RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Cimetière des poupées

            Julliard
            EAN : 9782260017301
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 162
            Format : 130 x 205 mm
            Le Cimetière des poupées

            Date de parution : 16/08/2007

            Comment elle, la mère dévouée, l'épouse aimante, pilier d'un couple admiré de tous, a-t-elle pu devenir cette impardonnable meurtrière ? Comment a-t-elle pu dissimuler sa grossesse aux yeux de tous, sans que personne ne s'en aperçoive jamais, durant neuf mois ? Quand la folie et le mensonge ont-ils commencé ?
            Au fil de...

            Comment elle, la mère dévouée, l'épouse aimante, pilier d'un couple admiré de tous, a-t-elle pu devenir cette impardonnable meurtrière ? Comment a-t-elle pu dissimuler sa grossesse aux yeux de tous, sans que personne ne s'en aperçoive jamais, durant neuf mois ? Quand la folie et le mensonge ont-ils commencé ?
            Au fil de son tumultueux monologue, c'est la tragédie d'un amour malsain, plus mortel que la gangrène, qui apparaît comme une effroyable vérité. Elle adresse sa longue confession à l'homme, son mari, le seul amour de sa vie. Elle n'est pas sûre qu'il lira sa lettre. Encore moins qu'il veuille tenter de comprendre. Et pourtant, sans se dérober, elle cherche en elle-même les origines de son crime. Elle remonte le temps pour trouver les prémisses de la folie, très loin, quand elle n'était qu'une petite fille – et déjà, un monstre en puissance.

            Pour son retour à la fiction, Mazarine Pingeot s'attaque avec audace à un sujet troublant. Pari risqué, pari réussi. Aujourd'hui jeune mère comblée, elle confirme un talent étonnant lui permettant de prêter sa voix à une infanticide. Explorant jusqu'au tréfonds les contradictions et les obsessions d'un personnage féminin aussi glacial que désespéré, Mazarine Pingeot écrit un texte bouleversant.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782260017301
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 162
            Format : 130 x 205 mm
            Julliard
            17.50 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • instantxc Posté le 25 Juin 2016
              Sous forme de lettres à son mari, l'"héroïne" tente d'expliquer les raisons qui l'ont poussé à tuer et dissimuler leur enfant. Elle revient pour cela sur son histoire, sur leur histoire, décrivant sans en prendre conscience la pression psychologique et l'influence qu'ont exercé tour à tour sur elle sa mère, puis son mari. Puis elle sort finalement de sa passivité pour redonner sa part de responsabilité à celui-ci et le ton devient plus tranchant. Toutefois, ce revirement arrive un peu tard dans l'histoire et la focale sur un unique point de vue peut-être frustrante.
            • luis1952 Posté le 7 Juillet 2013
              Mazarine Pingeot s'est basée sur un fait divers tragique pour écrire ce roman. Que s'est-il déroulé dans la tête de cette femme coupable d'infenticide ? L'auteure du roman s'est mise dans la peau de cette mère, et raconte les faits épouvantables depuis une chambre de cellule, comme une lettre adressée aux gens pour qu'ils comprennent ce qu'il s'est passé.
            • missmolko1 Posté le 24 Septembre 2012
              Ma critique ne va pas être objective, puisque Le cimetière des poupées est un vrai coup de cœur pour moi! Autant le dire tout de suite je partais avec une tonne d’à priori : Mazarine Pingeot est une personnalité publique alors est-ce que son écriture allait être à la hauteur de mes attentes? De plus les critiques que j'avais lu n'étais pas très élogieuses et pour finir j'ai déniché ce roman sur les étagères poussiéreuses et bancales d'un emmaüs dans une petite ville de campagne au fin fond de ma Picardie natale! Autant vous le dire, ça s'annoncer mal! Et bien je me trompais sur toute la ligne. L'auteur déjà à une plume magnifique, dès les premières lignes, j'ai été captivé et surprise d'avoir ici affaire a une auteure au grand talent. De ce roman on ne sort pas indemne. L'histoire s'inspire de l'affaire Véronique Courjault, qui à fait la une des médias il y a quelques années. A travers une lettre a son mari, la narratrice essaie d'expliquer l’inexplicable. Comment cette mère de famille, cette épouse a pu cacher sa grossesse, son accouchement, tuer son enfant et le placer dans un congélateur. Au fil des pages, on n'en apprend plus sur cette... Ma critique ne va pas être objective, puisque Le cimetière des poupées est un vrai coup de cœur pour moi! Autant le dire tout de suite je partais avec une tonne d’à priori : Mazarine Pingeot est une personnalité publique alors est-ce que son écriture allait être à la hauteur de mes attentes? De plus les critiques que j'avais lu n'étais pas très élogieuses et pour finir j'ai déniché ce roman sur les étagères poussiéreuses et bancales d'un emmaüs dans une petite ville de campagne au fin fond de ma Picardie natale! Autant vous le dire, ça s'annoncer mal! Et bien je me trompais sur toute la ligne. L'auteur déjà à une plume magnifique, dès les premières lignes, j'ai été captivé et surprise d'avoir ici affaire a une auteure au grand talent. De ce roman on ne sort pas indemne. L'histoire s'inspire de l'affaire Véronique Courjault, qui à fait la une des médias il y a quelques années. A travers une lettre a son mari, la narratrice essaie d'expliquer l’inexplicable. Comment cette mère de famille, cette épouse a pu cacher sa grossesse, son accouchement, tuer son enfant et le placer dans un congélateur. Au fil des pages, on n'en apprend plus sur cette femme, sur son enfance, sur sa vie de couple ou elle n'est que l'ombre d'un mari tyrannique, sur cette mère aimant ses enfants. Un livre que je recommande.
              Lire la suite
              En lire moins
            • zelig Posté le 10 Avril 2011
              Retour à la fiction pour Mazarine Pingeot qui faisait en 2005 une halte par des souvenirs touchant de sincérité avec Bouche Cousue dont j'ai parlé ici. Avec Le cimetière des poupées, l’auteur s’attaque cette fois à la tragédie dans la lente confession d’un infanticide. Depuis sa prison, elle adresse une lettre à son mari, qu’il ne lira probablement jamais, sur les origines de son crime...
            • Lencreuse Posté le 27 Juillet 2010
              Dans une longue lettre adressée à son mari, une femme se confie, tentant d’expliquer l’inexplicable : le meurtre de son nouveau-né. Elle dit sa vie d’enfant, d’adolescente, de mère aimante, de femme soumise. Une vie passée à tenter d’être aimée, d’abord par une mère bien trop occupée puis par un mari qui nie son statut de femme. Une vie passée dans l’ombre et l’angoisse, à tenter en vain de satisfaire les autres. Elle livre aussi la dernière grossesse tue, cachée, vécue dans la solitude. Le roman de Mazarine Pingeot a déjà fait couler beaucoup d’encre, certains lui reprochant d’exploiter le terrible fait divers dit « des bébés congelés ». Au-delà de cette polémique, ce livre est un monologue enragé qui dit la violence et dérange. Il aborde le quotidien d’une femme humiliée par un mari qu’elle admire, d’une femme qui subit parce qu’elle ne se sent pas digne d’amour. Il évoque ces violences qui ne laissent pas de traces sur les corps mais bousillent les cœurs et les êtres de l’intérieur. C’est un texte fort qui dérange car, si l’on ne peut excuser l’infanticide – dont le déroulement n’est d’ailleurs pas révélé, une bonne chose ! -, la narratrice déroule sous... Dans une longue lettre adressée à son mari, une femme se confie, tentant d’expliquer l’inexplicable : le meurtre de son nouveau-né. Elle dit sa vie d’enfant, d’adolescente, de mère aimante, de femme soumise. Une vie passée à tenter d’être aimée, d’abord par une mère bien trop occupée puis par un mari qui nie son statut de femme. Une vie passée dans l’ombre et l’angoisse, à tenter en vain de satisfaire les autres. Elle livre aussi la dernière grossesse tue, cachée, vécue dans la solitude. Le roman de Mazarine Pingeot a déjà fait couler beaucoup d’encre, certains lui reprochant d’exploiter le terrible fait divers dit « des bébés congelés ». Au-delà de cette polémique, ce livre est un monologue enragé qui dit la violence et dérange. Il aborde le quotidien d’une femme humiliée par un mari qu’elle admire, d’une femme qui subit parce qu’elle ne se sent pas digne d’amour. Il évoque ces violences qui ne laissent pas de traces sur les corps mais bousillent les cœurs et les êtres de l’intérieur. C’est un texte fort qui dérange car, si l’on ne peut excuser l’infanticide – dont le déroulement n’est d’ailleurs pas révélé, une bonne chose ! -, la narratrice déroule sous nos yeux un processus macabre dont on « comprend » la finalité. Non que cela rende le geste excusable mais il répond à une logique propre qui ne procède pas d’un esprit sadique mais d’un geste d’amour réfléchi. Pire encore, me direz-vous. Peut-être. En tout cas, ce texte court et tenu ne laisse pas indifférent.
              Lire la suite
              En lire moins
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
            Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.