Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259002905
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 294
Format : 132 x 201 mm

Le Cavalier du Louvre

Vivant Denon

Date de parution : 17/10/1995

Tour à tour diplomate, archéologue, graveur et découvreur, Vivant Denon fut aussi le fondateur du Louvre et parcourut l'Europe à la suite des troupes impériales pour le remplir.

- La discrétion est la première des vertus : on lui doit bien des instants de bonheur.
- Vous m’avez montré que le temps ne peut plus rien sur l’âme lorsqu’on ne laisse engourdir aucun de ses ressorts.
- Il n’y a pas de mauvais rôles pour de bons acteurs....

- La discrétion est la première des vertus : on lui doit bien des instants de bonheur.
- Vous m’avez montré que le temps ne peut plus rien sur l’âme lorsqu’on ne laisse engourdir aucun de ses ressorts.
- Il n’y a pas de mauvais rôles pour de bons acteurs.
- Les triomphes ne servent-ils qu’à multiplier les craintes ? Qu’est-ce donc que la gloire si la terreur habite toujours avec elle ?
- Je n’ai jamais rien étudié parce que cela m’a toujours ennuyé ; mais j’ai beaucoup observé, parce que cela m’amusait. Ceux qui en savent plus que moi me conseillent, ce qui fait que ma vie a été remplie et que j’ai beaucoup joui.

Viviant Denon

- Il aura vécu 53 ans au dix-huitième siècle et 25 ans au dix-neuvième. Il a dû y penser souvent.
- Il y aura le Louvre, c’est-à-dire une conception du silence traversant le temps.
- La vitesse nous donne la lenteur, seul un esprit très rapide peut savourer la lenteur.
- Vivant, ou la guerre du goût. Il a prononcé unilatéralement la séparation de l’Etat et du goût. L’Etat c’est vous, le goût c’est moi.
- Le libertinage est un art d’affranchissement et cet art est à son comble, triant, sélectionnant, séparant le lourd du léger. La surface n’est pas le contraire de la profondeur.

Philippe Sollers

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259002905
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 294
Format : 132 x 201 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • charlottelit Posté le 29 Novembre 2020
    tout à fait d'accord avec la Babeliote ATOS qu'ajouter ? Cet ouvrage nous apprend tant de choses intéressantes vive le Louvre qu'il nous faudrait des mois pour agréablement découvrir
  • pit31 Posté le 15 Décembre 2019
    La vie tumultueuse de Vivant Denon qui a vécu sur 2 siècle et passé sans trop de problème plusieurs "régime". J'ai apprécié ce roman car c'est en relatant son histoire que j'ai pu en apprendre plus sur notre histoire c'est à dire celle de la France. Le roman est agréable à lire.
  • Chasto Posté le 16 Septembre 2017
    De la cour de la grande Catherine à la propriété de Ferney, les escales de Suisse ou de Naples s'invitent avec le voyage de cette Egypte de culture et de mystères. Plaisir du goût, plaisir de l'art qui nous offrira cet antre de l'Histoire que tant nous admire et nous envie. Par la découverte de ce personnage se voulant absent et se faisant présent dans nos arts et notre architecture, laissons emporter sur ses traces.
  • ATOS Posté le 22 Octobre 2016
    Bon alors ….Philippe Sollers... Je l'avoue...c'est au Louvre que je l'ai trouvé. Pas Philippe Sollers, mais le cavalier du Louvre ! Denon. Vivant Denon. Sollers c'est la plume . Denon , le cavalier, le Louvre , un palais. La Seine elle s'occupe de faire couler l'encre. Denon est indissociable du Louvre. du moins en ce qui concerne sa période muséale. Denon aussi écrivait. Moins que Sollers mais quand même ...«  point de lendemain » ce n'est pas rien. Moi qui arpentais les galeries de ce palais depuis plusieurs Heures, à défaut de prendre le rythme de la foule j'ai pris le pouls de la maison . Aile Denon. Denon...de qui es tu donc le nom ? Alors deux choses l'une … ( ce qui équivaut à dire « plouf plouf », mais Solers et Denon ! …. Pourquoi ne pas jouer à la marelle tant que j'y suis … quoique ...saute mouton ? ) , soit, donc, je vous résume la vie trépidante, turbulente, ébouriffante, troublante, étourdissante, de Vivant Denon, soit je vous parle de l'écriture de Sollers. le sujet fait- il la plume ? Où est ce la plume qui fera loi ? Je donnerai pas ma langue à la momie du chat. Et l'oeuf dans tout cela… ?... Bon alors ….Philippe Sollers... Je l'avoue...c'est au Louvre que je l'ai trouvé. Pas Philippe Sollers, mais le cavalier du Louvre ! Denon. Vivant Denon. Sollers c'est la plume . Denon , le cavalier, le Louvre , un palais. La Seine elle s'occupe de faire couler l'encre. Denon est indissociable du Louvre. du moins en ce qui concerne sa période muséale. Denon aussi écrivait. Moins que Sollers mais quand même ...«  point de lendemain » ce n'est pas rien. Moi qui arpentais les galeries de ce palais depuis plusieurs Heures, à défaut de prendre le rythme de la foule j'ai pris le pouls de la maison . Aile Denon. Denon...de qui es tu donc le nom ? Alors deux choses l'une … ( ce qui équivaut à dire « plouf plouf », mais Solers et Denon ! …. Pourquoi ne pas jouer à la marelle tant que j'y suis … quoique ...saute mouton ? ) , soit, donc, je vous résume la vie trépidante, turbulente, ébouriffante, troublante, étourdissante, de Vivant Denon, soit je vous parle de l'écriture de Sollers. le sujet fait- il la plume ? Où est ce la plume qui fera loi ? Je donnerai pas ma langue à la momie du chat. Et l'oeuf dans tout cela… ? Bon l'écriture de Sollers, et bien elle lui va bien... cette écriture. L'homme parle souvent, depuis très longtemps. Il a tellement parlé, que l'enfant des années 70 que je suis , et l'ado des années 80 que je fus, ont toujours cru connaître Sollers. Un peu trop médiatisé et donc du coup on ne va même pas lire ses livres. Victime de son succès ? Comme Denon ? Non pas tout à fait. Mais un peu. Sollers c'est la grande tradition de la conversation française , causerie au fil du Palais, confidences de novembre échangées ou plutôt reçues devant une flambée de chêne noueux. Oui, il sait décortiquer l'affaire, faire respirer l'air de temps, et vous nommer ce tanin qui nous restera sur les mains. C'est un seigneur Sollers. Il est là sur ces terres. Il en connaît des intrigues, des ponts et des soupirs, des boites à musique planquée dans ses passages lettrés. Il a l'oeil sur notre époque en gardant une main sur notre épaule. Il aime le 18e et à le lire on le comprend. L'époque fut confondante. Éblouissante, du moins pour ceux pour qui brulait la chandelle, pas pour ceux qui la portaient. On aimait vivre , et on savait mourir. La classe ce 18 ! e. Et Solers a raison, le 19e est un gros poussif, qui n'a su faire que des mariages de raison et qui n'a enfanté que des tueurs en série. Mais bon, c'est un peu vite dit. le 18e oui bien sur , ..les arts, les doux et capiteux jupons, le verrou de Fragonnard, l'idéal républicain, la révolution bourgeoise. Mais de la jacquerie aux carreaux des usines...Quelque que soit l'époque, M Sollers, les manants ont toujours été les jouets des méchants. Alors oui, le 18e,... oui la grandeur du Louvre. Oui les grands noms qui ont fait L Histoire. Mais je regarde les sans noms qui ont fait tout leur temps. Et si j'aime le Louvre infiniment, et si je sais ce que je lui dois, je n'oublie pas que ce que je contemple ne nous appartient pas. L'Histoire a ses bienfaits,...il faut rendre à César ce qui revient à César, mais que fait on de ce qui fut arraché à Cléopatre, qui conservera la mémoire du crime ? La Seine coule toujours sous ses ponts. La neige tombera sur les toits de Saint Saint-Pétersbourg. le Sphinx gardera t il demain encore les pyramides ? On peut en faire bien des histoires tant que les sables couleront des sabliers. Denon aura traversé son temps, en chevauchant toutes ces époques. Les Lumières, le portrait de Voltaire, la grande Russie, la lanterne de Versailles, Le Jeu de Paume, Venise, Florence, la vilaine de Guillotin, les causeries de Robespierre, l'amitié de David, les secrets du Caire, Bonaparte, Napoléon, le destin du Louvre, les gravures du Quai Voltaire. Et l'amour. Ah ...que serait la vie de Denon sans l'amour ? Libertin ? Aventureux ? Séducteur impénitent. Artiste, collectionneur d'art, espion, diplomate, conservateur de musée ? Comment a t il fait pour traverser les couloirs sombres de ces temps obscurs sans trébucher ? Les Lumières sans doute. Et puis une sagesse de Sophisien. L'intelligence certainement, et un appétit de vivre qui se lit jusque dans son regard qu'il a imprimé sur ses auto portraits. «  je vis content de ma liberté ». conscient donc de ce qu'il traversait et de ce qu'il devait conserver. «  Considérer les événements les plus intéressants de l'univers, en rechercher les plus secrètes raisons, et en prévoir les plus lointaines conséquences »…. Ce n'est pas une ambition, c'est une direction ! «  Celui qui sait, ne parle pas.Celui qui parle, ne sait pas ». A vous de juger donc la pertinence de mon sentiment. Mais avant cela, amis, serviteurs des arts et des lettres, au nom de la beauté de l'Homme, lisez le Cavalier du Louvre. Il se peut que vous ne regardiez plus jamais quelque mur de ce Palais sans sentir le coeur revenir vous battre sa juste mesure. «  la surface n'est pas le contraire de la profondeur ». Je dirais que cela est une belle définition de l'élégance. Ce qui sied fort bien à l'écriture de Philippe Sollers. Alors….conversation, récit confidences, roman, ... biographie… ? inclassable. Comme le fut Denon de son Vivant et qui le restera pour l'équilibre et la raison des choses. « Le mystère est la seule enveloppe où la fragilité d'une intrigue d'amour puisse être en sûreté ! »Victor Hugo ; le Roi s'amuse, extrait. Peut on vraiment classer ce qui est unique ? Astrid Shriqui Garain
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…