Lisez! icon: Search engine
Le Chevalier fracassé
Date de parution : 16/02/2023
Éditeurs :
Editions Héloïse D'Ormesson

Le Chevalier fracassé

Date de parution : 16/02/2023
À Neuchâtel, le jeune Alexandre-Joseph mène une vie dissolue jusqu’au jour où un meurtre accidentel le force à l’exil. Arrivé à Paris sous une fausse identité, il est contraint d’infiltrer,... À Neuchâtel, le jeune Alexandre-Joseph mène une vie dissolue jusqu’au jour où un meurtre accidentel le force à l’exil. Arrivé à Paris sous une fausse identité, il est contraint d’infiltrer, pour le compte du lieutenant général de police, le cabinet de Mesmer, médecin viennois à la mode, et les salons... À Neuchâtel, le jeune Alexandre-Joseph mène une vie dissolue jusqu’au jour où un meurtre accidentel le force à l’exil. Arrivé à Paris sous une fausse identité, il est contraint d’infiltrer, pour le compte du lieutenant général de police, le cabinet de Mesmer, médecin viennois à la mode, et les salons de madame de Vaupertuis. C’est alors qu’un vieux marquis passionné d’optique s’amourache de lui et l’anoblit. Le désormais chevalier Vesperelli s’apprête à lancer une affaire prometteuse, mais la prise de la Bastille vient bouleverser ses rêves de fortune.

Avec une énergie irrévérencieuse, Le Chevalier fracassé nous embarque dans une folle équipée à travers la fin du XVIIIe siècle. Peuplé d’agents doubles, d’excentriques et de contrebandiers, ce roman tricote habilement la grande histoire et les tribulations d’un séduisant aventurier.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782350878539
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 140 x 205 mm
EAN : 9782350878539
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 140 x 205 mm

Ils en parlent

« Un chef-d'oeuvre de manigances sur les pas d'un anti-héros délicieusement exaspérant »
Zoé Picard / ActuaLitté

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • natn 03/05/2023
    Quel plaisir de lecture que ce petit roman tout en verve et qui change agréablement du style habituel. Nous avons ici un bel héros, Alexandre qui fuit sa Suisse natale pour la France à cause d’un acte irréparable commis à la Casanova, presque sous les jupes d’une belle. Nous sommes dans les années 1780 et comme maintenant, quand on quitte son nid, on se brise parfois les ailes et c’est un nombre incroyable d’aventures que va affronter notre jeune homme sans trop de moral. Il va se retrouver espion pour un lieutenant général de police véreux et royaliste, d’abord pour surveiller un certain docteur Mesmer qui prétend guérir ou soulager ses patients avec le magnétisme, puis les salons de Madame Vaupertuis. Mais rien de suffisant encore, le voilà qui s’émancipe en devenant le favori du marquis Anthelme de Faverolles, vieil homme fantasque passionné de science et d’optique qui a le projet d’un…Panthéome, sorte d’ancêtre du cinéma et ce marquis amoureux d'Alexandre en fera, un Chevalier. Les aventures s’enchainent, mêlant bien sûr l’Histoire et de grandes fantaisies très cocasses allant des années avant la Révolution jusqu’à la Terreur. C’est donc à la fois drôle et intéressant. J’aimerais bien une suite. C’est dit !
  • hcdahlem 13/04/2023
    L'aventurier, l'inventeur et la Révolution Dans ce nouveau roman historique Colin Thibert nous propose de suivre les tribulations d'un neuchâtelois monté à Paris à la veille de la Révolution. Son audace va lui permettre de grimper les échelons, mais l'entreprise n'est pas sans risques. C'est dans les environs de Neuchâtel, alors prussienne, que Colin Thibert choisit de situer les premières scènes de ce savoureux roman. Alexandre-Joseph Martinet-Dubied a le malheur de croiser le père d'une jeune fille, féru des Écritures, qui lui demande réparation après qu'il ait joyeusement «déshonoré» cette dernière. Une balle entre les deux yeux de l'importun suffira à régler ce différend. Le jeune homme a beau pouvoir se targuer d’avoir agi en légitime défense, il choisit de fuir. Avec une cargaison de livres séditieux imprimés par son père, il part pour Paris. En quelques semaines, l'intrépide fuyard réussira à se faire une petite place dans la capitale sous le pseudonyme d'Alessandro Vesperelli. L'ironie de l'histoire veut que ce soit avec l'aide des autorités, qui n'ont pas tardé à repérer ce fanfaron. Engagé comme espion à la solde du lieutenant général de police, Alessandro est chargé de lui rapporter ce qui se dit dans les salons. Une tâche dont il s'acquitte fort bien. C'est ainsi que chez madame de Vaupertuis, il croise Mesmer, le médecin viennois qui fait fureur avec son traitement par les fluides. Alexandre-Joseph, qui sent le bon coup, va parvenir à le persuader de l'embaucher comme assistant. Mais la fortune qu’il attend de cet emploi tarde à venir. Qu’à cela ne tienne ! Dans le tourbillon d'idées nouvelles qui électrisent Paris à la fin du XVIIIe siècle, il va vite trouver un autre moyen de réussir. Il a en effet fait la connaissance d'un homme féru de sciences, le marquis de Faverolles, qui le fascine par ses trouvailles. À ses côtés, il découvre certaines applications dans le domaine de l’optique et s'imagine déjà riche en développant une invention propre à déplacer les foules, sorte d'ancêtre de la photographie, mêlant art et lumière. Avec son nouveau protecteur et amant, il imagine un bâtiment circulaire qui, éclairé de manière ciblée, donnerait littéralement au visiteur l'impression d'entrer dans le décor. La construction de ce qu'il nomme Panthéome va alors occuper toutes ses journées. Il va trouver artistes et architectes de renom, maître d'œuvre, maçon et charpentier afin d'ériger cet édifice révolutionnaire. Ce dernier qualificatif va toutefois faire capoter le projet. Car les ouvriers délaissent le chantier pour aller détruire un autre édifice. Nous sommes le 14 juillet 1789 et la prise de la Bastille marque le début de la Révolution française. Notre aventurier ne voit toutefois dans cet assaut qu’un fâcheux contretemps et décide de mettre à profit cette parenthèse pour exercer ses talents d'espion à Londres. Une activité lucrative, car il en profite de ses traversées pour faire de la contrebande. Incidemment, il entend parler du Panorama et se dit que son Panthéome y ressemble furieusement. Soupçonnant le plagiat, il va voir toutes ses illusions et ses rêves de gloire s'envoler lorsqu’il remet les pieds en France. Comme dans Torrentius, Colin Thibert mêle avec bonheur le romanesque et l'Histoire. Fort bien documenté, il nous entraîne avec gourmandise dans cette époque frénétique où les idées volent aussi vite que les têtes, où l'aristocratie voit s'envoler tous ses pouvoirs et où les rêves de gloire s'envolent en fumée. Le style est allègre, le rythme entraînant, l’humour dispensé avec finesse. Alors même le drame prend des allures de joyeuse épopée ! L'aventurier, l'inventeur et la Révolution Dans ce nouveau roman historique Colin Thibert nous propose de suivre les tribulations d'un neuchâtelois monté à Paris à la veille de la Révolution. Son audace va lui permettre de grimper les échelons, mais l'entreprise n'est pas sans risques. C'est dans les environs de Neuchâtel, alors prussienne, que Colin Thibert choisit de situer les premières scènes de ce savoureux roman. Alexandre-Joseph Martinet-Dubied a le malheur de croiser le père d'une jeune fille, féru des Écritures, qui lui demande réparation après qu'il ait joyeusement «déshonoré» cette dernière. Une balle entre les deux yeux de l'importun suffira à régler ce différend. Le jeune homme a beau pouvoir se targuer d’avoir agi en légitime défense, il choisit de fuir. Avec une cargaison de livres séditieux imprimés par son père, il part pour Paris. En quelques semaines, l'intrépide fuyard réussira à se faire une petite place dans la capitale sous le pseudonyme d'Alessandro Vesperelli. L'ironie de l'histoire veut que ce soit avec l'aide des autorités, qui n'ont pas tardé à repérer ce fanfaron. Engagé comme espion à la solde du lieutenant général de police, Alessandro est chargé de lui rapporter ce qui se dit dans les salons. Une tâche dont il s'acquitte...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lalitote 03/04/2023
    Un roman historique porté par un jeune héros dont nous suivrons les errances avec délectation. Alexandre-Joseph, quitte son père et ses frères pour fuir un geste malheureux ayant entraîné une mort accidentelle. Dès lors le jeune homme quitte sa Suisse natale pour la France, nous sommes à la fin du XVIIIe siècle et la révolution française ne va pas tarder à éclater. Avec son visage d'ange, le jeune homme charme tous ceux qu'il rencontre notamment un vieux marquis qui va devenir son protecteur et l'anoblir. On sent une grande liberté dans ses mœurs puisqu'il est capable d'aller vers les filles comme vers les garçons. C'est donc affublé de titre de chevalier qu'il se lance dans la grande aventure de la vie avec comme projet d'y faire fortune. Il ne s’embarrasse pas de grands principe et n'hésite pas à faire feu de tout ce qui peut lui être profitable. Et tant pis si pour cela il devra laisser derrière lui le marquis à son triste sort. Un roman court et intense qui tient le lecteur en haleine car on se prend vite d'affection pour ce jeunot un rien candide à la folle ambition. Avec un style adapté à l'époque, Colin Thibert nous offre sa vision de cette période de l'histoire troublée et riche en découvertes qui passionnèrent les foules de l'époque comme celle du docteur Mesmer sur le magnétisme ou encore « les panoramas ». Ces installations impressionnantes immersives qui permettaient de projeter les spectateurs dans un monde en trompe l’œil. En s'appuyant sur des fait réels et en les intégrants à son intrigue, l'auteur nous offre un condensé original de ce qui se faisait à cette époque. Sans oublier des dialogues enlevés et la touche d'humour bienvenue qui vient alléger certaines situations qui aurait pu alourdir le récit. On reste sur sa faim quand à la triste destinée du chevalier fracassé, une suite peut-être ? Bonne lecture.Un roman historique porté par un jeune héros dont nous suivrons les errances avec délectation. Alexandre-Joseph, quitte son père et ses frères pour fuir un geste malheureux ayant entraîné une mort accidentelle. Dès lors le jeune homme quitte sa Suisse natale pour la France, nous sommes à la fin du XVIIIe siècle et la révolution française ne va pas tarder à éclater. Avec son visage d'ange, le jeune homme charme tous ceux qu'il rencontre notamment un vieux marquis qui va devenir son protecteur et l'anoblir. On sent une grande liberté dans ses mœurs puisqu'il est capable d'aller vers les filles comme vers les garçons. C'est donc affublé de titre de chevalier qu'il se lance dans la grande aventure de la vie avec comme projet d'y faire fortune. Il ne s’embarrasse pas de grands principe et n'hésite pas à faire feu de tout ce qui peut lui être profitable. Et tant pis si pour cela il devra laisser derrière lui le marquis à son triste sort. Un roman court et intense qui tient le lecteur en haleine car on se prend vite d'affection pour ce jeunot un rien candide à la folle ambition. Avec un style adapté à l'époque, Colin...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Vehme 12/02/2023
    Qui l'eût cru? Les hussards sont de retour. Esprit de Jacques Laurent, que faisais-tu quand la marquise Héloïse d'Ormesson sortit à cinq heures? Tu hantais ce vieux guéridon où Jules Barbey d'Aurevilly donnait ses diaboliques parties de whist et que Colin Thibert a fait tourner dans le mauvais sens, par désoeuvrement: avoue, spectre facétieux!
  • Nono92120 29/01/2023
    Je remercie tout d'abord La Masse critique de Babelio et les éditions Heloïse d'Ormesson pour l'envoi du roman "le chevalier fracassé". C'est l'histoire d'un séduisant aventurier qui rêve de fortune facile, alors que la France bascule dans l'époque tourmentée et violente de la Révolution de 1789. Alexandre-Joseph est un jeune homme issu d'une famille aisée de Neufchâtel, aux moeurs légères, qui commet un crime. De là, on suit ses aventures à Paris sous l'identité d'Alessandro, en tant qu'espion auprès du médecin Mesmer, de Mme de Vaupertuis, et enfin en tant que chevalier auprès du marquis de Faverolles. Le jeune homme est ambitieux et s'apprête à lancer un projet imaginé par l'excentrique marquis de Faverolles, mais la Révolution, telle une faucheuse, va réduire ses espoirs à néant et le faire revenir au bercail, sans le sous, et la gueule "fracassée"... On suit l'évolution d'un "anti-héros", sans états d'âme et cherchant la facilité, auxquelles les circonstances vont donner plus de consistance et un peu plus d'humanité. Je n'ai pas particulièrement accroché, je m'attendais à plus de rebondissements compte tenu de la période historique choisie, la Révolution, et une approche plus psychologique des personnages.
Inscrivez-vous à la Newsletter Lisez!, la Newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés

Lisez maintenant, tout de suite !