Lisez! icon: Search engine
Nathan
EAN : 9782092582268
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 140 x 210 mm

Le jour où j'ai adopté un trou noir - Dès 10 ans

Lilas Nord (Traducteur)
Collection : Roman Grand format
Date de parution : 06/02/2020
L’incroyable voyage, drôle et insolite,  d’une fillette pour apprivoiser la tristesse et apprendre à vivre avec le deuil.
Résumé : Stella, 11 ans, découvre un jour dans sa chambre… un trou noir. Il l’a suivie après une visite à la NASA et elle doit maintenant s’occuper de lui. Le problème, c’est qu’il avale tout ce qu’il touche ! Parfois, c’est pratique, comme lorsqu’il s’agit d’objets qui lui rappellent son... Résumé : Stella, 11 ans, découvre un jour dans sa chambre… un trou noir. Il l’a suivie après une visite à la NASA et elle doit maintenant s’occuper de lui. Le problème, c’est qu’il avale tout ce qu’il touche ! Parfois, c’est pratique, comme lorsqu’il s’agit d’objets qui lui rappellent son père décédé.
Mais lorsque son chien disparaît à son tour, Stella et son petit frère doivent faire un voyage extraordinaire à travers le trou noir pour sauver leur compagnon… et les souvenirs de leur père.

L’incroyable voyage d’une fillette pour apprivoiser la tristesse.
Une aventure pleine d’humour où l’on croise toutes sortes de créatures et d’objets fantastiques
Un roman à hauteur d’enfant sur une thématique importante et difficile à aborder: le deuil

Pour les enfants dès 10 ans.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782092582268
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 140 x 210 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • AuxPetitsBonheurs Posté le 21 Mai 2020
    𝒰n des plus beaux romans que j’ai pu lire sur l’étape du deuil, tout en poésie, en douceur et en humour.
  • AlouquaLecture Posté le 8 Avril 2020
    Le deuil, un thème difficile, déjà pour nous en tant qu’adulte, mais qu’en est-il pour les enfants, les adolescents, qui perdent un être cher, un parent ? C’est ce thème difficile qu’aborde Michelle Cuevas dans un récit plein de tendresse et dont l’héroïne sort grandie par ce qu’elle a vécu. Stella est très jeune, même pas douze ans, elle est pourtant confrontée au deuil, son père est décédé quelques mois auparavant. Lorsque nous perdons un être cher, nous ressentons un vide, un trou au plus profond de nous. Ici, Stella rencontrera un trou noir dans lequel elle va commencer à jeter tout un tas de choses, dont certaines qui lui rappellent son père disparu. Mais au fil des pages et de son aventure au sein même du trou noir qui dévore tout, sans forcément le vouloir, Stella va prendre conscience de beaucoup de chose. Comme je l’ai dit plus haut, elle va grandir. C’est une jeune fille touchante et irréfléchie au départ, mais qui peu à peu va voir les choses d’une autre manière, qui va apprendre à « apprivoiser » cette tristesse au fond d’elle. Tristesse représentée également par le biais de ce trou noir qu’elle va adopter. Le deuil est une... Le deuil, un thème difficile, déjà pour nous en tant qu’adulte, mais qu’en est-il pour les enfants, les adolescents, qui perdent un être cher, un parent ? C’est ce thème difficile qu’aborde Michelle Cuevas dans un récit plein de tendresse et dont l’héroïne sort grandie par ce qu’elle a vécu. Stella est très jeune, même pas douze ans, elle est pourtant confrontée au deuil, son père est décédé quelques mois auparavant. Lorsque nous perdons un être cher, nous ressentons un vide, un trou au plus profond de nous. Ici, Stella rencontrera un trou noir dans lequel elle va commencer à jeter tout un tas de choses, dont certaines qui lui rappellent son père disparu. Mais au fil des pages et de son aventure au sein même du trou noir qui dévore tout, sans forcément le vouloir, Stella va prendre conscience de beaucoup de chose. Comme je l’ai dit plus haut, elle va grandir. C’est une jeune fille touchante et irréfléchie au départ, mais qui peu à peu va voir les choses d’une autre manière, qui va apprendre à « apprivoiser » cette tristesse au fond d’elle. Tristesse représentée également par le biais de ce trou noir qu’elle va adopter. Le deuil est une épreuve, peu importe l’âge auquel nous devons l’affronter. L’auteure l’aborde de jolie manière, il y a des moments difficiles, mais pour alléger un peu, il y a quelques touches d’humour bienvenus. Un beau récit à découvrir, peu importe notre âge.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bazart Posté le 21 Mars 2020
    Stella , 11 ans s'aperçoit un jour qu'elle est suivie jusque chez elle par un trou noir. Ce trou noir qui commence à avaler toutes les choses du quotidien n'aurait il pas un quelconque lien avec son père, décédé récemment? Un roman sur le deuil sous forme de voyage. spatio temporel. émouvant et franchement original. A conseiller Dès 10 ans Un très joli récit d'apprentissage singulier et inventif de Michelle Cuevas , romancière jeunesse américaine venant de Berkshire, Massachusetts. Certaines séquences sont vraiment très émouvantes sur le deuil et la résilience : « On ne discutera plus jamais ensemble, et cette vérité fait partie de toutes ces choses que j’aimerais pouvoir jeter pour toujours dans mon trou noir de compagnie. » Un bien beau livre, touchant et captivant!
  • Analire Posté le 13 Mars 2020
    Il y a quelques années, Michelle Cuevas m’avait déjà charmée avec Confessions d’un ami imaginaire, une histoire originale et féerique, qui m’avait replongée en enfance, ce temps béni, où notre naïveté et notre innocence nous permettaient de côtoyer des amis imaginaires. Avec Le jour où j’ai adopté un trou noir, je retrouve la plume si caractéristique de l’auteure. Elle a une façon très spéciale d’aborder des thématiques souvent graves et sérieuses, en les mélangeant à un univers enfantin qui les rendent tout de suite plus légères. Stella a 11 ans, elle voit la vie en noir depuis le décès récent de son père. Lorsqu’un trou noir se matérialise chez elle, Stella décide de l’adopter et de le domestiquer. Sauf que ce trou noir sauvage mange tout ce qui lui tombe sous la main. Stella en profite alors pour se débarrasser de tout ce qu’elle ne veut plus voir : la peluche préférée de son frère, les pulls qu’elle n’aime pas, les affaires qui lui rappellent trop son père… Mais cette action n’est pas anodine : en jetant tout au trou noir, ce sont ses souvenirs qui disparaissent. Alors Stella va tenter de les récupérer en pénétrant dans ce mystérieux trou noir.... Il y a quelques années, Michelle Cuevas m’avait déjà charmée avec Confessions d’un ami imaginaire, une histoire originale et féerique, qui m’avait replongée en enfance, ce temps béni, où notre naïveté et notre innocence nous permettaient de côtoyer des amis imaginaires. Avec Le jour où j’ai adopté un trou noir, je retrouve la plume si caractéristique de l’auteure. Elle a une façon très spéciale d’aborder des thématiques souvent graves et sérieuses, en les mélangeant à un univers enfantin qui les rendent tout de suite plus légères. Stella a 11 ans, elle voit la vie en noir depuis le décès récent de son père. Lorsqu’un trou noir se matérialise chez elle, Stella décide de l’adopter et de le domestiquer. Sauf que ce trou noir sauvage mange tout ce qui lui tombe sous la main. Stella en profite alors pour se débarrasser de tout ce qu’elle ne veut plus voir : la peluche préférée de son frère, les pulls qu’elle n’aime pas, les affaires qui lui rappellent trop son père… Mais cette action n’est pas anodine : en jetant tout au trou noir, ce sont ses souvenirs qui disparaissent. Alors Stella va tenter de les récupérer en pénétrant dans ce mystérieux trou noir. Elle va y embarquer son jeune frère pour un voyage spirituel, essentiel à leur reconstruction. Vous l’aurez certainement compris, Michelle Cuevas utilise le trou noir comme une très belle métaphore du deuil. Tout en douceur et en pudeur, elle aborde la mort du père de Stella, la douleur et la tristesse qui emprisonnent la jeune fille après cette perte tragique. Stella va traverser toutes les étapes du deuil au côté de ce trou noir, fidèle compagnon, synonyme d’absence, de vide, d’insignifiance, de peur, d’oubli. Aspirée par le trou noir, elle va vivre de multiples aventures surnaturelles, parfois comiques, décalées, toujours mouvementées, qui vont lui faire prendre conscience que la vie est belle et que le temps continue son chemin. Agrémenté de quelques illustrations parsemées ici et là dans le récit, Le jour où j’ai adopté un trou noir se veut touchant, lumineux, léger, idéal pour apporter une réponse poétique aux plus jeunes qui subiraient la perte récente d’un parent. Un roman jeunesse original, qui aborde avec subtilité et pudeur la thématique du deuil chez les plus jeunes. La plume de l'auteure et sa façon d'approcher le sujet m'ont beaucoup touchés.
    Lire la suite
    En lire moins
  • 3Moopydelfy Posté le 12 Mars 2020
    En bref, Le jour où j’ai adopté un trou noir est une lecture étonnante. Emouvante. Le deuil est touché du doigt avec un tact, une subtilité, pointes d’humour et une délicatesse surprenante. Derrière la brutalité de la perte, une histoire de reconstruction se dessine touchante, lumineuse. Les mots touchent en plein coeur.
ABONNEZ-VOUS A LA NEWSLETTER NATHAN !
De nouvelles idées de lecture jeunesse, chaque mois, dans votre boîte mail