. Il était autorisé chaque année à passer plusieurs mois du printemps à l’été dans un camp de... Je tiens tout d’abord à remercier Masse Critique – Babelio et les Editions Robert Laffont de m’avoir permis de découvrir ce livre. J’ ai apprécié tout particulièrement l’originalité de l’histoire ainsi que la poésie de l écriture. Dans la tradition orientale, il y a souvent ce que l’on appelle des « contes à tiroirs » : vous écoutez une histoire et à l’intérieur de celle-ci vous en découvrez une autre. Ce roman est construit de façon similaire : en suivant Suzanne dans sa déambulation à la Royal Academy de Londres, nous découvrons à travers les yeux de sa fille la vie d’un peintre du XVème siècle. Il s’agit de Siyah Qalam, surnommé » le calame noir ». Issu d’une lignée prestigieuse de scribes, dessinateurs, il fut intégré très jeune au sein de l’Atelier des Miniatures du palais de la ville de Tabriz alors prospère car c’était une étape sur la route de la soie. Apprécié de son sultan, le calame noir jouissait d’une position un peu particulière : il avait le droit de s’adonner à sa passion : peindre les nomades des steppes. Il était autorisé chaque année à passer plusieurs mois du printemps à l’été dans un camp de nomades. L’année de ses treize ans, sa fille le supplia de la laisser l’accompagner : » Cette traversée fut un rite de passage entre enfance et adolescence, je laissais mon monde imaginaire et assumais la réalité. La seule présence de mon père suffisait à consolider mon existence. » C’est pendant cette période que la jeune fille va découvrir la personnalité de son père, bien loin du monde d’hypocrisie et d’intrigues du palais. » Ici, il n’y a pas grand-chose à voir, ce qui, dit-il, favorise la méditation. Mon père m’explique que le foisonnement n’est pas dans l’excès mais dans la simplicité. Son jardin à lui, c’est cette terre si pauvre. Elle est son lieu d’intimité, d’ascension et d’envol, elle abolit toutes limites, celles du temps et de l’espace. Ici se trouve le centre du monde. » A leur retour au palais, tout aura changé : le sultan est mort, son fils âgé de 9 ans va lui succéder. Les querelles, les intrigues pour le pouvoir, les meurtres vont se succéder, le chaos va s’installer et le calame noir ne jouira plus ni de respect ni de notoriété. Sa fille, Aygül, aura bien du mal à survivre à son chagrin après le décès de son père. Ce qui la lie à Suzanne qui, sa vie durant, a souffert d’un cruel manque de repères paternels. « Seul un père donne une valeur. Toutes ses tentatives sont demeurées infructueuses, tous ses efforts vains : on n’est pas une femme sans la reconnaissance d’un père. Il faut sans cesse réparer les manques, raccommoder cette lourde lacune de la vie. Aimer éperdument donne l’illusion d’une guérison, mais les filles sans père aiment mal car elles aiment trop et imposent parfois à l’être aimé une exigence sans cesse renouvelée d’amour parfait, d’amour idéal, d’amour inconditionnel. » Les oeuvres de Siyah Qalam ont été sauvées par le sultan ottoman Selim le Terrible qui les a ramenées à Constantinople où elles ont été installées dans le somptueux palais de Topkapi.
              Lire la suite
              En lire moins
            • AudreyT Posté le 9 Octobre 2018
              *** Avant d'évoquer le roman de Yasmine Ghata, je tiens à remercier Babelio et les Éditions Robert Laffont pour leur confiance. C'est au détour d'une exposition à la Royal Academy de Londres que Suzanne fait la rencontre de Siyah Qalam, peintre du XVème siècle, et de sa fille Aygül. Suzanne sent l'énergie et le souffle de cette jeune femme en admiration devant son père et en quête perpétuel de son amour. Suzanne est alors portée par leur histoire... De Yasmine Ghata j'avais lu et sincèrement apprécié "J'ai longtemps eu peur de la nuit" écrit en 2016. C'est donc avec enthousiasme que j'ai répondu à la dernière Masse Critique de Babelio, espérant fortement recevoir le dernier livre de l'auteur. C'est dans un registre totalement différent que je l'ai retrouvé. On est ici dans un conte, une histoire à lire et écouter au coin d'un feu. On découvre un peintre et sa fille, leur vie dans la dynastie des Moutons Blancs, dans une cour orientale où l'art a sa part de lumière. Siyah Qalam est un homme mystérieux, aux yeux de tous y compris ceux de sa fille. Qu'il soit dans l'atelier de Tabriz ou dans les steppes au milieu des nomades, c'est un homme qui parle... *** Avant d'évoquer le roman de Yasmine Ghata, je tiens à remercier Babelio et les Éditions Robert Laffont pour leur confiance. C'est au détour d'une exposition à la Royal Academy de Londres que Suzanne fait la rencontre de Siyah Qalam, peintre du XVème siècle, et de sa fille Aygül. Suzanne sent l'énergie et le souffle de cette jeune femme en admiration devant son père et en quête perpétuel de son amour. Suzanne est alors portée par leur histoire... De Yasmine Ghata j'avais lu et sincèrement apprécié "J'ai longtemps eu peur de la nuit" écrit en 2016. C'est donc avec enthousiasme que j'ai répondu à la dernière Masse Critique de Babelio, espérant fortement recevoir le dernier livre de l'auteur. C'est dans un registre totalement différent que je l'ai retrouvé. On est ici dans un conte, une histoire à lire et écouter au coin d'un feu. On découvre un peintre et sa fille, leur vie dans la dynastie des Moutons Blancs, dans une cour orientale où l'art a sa part de lumière. Siyah Qalam est un homme mystérieux, aux yeux de tous y compris ceux de sa fille. Qu'il soit dans l'atelier de Tabriz ou dans les steppes au milieu des nomades, c'est un homme qui parle peu. Seul son calame noir dit pour lui ce qu'il ressent, ce qu'il voit, ce qu'il aime... La quête et le deuil du père a également sa place dans cette histoire presque magique. Aygül et Suzanne idéalisent cette figure paternelle inaccessible. Elles l'attendent et recherchent en permanence sa présence. Elles sont incapables de faire le deuil d'une relation qu'elles voudraient fusionnelles et elles se sentent abandonnées. Cette blessure les façonne et les rapproche... C'est donc avec plaisir que j'ai lu ce roman particulier, comme une petite bulle dans cette rentrée littéraire...
              Lire la suite
              En lire moins
            • MuseaUranie Posté le 20 Septembre 2018
              Parmi la foule de titres sortis et remarqué pour cette RL, il y a eu celui-ci. L’auteure promet la découverte d’un artiste oublié par l’Histoire et la propre histoire de son pays, à travers un point de vue originale : Suzanne, que vient hanter le fantôme de la fille du peintre lors de la visite d’une exposition au nom de son père. Voyage au XVe siècle, traversés de grandes steppes et pigments sont donc au menu du jour. Siyah Qalam était tout pour sa fille. Un symbole, presque un dieu vivant. Mais aux yeux des contemporains, qui était-il ? Un artiste, amoureux de la steppe aux services de plusieurs seigneurs, parfois incompris. Encensé, respecté, il connut aussi la chute, la honte et la pauvreté avant de mourir dans l’indifférence générale. Mais ceci n’est que la surface du livre puisque le sujet est tout autre. Le père. L’auteure parle de paternité et de relation père / fille avec une rare justesse. Aygül idolâtre son père, sa dernière famille. Impossible pour elle d’être libre et de vivre tant la présence paternelle, influe sur ce qu’elle est. Même ses choix de vie sont imprégnés. En parallèle il y a le deuil, et on le ressent... Parmi la foule de titres sortis et remarqué pour cette RL, il y a eu celui-ci. L’auteure promet la découverte d’un artiste oublié par l’Histoire et la propre histoire de son pays, à travers un point de vue originale : Suzanne, que vient hanter le fantôme de la fille du peintre lors de la visite d’une exposition au nom de son père. Voyage au XVe siècle, traversés de grandes steppes et pigments sont donc au menu du jour. Siyah Qalam était tout pour sa fille. Un symbole, presque un dieu vivant. Mais aux yeux des contemporains, qui était-il ? Un artiste, amoureux de la steppe aux services de plusieurs seigneurs, parfois incompris. Encensé, respecté, il connut aussi la chute, la honte et la pauvreté avant de mourir dans l’indifférence générale. Mais ceci n’est que la surface du livre puisque le sujet est tout autre. Le père. L’auteure parle de paternité et de relation père / fille avec une rare justesse. Aygül idolâtre son père, sa dernière famille. Impossible pour elle d’être libre et de vivre tant la présence paternelle, influe sur ce qu’elle est. Même ses choix de vie sont imprégnés. En parallèle il y a le deuil, et on le ressent également avec Suzanne, personnage effacé pour laisser toute la voix à Aygül. Ces rares moments de paroles montrent une femme vide et seule, comme la fille du peintre. Les deux femmes sont totalement perdues, refuse leur deuil et refuse un peu de vivre. Ecrit comme un conte oriental, Le calame noir est beau et prend son lecteur par la main pour lui montrer une culture différente de la sienne, tantôt cruel, tantôt douce sans jamais poser un jugement. J’ai passé un joli moment et j’ai souvent fait le parallèle avec ma propre relation paternelle. Une fille symbolise souvent son père en le déshumanisant et le livre fait très bien prendre conscience. Un beau conte oriental sur un peintre en marge de son époque qui vivait à travers les yeux de sa fille. Yasmine Ghata, écrit avec justesse et beaucoup de poésie sur les relations père / fille. Un livre à lire en prenant le temps afin d’apprécier toute la richesse de l’écriture de l’auteure.
              Lire la suite
              En lire moins
            • natdef Posté le 11 Septembre 2018
              Ce roman nous introduit au cœur de la vie de Siyah Qalam, peintre énigmatique de la fin du XVe siècle. Il décrit le parcours de ce peintre au travers du regard de sa fille. Ce roman comporte peu de rebondissements mais il m’a donné envie de découvir l’œuvre du « calame noir ». Au travers des yeux d’Aygül, la fille de Siyah Calame, Suzanne fait aussi le deuil de son père. Ecriture sensible où s’entrecroisent deux histoires celle d’Aygül et celle de Suzanne et où l’on perçoit ce lien indéfectible qui lit une fille à son père.
            • motspourmots Posté le 16 Août 2018
              Un joli roman qui emprunte au conte oriental et tente de tisser un lien entre deux femmes ayant vécu à des époques et en des lieux différents, par l'intermédiaire d'une œuvre d'art. En l’occurrence des dessins, réalisés à la fin du 15ème siècle par l'un des artistes de la cour du sultan d'un empire d'Asie centrale et baptisé "le calame noir", dans lesquels il exprime une belle singularité. Lorsque Suzanne visite l'exposition à Londres, elle est happée par ces dessins et la voix de la fille du calame noir qui semble lui conter leur histoire. Une histoire qui fait étrangement écho à la sienne. Pour le lecteur, c'est l'occasion d'un voyage assez envoûtant (même si l'on se perd parfois dans la complexité des tribus, des ethnies et des subtilités politiques de l'époque) à la découverte d'un peuple nomade et de la condition précaire des artistes de l'époque, inféodés et quasiment prisonniers de la volonté du sultan. La relation entre la jeune Aygül et son père, faite d'admiration et de tendresse semble traverser les âges pour atteindre Suzanne et tenter de lui offrir l'apaisement qu'elle recherche.
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.