Lisez! icon: Search engine
Julliard
EAN : 9782260014744
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm

Le Chameau sauvage

Date de parution : 28/08/1997

" Un jour, ce n'est rien mais je le raconte tout de même, un jour d'hiver je me suis mis en tête de réparer le radiateur de ma salle de bains, un appareil à résistances fixé au-dessus de la porte.
Je ne sais pas ce qui m'est passé sous le crâne...

" Un jour, ce n'est rien mais je le raconte tout de même, un jour d'hiver je me suis mis en tête de réparer le radiateur de ma salle de bains, un appareil à résistances fixé au-dessus de la porte.
Je ne sais pas ce qui m'est passé sous le crâne ce jour-là, je me suis cru l'un de ces magiciens de la vie pour qui tout est facile. Il faut dire que jamais encore je n'avais été confronté à de réels obstacles, ni dettes faramineuses, ni chagrins d'amour, ni maladies graves, ni problèmes d'honneur avec la pègre, ni pannes de radiateurs, rien, peut-être un ongle cassé - alors naturellement, j'étais naïf. "

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260014744
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Pampoune69 Posté le 10 Décembre 2020
    Second livre que je lis de l’auteur après la serpe. Sur la forme, c’est le même plaisir de lecture (et aussi parfois les memes lourdeurs avec des parenthèses trop nombreuses et interminables, oui je sais c’est le style de l’auteur c’est souvent amusant mais trop c’est trop! ) avec un style moderne, efficace, dynamique et d’un niveau littéraire vraiment bon. Sur le fond du roman, j’ai parfois éclaté de rire sur notamment certains personnages rencontrés et la manière dont ils sont racontés (la folle avec son bol de soupe, priceless), ça m’a fait penser à une comédie des freres Coen sur le coté burlesque voire absurde (les mecs achetez les droits vous avez un super scenario la!) Au dela de l'humour, c’est surtout un questionnement permanent (le mec arrete jamais!), une réflexion sur la vie, l’amour, le deuil. Beaucoup de mélancolie et de nostalgie de lire ce livre en 2020, car Halvard c’est un peu le jeune homme lambda de ces années la et on se reconnait souvent dans ce personnage (avec un peu moins de morts et un peu plus de chance quand même) et que surtout on voit que la vie, les rencontres, l’ennui, la communication, le charme du monde... Second livre que je lis de l’auteur après la serpe. Sur la forme, c’est le même plaisir de lecture (et aussi parfois les memes lourdeurs avec des parenthèses trop nombreuses et interminables, oui je sais c’est le style de l’auteur c’est souvent amusant mais trop c’est trop! ) avec un style moderne, efficace, dynamique et d’un niveau littéraire vraiment bon. Sur le fond du roman, j’ai parfois éclaté de rire sur notamment certains personnages rencontrés et la manière dont ils sont racontés (la folle avec son bol de soupe, priceless), ça m’a fait penser à une comédie des freres Coen sur le coté burlesque voire absurde (les mecs achetez les droits vous avez un super scenario la!) Au dela de l'humour, c’est surtout un questionnement permanent (le mec arrete jamais!), une réflexion sur la vie, l’amour, le deuil. Beaucoup de mélancolie et de nostalgie de lire ce livre en 2020, car Halvard c’est un peu le jeune homme lambda de ces années la et on se reconnait souvent dans ce personnage (avec un peu moins de morts et un peu plus de chance quand même) et que surtout on voit que la vie, les rencontres, l’ennui, la communication, le charme du monde a beaucoup changé avec internet, les smartphones, les reseaux sociaux. C’était mieux avant, tiens! En tout cas, lisez le, ça fait beaucoup rire, un peu pleurer, s’évader et pourquoi pas réfléchir!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Maxolivre Posté le 24 Juin 2020
    J'ai découvert Philippe Jaenada en lisant La Serpe, son dernier livre qui m'a véritablement passionné. J'ai souhaité en lire davantage de cet auteur et me suis tourné vers son tout premier roman. 20 ans séparent ces 2 ouvrages et c'est un registre radicalement différent ! J'ai rarement vu un tel grand écart ! Avec le chameau sauvage, Philippe Jaenada est dans un registre humoristique plus marqué et c'est assez fabuleux. Je me suis même surpris à rire franchement sur certains passages. Ce Halvard Sanz vit diverses péripéties, surtout amoureuses, et au fil des pages on s'attache à lui autant qu'il se détache de sa vie. Un vrai plaisir.
  • furch Posté le 18 Mai 2019
    Il y a souvent une énergie très particulière aux premiers romans. Un élan qui efface les maladresses, et même qui les rend captivantes. C'est le cas de "Le chameau sauvage" de Philippe Jaenada, qui possèdent déjà – même si c'est une fiction pure – toutes les qualités des livres suivants, jusqu'à cet aboutissement de maîtrise qu'est "La serpe" ; mélange de rigueur dans la marche du récit, de précision dans les détails, et de ce style drôle et inimitable qui paraît couler au fil de la plume et qui, pourtant, est ciselé comme une partition. La 4ème de couverture dit tout du constat d'un monde désenchanté, de la pesanteur de vivre et de la résilience, mais la magie de l'écriture de Jaenada est de réussir à en faire un texte à ce point bourré d'énergie. A lire pour débuter avec Philippe Jaenada, ou bien au contraire pour revenir à la source.
  • stelor Posté le 7 Avril 2019
    Lu en mars 2019 très bien
  • lusciniole Posté le 7 Février 2019
    Le comportement déroutant du chameau sauvage impressionne Halvard Sanz et va lui offrir la clé de survie dont il a besoin. Halvard Sanz a une existence émaillée d’échecs en tous genres qu’il vit avec une relative philosophie. Quand trop de problèmes assombrissent son horizon quotidien il les noie dans l’alcool avec toutes les conséquences désastreuses qui peuvent en résulter. Il a d’ailleurs un comportement plutôt paroxystique dans beaucoup de domaines ce garçon… Ainsi vont les choses jusqu’à ce fameux soir, où il percute « une masse froide, humide et molle, une otarie ou quelque chose comme ça ». Pollux Lesiak vient d’entrer dans sa vie. Elle en disparait d’ailleurs aussi vite, au désespoir de Halvard, tombé illico amoureux fou de la sirène, au premier contact, si froid et trempé qu’il eut été. Je vous laisse découvrir leur aventure, mais gardez à l’esprit que les histoires d’amour finissent mal … en général. lecture achevée le 6 févfier 2019
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.