Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221091531
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 324
Format : 135 x 215 mm

Le chant des plaines

BENJAMIN LEGRAND (Traducteur)
Collection : Pavillons
Date de parution : 22/02/2001

Par son écriture épurée, par la virtuosité avec laquelle il nous parle des hommes et des valeurs qui les transforment, Kent Haruf happe le lecteur jusqu'à l'obsession.

À Holt, petite ville des vastes plaines du Colorado, Tom Guthrie se trouve contraint d'élever seul ses deux fils, Ike et Bobby, dont la mère, en pleine dépression, se désintéresse. Ike et Bobby, neuf et dix ans, tentent d'instaurer un peu de chaleur humaine dans leur existence en se liant...

À Holt, petite ville des vastes plaines du Colorado, Tom Guthrie se trouve contraint d'élever seul ses deux fils, Ike et Bobby, dont la mère, en pleine dépression, se désintéresse. Ike et Bobby, neuf et dix ans, tentent d'instaurer un peu de chaleur humaine dans leur existence en se liant d'amitié avec Mme Stearns, une vieille femme plus seule encore qu'eux-mêmes. De l'autre côté de la ville, Victoria Roubideaux, une adolescente à demi indienne de dix-sept ans, découvre qu'elle est enceinte d'un garçon qu'elle connaît à peine. Sa mère la chasse sans préambule de leur maison, et Victoria se réfugie chez Maggie Jones, professeur au lycée où enseigne Guthrie. Harold et Raymond McPheron s'occupent d'une ferme à quelques kilomètres de la ville. Célibataires timides et rustres, ils sont inséparables depuis qu'ils ont perdu leurs parents, quelque cinquante ans plus tôt. Leurs contacts limités avec le monde extérieur s'effectuent par le biais de Maggie et de Guthrie, qui leur donnent un coup de main de temps à autre. Dans l'impossibilité d'héberger Victoria, Maggie a une idée simple qui, évidemment, soulève l'incrédulité : confier l'adolescente aux bons soins des deux vieux célibataires. Harold est réticent, Raymond a déjà fait son choix: après tout, une adolescente enceinte et esseulée ne doit pas être si différente de la génisse inquiète et prête à mettre bas qu'ils gardent à l'étable. Quant à Victoria, affolée, elle se cache derrière le rideau de ses cheveux, mais accepte la proposition. Étrange trio, dont Haruf déroule avec humour la curieuse relation… On est, avec «Le Chant des plaines», loin des dévastations de la passion, des élans tonitruants de l'être. Haruf s'attarde sur des événements banals: l'examen vétérinaire des vaches, l'autopsie d'un cheval; il privilégie des personnages réservés jusqu'au maniérisme. Puis il nous apparaît clairement que le laconisme de ces héros est le résultat d'une profonde timidité et d'une immense intensité émotionnelle. Pour ne pas devenir des êtres passifs englués dans le malheur, les personnages du «Chant des plaines» choisissent l'attention aux autres. Un système de valeur si ineffable, si délicat, qu'il faut un immense talent de romancier pour les rendre.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221091531
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 324
Format : 135 x 215 mm
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Christels Posté le 9 Mai 2020
    Avec bienveillance, Kent Harouf décortique le quotidien des habitants d'une petite ville rurale perdue au milieu des plaines poussiéreuses du Colorado. Il raconte avec précision le mode de vie et les préoccupations de personnages simples et humains. Ses descriptions, parfois prosaïques, témoignent des petits drames et des petits riens qui constituent une existence. Tom Guthrie, que sa femme quitte, Ike et Bobby, les deux jeunes fils de Tom, Victoria, lycéenne enceinte, mise à la porte par sa mère, Harold et Raymond McPheron, frères inséparables, vieux garçons sensibles et bourrus, Maggie Jones, dynamique et altruiste... affrontent les épreuves et les joies que leur présente la vie. Une écriture sobre et un rythme lent confèrent à ce roman une atmosphère mélancolique, qui n'exclut pourtant pas l'optimisme. De la rudesse de réalités crues à la délicatesse de sentiments généreux, ce roman, tout en nuances et en retenue, est parsemé de pointes d'humour.
  • clairejeanne Posté le 29 Mars 2020
    Être écrivain, c'est sans doute savoir mettre des mots - et les bons mots - sur ce que ressentent les êtres humains et sur ce qu'ils pensent, donc sur ce qui se passe à l'intérieur d'eux ; mais c'est aussi savoir raconter une histoire intéressante et prenante en les regardant de l'extérieur. Kent Haruf a su faire ça dans "Le chant des plaines" : un lieu, Holt, une petite ville du Colorado, et quelques personnages, une famille avec un père Tom Guthrie professeur de lycée, une mère dépressive qui va quitter son foyer et deux jeunes garçons de 9 et 10 ans, Ike et Bobby ; il y a aussi une jeune lycéenne de 17 ans, Victoria, qui attend un bébé, une prof attentive et généreuse, Maggie Jones ainsi que deux vieux fermiers, Harold et Raymond, des frères célibataires et solitaires qui semblent ne s'intéresser qu'à leur troupeau de vaches. Quand sa mère la met à la porte de chez elle pour cause de grossesse inattendue, la jeune Victoria cherche refuge chez Maggie qui saura l'accueillir avec tendresse ; mais celle-ci a chez elle son vieux père sénile et ne pourra pas l'abriter très longtemps. Tom Guthrie va avoir des problèmes... Être écrivain, c'est sans doute savoir mettre des mots - et les bons mots - sur ce que ressentent les êtres humains et sur ce qu'ils pensent, donc sur ce qui se passe à l'intérieur d'eux ; mais c'est aussi savoir raconter une histoire intéressante et prenante en les regardant de l'extérieur. Kent Haruf a su faire ça dans "Le chant des plaines" : un lieu, Holt, une petite ville du Colorado, et quelques personnages, une famille avec un père Tom Guthrie professeur de lycée, une mère dépressive qui va quitter son foyer et deux jeunes garçons de 9 et 10 ans, Ike et Bobby ; il y a aussi une jeune lycéenne de 17 ans, Victoria, qui attend un bébé, une prof attentive et généreuse, Maggie Jones ainsi que deux vieux fermiers, Harold et Raymond, des frères célibataires et solitaires qui semblent ne s'intéresser qu'à leur troupeau de vaches. Quand sa mère la met à la porte de chez elle pour cause de grossesse inattendue, la jeune Victoria cherche refuge chez Maggie qui saura l'accueillir avec tendresse ; mais celle-ci a chez elle son vieux père sénile et ne pourra pas l'abriter très longtemps. Tom Guthrie va avoir des problèmes avec un élève récalcitrant et vicieux, sa femme est malade et veut partir, les enfants sont laissés à eux-mêmes ; Victoria n'a aucune idée de ce qu'elle et son bébé vont devenir, et les deux vieux croûtons comme les appelle Maggie, s'ils ont un coeur en or, sont plutôt grognons et taiseux... Toute l'histoire pourrait paraître au départ un peu triste et pas très engageante ; mais l'auteur a un humour très fin et le récit, s'il présente des moments durs de la vie quotidienne est transformé par ces passages très drôles, et par la bienveillance qui va mener les personnages - certains, pas tous, il n'y a pas que de la bonté ici - les uns vers les autres. À l'écoute de leurs tracas et moments de bonheur, Kent Aruf avec sensibilité et délicatesse, décrit la vie de ces habitants attachés à leur ville de l'Amérique profonde ; il les suit attentivement, les rendant attachants et tellement humains ! Une seule envie : lire la suite ! Premières phrases : " Cet homme était là, Tom Guthrie, à Holt, debout devant la fenêtre de la cuisine, fumant des cigarettes et contemplant son arrière-cour où le soleil venait juste d'apparaître. quand le soleil atteignit le haut de l'éolienne, il observa ce que cela faisait, ce rougeoiement croissant du soleil levant sur les pales d'acier et l'ailette au-dessus de la plate-forme de bois. Au bout d'un moment il posa sa cigarette, il monta à l'étage, passa la porte close derrière laquelle elle reposait, dans la chambre d'amis obscure, assoupie ou pas, et il enfila le couloir menant à la pièce tout en verre dans laquelle les deux garçons dormaient, au-dessus de la cuisine."
    Lire la suite
    En lire moins
  • Titine75 Posté le 9 Octobre 2019
    A Holt, Colorado, la vie s’écoule entre les troupeaux et les plaines immenses. Dans cette petite bourgade rurale, les destins des habitants se croisent et s’entremêlent. Tom Guthrie, professeur au lycée, voit son mariage se déliter sous les yeux de ses deux fils Ike et Bobby. Victoria Roubideaux, 17 ans, se retrouve enceinte d’un amour de vacances. Elle veut garder son enfant et se retrouve à la rue, sa mère n’acceptant pas la situation. Harold et Raymond McPheron, fermiers et célibataires, vivent au rythme de leur troupeau de vaches. Dans « Le chant des plaines », Kent Haruf nous fait partager le quotidien des habitants de Holt. Rien de spectaculaire ou de fracassant, il nous montre les tracas, les petites choses qui occupent nos vies. Pour nombre d’entre eux, leur situation est difficile. Tom Guthrie ne sait plus comment aider sa femme dépressive. Il est de plus confronté à un élève récalcitrant dont le comportement et les parents vont sérieusement lui compliquer la vie. Victoria Roubideaux se retrouve quant à elle dans une situation extrêmement douloureuse. Comment assumer sa grossesse seule tout en continuant à aller au lycée ? Heureusement, à Holt, vit une âme généreuse et altruiste, Maggie Jones, enseignante... A Holt, Colorado, la vie s’écoule entre les troupeaux et les plaines immenses. Dans cette petite bourgade rurale, les destins des habitants se croisent et s’entremêlent. Tom Guthrie, professeur au lycée, voit son mariage se déliter sous les yeux de ses deux fils Ike et Bobby. Victoria Roubideaux, 17 ans, se retrouve enceinte d’un amour de vacances. Elle veut garder son enfant et se retrouve à la rue, sa mère n’acceptant pas la situation. Harold et Raymond McPheron, fermiers et célibataires, vivent au rythme de leur troupeau de vaches. Dans « Le chant des plaines », Kent Haruf nous fait partager le quotidien des habitants de Holt. Rien de spectaculaire ou de fracassant, il nous montre les tracas, les petites choses qui occupent nos vies. Pour nombre d’entre eux, leur situation est difficile. Tom Guthrie ne sait plus comment aider sa femme dépressive. Il est de plus confronté à un élève récalcitrant dont le comportement et les parents vont sérieusement lui compliquer la vie. Victoria Roubideaux se retrouve quant à elle dans une situation extrêmement douloureuse. Comment assumer sa grossesse seule tout en continuant à aller au lycée ? Heureusement, à Holt, vit une âme généreuse et altruiste, Maggie Jones, enseignante au lycée. Elle fait le lien entre les différents personnages, elle semble veiller sur ce petit monde. Et grâce à elle, les situations s’éclaircissent. Les frères McPheron vont découvrir grâce à elle que la vie peut encore leur réserver de belles surprises. Le mot qui qualifie le mieux le roman de Kent Haruf est humanité. Il brosse ses personnages avec beaucoup d’empathie et une belle acuité psychologique. Et ils sont tous terriblement attachants avec une mention spéciale pour les frères McPheron dont la générosité, parfois maladroite, illumine ce roman. Se dégage de l’écriture de Kent Haruf une douceur, une bienveillance malgré l’âpreté des situations des uns et des autres. La nature est bien entendu très présente, elle impose son rythme aux habitants de Holt et est magnifiée par la plume de l’auteur. Quel bonheur de se plonger dans l’univers de Kent Haruf dont la plume délicate et tout en retenue décrit à merveille Holt et ses habitants. Ceux-ci nous semblent si familiers à la fin du roman que l’on peine à les quitter.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sallyrose Posté le 3 Juillet 2019
    Dans la ville de Holt, trou perdu au fin fond du Colorado, l’auteur nous fait partager une tranche de vie de quelques personnages qui partagent la même bienveillance. Tous sont abandonnés à leur destin et chacun va tendre la main aux autres. D’un couple de frères âgés à deux enfants qui observent leurs parents se séparer en passant par une jeune fille rejetée par sa mère, le lecteur est touché par la grâce qui les amène les uns vers les autres dans un élan de générosité confondante puisqu’elle s’ignore. Le style est magnifique. Il confère beaucoup à la magie de l’atmosphère, sait rendre un paysage banal en un décor de cinéma, donne une touche quasi céleste aux gestes les plus simples de la vie quotidienne. Une merveilleuse découverte que je dois aux groupes #PicaboRiverBookClub et #CapSurVosEnvies, le club de lecture de la collection Pavillons Poche des éditions Robert Laffont Je me régale d’avance de lire la suite, Les gens de Holt County
  • mimipinson Posté le 28 Juin 2019
    Il était une fois dans une plaine du Colorado… Une histoire simple, des personnages sans histoire, le quotidien raconté d’une manière simple et élégante… Tel est le fil conducteur de ce livre qu’il convient de déguster parce que l’humanité qu’il renferme nous est distillé au fil des pages. Le chant des plaines nous raconte les drames quotidiens des uns et des autres, mais à contrario la tendresse des humbles et des invisibles. Partons sur les traces de Guthrie, le mari délaissé ; d’Ike et Bobby, ses deux fils qui vivent leur vie, de Victoria, l’abandonnée parce qu’enceinte ; des frères McPheron, deux bourrus aux cœurs tendres, de Maggie, la maman de substitution… Kent Haruf déploie sa narration en alternant les points de vue, il décortique ses personnages avec une écriture posée, sans à-coup, comme un ruban que déroule avec régularité. Le petit monde de Holt vit au milieu de nulle part, à l’abri du tumulte des grosses villes, à l’écoute des arbres, des vaches et des chevaux. Il y a beaucoup de retenue dans ce roman, de la pudeur pour dire les humbles et les besogneux, et de la tendresse pour consoler les âmes en peine. J’ai pris infiniment de plaisir dans ce livre, dans... Il était une fois dans une plaine du Colorado… Une histoire simple, des personnages sans histoire, le quotidien raconté d’une manière simple et élégante… Tel est le fil conducteur de ce livre qu’il convient de déguster parce que l’humanité qu’il renferme nous est distillé au fil des pages. Le chant des plaines nous raconte les drames quotidiens des uns et des autres, mais à contrario la tendresse des humbles et des invisibles. Partons sur les traces de Guthrie, le mari délaissé ; d’Ike et Bobby, ses deux fils qui vivent leur vie, de Victoria, l’abandonnée parce qu’enceinte ; des frères McPheron, deux bourrus aux cœurs tendres, de Maggie, la maman de substitution… Kent Haruf déploie sa narration en alternant les points de vue, il décortique ses personnages avec une écriture posée, sans à-coup, comme un ruban que déroule avec régularité. Le petit monde de Holt vit au milieu de nulle part, à l’abri du tumulte des grosses villes, à l’écoute des arbres, des vaches et des chevaux. Il y a beaucoup de retenue dans ce roman, de la pudeur pour dire les humbles et les besogneux, et de la tendresse pour consoler les âmes en peine. J’ai pris infiniment de plaisir dans ce livre, dans ce coin de Colorado ; c’est avec regret que j’en ai tourné la dernière page….
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.