Lisez! icon: Search engine
Nil
EAN : 9782841115440
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 406
Format : 130 x 205 mm

Le Jardin blanc

Isabelle D. Philippe (traduit par)
Date de parution : 22/08/2013

Et si Virginia Woolf ne s’était pas suicidée le 28 mars 1941 ?

En octobre 2008, Jo Bellamy, jeune paysagiste américaine, arrive à Sissinghurst, dans le Kent, pour étudier le célèbre jardin blanc créé par l’amie de Virginia Woolf, Vita Sackville-West. Un jour après l’annonce de son départ, son grand-père Jock, d’origine britannique, se suicide. Jo découvre qu’il avait lui-même travaillé dans ce...

En octobre 2008, Jo Bellamy, jeune paysagiste américaine, arrive à Sissinghurst, dans le Kent, pour étudier le célèbre jardin blanc créé par l’amie de Virginia Woolf, Vita Sackville-West. Un jour après l’annonce de son départ, son grand-père Jock, d’origine britannique, se suicide. Jo découvre qu’il avait lui-même travaillé dans ce jardin pendant la Seconde Guerre mondiale et décide de profiter de son voyage pour comprendre son geste.
À Sissinghurst, Jo découvre par hasard un journal intime parmi les archives des jardiniers. L’étiquette porte le nom de son grand-père, mais, en le déchiffrant, elle doit se rendre à l’évidence : ce journal n’est pas le sien. Soupçonnant son auteur d’être Virginia Woolf, elle file le faire expertiser chez Sotheby’s. Là, on lui concède que le style et les thèmes rappellent en effet Woolf… à un détail près : les dates. Le 28 mars 1941, Virginia a rempli ses poches de pierres avant d’aller se noyer dans l’Ouse. Or le journal commence le 29.
Des détails du journal amènent Jo à jouer avec cette idée : et si Virginia Woolf ne s’était pas suicidée ? Si on l’avait tuée ?
D’Oxford à Cambridge, de demeures prestigieuses en bibliothèques légendaires, dans des jardins dont la splendeur dissimule d’obscurs secrets, Jo traque la vérité sur les derniers jours de la romancière. Mais elle n’est pas la seule, et bientôt le journal est volé…
Un roman à la fois érudit, léger et riche en rebondissements qui ravira les amoureux d’une Angleterre traditionnelle où le feu couve sous les bonnes manières.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782841115440
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 406
Format : 130 x 205 mm
Nil
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • sandrinecarloni Posté le 6 Avril 2021
    Découverte totale de cette auteure complètement inconnue pour moi. J'ai reçu ce livre en cadeau pour l'achat de plusieurs poches. C'est très bien écrit, le style est fluide et les pages se tournent presque toutes seules, comme un thriller. Mais je suis passée un peu à côté du "mystère" et de son dévoilement Ui nécessitent une érudition que je n'ai pas. Je n'ai jamais lu Virginia Woolf et je ne suis pas au fait de la société littéraire anglaise des années 40, encore moins de ses sociétés secrètes. Un livre agréable à lire mais qui nécessite quelques connaissances de bases pour en apprécier totalement le contenu. Si vous êtes connaisseurs, foncez, ça devrait vous plaire.
  • collectifpolar Posté le 3 Mars 2021
    Jo Bellamy, paysagiste américaine, se rend à Sissinghurst, dans le Kent, pour étudier le célèbre jardin blanc créé par Vita Sackville-West, l'amie de Virginia Woolf. Juste après son départ, Jock, son grand-père se suicide. La jeune femme découvre alors que celui-ci avait travaillé dans ce jardin durant la Seconde Guerre mondiale. Elle décide de comprendre les raisons de ce geste. Après sa série consacrée à Jane Austen, l'auteure s'attaque à deux autres écrivaines, Virginia Woolf et Vita Sackville-West. Et sous couvert de roman policier ce titre est aussi une belle façon de rende hommage à la littérature mais surtout à Virginia Woolf dans l’autrice est visiblement une grande admiratrice. L’érudition que l’auteur n’est plus à démontrer même si parfois il m’a semblé que le style trainait en longueur inutile pour que cette intrique soit totalement addictive même si on l’a bien compris ici l’intrigue n’est qu’un prétexte. Car souvent ce polar prend des accents romantiques. Mais je vous rassure la lecture est fort agréable et on passe un excellent moment. Et ce n’est pas surprenant car nous sommes bien là en compagnie de la grande Virginia.
  • Little_stranger Posté le 26 Janvier 2021
    J'avais repéré ce livre à sa sortie, mais submergée par le nombre, j'ai attendu et il est sorti chez 10/18 et je suis ravie de sa lecture. Le jardin blanc est celui de SISSINGHURST, le domaine de Vita SACKVILLE-WEST, âme soeur de Virginia WOOLF. UN riche individu veut avoir le même sur son domaine américain et envoie une horticultrice/paysagiste, Jo Bellamy pour étudier le jardin dans le Kent en Angleterre. Jo y découvre des traces de son grand-père, suicidé peu de temps avant son départ et surtout ce qui ressemble à un inédit de WOOLF. Commence alors une enquête pour connaître la vérité. Je suis étrangement, malgré tout ce que j'ai pu lire la concernant, attachée à V. WOOLF (bien que je n'aime pas ses écrits, là est le paradoxe). Est-ce sa maladie mentale, la richesse du cercle dans lequel elle évoluait ? Au delà de son suicide dans l'Ouse, je vois surtout une femme qui s'est battue contre ses démons à une époque où la pharmacopée et les traitements relatifs à la psychiatrie balbutiait : une personne courageuse ....
  • MAPATOU Posté le 14 Juin 2020
    Jo Bellamy a créé depuis peu son entreprise de paysagiste quand elle est contactée par un milliardaire qui veut recréer à l’identique dans sa propriété aux Etats Unis le fameux « jardin blanc » créé par Vita Sackville-West. La jeune femme se retrouve donc envoyée tous frais payés dans le Kent afin d’étudier ce fameux jardin et d’en relever les plans. Elle va découvrir sur place que son grand-père a travaillé dans le domaine de Vita Sackville-West pendant la Seconde Guerre Mondiale avant d’émigrer aux Etats Unis. Une autre surprise l’attend : en consultant les archives des jardiniers du domaine, elle va trouver un journal intime, portant une étiquette au nom de son aïeul. De nombreux éléments laissent à penser que ce journal a été rédigé par Virginia Woolf. Or le cahier débute le 29 mars 1941 et la célèbre Virginia s’est suicidée le 28 Mars. Jo va essayer de faire expertiser le journal par Sotheby’s pour connaître son authenticité. Mais rien ne va se passer comme prévu et la jeune femme va être entraînée dans un véritable jeu de piste sur les traces de Virginia Woolf et de son grand-père. Et nous lecteurs l’accompagnons avec grand plaisir sur les chemins de cette intrigue concoctée... Jo Bellamy a créé depuis peu son entreprise de paysagiste quand elle est contactée par un milliardaire qui veut recréer à l’identique dans sa propriété aux Etats Unis le fameux « jardin blanc » créé par Vita Sackville-West. La jeune femme se retrouve donc envoyée tous frais payés dans le Kent afin d’étudier ce fameux jardin et d’en relever les plans. Elle va découvrir sur place que son grand-père a travaillé dans le domaine de Vita Sackville-West pendant la Seconde Guerre Mondiale avant d’émigrer aux Etats Unis. Une autre surprise l’attend : en consultant les archives des jardiniers du domaine, elle va trouver un journal intime, portant une étiquette au nom de son aïeul. De nombreux éléments laissent à penser que ce journal a été rédigé par Virginia Woolf. Or le cahier débute le 29 mars 1941 et la célèbre Virginia s’est suicidée le 28 Mars. Jo va essayer de faire expertiser le journal par Sotheby’s pour connaître son authenticité. Mais rien ne va se passer comme prévu et la jeune femme va être entraînée dans un véritable jeu de piste sur les traces de Virginia Woolf et de son grand-père. Et nous lecteurs l’accompagnons avec grand plaisir sur les chemins de cette intrigue concoctée par Stéphanie Barron qui a déjà auparavant pris des libertés dans ses romans avec Jane Austen et la reine Victoria.
    Lire la suite
    En lire moins
  • stefart0 Posté le 8 Avril 2016
    Ce roman fait référence à Virginia Woolf. On y apprend beaucoup sur cette romancière qui n’était ni plus ni moins que schizophrène – maladie non reconnue à son époque. Par le biais de deux personnages contemporains, se trame une énigme se rattachant à un mystérieux journal et à la disparition de celui-ci. Un très bon roman
Aventurez-vous sur les rives du NiL
Petite maison généraliste à forte personnalité, NiL a toujours défendu avec passion les regards d'auteurs originaux sans se poser la question des genres. Embarquez dès à présent pour recevoir toutes les actualités de NiL !