En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le Fard et le Poison

        Presses de la cité
        EAN : 9782258133792
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 360
        Format : 140 x 225 mm
        Le Fard et le Poison

        Date de parution : 14/01/2016
        Une jeune novice retrouvée morte dans un couvent réputé. Des fards empoisonnés qui viseraient une célèbre dame de la cour… Une enquête au parfum de scandale menée avec le flair d’une exquise parfumeuse au cœur du Paris du XVIIIe siècle.
         
        Une jeune novice est trouvée morte au bas d’un escalier, dans le très réputé couvent de l’Assomption qui héberge Alexandrine, la fille de madame de Pompadour. Aussitôt, le doute s’installe : une religieuse prétend avoir trouvé du sang sur le socle d’un chandelier. S’agirait-il d’un assassinat ? Manon Vérité, jeune parfumeuse de... Une jeune novice est trouvée morte au bas d’un escalier, dans le très réputé couvent de l’Assomption qui héberge Alexandrine, la fille de madame de Pompadour. Aussitôt, le doute s’installe : une religieuse prétend avoir trouvé du sang sur le socle d’un chandelier. S’agirait-il d’un assassinat ? Manon Vérité, jeune parfumeuse de la rue Saint-Honoré, décide d’en savoir plus.
        Alors qu’elle tente d’enquêter sur cette affaire, éclate un scandale qui la touche de près : certains des fards de sa boutique ont été empoisonnés. La marquise de Pompadour, sa cliente la plus prestigieuse, serait-elle visée ?
        De la rue Saint-Honoré au sublime château de Bellevue, en passant par le sinistre hospice de la Salpêtrière, Manon, tous sens affûtés, part en quête de la vérité.
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258133792
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 360
        Format : 140 x 225 mm
        Presses de la cité
        21.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • missonia Posté le 7 Mars 2017
          Une jeune novice retrouvée morte dans un couvent réputé. Des fards empoisonnés qui viseraient madame de Pompadour... Une enquête au parfum de scandale menée avec le flair d'une exquise parfumeuse au cœur du Paris du XVIIIe siècle.
        • Franckbook Posté le 28 Février 2016
          Un coup de cœur pour ma première critique sur Babelio! Attiré par la couverture, j'ai acheté ce livre de Béatrice Egemar, une auteure que je ne connaissais pas. C'est un très beau roman policier historique, qui ne se laisse pas enfermer dans le cadre souvent un peu convenu du genre. Car l'héroïne n'est ni policière, ni magistrate, ni religieuse , ni enquêtrice d'aucune sorte: elle est parfumeuse. Béatrice Egemar a probablement vécu à Paris au milieu du 18 éme siècle, et y a certainement rencontré ses personnages. Car à la lecture de son roman, le sentiment de réalité est saisissant. Nous partageons la vie d'une famille d'artisans parfumeurs de la rue Saint-Honoré, où la jeune Manon tient boutique. Nous découvrons un couvent mondain, où le sens des convenances et des réalités economiques l'emporte sans aucun doute sur la vie spirituelle des pensionnaires. Nous croisons des personnages historiques ( la marquise de Pompadour, le lieutenant de police Berryer, et même le roi Louis XV) saisis eux aussi dans leur quotidien. Béatrice Egemar nous offre un livre qui s'installe d'emblée à la hauteur ( au moins !) des meilleurs épisodes des aventures de Nicolas Le Floch. Mais les savoureuses... Un coup de cœur pour ma première critique sur Babelio! Attiré par la couverture, j'ai acheté ce livre de Béatrice Egemar, une auteure que je ne connaissais pas. C'est un très beau roman policier historique, qui ne se laisse pas enfermer dans le cadre souvent un peu convenu du genre. Car l'héroïne n'est ni policière, ni magistrate, ni religieuse , ni enquêtrice d'aucune sorte: elle est parfumeuse. Béatrice Egemar a probablement vécu à Paris au milieu du 18 éme siècle, et y a certainement rencontré ses personnages. Car à la lecture de son roman, le sentiment de réalité est saisissant. Nous partageons la vie d'une famille d'artisans parfumeurs de la rue Saint-Honoré, où la jeune Manon tient boutique. Nous découvrons un couvent mondain, où le sens des convenances et des réalités economiques l'emporte sans aucun doute sur la vie spirituelle des pensionnaires. Nous croisons des personnages historiques ( la marquise de Pompadour, le lieutenant de police Berryer, et même le roi Louis XV) saisis eux aussi dans leur quotidien. Béatrice Egemar nous offre un livre qui s'installe d'emblée à la hauteur ( au moins !) des meilleurs épisodes des aventures de Nicolas Le Floch. Mais les savoureuses recettes de cuisine de Jean-Francois Parot sont remplacées par les délicates créations de fards et de parfums de Manon. Je me pique de connaître assez bien le siècle des lumières, et le travail de documentation historique de l'auteure est remarquable. Elle brosse par exemple, en s'appuyant certainement sur les mémoires de madame du Hausset sa femme de chambre , un portrait tout en nuances de la Pompadour. J'ai savouré ce mélange parfaitement dosé d'intrigue criminelle, de relations convaincantes entre personnages historiques et fictifs, d'immersion dans un 18 éme siècle réel, enlevé d'une plume élégante. Un roman au parfum féminin et subtil, qui est bien plus qu'un polar historique de qualité. Je le conseille sans retenue aux amoureux d'histoire et d'histoires, et bien sûr aux amateurs de policiers historiques.
          Lire la suite
          En lire moins
        • brinvilliers Posté le 21 Février 2016
          Un grand merci aux éditions Presses de la Cité ainsi qu'à Babelio pour m'avoir permis de lire ce livre dans le cadre de la masse critique. Sous Louis XV, Manon tient le Bouquet des Senteurs où elle vend des fards, des poudres et des flagrances autant à Mme de Pompadour qu'aux autres personnes de la cour. Une religieuse meurt au couvent de l'Assomption ou vit la soeur de son beau-frère et la fille de Madame de Montespan. Une actrice se retrouve défigurée suite à l'utilisation de poudre, et malheureusement la poudre vient de la boutique de Manon. Sa belle soeur se retrouve mise à la Salpêtrière, pour elle la religieuse a été assassinée et cela dérange. Manonse retrouve bien malgré elle dans cette histoire, sa boutique est perquisitionnée, et elle sait que si elle ne trouve pas le coupable elle risque de fermer. Lui veut-on du mal ou est-ce à Mme de Pompadour ? Un livre qui se lit avec douceur même si il se termine trop vite.
        • guettou Posté le 11 Février 2016
          La marquise de Pompadour a confié l'éducation de sa fille Alexandrine au réputé couvent de l'Assomption. Dans ce couvent, résident aussi des grandes dames qui viennent pour se reposer; parmi elles la comtesse de Lignac. Celle-ci découvre au pied de l'escalier une jeune novice morte; on croit tout de suite à l'accident mais une nonne, soeur Antoine demande à etre reçue par la mère supérieure; elle lui apprend qu'elle à trouvé des traces de sang sur un chandelier qui se trouvait près de l'escalier,elle à trouvé egalement un linge avec des taches de sang. Soeur Antoine crie au meurtre. La mère supérieure qui tiens à la reputation de son couvent demande à soeur Antoine d'oublier cet incident,mais connaissant bien cette nonne elle décide de la faire enfermer à la Salpétrière. Alors est ce un crime ou un accident? Manon Vérité est propriétaire de la parfumerie "Le Bouquet de senteurs"voisine du couvent,elle connait bien soeur Antoine,donc elle s'interesse à l'affaire. Le Bouquet de senteurs à pour cliente la Marquise de Pompadour.Un pot de rouge fabriqué par Manon spécialement pour la Marquise se retrouve entre les mains d'une jeune actrice celle-ci s'en... La marquise de Pompadour a confié l'éducation de sa fille Alexandrine au réputé couvent de l'Assomption. Dans ce couvent, résident aussi des grandes dames qui viennent pour se reposer; parmi elles la comtesse de Lignac. Celle-ci découvre au pied de l'escalier une jeune novice morte; on croit tout de suite à l'accident mais une nonne, soeur Antoine demande à etre reçue par la mère supérieure; elle lui apprend qu'elle à trouvé des traces de sang sur un chandelier qui se trouvait près de l'escalier,elle à trouvé egalement un linge avec des taches de sang. Soeur Antoine crie au meurtre. La mère supérieure qui tiens à la reputation de son couvent demande à soeur Antoine d'oublier cet incident,mais connaissant bien cette nonne elle décide de la faire enfermer à la Salpétrière. Alors est ce un crime ou un accident? Manon Vérité est propriétaire de la parfumerie "Le Bouquet de senteurs"voisine du couvent,elle connait bien soeur Antoine,donc elle s'interesse à l'affaire. Le Bouquet de senteurs à pour cliente la Marquise de Pompadour.Un pot de rouge fabriqué par Manon spécialement pour la Marquise se retrouve entre les mains d'une jeune actrice celle-ci s'en est servi et s'est retrouvé atrocement brulée presque défigurée. Veux t'on nuire à quelqu'un ? soit à la Marquise pour prendre sa place soit à Manon dont le commerce est très prospère. Les deux affaires sont peut ètre liées De la rue st Honoré, au chateau de Bellevue et jusqu'à la sinistre Salpétrière Manon mène son enquète J'ai passé un bon moment de lecture d'autant plus passionnant que j'avais fait la connaissance de Manon dans un premier roman "le Printemps des enfants perdus" c'est une histoire un peu policière mais historique car nous sommes en présence de Louis XV et de la Pompadour. Tous ces personnages sont attachants et j'aurais aimé que l'histoire continue. Bonne lecture.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        "Le fard et le poison a été une lecture bien agréable que j'ai beaucoup aimé découvrir du début à la fin."
        Boulimie livresque
        «Le parfum du crime...Que voilà un agréable roman qui se lit comme on hume un parfum !
        Manon Vérité excelle dans la préparation des fards et des parfums. Elle est l'âme de la boutique familiale Le Bouquet de Senteurs et compte parmi ses clientes Madame de Pompadour.
        Nous sommes en 1751. Lorsqu'une jeune novice est assassinée dans le couvent voisin où vit la fille de la favorite royale, Manon suit l'affaire en simple voisine, en curieuse. Tout change quand on découvre qu'un de ses fards, destiné à la Pompadour, a été empoisonné ! Les deux affaires seraient-elles liées ?
        La réputation de Manon et l'avenir de la boutique sont en jeu. Elle est donc prête à tout pour découvrir qui menace sa prestigieuse cliente et la pérennité de son commerce.
        De la rue Saint-Honoré au resplendissant château de Bellevue tout juste achevé où on lui demande d'éblouir le roi avec ses senteurs, en passant par Versailles, le couvent de l'Assomption et l'enfer de la Salpêtrière, rien ne pourra empêcher Manon de mener l'enquête, quitte à prendre quelques risques et à troubler la paix fragile de son récent mariage.
        Le Fard et le Poison se lit d'une traite, avec aux narines les douces effluves des roses et de jasmin de Grasse ou le relents pestilentiels de la capitale.
        On songe forcément au Parfum de Süskind, tant la connaissance du Paris du XVIIIe siècle et du monde de la parfumerie dont fait preuve Béatrice Egémar est grande. Mais là où Jean-Baptiste Grenouille, le héros de Süskind, utilise son nez pour assouvir ses penchants criminels, Manon, elle, se sert de son don pour faire éclater la vérité et protéger les siens.
        C'est un délicieux roman plein de douceur, de bonheur familial, de sombres secrets, d'ambition et de trahisons qui se déguste avec délice. Un petit morceau de la terrible frivolité si caractéristique de l'époque.»
        La Plume Rouge - 01600
        Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
        Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.