RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Cri du goéland

            Presses de la cité
            EAN : 9782258114517
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 256
            Format : 125 x 195 mm
            Le Cri du goéland

            Date de parution : 16/10/2014
            Bretagne. Paul Benalec, jeune patron pêcheur, abandonne la femme de sa vie et son métier pour devenir prêtre après la mort tragique de trois équipiers en pleine tempête et se retire dans un monastère.
             
            « Autour de lui, une campagne sauvage où alternaient rochers et arbustes, un ciel épais et lourd qui écrasait l’horizon. Les gémissements de la terre le tenaillaient, torturaient sa chair au point qu’il posa sa tête sur le volant. Le vent s’était renforcé. L’air avait un goût d’iode, de sel et... « Autour de lui, une campagne sauvage où alternaient rochers et arbustes, un ciel épais et lourd qui écrasait l’horizon. Les gémissements de la terre le tenaillaient, torturaient sa chair au point qu’il posa sa tête sur le volant. Le vent s’était renforcé. L’air avait un goût d’iode, de sel et d’algues mortes, un goût d’océan qui lui rappelait sa faute, sa lâcheté, son crime. Plus jamais il ne marcherait la tête haute…
            ― Je ne pourrai pas, gémit-il. »


            Paul Benalec est prêtre. Cette vie, il l’a choisie pour expier une erreur de jeunesse dont les conséquences ont été tragiques. A l’époque, Paul, jeune marin pêcheur, a lourdement investi dans l’achat d’un nouveau bateau. Fiancé à Marie, il habite un village entre Audierne et la pointe du Raz. Un jour de grande tempête, et malgré les mises en garde, il embarque avec ses trois équipiers qui périssent noyés dans les flots glacés de l’océan. Paul, en proie à une terrible culpabilité, renonce à tout, au mariage, à son métier de marin, et intègre le séminaire… Quelques années plus tard, il est nommé prêtre dans la paroisse d'un village voisin. Mais les souvenirs du drame demeurent. Personne n’a oublié sa fuite, ni Marie, ni les familles des trois marins disparus qui ne tardent pas à lui demander des comptes. Son statut d’homme d’Eglise pourra-t-il le protéger ? Paul va-t-il enfin réussir à affronter les démons du passé, cette peur de la mer qui ne l’a jamais quitté, et surtout apaiser sa conscience ?
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258114517
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 256
            Format : 125 x 195 mm
            Presses de la cité

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • domdu84 Posté le 15 Février 2018
              Cette histoire se passe en Bretagne, Gilbert Bordes nous dit dans la préface : « Dans Le Cri du goéland, je me suis penché sur mon incessante quête de spiritualité. Un désir d’amour universel qui serait le ciment de l’univers. Et cette certitude que même égarée, la brebis fait partie du troupeau. « Parle, tu ne seras point jugé. » Le prêtre détenteur d’une confession qu’il ne trahit jamais, même s’il devient lui-même l’accusé d’un crime dont il a eu les confidences du criminel, accomplit le plus grand acte de compassion que je connaisse. » Deuxième roman de la parution récente « Au nom du bonheur » sortie par les éditions Omnibus, je l’ai dévoré. Paul, suite à un accident en mer dont il se sent responsable, se retire pendant 6 ans dans un couvent, et au sortir de celui-ci abandonne Marie, sa compagne avec qui il a vécu 10 ans, et devient prêtre. Ses méthodes ne conviennent pas aux paroissiens, car il a sa propre façon de concevoir l’amour de son prochain, sans compromis, sans appliquer ce que l’Église dicte depuis des siècles. Le respect du secret de la confession le rend plus fort face à ceux qui critiquaient ses méthodes. Et la façon de venir en... Cette histoire se passe en Bretagne, Gilbert Bordes nous dit dans la préface : « Dans Le Cri du goéland, je me suis penché sur mon incessante quête de spiritualité. Un désir d’amour universel qui serait le ciment de l’univers. Et cette certitude que même égarée, la brebis fait partie du troupeau. « Parle, tu ne seras point jugé. » Le prêtre détenteur d’une confession qu’il ne trahit jamais, même s’il devient lui-même l’accusé d’un crime dont il a eu les confidences du criminel, accomplit le plus grand acte de compassion que je connaisse. » Deuxième roman de la parution récente « Au nom du bonheur » sortie par les éditions Omnibus, je l’ai dévoré. Paul, suite à un accident en mer dont il se sent responsable, se retire pendant 6 ans dans un couvent, et au sortir de celui-ci abandonne Marie, sa compagne avec qui il a vécu 10 ans, et devient prêtre. Ses méthodes ne conviennent pas aux paroissiens, car il a sa propre façon de concevoir l’amour de son prochain, sans compromis, sans appliquer ce que l’Église dicte depuis des siècles. Le respect du secret de la confession le rend plus fort face à ceux qui critiquaient ses méthodes. Et la façon de venir en aide au petit Amaury, enfant turbulent, est symbolique de sa grandeur d’âme. J’ai bien aimé sa façon d’aborder l’être humain, car je partage tout à fait son point de vue, et personnellement, je refuse toute contrainte d’ordre idéologique, seule se que l’on pense doit intervenir dans sa propre vie. Le respect de l’autre, et l’aider, mais pas agir selon les ordres de certaines personnes qui ne font les choses que pour leur égo et leur portefeuille.
              Lire la suite
              En lire moins
            • noirame Posté le 18 Août 2017
              J'ai bien aimé ce livre car il parle de la vie d'un ancien marin, reconverti en prêtre, dans un petit village de Bretagne. J'aime le thème de la mer, la vie simple des villageois attachés à la nature et aux traditions... On s'attache facilement aux personnages et l'écriture, fluide, est très agréable à lire. Deux petits bémols cependant... L'histoire "traîne" un peu en longueur lors de l'enquête policière autour du meurtre du villageois, alors que de notre point de vue de lecteur, nous connaissons dès le départ la coupable... Le refus du prêtre de parler à la police de son innocence est assez agaçante voire irréaliste (même s'il est tenu par le secret professionnel en tant que prêtre, ça ne devrait pas l'empêcher de dire à la police qu'il est innocent !!) Enfin, je m'attendais à ce que le roman parle un peu plus de la mer et des marins (peut-être à cause de l'illustration de la couverture !), mais en fait le roman commence après la reconversion du héros en tant que prêtre... Mais je conseille quand-même ce roman.
            • soleil22 Posté le 27 Mai 2017
              Un assez bon livre qui se lit rapidement ( personnellement je l'ai lu en 2 jours), il parle de Paul Benalec un ancien marin pêcheur devenu prêtre après avoir perdu 3 compagnons dont son frère lors d'une tempête. [masquer] Aussitôt après avoir pris ses fonctions dans le petit village de Sabrenat, un événement va faire que ce prêtre va être mêlé à une enquête sur un meurtre.[/masquer]
            • MediathequeFayl Posté le 24 Septembre 2015
              Très beau livre sur le destin d'un marin pêcheur qui a perdu plusieurs personnes dans un naufrage. Pour se racheter, il souhaite devenir prêtre. Cependant, ce sera une vocation bafouée et il reviendra sur sa décision. Très beau roman qui se lit facilement.
            • brinvilliers Posté le 30 Août 2013
              Paul Bénalec est devenu prêtre suite à l'accident en mer où il est devenu le seul survivant. Après 10 ans de vie commune il a quitté Marie et son village natal. Quelques années plus tard, il revient nommé prêtre dans un village voisin. Aucune rancoeur n'est oublié suite au drame où il part son frère et deux amis. Il est un prêtre différent des autres, ce que la population n'apprécie pas. De plus, il s'attache à Amaury, enfant rebelle, dont le père est mort suite à un braquage raté. Les haines cachées vont faire de le coupable d'un meurtre qu'il n'a pas commis. En confession, il apprend que c'est la veuve d'un des ses amis et qui a tué M. Leguyère, et fait tout pour qu'il soit accusé. Que peut faire un prêtre tenu par le secret de la confession ? C'est un roman qui parle de la Bretagne profonde avec ses petits villages où tout le monde connaît tout sur tout le monde. Gilbert Bordes nous conte une atmosphère rude, perfide, autant par les tempêtes de la mer que celles des humains. Un très bon roman du terroir.
            Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
            Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.