En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le grand livre des robots T.1

        Omnibus
        EAN : 9782258032910
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 1000
        Format : 198 x 130 mm
        Le grand livre des robots T.1
        Prélude à Trantor

        Date de parution : 01/01/1991

        Le cycle des robots d'Isaac Asimov est la suite romanesque la plus célèbre et la plus lue de toute la science-fiction.

        Nous les robots (nouvelles) - Les Cavernes d'acier (roman) - Face aux feux du soleil (roman)

        Avec ce cycle, Isaac Asimov imagine notre avenir dans lequel les robots, tout d'abord de conception rustique, deviennent de plus en plus sophistiqués, ce qui crée autant de problèmes que de progrès.

        EAN : 9782258032910
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 1000
        Format : 198 x 130 mm
        Omnibus
        27.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Bibliozonard Posté le 31 Janvier 2018
          Recueil de nouvelles « Nous les robots » (37) suivis par deux courts romans (voir sous-titres du livre), complété d'intros par l'auteur avant les thèmes qui regroupent plusieurs nouvelles, des annexes (préfaces des années '50, '66...). C'est un beau bébé de près de 1000 pages. Une première partie d'un coffret magnifique, illustré de manière très originale par Didier Thimonier, qui compte un deuxième volume « le grand livre des robots, II. La gloire de Trantor »/Les robots de l'aube — Les robots et l'Empire — Les courants de l'espace — Poussières d'étoiles — Cailloux dans le ciel. Le Cycle se situe avant ceux de « L'Empire » et de « Fondation ». Asimov est un scientifique et romancier américain, une référence quasi légendaire dans le milieu de la science-fiction, détenteur de plusieurs prix littéraires dont le Nebula, l'Hugo et le Locus. Il commença à publier dans les années '40. Les robots étaient son violon d'Ingres au départ, c'est très vite devenu une vocation avec l'écriture. Ses textes les présentent sous toutes les coutures et de manière anticipative sur plusieurs siècles. C'est un ensemble de textes fondateurs enivrant. « Sous toutes les coutures », les robots ; tout est créé pour annihiler le complexe... Recueil de nouvelles « Nous les robots » (37) suivis par deux courts romans (voir sous-titres du livre), complété d'intros par l'auteur avant les thèmes qui regroupent plusieurs nouvelles, des annexes (préfaces des années '50, '66...). C'est un beau bébé de près de 1000 pages. Une première partie d'un coffret magnifique, illustré de manière très originale par Didier Thimonier, qui compte un deuxième volume « le grand livre des robots, II. La gloire de Trantor »/Les robots de l'aube — Les robots et l'Empire — Les courants de l'espace — Poussières d'étoiles — Cailloux dans le ciel. Le Cycle se situe avant ceux de « L'Empire » et de « Fondation ». Asimov est un scientifique et romancier américain, une référence quasi légendaire dans le milieu de la science-fiction, détenteur de plusieurs prix littéraires dont le Nebula, l'Hugo et le Locus. Il commença à publier dans les années '40. Les robots étaient son violon d'Ingres au départ, c'est très vite devenu une vocation avec l'écriture. Ses textes les présentent sous toutes les coutures et de manière anticipative sur plusieurs siècles. C'est un ensemble de textes fondateurs enivrant. « Sous toutes les coutures », les robots ; tout est créé pour annihiler le complexe de Frankenstein ou pour le conforter chez l'humain. Les trois règles de la robotique connaissent des interprétations infinies n'acceptant aucune exception. S'il y a une seule mesure à prendre, elle le sera toujours dans le respect du règlement. Robot avec conscience naissante ou affirmée comme les protecteurs ou les scientifiques, les ouvriers, les astronautes ; le chien domestique fidèle, jamais malade ; les robots sur Jupiter ; le projet mercure qui consiste a envoyé les robots sur Mercure pour l'étude du milieu ; la notion de transhumanisme, le robot veut devenir humain et l'humain un robot, la transplantation ; l'humour bienvenu dans « Noël sans Rodney » (p147) « Mais j'ai vraiment admirer Hortense pour son art de trouver, toutes les fois que quelque remarque semblait requise, quelque chose de désagréable à dire, et cela, je l'ai remarqué tout particulièrement, sans se répéter une seule fois : être rosse, c'est à la portée du premier venu ; mais une telle créativité sans défaillance dans la rosserie m'inspira à mainte reprise l'envie perverse d'applaudir » ; la subtilité des trois nouvelles sur les robots humanoïdes, la déduction et la démonstration sous forme d'enquête fait rage ; coup de coeur pour les aventuriers, explorateurs audacieux Powell Donovan confrontés à des robots aux réactions inattendues ; séduit par le robot correcteur, et l'enchaînement sur la question de l'écriture, le risque pour l'homme d'être moins efficace ; soulignons la constance du danger de l'abrogation d'une des trois lois de la robotique ; les nouvelles avec des considérations géopolitiques judicieuses ; ma préférence va pour le voyage intergalactique à la recherche d'une planète habitable ! C'est la quête ultime avec, par exemple, l'invention du robot féminin (Jane1) au cerveau positronique le plus aboutit, complété donc par une intuition féminine... « Non, je n'appellerais pas cela de la poésie de lumière… je dirais que c'est simplement de la prose lumineuse » (p117) Lisez-le à votre aise pendant que le temps est maussade. C'est un long voyage, dans un style allégé — à la vulgarisation scientifique prononcée — qui augure un retour compliqué sur la planète terre, une traversée après laquelle des séquelles sont prévisibles sur la conscience d'un lecteur humain lambda. Immergé dans un monde inventif et cohérent, vous serez capable de rêver d'une autre manière, de vous questionner sur notre condition d'humain à travers l'espace et le temps. Vous rencontrerez des univers aussi étranges que très réalistes. Des dimensions qui font peur ou rassure. Vous réaliserez qu'Asimov a influencé bon nombre de références cinématographiques ou littéraires ou vous peut-être. C'est merveilleux !
          Lire la suite
          En lire moins
        • odin062 Posté le 3 Janvier 2018
          Isaac Asimov, un auteur culte de Science-Fiction que je me dois de lire depuis des années… C'est maintenant chose faite grâce à Babelio et aux éditions Omnibus que je remercie chaleureusement : un merveilleux cadeau de Noel. Commençons pas l'objet. Les éditions Omnibus propose des anthologies de qualité depuis de nombreuses années. J'ai en ma possession une anthologie de Wells, Barjavel et Clarke. Toute se présente de la même façon : un gros pavé de plus de 1000 pages, du papier à cigarette et une police très petite (qui n'empêche pas la lecture). On se retrouve avec un objet de grande valeur agrémenté d'une longue préface de qualité retraçant l'histoire des nouvelles et romans présents dans l'ouvrage. Ici, ce n'est pas moins de 33 nouvelles faisant parti du recueil « Nous les robots ». Des nouvelles allant de 4 à 20 pages pour un total de 500 pages au total. Ces nouvelles ont été écrites des années 50 aux années 80 pour les plus récentes. Ce recueil regroupe des joyaux de littérature SF concernant la robotique. Ces joyaux ont été disposé dans l'ordre voulu par Asimov qui a tendance à suivre, non pas l'ordre de parution, mais bien l'ordre chronologique des... Isaac Asimov, un auteur culte de Science-Fiction que je me dois de lire depuis des années… C'est maintenant chose faite grâce à Babelio et aux éditions Omnibus que je remercie chaleureusement : un merveilleux cadeau de Noel. Commençons pas l'objet. Les éditions Omnibus propose des anthologies de qualité depuis de nombreuses années. J'ai en ma possession une anthologie de Wells, Barjavel et Clarke. Toute se présente de la même façon : un gros pavé de plus de 1000 pages, du papier à cigarette et une police très petite (qui n'empêche pas la lecture). On se retrouve avec un objet de grande valeur agrémenté d'une longue préface de qualité retraçant l'histoire des nouvelles et romans présents dans l'ouvrage. Ici, ce n'est pas moins de 33 nouvelles faisant parti du recueil « Nous les robots ». Des nouvelles allant de 4 à 20 pages pour un total de 500 pages au total. Ces nouvelles ont été écrites des années 50 aux années 80 pour les plus récentes. Ce recueil regroupe des joyaux de littérature SF concernant la robotique. Ces joyaux ont été disposé dans l'ordre voulu par Asimov qui a tendance à suivre, non pas l'ordre de parution, mais bien l'ordre chronologique des histoires. Il faut savoir que « le cycle des robots » est un prélude à un autre cycle culte, à savoir celui de Fondation. Tout commence avec 3 nouvelles classées dans « Robots non humains » et on plonge très facilement dans l'univers d'Asimov. La première nouvelle, « le meilleur ami du petit d'homme » est même très touchante, un choc pour moi en 3 pages. Mais les chocs vont se multiplier au cours de la lecture dans le tout est fluide, bien écrit et plaisant tout en ajoutant une grosse dose de réflexion. La nouvelle « Sally » est tout autant de qualité et fait échos à d'autres livres de bagnoles tel que Christine de King. Enfin « Un jour… » est peut-être en deça des deux autres. Le tout s'enchaine avec les « robots immobiles », comprenez les ordinateurs. Et là on entre tout de suite dans une dimension plus profonde : l'utilisation des ordinateurs et le rapport humain/intelligence artificielle. Les nouvelles « Point de vue », « Prenez donc ! » et l'excellente « L'amour vrai » (un homme qui cherche l'amour de sa vie en utilisant un ordinateur, renversant !) compose cette partie. C'est ensuite le tour des « Robots métalliques » avec 7 nouvelles dont la première de Asimov : « Robbie ». Cette dernière est l'une des plus touchantes du recueil. En effet, cela raconte l'attachement d'un enfant pour un robot, vraiment poignant et c'est bien là tout le génie de Asimov. D'autres nouvelles m'ont beaucoup plu (s'il fallait en choisir) : « Etranger au paradis » qui montre le malheur d'un robot non adapté à son environnement, « Victoire par inadvertance » qui est la seule nouvelle nous mettant en contact avec des extra-terrestres (de Jupiter) avec une fin étonnante et enfin « AL-76 perds la boussole » qui développe un suspens intense concernant un robot pommé sur Terre, se croyant sur la Lune. Quand on arrive dans la partie « Robots humanoïdes », Asimov se joue de nous en montrant qu'un robot peut se faire passer pour un Homme. Cela fait des nouvelles « Assemblons-nous » sous climat de guerre froide et « L'incident du Tricentenaire » des nouvelles à la limite de l'enquête policière. le suspens pour la première est à son comble. La dernière nouvelle de cette partie « Effet miroir » se montre comme une nouvelle « polar » avec comme star l'enquêteur Baley, héros des deux romans présents dans cet ouvrage : « Les cavernes d'aciers » et « Face aux feux du soleil ». On en arrive ensuite à des nouvelles rassemblant des personnages récurrents de l'oeuvre de Asimov : - le duo Powell et Donovan, deux testeurs roboticiens se retrouvant sans arrêt dans des situations loufoques, à la limite du possible, souvent en risque de mort soudaine à cause d'un robot, non pas défaillant, mais en état de « bug » face à une situation improbable. Oui on retrouve bien ici le côté mathématicien de Asimov : Comment mixer les trois lois de la robotique et faire naitre toute sorte de problèmes existentiels pour un robot. Ingénieux ! - Susan Calvin, femme robopsychologue, figure du féminisme du futur, femme de caractère et très charismatique ! Je vous laisse découvrir ce personnage, je l'ai adoré ! Les nouvelles (au nombre de 11) font évoluer le personnage jusqu'à sa mort. Parmis ces nouvelles : « Conflit évitable » est beaucoup plus politique et montre un monde nouvellement organisé et « le robot qui rêvait » très dérangeante ». On y voyage beaucoup, la notion de voyage stellaire est évoqué et le tout s'articule souvent autour de la peur du robot pour l'Homme. Pour info, un prequel est dispo concernant l'histoire de Susan Calvin mais non écrit par Asimov. Pour finir, deux nouvelles se déroulent après l'ère Susan (comme quoi, ce personnage est vraiment monstrueux) à savoir « Pour que tu n'y intéresses » pas folle et allant vers un futur robotique très négatif, ce qui est assez étonnant pour Asimov et enfin « L'Homme Bicentenaire », l'une des nouvelles les plus célèbres de Asimov (de par son adaptation) et très touchante. Je poursuis ma grande lecture de l’œuvre d’Asimiv. Après « Nous les robots », j’enchaine avec « Les cavernes d’Acier » qui met en scène le detective Baley, déjà rencontré dans une nouvelle du recueil ! L’action se déroule dans un New York… très très futuriste : Quelques centaines d’années plus tard (?). Les robots sont démocratisés… dans les colonies ! Oui, car l’homme a colonisé d’autres planètes, et les hommes des autres planètes ont pris leur indépendance vis-à-vis de la Terre. Oui il s’est passé beaucoup de chose. Enfin par sur Terre, puisque les terriens sont toujours anti-robots et s’oppose aux spaciens. Jusqu’au meurtre… Oui un spacien a été assassiné et quoi de mieux que l’association de Baley, antirobot, et d’un robot spacien à l’apparence humaine ? Et nous voilà plongé dans un monde parfaitement déciné dans les moindres détails. L’histoire est l’occasion, pour Asimov, de nous peindre sa vision futuriste de la Terre, ravagée par l’Homme. Il nous balade dans les appartements, les douches, sur l’express, l’autoroute abandonnée, la prefecture, les centrales atomiques et autres usine de production de levure. Bref on ne fait que découvrir ce qui donne envie de découvrir : une lecture magique. Cela se suffirait mais non, Asimov nous balance son idée autour de la robotique. Thème récurrent dans le cycle des…robots, toujours aussi bien mené ! On ne s’en lasse pas ! Aspect technique et sociologique, tout y passe ! Il y ajoute ainsi une note de politique en fond d’enquête. Oui parce que n’oublions pas que c’est aussi un polar (mais il s’arrête quand ?) et Asimov arrive, également, à nous mener par le bout du nez. Grande chute à la fin, je n’avais pas du tout imaginé ce scénario. Digne d’un Conan Doyle, pfou, quel génie ! Non vraiment ce roman est une merveille et je n’ai qu’une envie, enchainer avec le suivant ! Ainsi, je ne peux que vous conseiller le Grand Livre des Robots, Tome 1 : Prélude à Trantor et son tome 2 qui doit être tout aussi enrichissant. Oui parce que Asimov nous plonge dans un futur si réel qu'il nous enrichi. Et qui sait… Peut-être qu'un jour, les robots décrits existeront ?
          Lire la suite
          En lire moins
        • DrJackal Posté le 26 Décembre 2017
          Livre reçu par erreur des masses critiques, et j'en remercie Omnibus de cette charmante erreur... On à ici un grand classique, et précurseur' dans le domaine de la robotique et littérature de science-fiction avant-gardiste. On notera une première partie ou il s'agit surtout d'un recueil de nouvelles avec ses début dans le genre, suivi de deux histoire plus construite faisant par belle au polar de l'époque. Le livre est bon, c'est plaisant de comparer se qui était fantasmé il y a pas si longtemps que ça et ce qu'il en est à l'heure actuel, et devoir qu'au final certain extrême tendent vers la réalité... Asimov écrit bien, écrit juste et écrit facile, pas de tournure de phrases alambiqués juste une description claire et simple de se qu'il en est. Ses personnages récurrents sont attachant et on tous leur caractère bien tremper et on prend plaisir à tous les retrouver. Franchement une lecture plaisante. Je reprocherais juste le choix du format à l'édition omnibus, le choix des pages très fines écrit en petit rendent la lecture assez laborieuse, les pages se froissent et s'abîment facilement, la transparence de ses dernières rend parfois la lecture laborieuse comme en voie les mots de la page au verso... Livre reçu par erreur des masses critiques, et j'en remercie Omnibus de cette charmante erreur... On à ici un grand classique, et précurseur' dans le domaine de la robotique et littérature de science-fiction avant-gardiste. On notera une première partie ou il s'agit surtout d'un recueil de nouvelles avec ses début dans le genre, suivi de deux histoire plus construite faisant par belle au polar de l'époque. Le livre est bon, c'est plaisant de comparer se qui était fantasmé il y a pas si longtemps que ça et ce qu'il en est à l'heure actuel, et devoir qu'au final certain extrême tendent vers la réalité... Asimov écrit bien, écrit juste et écrit facile, pas de tournure de phrases alambiqués juste une description claire et simple de se qu'il en est. Ses personnages récurrents sont attachant et on tous leur caractère bien tremper et on prend plaisir à tous les retrouver. Franchement une lecture plaisante. Je reprocherais juste le choix du format à l'édition omnibus, le choix des pages très fines écrit en petit rendent la lecture assez laborieuse, les pages se froissent et s'abîment facilement, la transparence de ses dernières rend parfois la lecture laborieuse comme en voie les mots de la page au verso de celle qu'on lit, qui associé à la petitesse des caractères donnent un côté fouillis à la lecture... dommage.
          Lire la suite
          En lire moins
        • scienceenlivre Posté le 23 Décembre 2017
          Les cavernes d'acier sont les villes souterraines du futur. Là, bien que privés d'air et de lumière naturels, des millions d'hommes vivent à un rythme étourdissant. Malgré une civilisation super-scientifique et l'apparition de robots intelligents, les passions humaines n'ont pas cessé pour autant et le meurtre n'a pas disparu. Mais le problème n'est pas seulement de retrouver un meurtrier, il est aussi d'y parvenir avant l'androïde au cerveau électronique ultra-perfectionné, créé certes par l'homme, mais qui n'attend peut-être que l'occasion de prendre sa place...
        • amaryllis Posté le 21 Décembre 2017
          Difficile de résumer ce livre, étant donné qu'il s'agit d'un groupement de textes : des nouvelles tout d'abord, classées non selon l'ordre chronologique, mais classées par thématiques, les robots humains, les machines, les robots qui ont un cœur (paradoxal... mais tellement troublant) les robots qui souffrent... Voici un peu tout ce qu'on peut y trouver... Chaque thématique ou groupement est présenté d'un commentaire, d'une justification en quelque sorte. Pour moi, ce fut une véritable découverte, je ne connaissais Asimov uniquement de nom, l'occasion était trop belle de lire ce qu'il avait écrit sur les robots, les nouvelles ainsi que Les cavernes d'acier et Face aux feux du soleil deux histoires bien plus longues. Quand on voit que ce livre est un tome I, on se rend compte à quel point l'auteur a été prolixe. Ce que j'ai beaucoup aimé et ce qui rend ce livre intéressant, c'est qu'autour des trois lois de la robotique, Asimov propose toute une déclinaison d'histoires sur les robots mais davantage encore sur l'humanité. Beaucoup de réflexions émanent de ce roman sur les hommes, leur manière de traiter les choses, de les exploiter, comment ils peuvent être avides de nouveautés ou attachés à ces robots comme s'ils... Difficile de résumer ce livre, étant donné qu'il s'agit d'un groupement de textes : des nouvelles tout d'abord, classées non selon l'ordre chronologique, mais classées par thématiques, les robots humains, les machines, les robots qui ont un cœur (paradoxal... mais tellement troublant) les robots qui souffrent... Voici un peu tout ce qu'on peut y trouver... Chaque thématique ou groupement est présenté d'un commentaire, d'une justification en quelque sorte. Pour moi, ce fut une véritable découverte, je ne connaissais Asimov uniquement de nom, l'occasion était trop belle de lire ce qu'il avait écrit sur les robots, les nouvelles ainsi que Les cavernes d'acier et Face aux feux du soleil deux histoires bien plus longues. Quand on voit que ce livre est un tome I, on se rend compte à quel point l'auteur a été prolixe. Ce que j'ai beaucoup aimé et ce qui rend ce livre intéressant, c'est qu'autour des trois lois de la robotique, Asimov propose toute une déclinaison d'histoires sur les robots mais davantage encore sur l'humanité. Beaucoup de réflexions émanent de ce roman sur les hommes, leur manière de traiter les choses, de les exploiter, comment ils peuvent être avides de nouveautés ou attachés à ces robots comme s'ils étaient des humains, comment ils peuvent être haïs aussi. Quant à l'édition, 1000 pages de lecture, une écriture petite sur du papier très fin, en effet le livre est dense, une couverture très souple, ce n'est pas la couverture qui m'aurait attiré spontanément vers ce roman, mais d'un point de vue lecture, il y a largement de quoi se régaler quand on aime la science-fiction et pour ceux qui sont moins fans, c'est plutôt sympa de se dire qu'on peut piocher et lire quelques nouvelles de temps. Asimov étant une référence, je suis contente d'avoir ce livre. Au niveau du style, je ne suis pas toujours à l'aise, certaines histoires m'on semblé décousues, certains faits semblent passer sous silence ou sous-entendus, alors il faut s'accrocher. Dans d'autres histoires, au contraire, l'écriture est plus fluide, peut-être plus tournée vers l'émotion, le lecteur est alors plus facilement happé par la lecture. Bref, à lire autant pour découvrir les histoires que réfléchir à l'homme.
          Lire la suite
          En lire moins
        Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
        Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.