Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714444103
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 276
Format : 140 x 225 mm

Le chant du coyote

RENEE KERISIT (Traducteur)
Date de parution : 16/08/2007

D'un petit village irlandais du comté de Mayo aux paysages desséchés du nord du Mexique, des forêts du Wyoming au San Francisco de la beat generation, le premier roman de Colum McCann, une œuvre foudroyante d'une intensité à couper le souffle, et la révélation d'un écrivain exceptionnel.

Après cinq ans de bourlingue, Conor, vingt-trois ans, rentre en Irlande. Il y retrouve un père alcoolique, agressif, et dont l'unique préoccupation, désormais, est la pêche à la mouche.
Pourtant, cet homme gangrené par la maladie a mené une existence extravagante : orphelin, photographe manqué, il a quitté son Irlande...

Après cinq ans de bourlingue, Conor, vingt-trois ans, rentre en Irlande. Il y retrouve un père alcoolique, agressif, et dont l'unique préoccupation, désormais, est la pêche à la mouche.
Pourtant, cet homme gangrené par la maladie a mené une existence extravagante : orphelin, photographe manqué, il a quitté son Irlande natale à dix-huit ans, parcouru un moment l'Espagne déchirée par la guerre civile, puis est parti tenter sa chance au Mexique, paradis rêvé aux femmes idéales… parmi lesquelles se trouve celle qu'il épousera.

En une semaine, l'odyssée familiale va reprendre forme, et recréer le lien entre un père et un fils unis dans le souvenir de la mère, brusquement disparue lorsque Conor n'avait que douze ans…

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714444103
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 276
Format : 140 x 225 mm
Belfond

Ils en parlent

« Le Chant du coyote est de ces premiers livres qui vous marquent. Ce n’est pas seulement l’histoire d’un père et d’un fils unis dans une relation d’amour-haine autour d’une mère absente. Ce n’est pas seulement le portrait en creux de cette absente, ni la description poignante du père alliée à l’impuissance du fils. C’est surtout – encore cette pudeur si percutante chez McCann – tout ce qui se loge dans les interstices des dialogues. »
Florence Noiville - Le Monde

« Le livre refermé, on reste longtemps bercé par les dernières images du père et du fils, enfin capables de se parler, d’évoquer leur drame commun. La magie McCann a fonctionné à plein. »
Bruno Corty - Le Figaro

« Colum McCann est un écrivain, un grand. Ses mots, ses phrases, ses romans, traquent l’âme des êtres, fouillent les consciences jusqu’aux recoins de la nuit. »
Fabrice Lanfranchi - L’Humanité

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Varez Posté le 13 Février 2019
    Encore un très bon livre de Colum McCann ! Lu après les merveilleux Les saisons de la nuit et Et que le vaste monde poursuive sa course folle, le premier roman de l'auteur permet lui aussi de passer un très bon moment en compagnie d'un binôme père-fils complexe et saisissant à la recherche d'une mère, finalement omniprésente malgré son absence. Le chant du coyote, c'est aussi un livre sur le temps qui passe, qui efface, qui adoucit ou qui révolte. Un livre qui fait voyager, du Mexique aux États-Unis entre deux parties de pêche à la mouche en Irlande. Un livre et surtout une plume à découvrir, tout simplement.
  • jmb33320 Posté le 22 Juin 2018
    Il s'agit là du premier roman publié de cet auteur, paru en 1995, dont je n'avais encore rien lu. J'ai surtout été sensible à sa très belle écriture. Conor, après avoir passé des années à bourlinguer aux Etats-Unis, revient dans son Irlande natale pour tenter de renouer avec son vieux père, qu'il avait quitté sans intention de le revoir un jour. Sa mère, d'origine mexicaine, n'est plus là. En réalité Conor a passé beaucoup de temps à tenter de retrouver sa trace, revenant sur les pas du couple que formait alors son père, photographe professionnel, avec sa mère, rencontrée lors d'un séjour de plusieurs années au Mexique pendant les années de la seconde guerre mondiale (il avait auparavant passé des années en Espagne, pendant la guerre civile). Le lecteur devra être patient pour découvrir peu à peu quel était le contentieux qui avait gangrené ce couple et dont leur fils unique est l'héritier. Conor restera six jours auprès de son père, qui vit seul et malade, pour tenter de renouer le fil...
  • Myriam3 Posté le 7 Mai 2016
    Fruit de l'amour de deux êtres entiers et originaux, Connor semble vivre une vie fantomatique aux abords de leur passé... Un père photographe, irlandais, une mère mexicaine, belle, qui, un jour, est partie sans laisser de trace. Connor ne s'en remet pas et décide, une fois adulte, de la chercher. Il parcourt le Mexique et les Etats-Unis où le couple a vécu avant de venir s'installer en Irlande, quelques années avant sa naissance. C'est aussi la vie de ces jeunes amoureux qu'il poursuit, dans de belles descriptions de l'Amérique bohème des années 50. Puis, il retourne chez son père, le vieux, celui qui autrefois était si fier, beau, aventureux, mais aujourd'hui passe ses journées à pêcher, taciturne. Les récits s'entremêlent: les années 50, le parcours atypique du père - orphelin, puis la guerre civile espagnole, le Mexique , la rencontre de Juanita - la quête du fils à travers le nouveau continent, et le retour chez le père. Il y a de très beaux chapitres, mais d'autres maladroits, peut-être un peu mièvres... le personnage de Connor inspire plutôt pitié, lui qui n'est rien face à ces parents si imposants. Il s'agit du premier roman de Colum MacCann, écrit à 28 ans, et... Fruit de l'amour de deux êtres entiers et originaux, Connor semble vivre une vie fantomatique aux abords de leur passé... Un père photographe, irlandais, une mère mexicaine, belle, qui, un jour, est partie sans laisser de trace. Connor ne s'en remet pas et décide, une fois adulte, de la chercher. Il parcourt le Mexique et les Etats-Unis où le couple a vécu avant de venir s'installer en Irlande, quelques années avant sa naissance. C'est aussi la vie de ces jeunes amoureux qu'il poursuit, dans de belles descriptions de l'Amérique bohème des années 50. Puis, il retourne chez son père, le vieux, celui qui autrefois était si fier, beau, aventureux, mais aujourd'hui passe ses journées à pêcher, taciturne. Les récits s'entremêlent: les années 50, le parcours atypique du père - orphelin, puis la guerre civile espagnole, le Mexique , la rencontre de Juanita - la quête du fils à travers le nouveau continent, et le retour chez le père. Il y a de très beaux chapitres, mais d'autres maladroits, peut-être un peu mièvres... le personnage de Connor inspire plutôt pitié, lui qui n'est rien face à ces parents si imposants. Il s'agit du premier roman de Colum MacCann, écrit à 28 ans, et malgré de beaux passages, on sent parfois la jeunesse et les clichés. Finalement, j'avais hâte de terminer ce roman, pour passer à autre chose...
    Lire la suite
    En lire moins
  • legoergosum Posté le 26 Juillet 2014
    Malgré la rudesse des personnages -un fils plutôt baroudeur qui retrouve son père, qu'il appelle invariablement "le vieux",vieil homme usé par les excès, mais riche de souvenirs insolites- on se laisse vite prendre à cette histoire de retrouvailles. La passion du père pour la photographie fait de lui le témoin d'une certaine époque à travers des lieux aussi distants que le Mexique, l'ouest des Etats-Unis et l'Irlande. Il y beaucoup de retenue et sans doute une immense tendresse dans ce récit que le narrateur consacre à ses parents.
  • breba Posté le 4 Janvier 2014
    Portrait magnifique de deux hommes marqués par un drame et séparés depuis pluieurs années, vivants dans le souvenir d'une femme pou l'un et d'une mère pour l'autre. Une belle ballade irlandaise
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.