Lisez! icon: Search engine
Gründ
EAN : 9782324005053
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 165 x 205 mm

Le Grand Meaulnes

,

Collection : Lectures de toujours
Date de parution : 04/04/2013

Une très belle édition à l’occasion des 100 ans de sa publication !

Augustin Meaulnes arrive, par « un froid dimanche de novembre », comme pensionnaire au Cours supérieur de Sainte-Agathe. Il partage sa mansarde avec François, le fils de l'instituteur. Son âge et sa personnalité le font vite surnommer « le grand Meaulnes ». Lors d'une escapade nocturne, Augustin arrive par hasard...

Augustin Meaulnes arrive, par « un froid dimanche de novembre », comme pensionnaire au Cours supérieur de Sainte-Agathe. Il partage sa mansarde avec François, le fils de l'instituteur. Son âge et sa personnalité le font vite surnommer « le grand Meaulnes ». Lors d'une escapade nocturne, Augustin arrive par hasard dans un domaine mystérieux où se déroule une fête étrange et poétique, pleine d'enfants. Meaulnes apprend que cette fête est donnée à l'occasion des noces de Frantz de Galais. Il rencontre une jeune fille dont il tombe aussitôt amoureux mais il ne saura d’elle que son nom, « Yvonne de Galais ». Meaulnes, au fil des années qui suivront, n'aura qu'une idée en tête : retrouver « le domaine mystérieux » et la jeune fille qu'il aime. Ses recherches resteront infructueuses. C'est par hasard que son ami François Seurel retrouve la piste de la jeune fille ; il apporte « la grande nouvelle » à son ami Meaulnes, revenu dans son pays. Augustin retrouve enfin Yvonne et l'épouse quelques mois plus tard. Mais pour respecter un serment fait à Frantz, il la quitte dès le lendemain. La jeune femme reste seule aux Sablonnières, recevant les fréquentes visites de François, devenu son voisin. Elle donne le jour à une petite fille, mais meurt deux jours plus tard. François, devenu légataire universel et tuteur de la petite fille jusqu'au retour de son ami, s'installe au domaine et y retrouve un « cahier de devoirs mensuels » découvrant le secret de Meaulnes…

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782324005053
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 165 x 205 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • cegeglyx Posté le 13 Janvier 2022
    Que dire sur ce roman du rêve et de l'enfance? Tout y est merveilleux, en plus il décrit une région que je connais bien pour y être allé en vacances plusieurs fois pendant ma propre enfance. J'aime autant le début, plus ancré dans le réel, que le corps du roman, qui s'inscrit plus dans l'imaginaire.
  • mylena Posté le 11 Janvier 2022
    Un livre que j’avais adoré à la première lecture il y a bien longtemps et que j’avais un peu peur de relire, par crainte d’être déçue. Aucune déception ! Ça débute comme un récit de souvenirs d’enfance ou plutôt d’adolescence, plein de fraîcheur, et au lieu de rester dans les souvenirs ou de partir dans le roman initiatique, ça continue dans une ambiance un peu irréelle, mystérieuse, à mi-chemin entre fantastique et romantique, pour finir en retombant dans la triste réalité plutôt dramatique et la fin des illusions. Tout est très bien dosé, parfaitement maîtrisé et extrêmement bien écrit. Dire que c’était un premier roman, que l’auteur a failli avoir le Goncourt (qui se souvient de Marc Edler ? Bon, il y avait aussi Du côté de chez Swann qui était en lice, donc disons que le jury a doublement raté le coche cette année-là!) et qu’il est mort au front l’année suivante ! C’est donc un roman remarquablement réussi sur le passage de l’adolescence à l’âge adulte, et en même temps un beau roman sur un premier amour, de ceux qui laissent les plus beaux souvenirs. Je ne sais pas si ce roman est toujours aussi lisible par les jeunes d’aujourd’hui, probablement que oui.... Un livre que j’avais adoré à la première lecture il y a bien longtemps et que j’avais un peu peur de relire, par crainte d’être déçue. Aucune déception ! Ça débute comme un récit de souvenirs d’enfance ou plutôt d’adolescence, plein de fraîcheur, et au lieu de rester dans les souvenirs ou de partir dans le roman initiatique, ça continue dans une ambiance un peu irréelle, mystérieuse, à mi-chemin entre fantastique et romantique, pour finir en retombant dans la triste réalité plutôt dramatique et la fin des illusions. Tout est très bien dosé, parfaitement maîtrisé et extrêmement bien écrit. Dire que c’était un premier roman, que l’auteur a failli avoir le Goncourt (qui se souvient de Marc Edler ? Bon, il y avait aussi Du côté de chez Swann qui était en lice, donc disons que le jury a doublement raté le coche cette année-là!) et qu’il est mort au front l’année suivante ! C’est donc un roman remarquablement réussi sur le passage de l’adolescence à l’âge adulte, et en même temps un beau roman sur un premier amour, de ceux qui laissent les plus beaux souvenirs. Je ne sais pas si ce roman est toujours aussi lisible par les jeunes d’aujourd’hui, probablement que oui. Quand j’étais adolescente il n’était pas étiqueté comme roman pour la jeunesse, maintenant si. Il doit y avoir une bonne raison ! C’est vrai qu’il peut être perçu comme passablement romantique, avec un petit goût de suranné dans son vocabulaire et dans certaines situations car la société a évidemment beaucoup changé ! Le narrateur, François Seurel est un adolescent calme et posé, fasciné par le grand Meaulnes un peu plus âgé que lui et à qui il voue une admiration et une fidélité sans borne. Le grand Meaulnes a tout pour lui, la beauté, l’intelligence, … mais il prend parfois des décisions un peu stupides sur un coup de tête, il est dans une quête perpétuelle d’inaccessible. Et quand il obtient, un peu par hasard et beaucoup grâce à son ami François, ce qu’il cherchait, il se choisit un autre objectif, une nouvelle quête, se comportant de façon immature, à la limite de la lâcheté. Quand à Frantz il a lui aussi un charme ravageur, mais plutôt celui du mauvais garçon, irresponsable, un peu bohémien, qui fait le malheur de ses proches. Les trois personnages masculins peuvent sans trop de peine trouver un équivalent moderne moins romantique. Du coup le personnage féminin d’Yvonne qui ne ressemble en rien à une jeune femme actuelle doit lui aussi avoir quelque équivalent, moins éthéré, moins romanesque aussi car moins dépendante financièrement des hommes, sans compter qu’elle aurait bien moins de risque de mourir. Ce personnage devait déjà à l’époque être le moins réaliste, surtout comparé à l’autre personnage féminin, Valentine. Finalement c’est bien un roman sur le passage de l’adolescence à l’âge adulte, mais construit de façon assez différente des habituels romans de ce type, chacun des personnages masculins porte une facette de l’adolescence, et après des étapes relativement classiques des peines et espoirs adolescents, ils se retrouvent à la fin devant de vrais problèmes d’adultes, très loin du monde féérique après lequel courait le grand Meaulnes. Un des meilleurs premiers romans que j’ai lu !
    Lire la suite
    En lire moins
  • disch Posté le 9 Janvier 2022
    Il existe bien des raisons de lire ce grand classique de la littérature française. Le style de l'auteur tout d'abord, limpide et précis, et ce malgré la jeunesse d'Alain-Fournier quand il le rédigea, les descriptions de la vie à la campagne à la fin du XIXe siècle, dure, monotone, rythmée par les saisons et le climat, mais surtout l'amitié ambiguë entre deux adolescents remplis de rêves d'aventures. Cette relation complexe, puissante qui s'installe et évolue tout au long du roman est fascinante et reste encore incroyablement moderne.
  • Myfanwi Posté le 26 Décembre 2021
    Très belle mise en scène de l'ironie dramatique et du réalisme merveilleux. J'ai beaucoup aimé ce flottement entre rêve et réalité et les conséquences qui font que ce que l'on rêve ne peut pas toujours devenir la réalité qu'on voudrait. Les personnages sont très attachants et même s'il y a toujours des zones d'ombre à la fin, ça reste un très bon roman à découvrir pour son expérience de lecture unique et déroutante.
  • CzarnyPies Posté le 7 Novembre 2021
    Simone de Beauvoir a beaucoup aime ce roman de l'inquietude de l'adolescent devant sa vie future. Je l'ai beaucoup aimé mois aussi mais il vaut mieux le lire jeune. On l'enseigne normalement en première année du premier cycle aux universités anglo-saxonnes car il convient vraiment bien aux jeunes lecteurs.
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER GRÜND JEUNESSE
Ne manquez aucune information sur notre catalogue jeunesse !