En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le Goût sucré des souvenirs

        Les Escales
        EAN : 9782365693417
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 272
        Format : 140 x 225 mm
        Nouveauté
        Le Goût sucré des souvenirs

        Rose LABOURIE (Traducteur)
        Collection : Domaine étranger
        Date de parution : 15/02/2018
        Dans la lignée de Un goût de canelle et d’espoir, un premier roman doux-amer qui entremêle les destins d’une vieille dame et d’une jeune fille. Délicieusement subtil et poétique.
        Elisabetta Shapiro, 80 ans, vit seule dans sa maison familiale au cœur de Vienne. De son enfance, elle a conservé des dizaines de pots de confiture d’abricot. Tous sont soigneusement étiquetés et indiquent l'année de leur fabrication. Véritable madeleine de Proust, la confiture fait immanquablement jaillir les souvenirs : les... Elisabetta Shapiro, 80 ans, vit seule dans sa maison familiale au cœur de Vienne. De son enfance, elle a conservé des dizaines de pots de confiture d’abricot. Tous sont soigneusement étiquetés et indiquent l'année de leur fabrication. Véritable madeleine de Proust, la confiture fait immanquablement jaillir les souvenirs : les jours tranquilles rythmés par les chants de sa mère, Franz, le voisin dont elle était follement amoureuse, ses grandes sœurs qu’elle jalousait secrètement. Et puis la montée du nazisme dans les années 1930, l’arrestation de toute sa famille par les SS, la solitude et la perte des repères.
        Quand Pola, une jeune danseuse, emménage chez la vieille dame, ses habitudes sont chamboulées. D’autant plus que Pola lutte elle aussi contre ses propres démons.
        Malgré leurs différences, les deux femmes vont peu à peu se rapprocher et nouer des liens plus forts qu’elles ne l’auraient imaginé. 
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782365693417
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 272
        Format : 140 x 225 mm
        Les Escales
        19.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Kikili Posté le 5 Mars 2018
          Une lecture très agréable malgré que le fait que le récit soit parfois difficile à suivre. Je me suis cependant laissée happer par Elisabetta et ses souvenirs. Un roman magnifique au final !
        • isabelleisapure Posté le 25 Février 2018
          J'apprécie depuis longtemps les choix éditoriaux des Editions « Les escales », et ce n'est pas ce magnifique roman qui me fera changer d'avis. Il est peu de dire que j'ai aimé ce roman, en fait c'est un coup de coeur que j'ai éprouvé. Dès les premières pages, nous découvrons Elisabetta sous un abricotier, en grande conversation avec Judith et Rahel, les fantômes de ses soeurs disparues à Auschwitz. Elisabetta, aime les fruits de ces arbres qui ont accompagnés son enfance. Elle connaît par coeur, leur odeur, leur texture et cette couleur si particulière, tirant sur le rouge. Elle continue à les cueillir et à en faire des confitures dont les bocaux rejoindront ceux qui datent du temps de son enfance lorsque la famille était heureuse. Pour se souvenir, elle ouvre un bocal et tout revient à sa mémoire, son père médecin, sa mère chanteuse d'opéra et ses soeurs plus âgées que l'enfant jalousait pour leur beauté. Une famille emmenée sous ses yeux par la Gestapo. Aujourd'hui, dans la maison délabrée, la vieille dame héberge une jeune allemande Pola, danseuse dans le corps de ballet de la ville. Une relation étrange se noue entre ses deux femmes. Chacune en proie avec des souvenirs douloureux. J'ai aimé le... J'apprécie depuis longtemps les choix éditoriaux des Editions « Les escales », et ce n'est pas ce magnifique roman qui me fera changer d'avis. Il est peu de dire que j'ai aimé ce roman, en fait c'est un coup de coeur que j'ai éprouvé. Dès les premières pages, nous découvrons Elisabetta sous un abricotier, en grande conversation avec Judith et Rahel, les fantômes de ses soeurs disparues à Auschwitz. Elisabetta, aime les fruits de ces arbres qui ont accompagnés son enfance. Elle connaît par coeur, leur odeur, leur texture et cette couleur si particulière, tirant sur le rouge. Elle continue à les cueillir et à en faire des confitures dont les bocaux rejoindront ceux qui datent du temps de son enfance lorsque la famille était heureuse. Pour se souvenir, elle ouvre un bocal et tout revient à sa mémoire, son père médecin, sa mère chanteuse d'opéra et ses soeurs plus âgées que l'enfant jalousait pour leur beauté. Une famille emmenée sous ses yeux par la Gestapo. Aujourd'hui, dans la maison délabrée, la vieille dame héberge une jeune allemande Pola, danseuse dans le corps de ballet de la ville. Une relation étrange se noue entre ses deux femmes. Chacune en proie avec des souvenirs douloureux. J'ai aimé le lien si particulier, fort et fragile à la fois qui uni ses deux femmes. L'auteur a l'art de nous entraîner dans la psychologie et les pensées intimes de ses personnages, nous faisant partager les émotions qui les assaillent. Même si j'ai parfois regretté un certain manque de fluidité dans la narration m'obligeant à revenir en arrière, j'ai apprécié une écriture élégante et addictive. A découvrir absolument. Je remercie les Editions Les Escales qui m'ont permis cette lecture via NetGalley.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Aelys_ Posté le 3 Janvier 2018
          J’ai une sympathie croissante pour les éditions Les Escales dont je découvre les parutions avec grand intérêt depuis quelques mois. Merci pour ce partenariat. Ce roman de Beate Teresa Hanika m’a tellement touchée que j’ai attendu plusieurs jours avant de pouvoir rédiger cette chronique. J’en recommande la lecture pour son histoire, émouvante, son style ciselé, son propos qui pose les questions fondamentales de la vengeance, de la résilience et du pardon. Des abricots pour se souvenir et pour oublier Le goût sucré des abricots est pour Elisabetta ce qu’était la madeleine pour Proust. Une réminiscence qui la transporte dans son passé de jeune fille juive dans la Vienne de la Seconde Guerre Mondiale et la replonge dans l’histoire tragique qui a fait d’elle l’unique survivante de la rafle de sa famille. Aujourd’hui, l’octogénaire survit entre la préparation obsessionnelle de sa confiture et les visites régulières des fantômes de ses sœurs défuntes. Dans sa maison familiale, elle accueille aussi depuis peu Pola, jeune ballerine viennoise. Une hôte bien réelle dont l’histoire personnelle rejoint bientôt la sienne : Pola était l’amoureuse de la petite-fille d’Elisabetta. Un deuxième drame se dessine alors au fil des souvenirs entremêlés des deux femmes. Pour continuer, Pola aura besoin du... J’ai une sympathie croissante pour les éditions Les Escales dont je découvre les parutions avec grand intérêt depuis quelques mois. Merci pour ce partenariat. Ce roman de Beate Teresa Hanika m’a tellement touchée que j’ai attendu plusieurs jours avant de pouvoir rédiger cette chronique. J’en recommande la lecture pour son histoire, émouvante, son style ciselé, son propos qui pose les questions fondamentales de la vengeance, de la résilience et du pardon. Des abricots pour se souvenir et pour oublier Le goût sucré des abricots est pour Elisabetta ce qu’était la madeleine pour Proust. Une réminiscence qui la transporte dans son passé de jeune fille juive dans la Vienne de la Seconde Guerre Mondiale et la replonge dans l’histoire tragique qui a fait d’elle l’unique survivante de la rafle de sa famille. Aujourd’hui, l’octogénaire survit entre la préparation obsessionnelle de sa confiture et les visites régulières des fantômes de ses sœurs défuntes. Dans sa maison familiale, elle accueille aussi depuis peu Pola, jeune ballerine viennoise. Une hôte bien réelle dont l’histoire personnelle rejoint bientôt la sienne : Pola était l’amoureuse de la petite-fille d’Elisabetta. Un deuxième drame se dessine alors au fil des souvenirs entremêlés des deux femmes. Pour continuer, Pola aura besoin du soutien, de la compréhension et du pardon d’Elisabetta. Celle-ci qui a tant souffert sera-t-elle en mesure de les lui accorder ? Une grande leçon d’humanité. Mon plus beau coup de cœur 2017.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Un livre touchant. »
        Berliner Zeitung
        « Une histoire douce-amère. »
        Nürnberger Zeitung
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
        Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.