Lisez! icon: Search engine
Gründ
EAN : 9782324005053
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 165 x 205 mm

Le Grand Meaulnes

,

Collection : Lectures de toujours
Date de parution : 04/04/2013

Une très belle édition à l’occasion des 100 ans de sa publication !

Augustin Meaulnes arrive, par « un froid dimanche de novembre », comme pensionnaire au Cours supérieur de Sainte-Agathe. Il partage sa mansarde avec François, le fils de l'instituteur. Son âge et sa personnalité le font vite surnommer « le grand Meaulnes ». Lors d'une escapade nocturne, Augustin arrive par hasard...

Augustin Meaulnes arrive, par « un froid dimanche de novembre », comme pensionnaire au Cours supérieur de Sainte-Agathe. Il partage sa mansarde avec François, le fils de l'instituteur. Son âge et sa personnalité le font vite surnommer « le grand Meaulnes ». Lors d'une escapade nocturne, Augustin arrive par hasard dans un domaine mystérieux où se déroule une fête étrange et poétique, pleine d'enfants. Meaulnes apprend que cette fête est donnée à l'occasion des noces de Frantz de Galais. Il rencontre une jeune fille dont il tombe aussitôt amoureux mais il ne saura d’elle que son nom, « Yvonne de Galais ». Meaulnes, au fil des années qui suivront, n'aura qu'une idée en tête : retrouver « le domaine mystérieux » et la jeune fille qu'il aime. Ses recherches resteront infructueuses. C'est par hasard que son ami François Seurel retrouve la piste de la jeune fille ; il apporte « la grande nouvelle » à son ami Meaulnes, revenu dans son pays. Augustin retrouve enfin Yvonne et l'épouse quelques mois plus tard. Mais pour respecter un serment fait à Frantz, il la quitte dès le lendemain. La jeune femme reste seule aux Sablonnières, recevant les fréquentes visites de François, devenu son voisin. Elle donne le jour à une petite fille, mais meurt deux jours plus tard. François, devenu légataire universel et tuteur de la petite fille jusqu'au retour de son ami, s'installe au domaine et y retrouve un « cahier de devoirs mensuels » découvrant le secret de Meaulnes…

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782324005053
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 165 x 205 mm
Gründ

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Westrier Posté le 3 Juillet 2020
    Histoire d'une fête mystérieuse, le Grand Meaulnes est aussi celui d'une défaite inévitable : grandir ce serait oublier la poésie du rêve et accepter le prosaïsme du quotidien. Ce livre retrace, entre rêve et réalité le récit d'une amitié parsemée de diverses aventures romanesques. C'est d'abord la narration d'une amitié forte et immédiate entre François Seurel, un garçon studieux de 15 ans et un grand jeune homme déluré de 17 ans Augustin Meaulnes. C'est ensuite l'aventure vécue physiquement par le second et partagée verbalement avec le premier d'une fête magique dans le parc d'un château inconnu peuplé d'enfants déguisés; de la rencontre avec une délicieuse jeune fille Yvonne de Galais et de son frère Frantz, abandonné au seuil de ses noces par sa fiancée. De ce récit naît une quête partagée par les deux amis, vécue par le seul Meaulnes qui part à Paris pour retrouver Yvonne mais y fait une autre rencontre puis par François qui retrouve sa trace. C'est la chronique de multiples premières fois : première amitié, premier amour, premier chagrin. C'est enfin en filigrane l'histoire de vies vécues par procuration. Meaulnes permet à François de s'échapper au propre comme au figuré en l'entrainant dans ses balades, en lui racontant son épopée.... Histoire d'une fête mystérieuse, le Grand Meaulnes est aussi celui d'une défaite inévitable : grandir ce serait oublier la poésie du rêve et accepter le prosaïsme du quotidien. Ce livre retrace, entre rêve et réalité le récit d'une amitié parsemée de diverses aventures romanesques. C'est d'abord la narration d'une amitié forte et immédiate entre François Seurel, un garçon studieux de 15 ans et un grand jeune homme déluré de 17 ans Augustin Meaulnes. C'est ensuite l'aventure vécue physiquement par le second et partagée verbalement avec le premier d'une fête magique dans le parc d'un château inconnu peuplé d'enfants déguisés; de la rencontre avec une délicieuse jeune fille Yvonne de Galais et de son frère Frantz, abandonné au seuil de ses noces par sa fiancée. De ce récit naît une quête partagée par les deux amis, vécue par le seul Meaulnes qui part à Paris pour retrouver Yvonne mais y fait une autre rencontre puis par François qui retrouve sa trace. C'est la chronique de multiples premières fois : première amitié, premier amour, premier chagrin. C'est enfin en filigrane l'histoire de vies vécues par procuration. Meaulnes permet à François de s'échapper au propre comme au figuré en l'entrainant dans ses balades, en lui racontant son épopée. L'aventure en tant que telle reste dévolue à Meaulnes et François au bout du compte est dépossédé de tout sauf du récit qu'il en fait et donc de ce livre que le lecteur tient entre ses mains.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kabuto Posté le 18 Juin 2020
    Un très beau roman aux accents poétiques et oniriques. Dans La France surannée du siècle dernier, une histoire d’amour et d’amitié inoubliable.
  • jullius Posté le 13 Juin 2020
    Il m'aura donc fallu attendre de devenir un homme, de revenir une troisième fois sur les terres sillonnées par les lignes de ce roman de l'enfance pour, peut-être, enfin le comprendre. Ce grand Meaulnes qui, jeune, me jeta par deux fois dans la plus complète perplexité m’apparaît aujourd’hui plus qu'un roman d'aventure, plus qu'un roman onirique : le roman du rêve d'aventure que nourrit tout jeune homme. Cette histoire me semble, même métaphoriquement, plus qu'une autobiographie : celle de l'auteur et de son double, de son frère d’âme, de celui qu'il rêva être, enfant. Le drame, que je lis finalement, c’est celui de cet homme, et avec lui de chacun, qui doit apprendre à renoncer. Meaulnes c’est François ! Le grand livre de Fournier c’est celui que tous les jeunes gens s’écrivent : ce roman dont nous sommes, enfants, le héros ; ce personnage qui nous porte et nous entraîne, nous donne des ailes et nous élève tant que la vie peut encore être imaginée... jusqu’à ce que viennent les années et, avec elles, leur lot de gravité, de déceptions, de trahisons, d’échecs, d’erreurs, de choix obligatoires, ces apprentissages douloureux du renoncement, par lequel nous allons domestiquer notre "âme-frère"... Il m'aura donc fallu attendre de devenir un homme, de revenir une troisième fois sur les terres sillonnées par les lignes de ce roman de l'enfance pour, peut-être, enfin le comprendre. Ce grand Meaulnes qui, jeune, me jeta par deux fois dans la plus complète perplexité m’apparaît aujourd’hui plus qu'un roman d'aventure, plus qu'un roman onirique : le roman du rêve d'aventure que nourrit tout jeune homme. Cette histoire me semble, même métaphoriquement, plus qu'une autobiographie : celle de l'auteur et de son double, de son frère d’âme, de celui qu'il rêva être, enfant. Le drame, que je lis finalement, c’est celui de cet homme, et avec lui de chacun, qui doit apprendre à renoncer. Meaulnes c’est François ! Le grand livre de Fournier c’est celui que tous les jeunes gens s’écrivent : ce roman dont nous sommes, enfants, le héros ; ce personnage qui nous porte et nous entraîne, nous donne des ailes et nous élève tant que la vie peut encore être imaginée... jusqu’à ce que viennent les années et, avec elles, leur lot de gravité, de déceptions, de trahisons, d’échecs, d’erreurs, de choix obligatoires, ces apprentissages douloureux du renoncement, par lequel nous allons domestiquer notre "âme-frère" libre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • maralekianpour Posté le 12 Juin 2020
    Il y a quelque chose de la quête chevaleresque du sacré dans les aventures du Grand Meaulnes car il se jette, tête baissée, sur les routes à la recherche d'aventures, comme décrit dans l'imagerie populaire des chevaliers. Quête de l'amour pur à peine entrevu dans la première partie de l'histoire, puis quête de deux amants malheureux dont les trajectoires ne parviennent pas à se croiser. Les êtres qui l'aiment gravitent autour du Grand Meaulnes comme autour d'un soleil fascinant et s'y brûlent lorsqu'ils s'en approchent de trop près, sans doute parce que son besoin vital de liberté et sa soif d'absolu ne lui permettent pas de vivre comme un ami, un mari ou un père.
  • magireve Posté le 7 Juin 2020
    Yvonne de Galais, insaisissable et furtive hante les pages de ce chef-d'œuvre injustement tombé dans l'oubli, qui était jadis régulièrement au programme de Français dans les lycées. A Sainte-Agathe, au cœur de la Sologne, François Seurel, fils d'instituteurs, nous conte le récit de sa rencontre avec l'énigmatique et intrépide Augustin Meaulnes, âgé de dix-sept ans. L'arrivée du nouveau venu éveille la curiosité des autres élèves. Ce roman est un mirage de splendeur (par la présence du spectre d'Augustin et celui d'Yvonne de Galais). Jamais une lecture ne m'aura procuré autant de sensations visuelles; au fil des pages, je n'avais aucun mal à me figurer les forêts, le domaine des Sablonnières avec "sa vieille tour qu'on apercevait au dessus des sapins". Ce que j'aime le plus dans ce roman, c'est la peinture de la France à l'aube du XXe siècle. Elle est merveilleuse. Le roman est divisé en trois parties. La première est consacrée aux souvenirs du narrateur de sa rencontre avec Augustin. La seconde abrite le parcours ardu qui mène à Yvonne de Galais, ainsi que des révélations . La troisième, c'est le dénouement. Et quel dénouement! L'ouvrage est un message d'adieu à la jeunesse. François et Augustin deviennent... Yvonne de Galais, insaisissable et furtive hante les pages de ce chef-d'œuvre injustement tombé dans l'oubli, qui était jadis régulièrement au programme de Français dans les lycées. A Sainte-Agathe, au cœur de la Sologne, François Seurel, fils d'instituteurs, nous conte le récit de sa rencontre avec l'énigmatique et intrépide Augustin Meaulnes, âgé de dix-sept ans. L'arrivée du nouveau venu éveille la curiosité des autres élèves. Ce roman est un mirage de splendeur (par la présence du spectre d'Augustin et celui d'Yvonne de Galais). Jamais une lecture ne m'aura procuré autant de sensations visuelles; au fil des pages, je n'avais aucun mal à me figurer les forêts, le domaine des Sablonnières avec "sa vieille tour qu'on apercevait au dessus des sapins". Ce que j'aime le plus dans ce roman, c'est la peinture de la France à l'aube du XXe siècle. Elle est merveilleuse. Le roman est divisé en trois parties. La première est consacrée aux souvenirs du narrateur de sa rencontre avec Augustin. La seconde abrite le parcours ardu qui mène à Yvonne de Galais, ainsi que des révélations . La troisième, c'est le dénouement. Et quel dénouement! L'ouvrage est un message d'adieu à la jeunesse. François et Augustin deviennent des hommes. François est témoin du premier émoi d'Augustin. C'est là que l'œuvre revêt une dimension autobiographique, puisque Henri Alban Fournier (Alain est le pseudonyme de l'auteur) avait connu en Juin 1905 celle qui apparaît dans cet ouvrage sous les traits d'Yvonne de Galais, à l'occasion d'une conversation sur les quais de la Seine. Ce n'est que huit ans plus tard qu'il la rencontre de nouveau, en 1913. Toutefois, elle est désormais mariée et mère de deux enfants. Vous souvenez vous du chapitre XII de la seconde partie? "Les trois lettres de Meaulnes"? Lorsqu'Augustin relate à François son errance dans Paris... c'est l'un de mes passages favoris. Dans ce roman, les destins de François, Augustin et Frantz sont inextricablement liés. François incarne la découverte de l'amour, Meaulnes représente les bouleversements que l'on vit lors du premier émoi, tandis que Frantz représente l'amour indomptable, fougueux et chimérique. Les trois personnages s'agrippent désespérément au passé. "Mais le passé peut-il renaître?", dema'de Yvonne de Galais qui s'est fait une raison. Est-ce un adieu à la jeunesse? Une prise de conscience que l'échéance qui nous projette dans l'âge adulte est enfin arrivée? J'ai remarqué que dans ce roman, la campagne est présentée comme un refuge, à l'inverse de la capitale qui est le lieu des vicissitudes, de la débauche. Le livre nous rappelle également qu'il faut profiter des moments passés auprès de ceux qui nous sont chers, car c'est souvent lorsque quelqu'un qui compte pour nous n'est plus à nos côtés que nous nous apercevons à quel point cette personne nous est chère.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER GRÜND JEUNESSE
Ne manquez aucune information sur notre catalogue jeunesse !