En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le Goût sucré des souvenirs

        Les Escales
        EAN : 9782365693417
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 272
        Format : 140 x 225 mm
        Le Goût sucré des souvenirs

        Rose LABOURIE (Traducteur)
        Collection : Domaine étranger
        Date de parution : 15/02/2018
        Dans la lignée de Un goût de canelle et d’espoir, un premier roman doux-amer qui entremêle les destins d’une vieille dame et d’une jeune fille. Délicieusement subtil et poétique.
        Elisabetta Shapiro, 80 ans, vit seule dans sa maison familiale au cœur de Vienne. De son enfance, elle a conservé des dizaines de pots de confiture d’abricot. Tous sont soigneusement étiquetés et indiquent l'année de leur fabrication. Véritable madeleine de Proust, la confiture fait immanquablement jaillir les souvenirs : les... Elisabetta Shapiro, 80 ans, vit seule dans sa maison familiale au cœur de Vienne. De son enfance, elle a conservé des dizaines de pots de confiture d’abricot. Tous sont soigneusement étiquetés et indiquent l'année de leur fabrication. Véritable madeleine de Proust, la confiture fait immanquablement jaillir les souvenirs : les jours tranquilles rythmés par les chants de sa mère, Franz, le voisin dont elle était follement amoureuse, ses grandes sœurs qu’elle jalousait secrètement. Et puis la montée du nazisme dans les années 1930, l’arrestation de toute sa famille par les SS, la solitude et la perte des repères.
        Quand Pola, une jeune danseuse, emménage chez la vieille dame, ses habitudes sont chamboulées. D’autant plus que Pola lutte elle aussi contre ses propres démons.
        Malgré leurs différences, les deux femmes vont peu à peu se rapprocher et nouer des liens plus forts qu’elles ne l’auraient imaginé. 
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782365693417
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 272
        Format : 140 x 225 mm
        Les Escales
        19.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • FannyNetherfieldPark Posté le 29 Avril 2018
          Je suis toujours ravie de découvrir une nouvelle publication des éditions Les Escales. Malheureusement, ma lecture n’a pas été de tout repos cette fois-ci. J’ai beaucoup aimé les premières pages assez saisissantes où l’on fait la connaissance d’Elisabetta. On comprend très vite que cette viennoise âgée a été malmenée par le cours de l’Histoire. Cependant, ma lecture s’est assez rapidement gâtée lorsque l’auteur commence à changer de point de vue. J’ai vraiment eu du mal à savoir qui était qui et à quelle époque. Durant toute ma lecture, cet élément m’a rendue mal à l’aise. A force de vouloir suggérer sans cesse, l’effet désiré se perd ainsi que le lecteur au passage. J’ai aimé Elisabetta et tout ce qu’elle porte en elle. La question se pose de comment vivre et survivre lorsque toute sa famille a été décimée. On comprend assez rapidement sa très grande solitude. En effet, les souvenirs et les fantômes de ses proches sont ses seuls compagnons de vie jusqu’à l’arrivée de la jeune Pola. La maison familiale, les confitures d’abricot et certaines sensations la ramènent sans cesse vers le passé. Elle m’a beaucoup touchée et intéressée. Deux Vienne nous sont données à voir : d’abord celle de... Je suis toujours ravie de découvrir une nouvelle publication des éditions Les Escales. Malheureusement, ma lecture n’a pas été de tout repos cette fois-ci. J’ai beaucoup aimé les premières pages assez saisissantes où l’on fait la connaissance d’Elisabetta. On comprend très vite que cette viennoise âgée a été malmenée par le cours de l’Histoire. Cependant, ma lecture s’est assez rapidement gâtée lorsque l’auteur commence à changer de point de vue. J’ai vraiment eu du mal à savoir qui était qui et à quelle époque. Durant toute ma lecture, cet élément m’a rendue mal à l’aise. A force de vouloir suggérer sans cesse, l’effet désiré se perd ainsi que le lecteur au passage. J’ai aimé Elisabetta et tout ce qu’elle porte en elle. La question se pose de comment vivre et survivre lorsque toute sa famille a été décimée. On comprend assez rapidement sa très grande solitude. En effet, les souvenirs et les fantômes de ses proches sont ses seuls compagnons de vie jusqu’à l’arrivée de la jeune Pola. La maison familiale, les confitures d’abricot et certaines sensations la ramènent sans cesse vers le passé. Elle m’a beaucoup touchée et intéressée. Deux Vienne nous sont données à voir : d’abord celle de la première moitié du XXe siècle où l’insouciance de l’enfance laisse place à l’horreur de l’extermination des juifs par le régime nazi, puis la ville du XXIe siècle. Je ressors donc plutôt déçue de cette lecture qui promettait pourtant beaucoup. J’ai eu beaucoup de mal à suivre les changements de point de vue et d’époque. Je me suis sentie déroutée à plusieurs reprise. Par contre, je retiendrais le très beau personnage d’Elisabetta et son histoire familiale si forte et marquante.
          Lire la suite
          En lire moins
        • kokeshi76 Posté le 22 Avril 2018
          Un roman dont l'écriture est belle et agréable. J'ai cependant regretté un certain manque de fluidité dans la narration....parfois, j'ai dû revenir un peu en arrière dans ma lecture. Un jour, Elisabetta Shapiro, une femme de 80 ans vivant seule va accueillir sous son toit une jeune danseuse agée de 20 ans nommée Pola. Cette rencontre va faire ressurgir des souvenirs heureux comme douloureux aussi bien pour l'une que pour l'autre des deux femmes. Une belle amitié intergénérationnelle va se créer tout doucement entre elles... Un livre agréable.
        • bookworm23 Posté le 18 Avril 2018
          Elisabetta Shapiro vit seule dans sa maison familiale à Vienne. Elle a quatre-vingts ans. Elle a un goût prononcé pour la confiture d’abricots confectionnée avec les fruits de l’abricotier qui est dans le jardin. Sous cet arbre, elle aime y passer des moments à se souvenir, à trouver refuge, à chercher du réconfort. Dans sa vie d’avant, elle aimait par-dessus tout faire ses confitures comme sa mère le lui avait appris. Jusqu’à cette année 44. Elle en a gardé tous les pots, même celui dont la recette a été modifiée au cas où. La situation s’est présentée, elle ne l’a pas utilisé. Depuis, elle conserve ces pots comme un hommage à une vie passée. Le temps de l’insouciance mis en pots. Chaque goût, chaque nouvelle fournée, chaque nouvelle année est un souvenir, un goût amer de cette enfance bien trop vite perdue. Un jour, Elisabetta accueille Pola sous son toit. Une jeune danseuse d’une vingtaine d’années, un peu cabossée par la vie, se cherchant inlassablement. Cette rencontre va faire ressurgir des fantômes du passé, des souvenirs parfois heureux, d’autres, insoutenables, pour l’une comme pour l’autre. Elisabetta va s’ouvrir, livrer son histoire à grand renfort de confitures et de moments... Elisabetta Shapiro vit seule dans sa maison familiale à Vienne. Elle a quatre-vingts ans. Elle a un goût prononcé pour la confiture d’abricots confectionnée avec les fruits de l’abricotier qui est dans le jardin. Sous cet arbre, elle aime y passer des moments à se souvenir, à trouver refuge, à chercher du réconfort. Dans sa vie d’avant, elle aimait par-dessus tout faire ses confitures comme sa mère le lui avait appris. Jusqu’à cette année 44. Elle en a gardé tous les pots, même celui dont la recette a été modifiée au cas où. La situation s’est présentée, elle ne l’a pas utilisé. Depuis, elle conserve ces pots comme un hommage à une vie passée. Le temps de l’insouciance mis en pots. Chaque goût, chaque nouvelle fournée, chaque nouvelle année est un souvenir, un goût amer de cette enfance bien trop vite perdue. Un jour, Elisabetta accueille Pola sous son toit. Une jeune danseuse d’une vingtaine d’années, un peu cabossée par la vie, se cherchant inlassablement. Cette rencontre va faire ressurgir des fantômes du passé, des souvenirs parfois heureux, d’autres, insoutenables, pour l’une comme pour l’autre. Elisabetta va s’ouvrir, livrer son histoire à grand renfort de confitures et de moments passés à discuter toutes deux sous l’abricotier. Petit à petit, celles-ci vont s’apprivoiser et donner un nouveau sens à leur existence en réussissant enfin à affronter la vie s’épaulant l’une et l’autre. Un livre émouvant sur une belle amitié intergénérationnelle.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Hamisoitil Posté le 12 Avril 2018
          Il y a des livres qui font chavirer, qui bouleversent et transportent le lecteur dans une autre dimension. Avec Le goût sucré des souvenirs, il y a un peu de tout ça. On retrouve des rêveries, des pensées, de l’amour, de la peur, des regrets, mais aussi une histoire douloureuse et douce à la fois. Nous faisons la connaissance de Elisabetta Shapiro, une juive, âgée de 80 ans, originaire de Vienne, qui passe toutes ses journées sous l’abricotier de son jardin à ressasser sa vie, son passé. Puis on revient dans le présent avec Pola, une jeune danseuse, allemande, qui vient d’emménager à l’étage de la maison familiale d’Elisabetta et qui lutte aussi à sa façon contre ses propres démons. L’auteure nous fait jongler entre les deux protagonistes et sans le savoir, Pola va réveiller certaines blessures de la femme et mettre en lumière une vie en pleine montée du nazisme dans les années 30, pendant la Seconde Guerre mondiale. On remonte dans son enfance, dans ses pensées lointaines, dans une nostalgie profonde, avec ses deux sœurs, Judith et Rahel, que l’auteure fait parler à travers elle. Fille d’un médecin et d’une mère chanteuse, Elisabetta profite de sa jeunesse, jusqu’à l’arrivée des... Il y a des livres qui font chavirer, qui bouleversent et transportent le lecteur dans une autre dimension. Avec Le goût sucré des souvenirs, il y a un peu de tout ça. On retrouve des rêveries, des pensées, de l’amour, de la peur, des regrets, mais aussi une histoire douloureuse et douce à la fois. Nous faisons la connaissance de Elisabetta Shapiro, une juive, âgée de 80 ans, originaire de Vienne, qui passe toutes ses journées sous l’abricotier de son jardin à ressasser sa vie, son passé. Puis on revient dans le présent avec Pola, une jeune danseuse, allemande, qui vient d’emménager à l’étage de la maison familiale d’Elisabetta et qui lutte aussi à sa façon contre ses propres démons. L’auteure nous fait jongler entre les deux protagonistes et sans le savoir, Pola va réveiller certaines blessures de la femme et mettre en lumière une vie en pleine montée du nazisme dans les années 30, pendant la Seconde Guerre mondiale. On remonte dans son enfance, dans ses pensées lointaines, dans une nostalgie profonde, avec ses deux sœurs, Judith et Rahel, que l’auteure fait parler à travers elle. Fille d’un médecin et d’une mère chanteuse, Elisabetta profite de sa jeunesse, jusqu’à l’arrivée des nazis... puis la SS (connue pour tous les crimes de guerre, les crimes contre la population...) enverra sa famille au camp de concentration qui se fera tuer. Elisabetta aura juste le temps d’aller se cacher... Et vivra seule toutes ces années dans cette maison à faire des pots de confitures avec pour compagnie les voix de ses défuntes sœurs et cet abricotier aussi vieux qu’elle. Plus on avance dans l’histoire, plus on se rend compte que ce passé est encore bien présent dans la mémoire de cette femme et que la solitude y est pour beaucoup ; mais petit à petit, un lien se met en place entre elles, et tout devient plus clair. Les thèmes choisis sont bien mis en avant même si, par moments, j’ai trouvé que certains passages étaient un chouia confus. Malgré tout, la plume de l’auteure l’emporte haut la main. Je n’ai pas vu le temps passer et j’étais pressée de connaître la fin de l’histoire tout en prenant mon temps pour arriver à la conclusion. Elisabetta m’a touchée, émue, avec des passages qui m’ont bouleversée. L’ensemble est presque poétique, d’une douceur presque piquante par le sujet. Triste et beau à la fois. Un roman que je recommande.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Marieemmy Posté le 6 Mars 2018
          Après avoir vu des avis sur Insta, j'ai couru acheté ce roman. Si vous connaissez Un goût de cannelle et d'espoir de Sarah McCoy, vous allez retrouver des similitudes... Elisabetta Shapiro, 80 ans, vit seule dans sa maison familiale au cœur de Vienne. De son enfance, elle a conservé des dizaines de pots de confiture d'abricot qui sont des véritables madeleines de Proust, rappelant de multiples souvenirs : heureux et plus difficiles. Quand Pola, une jeune danseuse, emménage chez la vieille dame, ses habitudes sont chamboulées. et cette dernière a aussi une lutte à mener contre ses propres démons. Malgré leurs différences, les deux femmes vont peu à peu se rapprocher et nouer des liens plus forts qu'elles ne l'auraient imaginé. Ce livre alterne les voix de ses 2 femmes qui tour à tour nous font partager leurs vies et leurs souvenirs. Les 2 destins vont suivre parfois des routes parallèles, parfois s'entrecroiser... Une amitié va naitre. Ce roman est bien écrit, bien ficelé et je me suis laissée emporter par leurs souvenirs. Ce roman est émouvant et on voit combien le chemin de la rédemption va être difficile pour ces 2 femmes. Les mots sont forts et résonnent encore en moi même si j'ai... Après avoir vu des avis sur Insta, j'ai couru acheté ce roman. Si vous connaissez Un goût de cannelle et d'espoir de Sarah McCoy, vous allez retrouver des similitudes... Elisabetta Shapiro, 80 ans, vit seule dans sa maison familiale au cœur de Vienne. De son enfance, elle a conservé des dizaines de pots de confiture d'abricot qui sont des véritables madeleines de Proust, rappelant de multiples souvenirs : heureux et plus difficiles. Quand Pola, une jeune danseuse, emménage chez la vieille dame, ses habitudes sont chamboulées. et cette dernière a aussi une lutte à mener contre ses propres démons. Malgré leurs différences, les deux femmes vont peu à peu se rapprocher et nouer des liens plus forts qu'elles ne l'auraient imaginé. Ce livre alterne les voix de ses 2 femmes qui tour à tour nous font partager leurs vies et leurs souvenirs. Les 2 destins vont suivre parfois des routes parallèles, parfois s'entrecroiser... Une amitié va naitre. Ce roman est bien écrit, bien ficelé et je me suis laissée emporter par leurs souvenirs. Ce roman est émouvant et on voit combien le chemin de la rédemption va être difficile pour ces 2 femmes. Les mots sont forts et résonnent encore en moi même si j'ai fermé le livre il y a 3 heures... Lisez ce livre et dites moi ce que vous en avez pensé...
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Un livre touchant. »
        Berliner Zeitung
        « Une histoire douce-amère. »
        Nürnberger Zeitung
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
        Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com