Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221127933
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 198
Format : 135 x 215 mm

Le Combat continue

Résister à la mafia et à la corruption

MARGUERITE POZZOLI (Traducteur)
Date de parution : 23/02/2012

Avec Le combat continue, Roberto Saviano prouve qu’il compte parmi les plus importantes figures intellectuelles et artistiques contemporaines.

Le combat continue réunit des textes écrits pour une émission de « télévision citoyenne », conçue et présentée par Roberto Saviano, consacrée à l’Italie d’aujourd’hui – un programme plébiscité par le public transalpin. Le présent recueil témoigne de la rencontre entre un homme – Roberto Saviano, intellectuel et conteur hors...

Le combat continue réunit des textes écrits pour une émission de « télévision citoyenne », conçue et présentée par Roberto Saviano, consacrée à l’Italie d’aujourd’hui – un programme plébiscité par le public transalpin. Le présent recueil témoigne de la rencontre entre un homme – Roberto Saviano, intellectuel et conteur hors pair, accusé par Silvio Berlusconi de donner une mauvaise image de l’Italie et adoubé par Umberto Eco qui voit en lui une personnalité intellectuelle de tout premier plan – et un pays, souvent décrit comme politiquement désabusé, en attente d’un profond changement.
Il est ici question, entre autres, des mécanismes de censure mis en place par le pouvoir en vue de discréditer ses adversaires, de l’implantation de la criminalité organisée dans le nord de la péninsule, de la position de l’Église sur l’euthanasie, ou encore de l’impéritie de l’État face à la pollution à Naples comme au tremblement de terre de L’Aquila. À travers l’ensemble des sujets évoqués, se dessine en creux un portrait aussi saisissant que contrasté, sans fard et sans concession, de la société italienne contemporaine. Roberto Saviano donne aux histoires qu’il raconte une force, une portée et un retentissement universels.
Dignité, courage, vertus des idéaux et du combat politique, Saviano adopte la forme du récit moins pour divertir son lecteur que pour l’édifier. Moraliste sans jamais être moralisateur, il murmure à son oreille, en appelle à son cœur et interpelle son esprit. Vivant sous protection policière depuis que sa tête a été mise à prix par la Mafia, l’auteur de Gomorra continue cependant, envers et contre tous, de dénoncer un système gangrené et corrompu. Dans un très beau texte inédit « Autoportrait d’un boss », retraçant le parcours d’un parrain repenti de la Mafia, Saviano revient sur cette question récurrente qui hante son œuvre : comment la machine vous happe et vous broie, et comment trouver, jour après jour, la force d’y résister.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221127933
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 198
Format : 135 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lolomei Posté le 26 Août 2015
    Excellent! Une critique froide et sans détour de l'Italie mafieuse, mais pas que, au milieu de ce récit difficile à encaisser, quelques anecdotes touchantes comme celle de ce couple qui se battra toute sa vie malgré la maladie du mari. C'est le premier livre de Saviano que je lis, je connaissais Gomorra, la série (brillant), je suis maintenant tout aussi convaincu par l'auteur.
  • historia Posté le 9 Juillet 2013
    Prenant, et d'un formidable courage.
  • encoredunoir Posté le 6 Mars 2013
    Après avoir lu, il y a quelques années l’impressionnant Gomorra, j’ai, comme tout le monde entendu parler ici ou là de Roberto Saviano, lu quelques-unes de ses tribunes et vu quelques reportages sur lui. Personnage fascinant, condamné à une fuite perpétuelle et à l’intimité définitivement détruite par l’obligation de toujours déménager avec une escorte à son train. Personnage courageux aussi, fort de ses convictions et du besoin de dire son écœurement face aux collusions entre mafieux et milieux politiques, religieux et d’affaires. Et, bien entendu, personnage un tantinet agaçant avec cette façon qui semble parfois un peu arrogante de donner des leçons sur tout et à tout le monde. Bref, cela faisait un moment que j’hésitais à lire Le combat continue, recueil de textes écrits pour l’émission Vieni via con me, dans laquelle Saviano contait des histoires illustrant l’emprise mafieuse sur son pays et le poids d’un certain archaïsme dans la pensée et la manière de voir le monde des Italiens. Parce que, si j’étais de prime abord attiré par ces réflexions, je craignais aussi une dérive à la BHL chez Saviano. Et, de fait, quand bien même Roberto Saviano à cela de différent de BHL que lui, paye vraiment le... Après avoir lu, il y a quelques années l’impressionnant Gomorra, j’ai, comme tout le monde entendu parler ici ou là de Roberto Saviano, lu quelques-unes de ses tribunes et vu quelques reportages sur lui. Personnage fascinant, condamné à une fuite perpétuelle et à l’intimité définitivement détruite par l’obligation de toujours déménager avec une escorte à son train. Personnage courageux aussi, fort de ses convictions et du besoin de dire son écœurement face aux collusions entre mafieux et milieux politiques, religieux et d’affaires. Et, bien entendu, personnage un tantinet agaçant avec cette façon qui semble parfois un peu arrogante de donner des leçons sur tout et à tout le monde. Bref, cela faisait un moment que j’hésitais à lire Le combat continue, recueil de textes écrits pour l’émission Vieni via con me, dans laquelle Saviano contait des histoires illustrant l’emprise mafieuse sur son pays et le poids d’un certain archaïsme dans la pensée et la manière de voir le monde des Italiens. Parce que, si j’étais de prime abord attiré par ces réflexions, je craignais aussi une dérive à la BHL chez Saviano. Et, de fait, quand bien même Roberto Saviano à cela de différent de BHL que lui, paye vraiment le prix de ses engagements et le paiera peut-être même un jour de son sang, il est indéniable que ce côté moralisateur et parfois emphatique peut-être gênant à certains moments. Néanmoins, comme il l’avait montré avec Gomorra, Saviano possède une belle plume et montre un grand talent de journaliste en ce qu’il connaît à fond son sujet et sait l’illustrer avec des histoires particulièrement bien choisies et parlantes. De la manière dont le juge Falcone, avant de devenir un héros en mourant, fut longtemps considéré comme un paria y compris par ses pairs, à l’édifiante histoire de la résidence étudiante qui s’effondra lors du séisme de l’Aquila en passant par la question de l’euthanasie ou par le traitement des déchets, Saviano dresse un portrait bien morne et désespérant de son pays tout en mettant en avant ces personnes, souvent anonymes qui, parce qu’elles se dressent à leur niveau contre l’ordre mafieux, lui rendent une part de sa dignité. Le combat continue, malgré un titre un peu pompeux et, donc, cette posture un peu agaçante de martyr seul contre tous qu’a parfois tendance à adopter son auteur – et il le reconnait d’ailleurs parfois – se révèle finalement être un livre à la fois instructif et propre à stimuler la réflexion et un ouvrage porté par une écriture agréable, ce qui n’est pas forcément le cas de ce genre d’ouvrage. On signalera par ailleurs que Saviano a adapté sa préface à la traduction française en parlant de la façon dont les organisations mafieuses s’implantent en France. On y apprendra notamment que certains clans de la N’Drangheta calabraise ont choisi de s’implanter à… Clermont-Ferrand. Puisque je vous dis que c’est instructif.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Katsandrya Posté le 8 Novembre 2012
    j'ai vibré au son de ces mots écrits sur les pages. Ce journaliste de 33 ans, qui a un contrat de la part de la mafia sur sa tête et qui est aussi l'auteur du célèbre livre devenu film : Gomorra. Titre mal choisi je trouve en français, en Italien, il s'intitule "Vieni via con me" qui signifie "Pars avec moi", et qui sous-entend un voyage de compréhension, c'est du moins mon interprétation. Là, il s'agit de faire suite à une émission de télévision diffusée en 2010 sur la Rai 3. Deuxième partie de soirée, un concept un peu "étrange" des sujets pas toujours drôles, jamais même vraiment, et pourtant : 30 % d'audience. Plus de 8 millions de spectateurs, plus 5 millions en ligne quelques jours après la diffusion de l'émission. Laquelle est toujours disponible au visionnage et ce de façon gratuite. Et oui, je l'ai regardée aussi. Le livre est différent. Les sujets abordés ne sont pas tout à fait les même et tout a été plus ou moins ré-écrit. Mais le message est fort. Le message que veut faire passer Roberto Saviano est très simple : chaque citoyen doit s'impliquer dans sa vie de tous les jours pour changer les... j'ai vibré au son de ces mots écrits sur les pages. Ce journaliste de 33 ans, qui a un contrat de la part de la mafia sur sa tête et qui est aussi l'auteur du célèbre livre devenu film : Gomorra. Titre mal choisi je trouve en français, en Italien, il s'intitule "Vieni via con me" qui signifie "Pars avec moi", et qui sous-entend un voyage de compréhension, c'est du moins mon interprétation. Là, il s'agit de faire suite à une émission de télévision diffusée en 2010 sur la Rai 3. Deuxième partie de soirée, un concept un peu "étrange" des sujets pas toujours drôles, jamais même vraiment, et pourtant : 30 % d'audience. Plus de 8 millions de spectateurs, plus 5 millions en ligne quelques jours après la diffusion de l'émission. Laquelle est toujours disponible au visionnage et ce de façon gratuite. Et oui, je l'ai regardée aussi. Le livre est différent. Les sujets abordés ne sont pas tout à fait les même et tout a été plus ou moins ré-écrit. Mais le message est fort. Le message que veut faire passer Roberto Saviano est très simple : chaque citoyen doit s'impliquer dans sa vie de tous les jours pour changer les choses, les petites ou les grandes - tout dépend de ces capacités - et de changer l'Italie. Pour qu'elle devienne enfin l'Italie dont les Italiens ont envie, dont ils rêvent. Ne plus vendre son vote à la mafia pour le candidat qui aura payé le pot de vin adéquat, ne plus regarder ailleurs quand un immeuble est mal construit (La Casa delle Studente à l'Aquila par exemple !), ne plus se laisser faire et encore moins considérer la "pieuvre" comme faisant partie de la culture Italienne. Car la culture Italienne c'est bien plus que de la résumer à la mafia, aux pots de vins, au travail au noir, au trafic de drogue. Ce n'est pas non plus le caffé ristretto, les lasagnes bolognaises, les anti-pasti, le calcio... c'est aussi la justice, le droit, et la possibilité de changer ce qui semble immuable. Parce que le peuple Italien le peut, il faut qu'il le fasse. C'est un message fort, qui va droit dans ma toute petite partie qui a passé du temps en Italie avec la famiglia qu'elle avait là-bas, des amis qui lui ont montré l'Aquila, Roma, Pescara.... et même Napoli, ville d'origine. La République Italienne est un choix des habitants, l'Etat, ce sont eux. Voilà le fin mot de l'histoire, et même si on a l'impression que j'ai "tout dit" du livre, laissez-vous emportez par les mots de l'auteur : partez avec lui...
    Lire la suite
    En lire moins
  • ay_guadalquivir Posté le 30 Mars 2012
    Oh bien sûr, on pourra s'agacer de voir Roberto Saviano faire une promotion importante de son livre. On pourra s'agacer aussi que la préface à l'édition française rappelle au lecteur que la corruption mafieuse n'est pas une amusante particularité italienne, mais touche aussi notre pays. Et pour le reste, il faut bien admirer l'engagement incroyable de ce jeune homme (32 ans) dans un combat dont on peut craindre qu'il l'épuisera, mais porte si haut la dignité, l'intégrité. Ce livre est le recueil des histoires présentées lors d'une émission télévisée dont la vie fut trop courte, Vieni via con me. Quelques histoires de mafia qui suscitent la curiosité, et d'autres qui montrent la corruption profonde de l'Italie entière (séisme de l'Aquila, déchets de Naples). Le tout baigné dans une eau républicaine tout à fait vivifiante. Gomorra était peut-être plus sombre, Le combat continue plus tourné vers l'espoir, pour tous ceux qui veulent simplement ne pas renoncer, et se tenir debout.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.