Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749103334
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 220 mm

Le Diable et Daniel Silverman

Collection : Néo
Date de parution : 05/05/2005

Le nouveau roman de l'auteur de La conspiration des ténèbres.

Daniel Silverman, romancier dont le dernier succès remonte à près de vingt ans, reçoit une invitation à faire une conférence, émanant du collège évangélique d'une petite ville perdue du Minnesota.

Lorsqu'il arrive à destination, il découvre que les membres du collège en question...

Le nouveau roman de l'auteur de La conspiration des ténèbres.

Daniel Silverman, romancier dont le dernier succès remonte à près de vingt ans, reçoit une invitation à faire une conférence, émanant du collège évangélique d'une petite ville perdue du Minnesota.

Lorsqu'il arrive à destination, il découvre que les membres du collège en question sont des fondamentalistes chrétiens, dont le mode de vie et la vision du monde sont plutôt déroutants. Quel intérêt ont-ils alors à inviter un écrivain comme Daniel Silverman, juif athée et homosexuel, autrement dit l'incarnation quasi parfaite de l'Antéchrist ?

Alors que le blizzard se déchaîne, Daniel va aller de surprise en surprise et vivre un véritable cauchemar.

On retrouve ici le ton inimitable et l'intelligence proprement diabolique de l'auteur de La Conspiration des ténèbres qui, après le cinéma, s'attaque à la fracture religieuse et morale dont souffrent les États-Unis, pour nous livrer un roman aussi palpitant qu'effrayant.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749103334
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 220 mm
Cherche midi

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Christophe_bj Posté le 9 Février 2020
    Quelle trouvaille ! Pris complètement par hasard à la bibliothèque en dépit d’une couverture atroce et sans grand rapport avec l’histoire, ce roman est une vraie merveille. Dire qu’il m’a passionné est encore sous-estimer son impact. J’y ai adoré tout à la fois l’humour décapant et les joutes verbales à propos de la religion, toutes très bien fondées, très justement argumentées, captivantes. En fait, ça m’a même ouvert les yeux sur les raisons profondes qui font que les fondamentalistes chrétiens haïssent l’homosexualité ; je n’avais jamais vraiment compris car pour moi, naïvement (comme le personnage de Silverman !), la religion c’est avant tout un humanisme – et qui est chrétien est nécessairement « gentil ». Or, comme un des intégristes du roman le dit, Dieu n’a rien à voir avec la gentillesse ! Ma seule réserve, l’épilogue, passage obligé du roman américain contemporain, auquel l’auteur a cédé : je trouve cette façon de sur-clore assez détestable. Mais pour le reste, un moment de pure délectation.
  • denisbourez Posté le 5 Juin 2015
    Daniel Silverman est un écrivain un peu has-been vivant à San Francisco. Issu d'une famille juive, il est athée et homosexuel. Ses difficultés à joindre les deux bouts font qu'il ne peut résister à l'invitation à donner une conférence dans une petite ville du Minnesota, un premier janvier, moyennant une somme rondelette. Mais la conférence en question promet d'être atypique. Qui l'invite ? Les frères de l'Église évangélique réformée libre dans le Christ. En quelle qualité ? En tant qu'humaniste juif. Voilà qui s'annonce diablement compliqué, mais il se promet qu'il ne fera que l'aller-retour. Les exceptionnelles conditions météorologiques vont en décider autrement. Le pitch est explosif. Avant même d'attaquer la première page du roman, on se doute que tout cela va tourner au vinaigre. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre avec ce roman. Intelligent et stylé, il vous réserve des moments très drôles, quelques rebondissements plutôt bien sentis et une réflexion sur les religions et leur histoire souvent passionnante. (.../...) Ma critique complète peut être consultée sur mon site.
  • Fuelyod Posté le 19 Mars 2014
    Dans un style qui ne se prend pas au sérieux, l'auteur met en scène un écrivain moderne et tolérant et une communauté religieuse extrémiste, lesquels s’opposent dans de multiples débats. Drôlerie, suspense, angoisse, tendresse, réflexion : tous ces ingrédients se mêlent pour faire de ce roman une réussite.
  • Sara2a Posté le 30 Novembre 2012
    Lecture plaisir … Lire des romans qui parlent d’écrivains, j’adore, et se retrouver dans la tête de Daniel Silverman a été jubilatoire. Daniel Silverman n’est pas un auteur à succès qu’on retrouve en tête des meilleures ventes, mais un écrivain pur et dur qui s’entête à écrire au stylo ce qui lui parait être de la littérature intrinsèque . Ses écrits ne répondent pas au marché commercial, son style est récurrent : reprendre des standards de la littératures en écrivant l’histoire sous l’angle d’un nouveau personnage . Exemple : Moby Dick du point de vue de la baleine ou bien Notre dame de Paris raconté par une gargouille… Malheureusement Daniel Silverman n’est pas invité pour ses talents d’écrivain dans ce collège évangélique où il a plutôt l’impression de se retrouver dans la peau d’un anthropologue parachuté dans une tribu aux rites curieux qui semble lui réserver un sort pour le moins étonnant. Silverman est un personnage déjanté, attachant, drôle et pertinent . Usant d’une dialectique savoureuse il fait vivre au lecteur une aventure sidérante dans une ambiance qui flirte allégrement avec l’angoisse, l’humour et le mysticisme. Du suspens, du rire, de la réflexion bref un excellent moment de lecture que je recommande aux amateurs... Lecture plaisir … Lire des romans qui parlent d’écrivains, j’adore, et se retrouver dans la tête de Daniel Silverman a été jubilatoire. Daniel Silverman n’est pas un auteur à succès qu’on retrouve en tête des meilleures ventes, mais un écrivain pur et dur qui s’entête à écrire au stylo ce qui lui parait être de la littérature intrinsèque . Ses écrits ne répondent pas au marché commercial, son style est récurrent : reprendre des standards de la littératures en écrivant l’histoire sous l’angle d’un nouveau personnage . Exemple : Moby Dick du point de vue de la baleine ou bien Notre dame de Paris raconté par une gargouille… Malheureusement Daniel Silverman n’est pas invité pour ses talents d’écrivain dans ce collège évangélique où il a plutôt l’impression de se retrouver dans la peau d’un anthropologue parachuté dans une tribu aux rites curieux qui semble lui réserver un sort pour le moins étonnant. Silverman est un personnage déjanté, attachant, drôle et pertinent . Usant d’une dialectique savoureuse il fait vivre au lecteur une aventure sidérante dans une ambiance qui flirte allégrement avec l’angoisse, l’humour et le mysticisme. Du suspens, du rire, de la réflexion bref un excellent moment de lecture que je recommande aux amateurs du genre. L'éditeur classe ce roman "Thriller", à mon humble avis, même si l'ambiance est assez pesante, la reflexion et l'humour l'emportent sur le reste .
    Lire la suite
    En lire moins
  • annesolange Posté le 5 Mai 2009
    Daniel Silvermann, romancier en mal de succès, est invité à faire une conférence en tant qu’ « humaniste juif » au sein d'un collège évangélique perdu dans le Minnesota. Il s'agit de fondamentalistes chrétiens qui acceptent difficilement cet athée, juif et homosexuel fidèle. Le blizzard se lève et le bloque au sein de cette communauté. De pesante, la situation tourne vite au cauchemar. Suspense, émotion mais aussi fou rire sont au menu de ce roman inclassable et jubilatoire.
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !